Vacance au pays perdu
de Philippe Ségur

critiqué par ADE, le 9 octobre 2008
(MARSEILLE - 40 ans)


La note:  étoiles
Un voyage humoristique et un reflet de notre société...
4ème de couverture
Un graphiste spécialisé dans le packaging de produits alimentaires, végétarien et tyrannisé par ses enfants, rêve d’ailleurs et d’aventure. Le jour où il découvre que les salades, purées, épinards et pâtes dont il conçoit les emballages, sont bourrés de pesticides, d’hormones de croissance et d’antibiotiques, il décide de rompre avec le système et de fuir la société de consommation. Il s’embarque alors avec son meilleur ami pour un périple qui lui fera découvrir, loin des circuits touristiques, le dernier pays des merveilles : l’Albanie.
Réflexion sur le caractère insaisissable du réel, Vacance au pays perdu est un roman fluide, linéaire, à l’image du parcours des deux protagonistes de l’histoire. L’humour – grinçant ! - en constitue le principal liant. Quel territoire reste-t-il pour le rêve à « l’ère du monde fini » ? Au terme du voyage, le narrateur découvre que le pays des merveilles n’existe pas. Son rêve s’est évanoui et ne laisse en lieu et place de l’idéal que vide spirituel et fonction digestive.

Comment rompre avec le système ? Excédé par notre société de consommation, le narrateur décide de larguer les amarres et de partir à la recherche du dernier pays des merveilles. L’aventure, d’accord, mais à l’étranger, est-ce bien raisonnable ?!

critique
Ce livre est plein d'humour mais dépeint bien notre société de consommation que l'on critique mais qu'on est bien content d'avoir tout de même....
Jubilatoire !!!!!!!!!! 9 étoiles

Même pour un lecteur assidu, il est tout de même assez rare d'éclater de rire toutes les 20 pages en dévorant un roman...
C'est pourtant ce qui m'est arrivé avec Vacance en pays perdu devant les états d'âmes du héros (pas franchement un grand aventurier), parti se couper du monde... une semaine...en Albanie (eh oui)...avec son copain Cri-cri

Malheureusement, ce roman ne donnera sans doute pas très envie de voyager en individuel à ceux qui hésitaient encore... Mais assurément, il donnera à tous, voyageurs ou non, envie de dévorer ses pages !

Bigoodi - - 51 ans - 29 janvier 2011


Road –movie en Albanie 6 étoiles

Lassé de gagner sa vie pour " entretenir de manière décente les fournisseurs de ses enfants ",et pour rompre avec la société de consommation qui ronge sa vie de famille, le narrateur s’embarque, le cœur léger avec son compère Cri-Cri pour ce qu’il espère être " une expédition en terre lointaine, sans aucune préparation . De la grande aventure ", en Albanie . La grande Albanie, terre du consul romain P. Sulpicius Galba dont le narrateur a lu les exploits et dont il tente de retrouver les traces, se révèle "une tragédie permanente " .

La grande aventure se transforme en une épopée pleine d’imprévus, d’errances et de déceptions , et donne lieu à un récit picaresque, plein d’humour où l’on retrouve les scènes convenues dans ce genre de récit : les arnaques, la découverte de la "gastronomie" locale , l’incompréhension linguistique avec les autochtones et les quiproquos qui en découlent…….. La petite virée entre amis devient alors une sorte de cauchemar .

Ce road-movie dont le comique vient non seulement du décalage entre les attentes des personnages et leur vécu mais aussi du portrait au vitriol d’une famille dont les enfants vivent sous la dictature des marques et de la publicité pourrait servir de scénario à une comédie .

Alma - - - ans - 7 avril 2009