Au fond de ma barque
de Seyhmus Dagtekin

critiqué par Sahkti, le 17 septembre 2008
(Genève - 43 ans)


La note:  étoiles
A la redécouverte de soi
"Si tu me donnes un verre d'eau
Je ne saurai si c'est pour boire
Ou pour m'y noyer"

Ce recueil est composé de quatre longs poèmes écrits dans le cadre d'une résidence de poésie qui s'est déroulée de mars à juillet 2007 à Rochefort-sur-Loire. Seyhmus Dagtekin a puisé une bonne partie de son inspiration dans les souvenirs qui ont refait surface à l'occasion de cette résidence. Souvenirs enfouis, heureux ou douloureux, qui parsèment de récit en forme d'observation mais aussi de constatation. L'auteur s'adresse à autrui, aussi à lui-même; il interpelle le temps et l'espace, il s'interroge sur le monde et dresse un bilan des choses accomplies ou encore à réaliser.
Il est intéressant de s'arrêter sur la manière employée par Dagtekin pour disséquer ses interrogations, pour les confronter à la réalité, de manière simple et claire, dans un langage proche de l'oralité. Ce faisant, il soulève l'énorme complexité du rapport de l'être à lui-même et au temps qui passe. Ce qui se voulait légèreté devient gravité et emporte le lecteur dans un questionnement sans fin, le tout sur un mode poétique élégant et assez enjoué.

"Quand tu te retires du monde
Le monde ne s'arrête pas pour autant
Ne se retire pas
Quand tu vas dans le vaste monde
Tu ne deviens pas vaste pour autant
Quand tu te prives de la multitude
Tu n'occupes pas pour autant ta solitude
Tu ne l'élargis pas
Quand tu te chasses du bruit
Tu ne découvres pas pour autant le silence
Quand tu te coupes les branches
Tu n'augmentes pas pour autant
La sève qui irrigue ton front"


"Seyhmus Dagtekin est né en 1964 à Harun, village kurde au sud-est de la Turquie. Après des études dans l'audiovisuel à Ankara, il arrive en 1987 à Paris où il réside. Il écrit en français, en kurde ou en turc. Il a publié plusieurs livres au Castor Astral, parmi lesquels "Les Chemins du nocturne" (Prix international de poésie francophone Yvan Goll) et "Juste un pont sans feu" (Prix Mallarmé 2007), ainsi que chez Robert Laffont un roman "A la source, la nuit" (mention spéciale du Prix des Cinq Continents de la Francophonie)." (Biographie par l'éditeur)