Le Bernois selon Saint Roc
de Brigitte Harter

critiqué par Unam, le 3 septembre 2008
( - 60 ans)


La note:  étoiles
Une mine d'or !
Si vous pensiez que votre bibliothèque est suffisamment remplie, que les ouvrages que vous aviez lu vous suffisent ... détrompez-vous, ce livre va vous apprendre encore beaucoup de choses d'une façon vivante et amusante comme si une amie vous parlait de votre mammouth tricolore qu'elle connaît comme le sien !

Normalement lorsqu’on achète un livre sur notre race préférée, on peut déjà passer le premier tiers des pages qui ne parlent que des sempiternelles origines et du standard. Ici rien de tout ça, l’introduction est consacrée à la vie de l’auteur qui nous explique les raisons qui l’ont poussée à écrire ce livre.

Le reste de la lecture n’est qu’une succession de conseils pratiques, judicieux et à la portée de tous. On lit tout d’une traite emporté par cet humour qui nous fait souvent dire « mais j’ai le même à la maison ! ».
Ensuite, on relit tel ou tel chapitre, on refeuillette l’ensemble pour revoir ces magnifiques photos, on met des post-it à telle ou telle page et surtout on laisse ce livre en évidence car on sait à coup sûr que dans quelques jours, on aura besoin de relire un paragraphe pour comprendre le comportement de notre chien.

Tout ou presque est décrit ; du chiot dans tous ces états à son éducation. Il y a même un chapitre consacré aux soins des chiots chez l’éleveur et franchement c’est très instructif car on ne sait pas ce qui se passe avant d’aller chercher notre bébé et je n’ai jamais trouvé ce genre de renseignements dans d’autres ouvrages.
L’entretien courant, l’alimentation, la reproduction sont bien détaillés. On trouve des sujets très intéressants sur quelques maladies courantes et cerise sur le gâteau, des soins simples sans danger.

L’auteur a été éleveuse de Bouvier Bernois, ce livre lui est donc entièrement consacré mais honnêtement tout les conseils d’éducation donnés peuvent s’appliquer à n’importe quel compagnon à 4 pattes. Et même si quelques chapitres sont faits particulièrement pour les grandes races, beaucoup de poilus ainsi que leurs maîtres pourraient se reconnaître dans ces lignes.

Une excellente lecture et une mine d’or que je conseille fortement