La libération d'Orléans : 8 mai 1429 de Régine Pernoud

La libération d'Orléans : 8 mai 1429 de Régine Pernoud

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Histoire

Critiqué par Jlc, le 24 août 2008 (Inscrit le 6 décembre 2004, 76 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 2 724 

Le boulet perdu, la vierge singulière et le mystère fervent.

Le 8 mai 1429 fait partie de ces journées fondatrices qui, au-delà de leur portée immédiate, ont une résonance symbolique qui les dépasse, révélant une époque et annonçant un changement du cours de l’Histoire. Ainsi en est-il de la chute du mur de Berlin le 10 novembre 1989, du 11 septembre 2001, de l’entrée des chars soviétiques à Prague le 21 août 1968. Ainsi en fut-il du 8 mai 1429 où Jeanne d’Arc, cette « vierge singulière », délivra de façon surprenante Orléans, signant ainsi la fin de la France anglaise avec les conséquences qui allaient s’en suivre pendant plusieurs siècles.

Régine Pernoud, historienne du Moyen Age et de Jeanne d’Arc en particulier, ouvre son récit par la mort du comte de Salisbury, tué par un « boulet perdu ». La disparition de ce grand capitaine anglais qui assiège Orléans est perçue par ses contemporains comme un jugement de Dieu. Il est puni non seulement pour avoir mis à sac Notre Dame de Cléry, violant ainsi les lois de l’Eglise, mais aussi pour assiéger Orléans dont le suzerain est prisonnier des Anglais depuis la bataille d’Azincourt, violant cette fois les lois de l’Eglise et de la chevalerie. En un temps où la foi est fervente et la religion à la base de tout, ces évènements vont troubler le camp anglais.
Nous sommes à une époque où la France, depuis le traité de Troyes de 1420, a un roi français, qui par ailleurs est fou, et un régent anglais. Le second doit succéder au premier et la France devenir terre anglaise. Or les deux meurent en 1422 et l’héritier anglais est un enfant de quelques mois. Occasion pour le fils du roi de France, Charles, de contester le traité.
Orléans est une place stratégique qui commande les communications entre la France du Nord, dominée par les Anglais et celle du Sud ralliée au roi. « Le sort d’Orléans, c’est la survie ou la disparition de la monarchie française ».
Régine Pernoud décrit avec beaucoup de talent cette époque de « désordre, de division, d’incertitude, d’inertie, d’insécurité » rongée par la guerre, la peste et la famine. Elle raconte les intrigues, les coups de théâtre, les trahisons, les renversements d’alliances, les erreurs stratégiques comme cette «bataille des harengs », en février 1429, qui laisse la ville encore plus abandonnée à elle-même. Elle rend hommage aux habitants qui ne se résignent pas quand les grands féodaux jugent la cause perdue et préparent « leurs arrières ».
« Il n’y a plus aucun espoir terrestre quand apparaît le signe d’un secours céleste ». Quand tout est compromis, la rumeur envahit Orléans : Jeanne d’Arc, qui vient de rencontrer le Dauphin Charles, arrive. Dans un tel moment de désarroi, cette nouvelle apporte espoir et énergie. Cette jeune fille inexpérimentée va, par son charisme, son enthousiasme, son sens des symboles (le cheval blanc, l’étendard blanc, l’habit de soldat), la force de sa foi, renverser le cours des choses. Là où les autres temporisent, elle fonce. Aux chevaliers qui ergotent, elle oppose sa voix « claire, simple et droite ». Et la confiance succède au désarroi. Au mépris des lois de la guerre mais pas à celui des lois de Dieu (on ne fait la guerre ni le dimanche, ni les jours de fête religieuse), et avec beaucoup de chance, elle va faire d’une retraite un assaut et démoraliser des Anglais pourtant mieux aguerris, mieux organisés et mieux équipés que des Français individualistes et indisciplinés.
Orléans libéré ouvre la route du sacre à Reims avant que les trahisons, les jalousies, les lâchetés et les accusations de sorcellerie et d’hérésie ne conduisent au bûcher de Rouen. Mais Orléans libéré, c’est aussi la fin de la domination anglaise, la fin de la France féodale au profit de la reconstruction monarchique avec unité territoriale et dépendance immédiate au souverain.

Un récit très intéressant qui sait mêler petits faits et grandes perspectives, même si, à l’évidence, il ne se prononce pas sur la manifestation divine. Le pourrait-il, d’ailleurs ?

La libération d’Orléans met fin à toute une série de défaites des Français et les contemporains y ont vu le pardon de Dieu. C’est pourquoi cette victoire, qui n’est historiquement peut-être pas si importante que ça, suscita une aussi étonnante et fervente émotion, changeant les mentalités au point que la poétesse Christine de Pisan la célèbre en deux vers :
« L’an mil quatre cent vingt-neuf
Reprit à luire le soleil. »
D’autres auteurs vont très vite écrire et faire représenter « Le mystère du siège d’Orléans » qui magnifiera l’évènement et contribuera à perpétuer jusqu’à nos jours cette émotion. Orléans est ainsi devenu un « haut lieu de la mémoire nationale, une incarnation symbolique de la France, lieu de résistance, de martyre, d’héroïsme et de victoire ».
Oui ce 8 mai 1429 est bien une de ces journées qui ont fait la France

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La libération d'Orléans [Texte imprimé], 8 mai 1429 Régine Pernoud postface de Jacques Le Goff
    de Pernoud, Régine Le Goff, Jacques (Postface)
    Gallimard / Les Journées qui ont fait la France
    ISBN : 9782070781843 ; EUR 22,00 ; 09/11/2006 ; 304 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Forums: La libération d'Orléans : 8 mai 1429

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La libération d'Orléans : 8 mai 1429".