Le monde perdu de Arthur Conan Doyle

Le monde perdu de Arthur Conan Doyle
(The Lost World)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique , Littérature => Voyages et aventures , Littérature => Anglophone

Critiqué par Patman, le 9 novembre 2001 (Inscrit(e) le 5 septembre 2001, 57 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 8 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 371ème position).
Visites : 5 795  (depuis Novembre 2007)

Elémentaire mon cher Crichton !

Tout le monde connaît les aventures de Sherlock Holmes bien sûr. Mais le plus grand détective de tous les temps n’est pas le seul personnage issu de l'imagination fertile de Sir Arthur. Le professeur Challenger, éminent scientifique, soupe au lait et colérique, est le héros de quelques romans moins connus.
Les éditions « J’ai Lu » ont eu la bonne idée de ressortir cet été ce Monde Perdu, l’aventure la plus connue du brave professeur, adaptée deux fois au cinéma dans les années cinquante- soixante, les amateurs de séries B s'en souviennent sûrement. Et nous voilà donc plongé dans un Jurassic Park version 1900 !
Malone est Irlandais, joueur de rugby, jeune journaliste et de surcroît, amoureux de la belle Gladys. Pour les beaux yeux de sa belle, notre héros, narrateur de l’histoire, va se lancer dans une folle aventure en Amazonie avec Lord Roxton, un aventurier comme on n’en fait plus, et le professeur Summerlee, un vénérable zoologiste adversaire des thèses jugées fantaisistes du professeur Challenger. Pensez donc , celui-ci ne prétend-il pas avoir découvert un ptérodactyle sur un mystérieux plateau perdu au cœur de la forêt vierge ! ! ! Les 2 savants, le grand aventurier et le journaliste, aidés par quelques indiens terrifiés, deux métis à l’air sournois et de Zomba, un grand noir plus fidèle qu'un chien de chasse, s'élancent vers le plateau mystérieux. Inutile de préciser que l’aventure et les découvertes vont se succéder au fil des pages : ptérodactyles, iguanodons, cruels allosaures, et mêmes des hommes-singes, le fameux « chaînon manquant ». Un petit régal à mettre entre toutes les mains. Bien construit, superbement documenté pour l'époque, avec une bonne dose d'humour, ce petit roman se laisse lire avec beaucoup de plaisir. Les admirateurs de Doyle retrouveront avec un petit sourire narquois la petite touche de misogynie du « maître » dans la façon dont il traite le personnage de Gladys. Notons au passage que cette fameuse Gladys, contrairement aux versions cinéma du « Monde Perdu » ne participe pas à l’expédition et n’est présente que dans le premier et…le dernier chapitre du roman. Quand je vous disais que Sir Arthur était misogyne !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Aventures fantastiques

9 étoiles

Critique de CC.RIDER (, Inscrit le 31 octobre 2005, 61 ans) - 3 mai 2016

Le jeune journaliste Ed Malone est amoureux de la jolie Gladys qui n’éprouve rien pour lui. Elle lui annonce qu’elle se réserve pour un homme courageux, intrépide, héroïque, capable de réaliser des exploits surprenants. Pour époustoufler sa belle, Malone décide de se lancer dans une enquête particulièrement risquée. McArdle, le rédacteur en chef de la Daily Gazette, lui propose de l’envoyer démasquer le professeur Challenger qui, au retour d’une expédition en Amérique du Sud, a osé déclarer avoir découvert une région où vivraient encore toutes sortes d’animaux préhistoriques.
« Le monde perdu » est un roman d’aventures fantastiques de très belle facture. Conan Doyle a su créer tout un univers préservé par la nature suite à divers mouvements telluriques avec dinosaures, ptérodactyles, iguanodons, tyrannosaures et autres hommes-singes. Le lecteur se retrouve donc dans une sorte de « Jurassic Park » bien avant l’heure, vu que cet opus parut en 1912. Les personnages sont tous attachants et bien campés. On s’amuse des disputes entre les deux savants, de la naïveté du jeune journaliste ou du snobisme de l’aristocrate de service. Tout est raconté tambour battant dans un style impeccable et truffé de péripéties relançant sans cesse l'intérêt. Quel plaisir de lire un ouvrage qui n’a pas pris la moindre ride et n’a rien à envier à ceux de nos auteurs actuels.

Jungle préhistorique

10 étoiles

Critique de Windigo (, Inscrit le 11 octobre 2012, 36 ans) - 4 mars 2015

Deux scientifiques, Challenger et Summerlee, un journaliste, Malone, et un aventurier, Roxton, vont dans l'Amazonie pour une expédition sensationnelle, dans le but de corroborer les dires de Challenger. Il y a là-bas, selon lui, un endroit qui abrite des dinosaures.

L'endroit si particulier est quasi-inaccessible et les quatre protagonistes de l'histoire travaillent d'arrache-pied pour y parvenir et, enfin, y sortir. Pendant qu'ils sont sur ce territoire, ils découvrent que Challenger avait raison, ils y découvrent des ptérodactyles, des allosaures, des iguanodons, et des hommes-singes, et toute une panoplie de végétaux et d'animaux préhistoriques.

Ce roman, qui a inspiré Crichton, pour son roman ''Le parc Jurassique'', m'a plu pour le côté aventurier et scientifique.

un roman d'aventures !

8 étoiles

Critique de Ellane92 (Boulogne-Billancourt, Inscrite le 26 avril 2012, 43 ans) - 3 septembre 2014

Edouard Malone est journaliste à la Daily Gazette. Et surtout, il est amoureux de la belle Gladys, elle dont les yeux ne brillent pas pour le petit écrivaillon auquel elle reproche son manque d'ambition. C'est d'ailleurs peut-être à cause de ces beaux yeux là que Malone se retrouve embarqué à destination de l'Amazonie. Un chasseur très réputé, Lord Roxton, voyagera en sa compagnie, ainsi que deux chercheurs à la personnalité bien trempée, les Pr Challenger et Summerlee. L'objectif de l'expédition ? Confirmer ou infirmer les dires du Pr Challenger, qui affirme qu'un certain plateau amazonien abriterait encore de la vie préhistorique : des fleurs, des plantes et même… des dinosaures !

Quel régal que ce petit livre d'aventures signé par Arthur Conan Doyle.
L'histoire nous est racontée par le journaliste Malone, qui fait des comptes-rendus qu'il désespère de faire parvenir à son journal. Il nous fait part du déroulement de l'expédition, des difficultés rencontrées, fait état des traitrises, des détresses, des découvertes et émerveillements. On se régale des échanges drolatiques entre les deux savants, on tremble quand les ptérodactyles volent sur nos têtes, on s'interroge sur les hommes-singes. Bref, on s'amuse à chaque instant devant l'imagination et le sens du rythme de l'auteur, qui ne se prive pas d'égratigner ici ou là la gent féminine (forcément intéressée), la communauté scientifique dont les débordements frisent souvent le ridicule, ou ses contemporains !
Un récit parfait pour se détendre et se divertir !

Les indigènes étaient des Indiens Cucuma ; c'est une race aimable mais dégénérée, dont l'efficacité mentale ne dépasse pas celle du Londonien moyen.

Ainsi, nous étions tous quatre sur le pays de nos rêves, le monde perdu, le plateau découvert par Maple White. Nous eûmes l'impression de vivre l'heure de notre triomphe personnel. Qui aurait pu deviner que nous étions au bord de notre désastre ?

Agréable moment de détente

9 étoiles

Critique de Som Lang (Ecrouves, Inscrit le 28 octobre 2011, 46 ans) - 4 janvier 2014

Comme l'a dit Frankgth dans sa critique précédente, le livre est à destination des adolescents, mais pas seulement. Je l'avais lu au lycée et après l'avoir relu aujourd'hui, j'éprouve le même plaisir à suivre la tête de taureau assyrien du prof. Challenger.

Et, oui, ça marche ! les pieds dans des pantoufles, un bon cognac à portée de main, on décolle pour cette belle aventure à la poursuite d'animaux préhistorique, de tribus humanoïdes. On rit de cette querelle amusante entre les 2 professeurs, toujours à se lancer des piques, mais émus et excités comme des enfants devant la découverte d'une nouvelle fleur ou d'une pierre. On prend part à la guerre entre les tribus. Et lorsque Summerlee éclate de rire malgré leur situation périlleuse, en revoyant la face simiesque de Challenger, adoré par la tribu d'homme-singe, et disant de lui qu'il pourrait être leur frère, on éclate de rire aussi ! On tremble pour eux, se demandant comment ils vont s'en sortir sans se faire dévorer !
C'est bien écrit, c'est documenté, c'est riche, c'est amusant, plein de suspense: Tous les ingrédients d'un bon roman d'aventure. Que demander de plus !

La genèse

8 étoiles

Critique de Frankgth (, Inscrit le 18 juin 2010, 49 ans) - 5 mars 2011

Le professeur Challenger, sorte de capitaine Haddock Anglais, est persuadé d'avoir découvert des dinosaures vivants dans un coin reculé d'Amérique du sud. Mais il n'a malheureusement pas pu en ramener de preuve. Devant le scepticisme du monde scientifique il initie une nouvelle expédition pour prouver ses dires. C'est donc accompagné de son principal détracteur, d'un aventurier célèbre et d'un jeune journaliste en mal de sensations qu'il retourne dans la terrible jungle Brésilienne. Et ce qu'ils vont y trouver ira bien au-delà de ce qu'ils pouvaient imaginer.

Un roman rapide, entraînant et amusant, certainement adapté à un public d'adolescents, mais qui reste agréable à n'importe quel âge, et qui donne forcément envie de lire la suite des aventures de notre irascible professeur dans La ceinture empoisonnée.

Un bon roman d'aventure

8 étoiles

Critique de Lolo6666 (, Inscrit le 20 août 2009, 45 ans) - 11 juillet 2010

Quelque peu sceptique en parcourant la quatrième de couverture et ses allusions à Jurassic Parc, je n'étais pas prêt à revivre trait pour trait l'aventure réalisée par Spielberg. M'attendant donc tout naturellement à parcourir une aventure initiée par la découverte d'un hexapode fossilisé ayant conservé l'ADN de ces gigantesques sauriens dans ses entrailles, c'est avec un immense plaisir que j'ai suivi les péripéties du journaliste Malone et de ses acolytes à travers une aventure complètement différente.
C'est une conquête, une expédition, dans la même lignée que les nombreuses entreprises conduites par les grands explorateurs afin de déceler les merveilles cachées de notre planète.
Ici les témoignages scientifiques du tempétueux Professeur Challenger, affirmant que la vie préhistorique persiste là-bas, dans le fin fond de la forêt Amazonienne, sont réduits à de pures extravagances par les savants du monde entier. Est ainsi lancé le défi de corroborer ces allégations par une mission associant le journaliste Malone, personnage central de l'histoire ayant pour rôle de relater l'excursion périlleuse, le Pr Summerlee, chercheur naturaliste et premier détracteur des déclarations du Pr Challenger et Lord John Roxton, un chasseur aventurier ayant déjà affronté de multiples dangers lors de ses précédents périples.
C'est bien écrit, facile à lire et à suivre. L'histoire est rythmée et nous pousse constamment vers la fin du roman. La confrontation des personnages avec "le chaînon manquant" de l'évolution humaine lui donne une autre dimension et nous permet de sortir de la rencontre simple entre homme et animaux préhistorique.
Non décidément, nous sommes loin, très loin de Jurassic Parc. Iguanodon et Ptérodactyles sont bien présents mais ne représentent en rien les implacables moteurs du récit de l'auteur.

Le meilleur de Conan Doyle

8 étoiles

Critique de Folfaerie (, Inscrite le 4 novembre 2002, 50 ans) - 16 juin 2004

Ce n'est pas la misogynie que je retiendrai de ce fabuleux roman mais bien la puissance d'imagination de Conan Doyle et de son art à camper des personnages inoubliables. Beaucoup plus riche et intéressante que les aventures de Sherlock Holmes, la partie de l'oeuvre consacrée aux exploits du professeur Challenger mérite d'être redécouverte. Au fond la postérité n'a vraiment retenu que le génial Sherlock, mais il est grand dommage de passer à côté du reste de l'oeuvre de Doyle (ce qu'il regrettait aussi, à tel point qu'il finit par cordialement détester Sherlock qui vampirisait toute son oeuvre littéraire). Aussi bien ses romans historiques, que ses contes et surtout, ce formidable personnage qu'est Challenger. J'ai toujours préféré ce type de savant et ses aventures que celles inventées par Jules Verne, aucun de ses héros n'arrivant à la cheville de l'irascible professeur, dont la personnalité m'a toujours enchantée et fascinée.
Pour ceux qui seraient intéressés, on peut se procurer l'intégrale des exploits du professeur Challenger dans la collection Bouquins chez Robert Laffont.

Forums: Le monde perdu

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le monde perdu".