Malevil de Robert Merle

Malevil de Robert Merle

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Bolcho, le 6 novembre 2001 (Bruxelles, Inscrit le 20 octobre 2001, 69 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 20 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (156ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 9 915  (depuis Novembre 2007)

Pour une civilisation post nucléaire

Dans sa veine « cosmogonique » Robert Merle a produit deux romans qui sont de pures merveilles. Celui-ci (considérablement desservi par le film du même nom) et « L'île » dont je dirai un mot par ailleurs.
En ce qui concerne « Malevil », il suffira d’indiquer le point de départ du récit – une catastrophe nucléaire majeure ne laissant que de rares survivants – pour en deviner le propos : si nous avions l’occasion de « refaire » une civilisation à partir de zéro (ou presque), qu'en ferions-nous ? Mais il ne faut pas imaginer que Merle passe son temps à répondre à la question. Pas du tout. On a droit à un récit endiablé, foisonnant, plein d'aventures, d’imagination, de roueries diverses et de bons sentiments. Rien n’y manque. Ni les bagarres, ni les amours, ni les problèmes techniques à résoudre : le groupe de survivants en est presque à devoir réinventer la roue (au moins le fil à couper le beurre…). Et si vous avez vu le film, oubliez-le. La scène finale, par exemple, y est d'une insondable bêtise qui détricotte tout le propos, comme ça, en cinq minutes. Et dire que, je le suppose, Robert Merle a dû donner son accord. Maintenant, si vous avez déjà lu « Fortune de France », il est probable que vous aurez une vague impression de Siorac-au-temps-de-la-bombe. Le décors et les conditions matérielles sont les mêmes finalement. Quelqu’un s'en plaindra-t-il ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Magnifique

10 étoiles

Critique de Lison (, Inscrite le 6 février 2014, 67 ans) - 29 juin 2014

J’ai abordé ce roman avec réserve, m’attendant un peu à une histoire austère et ennuyeuse. Mais quelle bonne surprise, c’est exactement le contraire ! Dès les premières pages, j’ai été séduite par le style remarquable de Robert Merle, élégant et limpide, et par la force de ce récit, présenté sous forme de journal. Le sujet est passionnant : après un cataclysme nucléaire, un petit groupe de survivants va devoir tout réorganiser et résoudre les nombreuses difficultés qui ne vont pas manquer de se présenter. Outre la survie immédiate et les conditions matérielles, il va falloir reconsidérer la religion, la place des femmes, la notion de famille, certaines valeurs morales… Les événements se succèdent à un rythme soutenu, on ne s’ennuie pas un instant, difficile de lâcher le bouquin ! Certes, le narrateur, chef naturel du groupe, se donne le beau rôle mais cela ne m’a pas gênée et de plus, l’intervention d’une autre personne dans le journal modère les propos et rétablit quelques vérités.
Une belle découverte, un roman magnifique.

Merle et la religion ?

5 étoiles

Critique de Martin1 (Chavagnes-en-Paillers (Vendée), Inscrit le 2 mars 2011, - ans) - 10 octobre 2013

Avec "Ravage", Barjavel nous décrivait un retour à la barbarie effrayant de réalisme. Ici, le sujet est très similaire, à ceci près que les personnages ne sont pas itinérants mais sédentaires. Mais Merle aborde l’apocalypse de manière plus étirée, détaillée, il se penche davantage sur ce que signifie véritablement monter un groupe de survie stationnaire. Et on en apprend beaucoup sur la question. Les rivalités entre le château de Malevil et La Roque, où même avec les bandes armées pillardes en recherche de nourriture sont passionnantes.
Mais en bon communiste, Merle doit inclure dans son récit des notions idéologiques pénibles. Il nous parle de religion et de prêtres, lui, qui ne pratique pas plus l’une qu’il ne fréquente les autres. Il est clair qu’il parle de ce qu’il ne connaît pas. On assiste à des confessions absurdes (pour un athée comme pour un religieux), des simulacres de mariage. Les prêtres se vautrent dans le péché et encouragent leurs paroissiens à faire de même. Pourquoi Merle, dans Malevil, s’embarrasse-t-il d’une religion catholique « obsolète » qu’il aurait pu tout simplement éliminer ? J’imagine qu’il révèle le côté « religieux »… de la morale de gauche elle-même. Au bout d'un moment, l’auteur se prend les pieds dans son étole : le point de non-retour a été l’élection de l’abbé du domaine. Je me suis demandé comment il allait s’en dépatouiller. Finalement, il se réfugie dans un manichéisme grossier : le rival Fulbert, séducteur et sans scrupules, une sorte de Hitler en soutane.
C’est dommage, car ce roman aurait pu être autre chose qu’un « roman de gauche », il avait tant de potentialités : écriture brillante, talents de conteur indéniable, un suspense soutenu avec la rivalité avec Fulbert le faux prêtre, des personnages bien construits (surtout Emmanuel, le manipulateur, et Thomas).
Je pensais aussi que ce livre serait un bon terrain de bataille idéologique, mais tous les thèmes à controverse – polygamie, adultère, fanatisme religieux – ne sont que trop superficiellement abordés. Mais en faisant abstraction de tout ce que j'ai dit précédemment, on peut dire qu’il s’agit malgré tout d’un bon divertissement.

Et après...

10 étoiles

Critique de Lecassin (Saint Médard en Jalles, Inscrit le 2 mars 2012, 61 ans) - 7 décembre 2012

Malevil, un château fort du Périgord, adossé à la falaise, où la vie s'écoule dans la sérénité d'un fonctionnement campagnard un peu rustique…
Autour de Malevil, la ferme de l'Etang creusée dans la falaise, La Roque et Courcejac deux petits villages, comportant des survivants, et Malejac, un bourg proche, totalement réduit en cendres…

Survivants, cendres…

Emmanuel Comte, viticulteur est en dégustation à la cave de son château de Malevil en compagnie d'amateurs. C'est alors que « l'événement » se produit : une gigantesque déflagration… puis plus rien, plus de radio, plus d'électricité ; seulement une température extérieure suffocante… aux alentours, des ruines…
« Malevil », c'est un roman post apocalyptique, dans le genre de « Ravage » de René Barjavel ; ici, point de gigantesque panne d'électricité et d'incendie, mais une explosion – que beaucoup de lecteurs considèrent nucléaire – qui transforme le paysage en champ de ruines. Les « cavistes » se croient dans un premier temps les seuls survivants ; ils ne tarderont pas à découvrir que les villages de La Roque et Courcejac ainsi que la ferme de l'Etang en comptent également, quand ils se manifesteront pour voler les ressources alimentaires de Malevil, instinct de survie oblige.

« Malevil », un roman qui donne l'occasion à Robert Merle d'étudier les différentes possibilités d'organisation humaine, de la dictature de Fulber à La Roque, à la démocratie autour d'un chef reconnu par tous, Emmanuel, bien entouré par Peyssou, Meysonnier et Colin comme à Malevil, sans oublier le côté anarchique de l'équipe de pillards emmenée par Villemain…
L'occasion également d'aborder des thèmes comme la religion, la politique, la place des femmes dans la société, le monde rural, le rôle du chef, la monogamie… Bref, les piliers de toute organisation humaine.

Un roman qui fut adapté au cinéma avec une pléiade d'acteurs en renom dont Michel Serrault, Jean-Louis Trintignant, Jacques Villeret… mais qui fut renié par Robert Merle pour son coté réducteur et policé…

Il reste que « Malevil » est un de mes romans préférés dans le genre « robinsonade post-apocalyptique ».

très bon!

8 étoiles

Critique de Manu2793 (Voiron, Inscrit le 15 novembre 2010, 30 ans) - 3 décembre 2012

Un très bon livre de science fiction. j'ai lu ce livre avec passion. Des personnages très intéressants même si le narrateur (personnage principal) énerve parfois, manipulateur, impérialiste et très calculateur. Heureusement une autre personne prend la parole sous forme de note parfois pour nuancer les propos d'Emmanuel mais celui-ci reste trop gentil à mon goût. Très peu de chose à redire on ne s’ennuie jamais le rythme est très soutenu les descriptions sont rares et succinctes. Je le conseille aux fans de science fiction et aux personne aimant les classiques.

Un monde post-apocalyptique

8 étoiles

Critique de Florian1981 (, Inscrit le 22 octobre 2010, 36 ans) - 31 janvier 2011

Le livre est bien construit: la vie d'avant, "l'événement" et la vie d'après dans laquelle il faut d'abord survivre, puis nouer des relations avec d'autres survivants et enfin envisager de reconstruire petit à petit une nouvelle civilisation.
Le livre est assez long mais le style est facile d'accès et fluide de sorte que ça se lit vite.
Les personnages sont assez fouillés et on s'attache assez vite à eux. Ainsi, on partage leurs difficultés, leurs déboires et leurs succès. On s'aperçoit que ce qui est insignifiant dans notre civilisation actuelle prend des proportions dramatiques dans une civilisation post-apocalyptique : le soleil, la pluie, le blé, le lait, les outils etc!
Maintenant au rayon des quelques bémols : un livre un peu trop manichéen à mon goût, à croire que les seuls bons sont ceux de Malevil, des relations que je trouve un peu trop conflictuelles : pourquoi les autres rescapés veulent-ils toujours attaquer Malevil plutôt que d'essayer de s'entendre? , certains passages m'ont semblé peu crédibles, le héros principal est un peu trop doué me semble-t-il pour être réaliste (et le contrepoids apporté de temps en temps par Thomas est bienvenu mais trop rare) et la fin du roman me paraît vraiment trop expéditive voire bâclée, et je n'ai pas trop aimé le sort fait au pauvre Colin, qui ne colle pas avec le reste du livre.

Malgré tout un très bon roman que j'ai pris plaisir à lire et qui permet, s'il en était besoin, combien la civilisation que nous connaissons est fragile à cause des armes de destruction massive pour peu qu'elles tombent dans les mains de personnes mal intentionnées.

Classique, efficace, un livre de "faiseur"

6 étoiles

Critique de CptNemo (Paris, Inscrit le 18 juin 2001, 43 ans) - 10 mars 2009

L'apocalypse nucléaire a eu lieu. Un groupe de survivants occupe un château fort du moyen âge et essaye de survivre dans le monde hostile d'après "l'événement" : rareté de la nourriture, bande de pillards errants... Le lecteur ne saura jamais rien du pourquoi de l'événement ou de ce qui passe dans le monde, la force du livre c'est de s'intéresser à un groupe de personnes et de voir comment ils réagissent et évoluent dans une situation terrible.

Malevil c'est un roman d'anticipation qui traite plutôt bien un sujet assez classique, la réorganisation des survivants dans un monde post-apocalyptique.

Je dis plutôt bien car Merle est un excellent conteur et son récit est très accrocheur : les rebondissements sont nombreux, l'action omniprésente, c'est bien écrit (sobre, classique mais efficace), les personnages sont bien campés même si ils sont un peu archétypaux. Les rebondissement sont toutefois plutôt classiques (enfin pour ce genre de thème) ainsi que les solutions que trouvent nos héros.

Les questionnement surgissent à chaque page : comment faire face au quotidien dans un monde détruit ? faut il renoncer à l'ancienne morale pour adopter des comportements permettant la survie ? quelle place pour l'amour? la violence ?


Merle mêle avec adresse récit d'aventure et interrogation sur l'homme et sur la civilisation et ce roman avait donc vraiment tout pour me plaire et décrocher au moins quatre étoile. Mais j'ai eu un gros problème pendant tout le roman : le narrateur. Qui est aussi le personnage principal et le chef de la communauté, malheureusement pour le lecteur.

En fait il m'a été insupportable dès le début : infaillible, prétentieux, sur de lui, don juan, chef de guerre génial, fin politique, adulé par ces camarades qui encensent chacune de ses décisions etc etc. Non seulement il a trop de qualité pour ne pas être absolument inintéressant mais en plus il est totalement prétentieux. Et comme il est également le narrateur cela m'a rapidement agacé pour rester poli.

Alors je me doute bien que cette prétention qui transpire est plus ou moins voulue par l'auteur mais je me suis demandé pendant toute la lecture, pourquoi ? Sans jamais trouver la réponse, je dois bien l'avouer.

Et puis toutes ces qualités dans une seul personne c'est vraiment très lassant. Alors que les autres personnages sont très humains avec leur force et leur faiblesse (la psychologie des personnages est toutefois limitée dans tout le livre), le narrateur est un surhomme que tout le monde adore avoir comme chef et lui trouve ça tout a fait normal.

Ce ne sont pas les rares et courts contrepoints venant d'un autre narrateur qui viendront changer ce sentiment très désagréable qui gâche quand même pas mal le livre je trouve.

Finalement j'étais très content d'avoir fini pour être enfin débarrassé d'Emmanuel Comte.

Au final j'ai le sentiment d'un récit plutôt classique dans sa thématique et dans son traitement, conté avec talent mais qui reste loin du chef d'œuvre à cause d'une psychologie des personnages plutôt sommaire et d'un narrateur simplement insupportable.

Un livre de "faiseur" comme certains les appellent : ces auteurs qui savent construire conduire une histoire, savent écrire bref qui savent faire des bons romans mais à qui il manque la petite flamme qui fait les vrais chefs d'œuvre

N'essence et histoire d'un chef.

8 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 46 ans) - 6 janvier 2009

Il y aurait long à dire sur Malevil, qui commence comme un roman de terroir, passe par une phase d'anticipation et fini dans le roman social. Un grand livre à coup sûr. L'auteur fait écho à plein de problèmes actuels. De la préservation de la planète aux ressources humaines et ses difficultés. Emmanuel incarne le chef suprême, le guide. Malevil n'est pas un lire qui raconte une histoire, il fait plus que cela, il place des jalons pour l'histoire et vosu oblige à compléter la lecture par des réflexions personnelles plus qu'aucun autre livre. C'est sans doute pour cela que j'ai eu du mal à le lire. Non pas dû à la qualité littéraire, loin s'en faut, mais à la nécessité de relancer la lecture pour faire progresser l'histoire qui faisait son chemin en moi. En fait j'ai truové cet ouvrage des années 70 très actuels; N'est-ce-pas la qualité des grands écrivains que d'anticiper et d'être toujours au goût du jour.

Un magnifique roman d'anticipation psychologique

10 étoiles

Critique de BastiennePhroche (, Inscrite le 15 septembre 2008, 40 ans) - 23 octobre 2008

Dans ce roman apocalyptique, Robert Merle montre un groupe d'hommes face à une situation extrême, dans des conditions où la survie est devenue la seule ambition. Il dissèque l'être humain et ses comportements et nous montre avec une simplicité édifiante que, finalement, même si une solidarité humaine peut se développer pour résister au poids du destin, le pouvoir et la volonté de conquête demeurent fatalement les deux moteurs de l'espèce humaine.
Voilà un roman qui fait réfléchir sans qu'on ait non plus l'impression d'avoir une chape de plomb dans le cerveau. Merle décrit les aventures de ses personnages mais laisse au lecteur le soin de tirer lui-même les conclusions de leurs attitudes. Son héros est intelligent, charismatique, ingénieux et rusé; il incarne le chef dans toute sa puissance bénéfique. Il montre le besoin de toute communauté humaine pour se construire de se rassembler autour d'une figure à la fois autoritaire et juste. Exactement ce qui manque dans nos civilisations modernes décomposées.
A chaque réaction du groupe face à un problème, on est à la fois surpris (ils choisissent toujours une solution qui ne semblait pas une évidence, et Merle est assez habile pour éviter les situations cliché), et en même temps, on ne peut s'empêcher de penser: "bien sûr, j'aurais fait ainsi à leur place, c'est logique, cela correspond à la nature humaine!". Ce qui fait que c'est à la fois réaliste et inattendu.
Ce récit est étincelant verbalement, avec une intrigue bien charpentée et des personnages tellement fins qu'on les sent vivre dans son esprit.
C'est tout simplement magnifique et même si la densité du livre peut faire peur, il ne faut pas hésiter à plonger dans cette lecture, ça se lit d'une traite tant le style est limpide et généreux.

Deuxième Merle

10 étoiles

Critique de L'Ankou (Levallois, Inscrit le 9 novembre 2005, 72 ans) - 6 mars 2007

Mon titre fait référence à Joebob.
Dans ce qui est dit çi-dessus personne ne parle de ce qui est le plus intéressant (pour moi..) c'est à dire la gestion d'une communauté fermée ou il y a un déséquilibre entre le nombre de femmes et le nombre d'hommes, on retrouve une réflexion sur ce thème dans deux autres excellents livres de robert Merle : Les hommes protégés et L'Ile.

agréable mais un rien trop "scolaire"

7 étoiles

Critique de Virgile (Spy, Inscrit le 12 février 2001, 38 ans) - 2 janvier 2007

C'était aussi mon premier Merle et j'en sors content. Pas ébahi, pas atterré mais content.

C'est un gros bouquin mais qui se lit assez rapidement du fait des nombreux rebondissements qui émaillent le récit mais je n'y ai pas trouvé beaucoup d'inventivité.

Ce n'est pas très "spectaculaire" (ce qui n'est pas forcément un tort) mais la galerie des personnages est assez attachante et très vivante dans le monde moribond qui est décrit.

Pour répondre à Ena, le mot parpalège n'est en effet pas non plus dans mon dico mais on peut il me semble déduire du contexte que parpalèger signifie cligner plusieurs fois des yeux rapidement. C'est un des trucs qui font un peu scolaire dans ce livre, certains mot sont utilisé avec leur définition dans la même phrase (c'est bien pour les mots qui ne sont pas dans le dico n'empêche).

En conclusion je dirais qu'il s'agit d'un bon divertissement avec quelques réflexions interessantes mais dont il ne faut à mon sens pas attendre de grande illumination. :o)

pas une page d'ennui

10 étoiles

Critique de Soili (, Inscrit le 28 mars 2005, 44 ans) - 3 septembre 2006

L'histoire est simple et terrible à la fois, dans un petit village du sud ouest de la France, un groupe d'amis se réunit dans une cave pour parler élections locales, et au même moment le monde est détruit par une guerre atomique .

Donc ce groupe fait partie des miraculés qui ont survécu, mais que faire après la bombe ? Comment se nourrir ? Quel intérêt à la vie ? Malevil est le nom du château qui abrite désormais ce groupe de survivants et de par sa position et les quelques réserves qu'il possède, devient un lieu de forte convoitise pour d'autres groupes de survivants.

Le roman relate la vie des survivants et se révèle un formidable roman d'aventures agrémenté de multiples rebondissements. Ce roman se lit avec une grande fluidité et est de bout en bout captivant sur un thème qui est pour moi passionnant : comment réagir en recommençant tout à zéro , en participant à l'élaboration d'une société nouvelle sans règles , sans certitudes

Amitié-ville

10 étoiles

Critique de Ena (Le Gosier, Inscrit le 25 octobre 2004, 55 ans) - 9 juillet 2005

Je termine à l’instant Malevil et je suis la proie d’une émotion intense. Spontanément après avoir lu la dernière ligne j’ai prononcé le mot "merci". Pour qui je ne le sais, peut être pour la personne qui m’a conseillé ce livre, sûrement pour Robert Merle (que je découvre seulement aujourd’hui …) qui m’a fait vivre une expérience extraordinaire dont je ne suis pas encore revenu. Dans ce livre il y a tout, une fiction passionnante, des réflexions sur la vie dans notre société moderne, les rapports humains, amour , amitié, rapport à la religion, c’est vraiment une mine. Par contre ce que veut dire "parpalège" employé plusieurs fois dans le roman reste pour moi une énigme.

Premier Merle

8 étoiles

Critique de Joebob (Chilly-Mazarin, Inscrit le 9 février 2005, 40 ans) - 9 février 2005

Malevil est le premier livre de Merle que j'ai lu, non pas en cours (pas de bol) mais sur les conseils d'un pote qui l'adorait plus que tout.
J'ai bien aimé l'histoire et les persos mais sans plus, en fait à l'époque il me rappelait Ravage de Barjavel sans le style de ce dernier. depuis j'ai lu d'autres Merle (La mort est mon métier, Les Fortune de France en entier, les hommes protégés).
Je ne l'ai pas relu depuis mais je compte le faire le temps d'acheter le livre, mais même sans l'avoir relu je sais que ma première impression n'était pas assez nuancée.
C'est un très bon livre, qui possède le pouvoir de se perdre dans un univers, comme tous les Merle.

Premier choc littéraire

10 étoiles

Critique de Chereau.frederic (, Inscrit le 14 mars 2004, 42 ans) - 14 mars 2004

Meme sentiment que Maya sur ce roman copieux qui se lit -et se relit- d'une traite. Merci au professeur de français qui me l'a fait découvrir en 5e.

Trop... critique ??

7 étoiles

Critique de Zélie (Lipsheim, Inscrite le 14 août 2002, 39 ans) - 26 février 2003

Eh bien voilà, ce qui devait arriver arriva...
Comme certains films adulés par la critique, que vous allez voir avec tellement d'attentes que vous ne pouvez ressortir que déçue, j'ai été déçue par Malevil.
Pourtant, et avant d'aller plus loin, le livre, un véritable livre "d'aventures", se lit avec beaucoup de plaisir : il y a de l'action, des rebondissements, du suspense...Mais, au vue des critiques du site web ici présent, et bien j'ai été déçue...
En fait, et toujours pour faire allusion au cinéma, Malevil, c'est un très bon "Die Hard" : on s'amuse, mais on reste quand même sur sa faim du point de vue des sentiments, de l'approche psychologique des personnages, du "fond" quoi (en cela, j'ai beaucoup aimé les parties "écrites" par Thomas) !
Enfin, loin de moi l'idée de déconseiller ce livre, bien au contraire. Mais seulement...de faire vivre la critique !

Relis-le

8 étoiles

Critique de Sorcius (Bruxelles, Inscrite le 16 novembre 2000, 47 ans) - 15 août 2002

Tu m'as donné envie de lire ce livre! Je le mets sur ma liste; j'aime les livres qui marquent. Mais tu ne dois pas le voir comme un ami que tu ne verras plus. Relis-le, c'est ce que je fais avec mes livres favoris...

mon livre préféré

10 étoiles

Critique de Anonyme (, Inscrit(e) le ??? (date inconnue), - ans) - 14 août 2002

J'ai lu ce livre pour la première fois à 15 ans, et depuis 11 ans et quelques centaines de livres plus tard, il reste celui qui m'a le plus marquée. Un roman d'aventure, d'amitié, d'amour... J'ai pleuré lorsque je l'ai eu fini, comme lorsqu'on quitte de des gens qu'on sait ne jamais devoir revoir.

Super Merle

10 étoiles

Critique de Patman (, Inscrit(e) le 5 septembre 2001, 55 ans) - 9 novembre 2001

J'ai envoyé ce matin ma critique de Malevil! Pas de chance, Bolcho m'a pris de vitesse! J'ai terminé de (re)lire le bouquin avant-hier soir. C'est une fois de plus un superbe roman que nous offre Robert Merle. Je trouve qu'il fait une bonne suite au "Ravage" de Barjavel. J'aime aussi ce procédé narratif consistant à donner la parole à un deuxième personnage (en l'occurence Thomas) qui relativise, conteste ou accentue les propos de Emmanuel, narrateur principal. Robert Merle est pour moins un des plus grands écrivains français du XXème siècle.

Un accent de vérité

10 étoiles

Critique de Maya (Eghezée, Inscrite le 18 octobre 2001, 42 ans) - 8 novembre 2001

« Malevil » a été pour moi un véritable choc littéraire. J’ai plongé et me suis immergée dans cette histoire comme je l'ai rarement fait. Rien n’est prévisible et pourtant, chaque fois qu'un événement se produit, on se dit que c’était inéluctable. Au point que quand on referme le livre, on se dit que si un pareil cataclysme arrive, les survivants en passeront forcément par là.
Pour rassurer Bolcho, je crois savoir que Robert Merle a exigé que l'on retire son nom du générique du film. Il estimait, à juste titre, que l'on avait trop dénaturé son Ïuvre.

Forums: Malevil

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Malevil: aidez moi s'il vous plait :) 3 Bibul 31 juillet 2009 @ 23:00

Autres discussion autour de Malevil »