Oeuvres complètes
de Jean de La Ville de Mirmont

critiqué par Parry, le 30 juillet 2008
( - 65 ans)


La note:  étoiles
Jean de La Ville de Mirmont: mais qui est donc ce garçon...?
Attention Génie méconnu! Jean de La Ville de Mirmont a été tué pendant la guerre de 14/18 et laisse derrière lui à peine 200 pages qui suffisent à sa légende. Il aurait très certainement eu un destin littéraire s’il n’avait fait partie de cette génération perdue, trop vite emportée par la grande faucheuse. Bordelais, ami de François Mauriac, il a tout juste eu le temps de nous donner un acompte de son immense talent. À travers ses poèmes, « l’horizon chimérique », ses contes où l’on voit son désir inassouvi d’être marin, son tout petit roman « les dimanches de Jean Dezert », on découvre stupéfaits une écriture étonnante, obsédante, corrosive, alliant l’absurde, l’humour et la dérision. Jean de La Ville était en avance sur son temps. On peut comprendre qu'il compte parmi les écrivains préférés de Michel Houellebecq (Entre autres) . En tout cas, lorsqu'on a ce livre entre les mains, c'est pour ne plus le lâcher et le parcourir en tous sens. Ce livre sera très vite usé, c'est sûr!
"Et Jean Dezert s"en va tout seul contempler les alligators, qui, dans leurs cuvettes de ciment pleines d'eau tiède, rêvent à des jambes luisantes de jeunes négresses, passant un gué au clair de lune."