Mère disparue de Joyce Carol Oates

Mère disparue de Joyce Carol Oates
( Missing mom)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Tanneguy, le 22 juin 2008 (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 79 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 3 étoiles (45 615ème position).
Visites : 2 028 

C'est lent et long !

Je n'avais rien lu de cet auteur qui semble prolifique et appréciée ( voir les critiques de CL ). J'avoue avoir été déçu, même si la peinture des moeurs nord-américaines modernes m'intéresse toujours. Ici tout est lent, on répète les choses de peur que le lecteur n'ait pas compris, tout est stéréotypé... y compris les bons sentiments.

Une jeune femme "libérée" se démarque de son milieu familial ; elle travaille dans la presse locale du Middle West et y réussit (naturellement !). Sa mère, veuve, va se faire assassiner dans des circonstances pénibles et sa fille va avoir un autre regard sur sa mère, sur ses parents, sur sa soeur, etc... L'intrigue est intéressante mais ne mérite pas 500 pages de développement !

On me recommande de lire "les Chutes" du même auteur, je n'ai encore rien décidé...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Mais que c'est long

5 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 59 ans) - 12 février 2019

Mais que c'est long !
Tout débute par un repas de fête des mères. Sont présents Nikki, sa sœur Clare, le mari de cette dernière, une tante acariâtre, un ou deux amis et un spécialiste en destruction de nuisibles rencontré la veille. On fête Gwen, une dame gaie, veuve, prête à tout pour aller vers les autres et qui veille jalousement sur ses deux filles : Nikki et Clare. Mais la question dans ce roman est de savoir qui veille sur qui ! Nous l'apprendrons plus tard.
Alors ce repas, c'est vraiment du tout grand Joyce Carol Oates... une formidable dissection des participants et de l'ambiance qui en découle ; le lecteur avide se dit "ça y est... "la machine est en route, l'auteure va nous éblouir une fois de plus"
Hélas il n'en est rien.
Le lendemain de cette petite fête Gwen se fait assassiner par un junkie.
Commence alors un long "travail de deuil" (j'ai horreur de cette expression). Le texte vire alors dans de longues descriptions où l'absence règne en maîtresse.
Certainement pas le plus bel œuf de cette écrivaine qui d'habitude fait vibrer le lecteur.

Forums: Mère disparue

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Mère disparue".