Moi, j'aime pas Giscard
de Chantal Dupille

critiqué par Pétoman, le 27 octobre 2001
(Tournai - 43 ans)


La note:  étoiles
Comment devenir président?
Ecrit en 1975 et sans trouvable qu'en bouquinerie, ce livre que de prime abord je pensais être sarcastique se veut être une description du parcours de Giscard de l'enfance à sa présidence.
Dans un premier, on nous dénonce l'imposture de sa dite lignée noble. Ensuite, on nous le montre en opportuniste une fois gaulliste, une fois proche de Pompidou, une fois au centre, une fois à gauche, une fois à l'extrême droite... Ensuite, on nous décrit ses combines pour être proche du peuple en jouant à l'accordéon dans des bals et compagnie alors qu'il a toujours aimé qu'un milieu huppé. Mais cela n'est pas entiérement de sa faute étant donné que cela est du à son pére qui a toujours investi la carrière de son digne héritier. Ainsi, on apprend que valéry était hyperdoué pour le piano
et qu'alors l'instance paternelle l'a empêché de poursuivre dans cette voix, "pas de cymtalbanque" dans la famille. Bref, un bel écrit sur le pouvoir et l'accession à celui ci...généralisable!!!!!
Louix XIV 6 étoiles

Giscard est certainement un homme intelligent, mais il s'est un peu trop pris pour Louis XIV durant son mandat. Surtout après un homme comme Pompidou dans lequel les Français se retrouvaient davantage. Cela dit, Mitterrand fut atteint de la même maladie... Quant à Giscard, il eut beau faire appel à une voyante pour fixer la date des élections de 81, cela ne l'a pas aidé ! Quant aux changements de comportements, ou de tendances, Mitterrand sera aussi un maître du genre. La politique et, surtout, la volonté de pouvoir demandent une grande souplesse et beaucoup d'opportunisme. C'est la règle du jeu !... Ce qui compte c'est de gagner, pas de rester fidèle a ses idées. Tout le monde ne peut pas être de Ga

Jules - Bruxelles - 75 ans - 27 octobre 2001