Le mystère de la chambre jaune
de Gaston Leroux

critiqué par Pétoman, le 25 octobre 2001
(Tournai - 44 ans)


La note:  étoiles
Roule ta bille
Premier tome des aventures de Rouletabille, "le Mystère de la chambre jaune" propose la résolution d'une fameuse énigme: comment dans un lieu clos le mystérieux assassin a pu s'introduire pour tenter d'assassiner mademoiselle Stangerson, scientifique de renom comme son illustre père.
Bref, l'un, si pas le premier, roman d'énigme à la française, bien dans la tradition de l'enquête découverte. Quant à Rouletabille, jeune journaliste prodige de 18 ans, c'est la rencontre avec ce jeune "freluquet" qui est somme toute un Tintin avant Tintin. D'où, chers lecteurs de mes critiques la question de la personnalité donnée au héros. Justicier, oui, mais pourquoi? est-ce dans les gènes?
Enfin, bref, un roman policier!!!!!!!!
Exemple 10 étoiles

C'est le meilleur exemple du roman policier atypique. C'est l'exemple à suivre pour des millions de romanciers en herbe, ce mystère bien ficelé, cette belle entrée en matière. La chambre jaune, un assassinat à l'intérieur d'une chambre fermée complètement, un coup de feu, des personnes devant qui foncent voir ce qu'il se passe, où est passé l'assassin, il a disparu, mais où il n'y a pas de trappes et pas d'issue de secours, c'est du bon ficelage de scénario. Un magnifique scénario très bien ficelé, le premier roman policier à lire.

Obriansp2 - - 49 ans - 15 février 2017


Mystère, trois fois mystère... 7 étoiles

Dans un seul bouquin, vous aurez non pas un, non pas deux, mais bien trois crimes aux circonstances mystérieuses et défiant la raison à soumettre à votre perspicacité. Bien entendu, vous échouerez à résoudre ces énigmes et c’est l’inénarrable reporter Rouletabille, tête à claques de génie, qui, après bien des tergiversations, vous apportera la lumière.
Un ton ampoulé, un univers qui rappelle celui de Fantômas, un roman policier qui a beaucoup vieilli mais un classique que tout lecteur digne de ce nom se doit de lire un jour.

Lison - - 69 ans - 23 juin 2015


un mystère un peu éventé 6 étoiles

Le mystère de la chambre jaune est un "classique" du roman policier, dont la construction de l'intrigue a été saluée, à sa sortie en 1907, par la reine du crime herself, Agatha Christie. Les méthodes utilisées par Rouletabille sont révolutionnaires pour l'époque, et l'amènent à des conclusions souvent opposées à celles de Darsan. L'histoire, censée être véridique dans le roman, nous est racontée par Sinclair, un admirateur inconditionnel de son jeune ami, et le lecteur découvre en même temps que Sinclair les éléments de résolution de l'enquête.
Honnêtement, plus d'un siècle après la publication de ce livre "révolutionnaire", je trouve que le tout… a horriblement mal vieilli. Les romans policiers d'aujourd'hui (et je ne parle pas des thrillers) proposent des énigmes bien plus complexes que celle-ci (et oui, j'ai même deviné qui était l'agresseur avant Sainclair !), mais surtout, surtout, j'ai vraiment été très agacée par le ton emphatique utilisé pour décrire chaque action, réflexion ou parole du jeune prodige. Ajoutons à cela que Rouletabille, via Sainclair, via son auteur, nous trimballe pendant presque toute la deuxième moitié du livre, puisque Rouletabille a résolu le mystère mais refuse de partager ses conclusions parce que, d'une part, il lui faut d'autres preuves, et d'autre part, parce qu'il s'agirait de raconter l'histoire de quelqu'un d'autre, une histoire qui ne lui appartiendrait pas…
Bref, j'ai été plus agacée qu'ébahie devant ce jeune prodige de Rouletabille, et ne lirai pas la suite de ses aventures !


Sa tête était ronde comme un boulet, et c'est à cause de cela, pensai-je, que ses camarades de la presse lui avaient donné ce surnom qui devait lui rester et qu'il devait illustrer : "Rouletabille!"

Quand on se précipite dans les bras de la justice, avec sur soi tant de preuves de complicité, c'est qu'on n'est pas complice.

Il faut toujours, m'sieur le président, s'appuyer sur le bon bout de la raison !

Ellane92 - Boulogne-Billancourt - 44 ans - 23 septembre 2014


Excellent polar 10 étoiles

Voici un livre du grand Gaston Leroux qui m'a réconcilié avec le polar, après ma fâcheuse rencontre avec Mary Higgins Clark.

Des surprises, des bonnes cervelles, des suspects, un coupable, il ne manque rien à cette passionnante aventure. Le secret de l'intrigue nous est gardé jusqu'au bout, jusqu'au dénouement final révélé par Joseph Rouletabille, ce journaliste aux chevilles bien enflées... et aux bosses plus impressionnantes encore !

A faire lire à tout amateur de polar.

Martin1 - Chavagnes-en-Paillers (Vendée) - - ans - 8 septembre 2012


Un polar haut en couleur 6 étoiles

Leroux, ça tombe sous le sens, aime les couleurs : le noir de de la dame au parfum, le jaune de la chambre au mystère, le rouge du sang de Mathilde Stangerson.
Il peut aussi se targuer d'avoir esquissé Tintin avant Hergé en la personne du jeune reporter Joseph Rouletabille dont la sagacité, la perspicacité, la grandeur d'âme font immanquablement penser à son célèbre confrère à la houppe; à tel point qu'on s'attend à tout moment à voir surgir Milou au milieu de l'intrigue.
Avec tout de même de temps en temps une petite pointe d'espièglerie frisant l' arrogance dans le chef du reporter appointé par le journal "L' Epoque", mais cette attitude légèrement déplaisante, y compris pour ses meilleurs amis, est sans doute à mettre sur le compte de son jeune âge.
Pour le reste, c'est plutôt sympathie et sentimentalité qui se dégagent du bonhomme, qui laissera tout son monde à la fois admiratif et stupéfait au moment de démystifier le mystère de la chambre jaune devant le tribunal.
Très belle écriture de Gaston Leroux, au service d'une intrigue que j'ai cependant trouvée un tantinet tirée par les cheveux.

Millepages - Bruxelles - 60 ans - 2 septembre 2012


Beaucoup d'intrigues. 8 étoiles

Les principaux détectives que je connais sont Hercule Poirot et Sherlock Holmes, mais dans ce livre je remarque un autre enquêteur qui n'a pas les mêmes déductions que ceux que j'ai cités avant : Joseph Rouletabille. Quelquefois ses déductions sont trop compliquées mais cela constitue une histoire et un raisonnement intrigant dans une écriture belle et bien contrôlée. Un roman intéressant avec des déductions basées sur les raisonnements les plus logiques.

Marcel11 - Paris - 21 ans - 20 mars 2012


Un suspense et une écriture parfaitement maîtrisés 10 étoiles

Ce roman est un classique du genre policier, où l'on découvre le personnage de Rouletabille, un journaliste fin limier de 18 ans à peine, qui par le "bon bout de la raison" parvient à résoudre une affaire des plus mystérieuses.
Le roman est écrit dans une langue savoureuse. La lecture en est très facile, on se sent rapidement impliqué dans l'histoire grâce aux nombreux dialogues. L'un des plus gros points forts de ce roman est le suspense : outre celui lié à l'intrigue générale, dont le dénouement est donné par Rouletabille à la toute fin du roman, chaque nouvel élément mystérieux est introduit de telle sorte qu'on a envie de connaître l'explication et que Gaston Leroux ne nous la donne que "quelques pages" plus tard... sauf qu'on ne sait jamais quand on va l'avoir, et si on l'aura vraiment avant la fin du roman ! Le suspense est vraiment parfaitement maîtrisé. L'auteur a construit le personnage quelque peu énigmatique de Rouletabille comme un homme qui aime dévoiler tout au moment opportun, et seulement à ce moment-là. Quel coquin !
On reste ainsi tout au long du roman dans le même scepticisme que le narrateur... ce qui fait qu'on a envie de le lire vite, très vite !

BJ64 - - 33 ans - 29 décembre 2011


Quel mystère !? 6 étoiles

Un polar teinté du début du siècle dernier, la langue est savoureuse, le style clair, l'intrigue est un peu tirée par les cheveux. Néanmoins la lecture est agréable et au moins nous est épargné le flot de sang et de scènes barbares qui jalonnent les polars actuels.
A lire par curiosité et se plonger dans une époque révolue.

Hexagone - - 49 ans - 1 mars 2011


Un policier avec une excellente écriture 7 étoiles

Si comme moi vous aimez les livres de détectives qui n'oublient pas d'avoir du style, ce livre est pour vous. Livre dynamique qui a du panache. Un excellent moment contrairement au navet de film.
Malheureusement, comme souvent, cette intrigue complexe repose sur une solution tarabiscotée.

Yeaker - Blace (69) - 46 ans - 30 décembre 2010


Avec « le bon bout de la raison » 8 étoiles

Dans la chambre jaune, on tente d’assassiner Mlle Stangerson. Aucune issue hormis une fenêtre grillagée et une porte fermée de l’intérieur. Pour porter secours à Mlle Stangerson on enfonce la porte. Là surprise ! Seule la jeune femme gisant sur le sol se trouve dans la chambre jaune. L’assassin s’est envolé.
Rouletabille, petit, la tête toute ronde, les yeux globuleux, va résoudre, du haut de ses dix-huit ans et avec le bon bout de la raison, cette inextricable affaire.
L’écriture est précise et le style délicieusement suranné. Coups de théâtre et rebondissements. Suspense magnifiquement maitrisé de la première à la dernière page. Un classique du genre.

Ravenbac - Reims - 54 ans - 29 décembre 2010


Un livre policier du temps jadis... 8 étoiles

Juste pour confirmer que ce roman certes ancien a gardé toute sa fraicheur. Le personnage de Rouletabille nous mène, tout feu tout flamme, dans les méandres de cette énigme pas si évidente. A lire pour le charme suranné mais prenant qui s'en dégage.

Rock30 - Nimes - 57 ans - 15 août 2010


« Raisonner par le bon bout » 8 étoiles

Le début et la fin sont époustouflants ! Et le milieu, pourquoi pas? Au début, j’avais peur d’une explication surréaliste à la Edgar Allan Poe dans sa nouvelle Double assassinat dans la rue Morgue que Gaston Leroux fait souvent référence parce qu’ils utilisent le même thème du crime en endroit clôt.

Joseph Rouletabille, un Tintin avant son temps, n’est pas nécessairement mon genre de héros qui, malgré son jeune âge, semble n’avoir plus rien à apprendre, son extravagance cependant me le rend sympathique.

En tout cas, un excellent suspense, bonne atmosphère, le château... j’ai beaucoup aimé. La suite, Le Parfum de la dame en noir, est définitivement dans ma liste à lire prochainement.

Nance - - - ans - 12 juin 2009


Mais comment l'agresseur a-t-il fait ? 7 étoiles

Pour moi, tout l'intérêt de ce bouquin est d'attendre la fin pour enfin savoir comment dans un lieu clos, une personne a-t-elle pu être agressée? Une fois la trame établie, on dévore le roman à toute vitesse pour enfin voir arriver Rouletabille au tribunal et éclairer notre lanterne d'inspecteur en herbe!!
Bon il est vrai que c'est..... un peu tiré par les cheveux mais on accepte quand même en se disant qu'on a passé un bon moment à lire ce roman.
pour moi un classique des romans policiers et d'énigmes

Adrien34 - - 30 ans - 18 mars 2009


Œdipe Rouletabille 9 étoiles

«Le mystère de la chambre jaune» est un roman policier qui fête son centenaire cette année, mais qui a toujours de quoi combler le lecteur contemporain. Bien sûr, le style est vieillot, mais, en plus d’être tonique, il participe grandement à l’atmosphère du récit. Nous sommes ramenés à la fin du 19ème siècle dans un milieu bourgeois pétri de certitudes que l’auteur tourne parfois en ridicule.
Ridicule, Rouletabille le serait avec son orgueil démesuré et son toupet phénoménal s’il n’était pas une terrible machine à décoder les énigmes s’appuyant sur une logique infaillible. Il entretient de la sorte un net ascendant sur son entourage dont fait partie le narrateur et une certaine rivalité avec Larsan, l’inspecteur officiellement chargé de l’enquête.
Il faut reconnaître que certaines situations sont tirées par les cheveux, comme souvent dans les romans policiers. Une fois expliqués, le mystère de la chambre jaune est presque grotesque et le cas de la galerie inexplicable difficilement crédible. Cependant, la mécanique mise en place est aboutie et ne souffre d’aucune véritable incohérence. Cette rigueur est loin d’être courante, surtout avec les polars modernes.
A noter que dans les dernières pages, l’auteur nous donne un indice un peu trop révélateur pour introduire «Le parfum de la dame en noir», la suite de ce livre. Mais peut-être est-ce l’effet souhaité…

Jean Meurtrier - Tilff - 45 ans - 5 juin 2007


Un peu tordu 6 étoiles

Les débuts des aventures du jeune Rouletabille. Comment le meurtrier a-t-il pu s'enfuir d'une pièce close alors que des témoins se trouvant derrière la porte arrivent juste après le drame ?

Voilà le début d'une des énigmes de ce livre où Rouletabille fait preuve d'une ingéniosité hors pair, même si sa façon de procéder et d'agir est pour le moins inhabituelle , on suit avec plaisir son enquête, ses déductions et ses éclairs sont hors normes et du coup un peu difficiles à accepter.

Ceci étant , ce livre ne laisse pas un moment de répit jusqu'à l'explication finale et l'on se prend au jeu de vouloir comprendre et expliquer les différents mystères. Un livre qui permet de passer un vrai bon moment et c'est sûrement ce que cherchait l'auteur.

Soili - - 47 ans - 13 février 2007


Polar jaunâtre 6 étoiles

Une fin bien inattendue mais pas trop exubérante non plus, un enquête claire et limpide, un inspecteur jeune et fort sympathique: de quoi faire un bon roman,; mais attention à la grosse déception que peut vous procurer le film!

Elyria - - 28 ans - 29 mars 2006


Ingénieux 9 étoiles

Et dire que je n'avais pas encore lu ce classique du genre!
C'est chose faite!
L'intrigue de ce roman est bien ficelée. A aucun moment, on ne soupçonne le meurtrier et la résolution de l'énigme est rondement menée.
L'écriture de Gaston Leroux, aux accents désuets, met en relief, avec talent,l'ingéniosité du jeune Rouletabille.

Anne-Lise - - 71 ans - 29 mars 2006


Un roman surprenant 10 étoiles

J'ai été séduite par ce roman. Son intrigue est remarquable et comme bon nombre d'entre vous je me suis remuée les méninges pendant un bout de temps quitte à soupçonner tout le monde (même que Mlle Stangerson était une mythomane !!) sauf le vrai coupable évidemment. Enfin tant pis pour moi !! ça ne m'a pas empêché de me prêter au jeu et d'apprécier ce bouquin inédit dans son genre (à mes yeux !).

Lolita - Bormes les mimosas - 34 ans - 7 décembre 2005


Bof bof 6 étoiles

Ah ! Rouletabille et ses déductions radicales ! Ce jeunot semble n’avoir plus rien à apprendre, certainement pas d’un Sherlock Holmes qu’il égratigne ici et là ! Tout le monde sait en quoi consiste le « Mystère de la chambre jaune » : dans une pièce fermée de l’intérieur, une tentative d’assassinat est commise sur une jeune fille. Comment le meurtrier a-t-il pu s’introduire dans cette chambre et surtout, comment a-t-il pu en sortir ?

Certes plaisant, ce livre ne m’a pas semblé exceptionnel. Un bon policier, mais dont l’originalité réside davantage dans l’énigme que dans sa solution. Je m’attendais à un modus operandi ainsi qu’à un mobile plus subtils … Par contre, l’identité du coupable et la façon culottée dont il échappe à ses poursuivants sont surprenantes. Avis mitigé, donc…

Saint-Germain-des-Prés - Liernu - 52 ans - 1 septembre 2005


Divertissant, un excellent policier 7 étoiles

Je ne suis pas réellement amateur d'énigmes policières, mais je dois dire que l'intrigue est rondement ficelée.

L'histoire ne manque pas de rebondissements et certains personnages de l'histoire se trouvent réellement coincés dans d'inextricables traquenards.

Bref, un bon roman policier. Les amateurs du genre ne peuvent qu'adorer.

Fa - La Louvière - 44 ans - 18 avril 2005


Ca vaut les meilleurs Agatha Christie 8 étoiles

Je ne suis pas fan des polars à énigme. Ils ne sont pour moi que des jeux un peu trop éloignés de la "vraie" littérature. Cependant, celui-ci (lu pendant mon adolescence) m'a laissé un souvenir agréable.
Et puis, Gaston Leroux était quelqu'un d'intéressant (un peu anarchisant et pas "bien"-pensant) ce qui ressort un peu dans ses textes.

JEANLEBLEU - Orange - 52 ans - 12 avril 2005


Bluffée! 7 étoiles

J'ai lu ce roman alors que j'étais au collège car tout le monde me rabattait que c'était un des piliers fondateurs du roman policier dont je suis tellement fan. Au début, il me rebutait un peu, j'avais peur que ce soit un livre d'une écriture rigide, très académique. Alors je l'ai emprunté au CDI, en me disant que je n'avais rien à perdre, s'il ne me plaisait pas, retour à la case départ et je n'aurais pas dépensé un centime.
Et bien, j'ai beaucoup aimé! Comme tous les autres critiqueurs j'ai passé tout le temps où je ne pouvais pas le lire à chercher la solution. Je dois dire que je suis restée sans voix! C'était la résolution d'une énigme qui m'a le plus fait sauter au plafond avec "Le meurtre de Roger Ackroyd" et "Le crime de l'Orient-Express" d'Agatha Christie.
Ce n'est pas mon roman policier préféré et je n'ai pas lu d'autre roman de Gaston Leroux mais je n'ai jamais regretté de l'avoir lu.

Mademoiselle - - 32 ans - 14 mars 2005


Un livre que l'on voudrait ne jamais refermer 8 étoiles

On est tout de suite plongé dans l'histoire et on cherche parallèlement à l'enquête de Rouletabille à comprendre nous aussi ce qui s'est passé dans la chambre jaune et pourquoi.
Je salue l'imagination de l'auteur, vraiment farfelue et qui rend l'histoire tellement prenante. Dès que j'avais cinq minutes, j'ouvrais le livre, n'importe où pourvu que j'ai le temps de lire quelques pages. Ca m'a donné envie d'en lire un autre, je me suis donc lancée dans Le Parfum de la dame en noir qui a l'air tout aussi passionnant.

Marionb - REIMS - 32 ans - 16 octobre 2004


Un des plus grands romans à énigmes 10 étoiles

Ce chef-d'oeuvre du roman policier comporte en fait, non pas une mais deux grandes énigmes, qui s'apparentent chacune à un vrai casse-tête: la chambre jaune en elle-même, puis plus loin dans l'histoire la "galerie inexplicable".
Je dois l'avouer, j'ai passé des heures à échafauder des dizaines d'hypothèses sans jamais parvenir à une solution cohérente.
L'explication finale des ces deux énigmes, donnée par Rouletabille (qui dure une cinquantaine de pages) est tout simplement MAGIQUE.
Si le roman policier ne vous passionne guère, LISEZ CETTE OEUVRE!

Anonyme - - - ans - 8 novembre 2002


Un classique du roman policier 8 étoiles

L'histoire est intéressante, et l'on se torture pas mal les méninges pour trouver l'explication de l'énigme proposée à Rouletabille. La solution est d'ailleurs un peu décevante de mon point de vue, car elle fausse un peu les données de départ de l'énigme...
Malgré ça, on passe quand même un bon moment avec ce livre. Du même auteur, je préfère "le fauteuil hanté" dans le même genre policier et surtout "le fantôme de l'opéra".

Tophiv - Reignier (Fr) - 44 ans - 20 décembre 2001


Un délectable casse-tête 10 étoiles

Il y a déjà longtemps que j'ai lu "Le mystère de la chambre jaune" mais j'en ai un souvenir très vif. Le terme de "roman policier" me semble léger car j'estime que dans le genre, il s'agit d'un monument. L'énigme de départ (il y en aura d’autres) est tout bonnement insoutenable et empêche tout simplement de dormir. Je me rappelle, une fois le livre terminé, l'avoir lue à plusieurs personnes et avoir entendu avec jubilation toute leurs propositions. Il faut dire que j'avais souffert le martyre pour connaître le fin mot de l’histoire. Je lisais pendant une heure d’étude, j'étais pratiquement à la fin, Rouletabille déclarait : « Je vais maintenant vous expliquer le mystère de la chambre jaune » quand DRIIING, étude finie ! Après, c’était le cours de math, impossible de lire en cachette, l’horreur ! Alors je trouve que commencer à ergoter sur la personnalité de Rouletabille, c'est vraiment finasser. Est-ce qu’on demande à Sherlock Holmes ou à Hercule Poirot pourquoi ils sont devenus détectives ?

Maya - Eghezée - 45 ans - 10 novembre 2001


Là où il y a de la gêne... 8 étoiles

Pour avoir lu quelques Rouletabille... Il est clair que ce jeune homme débrouillard et foncièrement intelligent séduira tous les adolescents de nos régions. Un peu de mystère, de fantastique, une énigme difficile et l'accroche est là... Quant à savoir pourquoi c'est un justicier... je crois que c'est expliqué dans un des tomes... une histoire avec sa mère... classique ! Pour Tintin, il me semble que d'après toi, il est justement "apersonnalisé"... alors qu'a-t-il encore avoir avec Rouletabille ? A moins que tu ne te gausses ! ;-)

Pendragon - Liernu - 49 ans - 26 octobre 2001