Le Regard d'un ami
de Niels Fredrik Dahl

critiqué par Aaro-Benjamin G., le 24 avril 2008
(Montréal - 51 ans)


La note:  étoiles
Un secret gros comme un éléphant
La première moitié de ce roman n’est pas sans rappeler de nombreux titres nordiques ; un autre retour-arrière nostalgique et tragi-comique dans l’univers d’un enfant solitaire. Sa mère est atteinte de douleurs récurrentes, son père n’est pas vraiment présent dans son quotidien. Le petit Vilgot explore son quartier au gré des personnages singuliers, le grand Vilgot est aux prises avec le fardeau d’un éléphant.

Puis, le récit s’assombrit alors que l’auteur raconte, avec d’une imagerie mêlant le loufoque et le sinistre, les événements d’un jour fatidique. Il devient ardu de s’orienter, déjà que l’alternance des chapitres, passant du je (Vilgot adulte) au il (Vilgot enfant) ne facilite pas la lecture. En ajoutant les métaphores et les hallucinations du jeune héros, le chaos règne !

Toutefois, a postériori, connaissant la résolution, l’intelligence de la construction est impressionnante. Il est question d’une blessure grave chez l’enfant, celle que vous devinez. Lorsque la révélation de ce mal nous est révélé, on comprend tout.