Les barricades de mai de Philippe Labro (Textes), Bonnotte (Photographies), Bureau (Photographies), Gilles Caron (Photographies)

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Economie, politique, sociologie et actualités

Critiqué par Shelton, le 20 avril 2008 (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 62 ans)
La note : 10 étoiles
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 1 801 

C'était il y a quarante ans... à Paris...

Pour lancer une réflexion sur mai 1968, il me fallait deux choses importantes. D’une part, abandonner mes souvenirs d’enfant. En 1968, j’avais douze ans, un âge qui est particulier. On n’est ni enfant ni adulte. On croit tout comprendre mais on est totalement sous l’influence de ses parents, de ses maîtres… En plus, mon père était à cette époque un cadre supérieur d’une grande usine chimique. Plus fort, il était adhérent et représentant d’un syndicat de cadres… mes souvenirs lointains me disent que certains réclamaient sa tête sur un mur avec de la peinture rouge… A douze ans, ça marque un enfant…
Mais il fallait, aussi, dans un deuxième temps, trouver des documents de l’époque sans subir les commentaires de ceux qui, aujourd’hui, voudraient faire de « mai 1968 » leur révolution, leur réussite, leur truc à eux… Or, ces documents pour réaliser une étude complète et sereine ne sont pas si nombreux. Alors, bien sûr, dans ma bibliothèque, j’ai trouvé un grand nombre d’ouvrage sur le « règne » de Charles de Gaulle, mais, bien souvent, toutes ces pages étaient marquées par un respect excessif envers ce grand personnage de notre histoire… C’est par hasard, que j’ai trouvé chez un de mes bouquinistes préférés un ouvrage de l’époque, un des premiers publiés… de l’histoire immédiate, en quelque sorte ! Les barricades de mai, comme si on y était avec des clichés de grande qualité de l’équipe de l’agence Gamma et des commentaires d’un jeune journaliste dont on reparlerait dans les années à venir, Philippe Labro.
Ne cherchez pas dans cet ouvrage une fine analyse, des données économico-sociales, des noms de partis, de groupuscules… Non, nous sommes fin mai 1968 et ces journalistes veulent seulement témoigner de ce qu’ils ont vu depuis le début des incidents. Ils ne sont pas capables de vous expliquer la genèse du mouvement, ils n’y étaient pas. Leur carnet de photos commence le 3 mai 1968, du côté de La Sorbonne. Nanterre n’existe pas encore, cela viendra par la suite quand on se demandera d’où sort ce Daniel Cohn-Bendit que l’on retrouve partout. D’ailleurs on le voit bien à partir du 6 mai quand le Mouvement du 22 mars répond à la convocation d’un conseil de discipline. Le petit Daniel, Dany le rouge, chante l’Internationale devant des policiers… C’est une véritable offense mais aussi le signe du passage d’une petite émeute d’étudiants à une tentative de révolution… Mais rassurez-vous, le préfet de police Grimaud est là pour faire respecter l’ordre et on le voit photographié avec un sourire qui laisse supposer qu’il n’a pas encore compris que tout peut dégénérer…
Mais c’est, aussi, à partir du 6 mai que l’on voit la violence arriver. Elle est rude, étonnante, et on constate à travers les photos qu’elle peut survenir des deux côtés même si les excès sont surtout ceux des forces de l’ordre : six agents frappent très fort un jeune homme déjà à terre, une femme tenue de ville, avec des chaussures à talon, est extraite de sa voiture avant d’être frappée alors qu’elle est au sol en position fœtale de protection…
Le 13 mai certains ont compris qu’il se passe quelque chose d’important et on voit Jean-Luc Godard et Claude Lelouch en train de filmer les manifestants…
Les photographies ne sont pas, non plus, sans nous rappeler les clichés beaucoup plus récents de guerres civiles… Paris, au matin du 25 mai, avec des carcasses d’autos calcinées, donne froid dans le dos tandis que les paysans nantais en colère le 24 mai font penser à des Kossovars en fuite…
Je crois que nous avons là un excellent document qui prépare à la lecture de ces innombrables ouvrages qui remplissent les librairies françaises (pour les autres, à vous de me dire si cet anniversaire concerne d’autres pays…) et dont certains seront, je n’en doute pas un seul instant, de grande qualité et donneront les explications qui ne sont pas dans ce petit livre…
J’ai acheté soixante centimes d’euro ces quelques feuillets et je ne regrette pas mon investissement, moi qui enseigne l’histoire des médias et la lecture de l’image !
Cela ne dit pas ce qui reste de cette utopie, de cette folie, de cette révolution, de cette série d’émeutes de 1968… Mais c’est un autre problème que nous aborderons dans quelques jours…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les barricades de mai

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Mai 68 ? Que nous reste-t-il de ces évènements ? 4 Shelton 20 avril 2008 @ 23:01

Autres discussion autour de Les barricades de mai »