Les Mystères d'Udolphe de Ann Radcliffe

Les Mystères d'Udolphe de Ann Radcliffe
( The mysteries of Udolpho)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Antinea, le 15 avril 2008 (anefera@laposte.net, Inscrite le 27 août 2005, 40 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (3 054ème position).
Visites : 2 710 

La vie de château

Emilie Saint Aubert ne rêvait pas d’autre chose que de couler des jours heureux dans le domaine de ses parents, La Vallée, en espérant la venue d’un prince charmant pour parfaire son bonheur. Mais la mort de Mme Saint Aubert puis celle de son père qu’elle accompagnait en voyage dans les Pyrénées aiguillent sa vie vers un tout autre destin : elle apprend que la famille est ruinée et se retrouve aux soins de Mme Chéron, sa tante aux allures de marâtre. Enfin, pour alourdir un fardeau déjà bien lourd, le beau Valancourt, jeune homme rencontré au cours du voyage qui fut funeste à son père et pour lequel elle nourrit de tendres sentiments, n’est pas assez riche pour constituer un parti qui puisse séduire les ambitions démesurées de Mme Chéron.
Cette dernière épouse bien vite Montoni, un sombre italien qui les emmène à Venise. Là, complots, intrigues et angoisses vont devenir les leitmotive d’une vie déjà bien noire pour la jeune Mademoiselle Saint Aubert. Mais lorsque les facéties de Montoni les mènent dans le sombre château d’Udolphe, l’horreur devient le lot commun de sa vie misérable. Qui était la Signora Laurentini, disparue depuis près de vingt ans et précédente maîtresse d’Udolphe ? Que cache le tableau voilé ? Qui chante la nuit alors que tout s’endort ? Emilie cherche les moyens de fuir son triste destin et de retrouver son amour perdu. Une quête au cours de laquelle des révélations étonnantes sur sa famille lui seront faites.
Les mystères d’Udolphe est une série de quatre livres dont en fait seul le deuxième est réellement dédié au château éponyme. Un tome deux d’ailleurs très fort en émotions après le premier plus léger et conventionnel. Mais que l’on ne se repose pas, les derniers livres nous ouvrent les portes d’un autre château, tout aussi lugubre et pas moins peuplé d’esprits. Pièce maîtresse de l’œuvre d’Ann Radcliffe, Udolphe est un chef-d’œuvre du roman noir dont Jane Austen s’inspira pour parodier le genre dans son Northanger Abbey. On se perd dans les méandres des châteaux peu tranquilles aussi bien que dans les problèmes de cœur de la jeune Emilie, ces derniers constituant d’ailleurs la part majeure du récit. On peut regretter la pauvreté du fond par rapport à l’éclat de la forme, les prétendues apparitions, les mystères trouvant des raisons quelque peu décevantes lorsqu’elles sont révélées. Un bon coup de maître toutefois qui a dû faire frissonner de peur et d’émotions bien des jeunes filles de l’époque. Un livre qui a vieilli, peut-être, mais cela ne fait-il donc pas aussi partie de son charme ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Naissance du roman gothique

8 étoiles

Critique de Pierrequiroule (Paris, Inscrite le 13 avril 2006, 38 ans) - 28 février 2014

Les romans d'Ann Radcliffe rencontraient de son temps un si vif succès que Jane Austen en a fait un pastiche dans "Northanger Abbey". C’est que Mrs Radcliffe a créé – au même titre que ses collègues Mary Shelley et Horace Walpole – un genre littéraire nouveau, le roman gothique.

A ce titre, « Les mystères d’Udolphe » (1794) sont une œuvre exemplaire. Tout commence en Gascogne, à la fin du XVIème siècle. L’héroïne, Emilie de Saint-Aubert, est une jeune orpheline séparée de son fiancé par Montoni, un oncle machiavélique et italien de surcroît. Pour faire main basse sur l’héritage de sa nièce, l’intrigant l’emmène dans son château d’Udolphe, situé dans les Apennins. L’auteure nous décrit alors une architecture sombre mais grandiose, bâtie à flanc de montagne et dominant de terrifiants précipices boisés. De quoi ravir les âmes romantiques ! Pourtant Emilie ne profite guère du paysage ; d’abord parce qu’à peine arrivée, elle est consignée dans une chambre sinistre où elle ne se sent guère en sécurité; et puis elle ne tarde pas à faire de macabres découverte dans les dédales d'Udolphe. A la nuit tombée, les couloirs résonnent de bruits de pas et de soupirs: serait-ce l’ancienne propriétaire, mystérieusement disparue, qui hante les lieux ? Mais d’où vient cette mélodie gasconne qu’Emilie entend chaque soir de sa fenêtre ? Et qui sont ces cavaliers aux allures de brigands qui cernent le château ? Malgré sa terreur croissante, la jeune fille projette une évasion avec la complicité d’Annette, sa femme de chambre. Une entreprise risquée, d’autant plus que les habitants se préparent à soutenir un siège. Emilie pourra-t-elle échapper à son geôlier, retrouver le beau Valancourt et résoudre les mystères d’Udolphe ?

Ce récit, riche en péripéties, entraîne le lecteur de châteaux en monastères, en passant par Venise - où Montoni s’adonne à la débauche. "Une visite au Mont-Saint-Michel, écrit Théophile Gautier, est un plaisir du même genre que celui qu’on prend à lire un roman d’Ann Radcliffe. Vous montez, vous descendez, vous changez à chaque instant de niveau, vous suivez des couloirs obscurs (…) sous ces ogives où semblent s’accrocher de leurs ongles les chauves-souris de Goya". Si tous les romans d’Ann Radcliffe sont empreints de surnaturel, ils présentent tous aussi des explications rationnelles qui réduisent la part de mystère, et c’est ce en quoi résident peut-être leurs limites. J’ai regretté aussi le dénouement un peu artificiel, car Emilie parvient toujours à se tirer de situations inextricables grâce à d’heureuses coïncidences. Quoi qu’il en soit, l’imagination de Mrs Radcliffe, son sens de la nature et des ruines, son goût pour un passé pittoresque –ici la Renaissance – ont été unanimement salués par la critique. Cette femme écrivain, à l’existence plutôt ordinaire, exercera une grande influence la génération romantique. Deux ans après la publication des « Mystères d’Udolphe » paraît « Le moine » de Matthew G. Lewis, un roman infiniment plus terrible qui représente l’apogée du romantisme noir.

Un classique à déguster !

10 étoiles

Critique de Mandarine (, Inscrite le 2 juillet 2010, 47 ans) - 26 juillet 2011

Ann Radcliffe fait partie de ces précurseurs des romans ouvrant le chemin vers les romans à suspense (qui donneront plus tard les thrillers). Elle partage notamment avec Horace Walpole (le château D'Otrante) , MG Lewis (Le Moine) les prémices du roman gothique.
Je ne reviens pas sur l'histoire, Antinéa l'a déjà très bien fait !
Une Ambiance château, des couloirs sombres, des fantômes, des bruits étranges, des musiques mystérieuses ... C'est un peu tout cela ! En tout cas, c'est ce qui a fait de ce roman un best seller.
Ne vous attendez pas à passer une nuit blanche avec un roman au suspense insoutenable ! Il ne faut pas le lire pour cela mais pour comprendre comment les intrigues sont arrivées dans les romans, comment les premières ambiances gothiques sont rendues... Néanmoins, ce roman est, il me semble, assez réussi. Je me suis laissé prendre au jeu, et j'ai passé une très bon moment de lecture malgré son côté un peu précieux : mais j'adore cela !

Ce livre reste pour moi une référence de la littérature écrit par une grande Dame qui malheureusement s'est arrêtée d'écrire trop jeune (après son 6ème roman, mais on ne sait pas pourquoi - jalousie de son Mari ???)
Un petit clin d'oeil pour les éditions NEO Oswald qui ont permis la réédition de ce roman dans les années 1980 (éditions qui n'existent plus mais qui sont une référence pour les collectionneurs : ils ont réédité beaucoup de grands auteurs trop méconnus comme Ann Radcliffe)

Incroyable!

10 étoiles

Critique de Clare Bear (Lyon, Inscrite le 5 novembre 2009, 36 ans) - 17 janvier 2011

Ce roman m'a emballée! Les personnages sont attachants ou détestables; les paysages sont décrits de manière somptueuse (cela m'a rappelé les descriptions dans Portrait de femme d'Henry James); l'histoire est mystérieuse et prenante. Je n'ai pas pu m'empêcher d'avoir peur dans les couloirs du château d'Udolphe, tout comme Émilie, de craindre pour sa vie et d'espérer qu'un jour peut-être, elle retrouvera son amour.
Ann Radcliffe a créé une histoire vraiment bien ficelée, qui tient la route et en haleine le lecteur. Un joli coup de maître de la part de cette auteure qui ne semblait pas prédisposée à faire carrière dans la littérature.
La traduction est certes un peu vieillotte. Et je suis d'accord avec Antinea pour dire que cela confère un certain charme au roman.

Quelle était verte ma vallée....

7 étoiles

Critique de Alouette (Seine Saint Denis, Inscrite le 8 mai 2008, 34 ans) - 15 juin 2008

Une belle jeune fille douce et intelligente rencontre un beau jeune homme (cadet donc pas héritier ce qui freine leur union).
Le destin va les séparer de la manière la plus cruelle qu'il soit. Emilie doit partir en Italie rejoindre sa tante fraichement mariée à un homme fourbe et cruel, Montoni. Plutôt que de se révolter, elle préfère la suivre et va vivre des aventures "surnaturelles".
Un livre très agréable à lire...
Pour les fans du genre

Forums: Les Mystères d'Udolphe

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les Mystères d'Udolphe".