Regio de Tadeusz Różewicz

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Poésie

Critiqué par Sahkti, le 15 avril 2008 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 44 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 1 891 

La sobre complexité de Rozewicz

Tadeusz Rozewicz est polonais, l'édition présentée par Arfuyen est bilingue, français-polonais, avec une traduction de Claude-Henry du Bord et Christophe Jezewski; le premier rédigeant également l'excellente préface d'introduction à l'oeuvre de Tadeusz Rozewicz (un plaisir chez Arfuyen que l'appareil critique et l'introduction aux recueils poétiques!).

Les textes de Tadeusz Rozewicz sont empreints d'une forte odeur de quotidien dans ce qu'il a de réaliste et de parfois sordide; le côté cru des éléments est mis en valeur et donne assurément à ces textes une puissance qui pourrait déranger car elle raconte le moins beau à l'aide d'un langage poétique dont le but est de faire ressortir la langue, de lui rendre sa motivation première, celle de dire les choses et de forger notre identité.
Pas de fioritures inutiles, d'effets artificiels chez Rozewicz; il énonce, cliniquement, froidement, les aspects de nos vies, de nos univers, débarrassant ainsi la littérature contemporaine de cet emballage sous lequel elle a parfois tendance à cacher la réalité.

"Le parler direct devait conduire à un retour aux sources, permettre de retrouver la banalité de la foi, de l'espérance, de l'amour. De cet amour que vainc la mort et de celui-là aussi qui est vaincu par la mort. Rien que de très simple en somme." (T. Rozewicz)

Tadeusz Rozewicz refuse la métaphore, le vers luxueux ou classique, la poésie qui se voudrait élégante au-delà de son propos; il préfère minimaliser et agir par les mots.
Cette démarche produit des textes en apparence simples mais emplis d'une grande richesse, celle du dit, de l'énoncé, de ce tableau peint sous nos yeux qui nous renvoie à un iroir fidèle duquel nous ne pouvons nous détourner.
Toutefois, il ne démunit pas sa poésie d'un certain lyrisme pour aborder les méandres de l'amour ou le mystère de la mort, mais là encore, il le fait avec une sobriété qui permet de mener la réflexion directement à l'essentiel.
A cela, on ajoute le maniement d'une forme certaine d'humour ironique, proche du sarcasme, et on se retrouve ainsi face à des scènes touchantes dans ce qu'elles ont de vrai. D'angoissantes également, car elles nous renvoient à nous-mêmes et si le poète parle d'une seule voix, la pensée qu'il émet ne tarde pas à révéler toute sa complexité.


"devant nos yeux
les papillons s'unissaient dans l'air
dans les herbes humides où sont les crapauds
les sorcières
se déroulaient de bruyantes
noces canines
l'étalon moreau
se cabrait
dansait
tombait sur la jument
un souple phallus
surgissait de son fourreau noir
mobile comme le feu
un hennissement remplissait le ciel"

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Regio

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Regio".