Spin de Robert Charles Wilson
( Spin)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par CC.RIDER, le 19 mars 2008 (Inscrit le 31 octobre 2005, 61 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 11 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 182ème position).
Visites : 4 411 

Un grand livre

Une nuit d’octobre, Tyler Dupree, 12 ans, et ses deux amis, Jason et Diane Lawton, 14 ans, assistent à la disparition soudaine de toutes les étoiles du ciel. La Terre se retrouve bientôt entourée d’une barrière ou d’une membrane géante à l’extérieur de laquelle le temps s’écoule des millions de fois plus vite. La lune a disparu, le soleil est un simulacre, les satellites artificiels retombent sur Terre. Mais le plus grave, c’est qu’à la vitesse à laquelle vieillit le soleil, l’humanité n’a plus que quelques années à vivre…
Après un début haletant, l’intérêt fléchit lentement et le livre s’achève d’une façon totalement différente de celle à laquelle on aurait pu s’attendre. Un grand livre de science fiction qui se lit assez vite et agréablement en dépit de son épaisseur (548 pages). Auteur de SF humaniste, Robert Charles, s’attache surtout à suivre l’évolution des trois personnages principaux qu’il sait rendre attachants. Naïveté de Tyler, génie de Lawton et mysticisme de Diane. Ajoutez à cela un amour impossible et vous obtenez un excellent roman de pure littérature dans lequel le thème « invasion des Martiens » arrive à passer au second plan. Résultat, le livre peut passionner les fans de SF tout comme les lecteurs de littérature plus classique. Un grand roman, très ambitieux et qui fait réfléchir sur la destinée humaine.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Cycle des hypothétiques

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Bonne idée, récit faible

6 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 45 ans) - 11 juillet 2019

Difficile de résumer un roman qui mêle trois périodes différentes : Tyler en fuite avec Diane, Tyler aidant Jason dans son programme de recherche spatiale et Tyler adolescent avec Diane et Jason lorsque tout a commencé, la nuit où les étoiles se sont éteintes…
Belle écriture avec une structure grammaticale qu’on ne voyait plus en anglais depuis des décennies. Plus psychologique et sociologique que space-opéra. Une apparence de hard SF mais avec des bases scientifiques plutôt fumeuses (on est loin d’un Greg Egan !). Ca se lit bien mais ça n’a pas été le coup de foudre. Après un démarrage assez fort ça se traîne et ça manque de souffle pour un pavé de cette épaisseur : je n’achèterai pas la suite.

Voyage en accéléré

8 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 60 ans) - 10 mai 2015

Une chose est sûre : il ne faut jamais dire jamais. Hermétique à la science-fiction, à part quelques titres de Barjavel lus il y a trois décennies, il a fallu la convaincante critique de CC.Rider sur le dernier tome de la trilogie, "Vortex" pour que je me lance dans la lecture de ce pavé.
Et quelle découverte ! Un superbe roman, très bien construit, un vocabulaire riche et recherché (je ne parle pas du domaine scientifique), des personnages complexes, passionnants et attachants.

Tout commence un soir de réception chez les Lawton. E.D et Carol Lawton reçoivent dans leur Grande Maison. Leurs jumeaux, Diane et Jason sont donc consignés dans leur sous-sol aménagé, avec la présence tolérée de leur ami Tyler Dupree, fils du meilleur ami décédé d'E.D. Tyler habite à quelques mètres de là, avec sa mère dans la Petite Maison.
Une petite escapade nocturne pour observer les étoiles leur permettra d'être les témoins d'un événement qui va bouleverser la vie terrestre: la disparition totale des étoiles.
Il faudra quelques jours pour que le monde découvre qu'il est "enveloppé" d'une membrane, qu'il vit grâce à une espèce de soleil artificiel et pour découvrir que le temps à l'extérieur du Spin subit une incroyable accélération.
E.D Lawton et son fils, doté de capacités intellectuelles hors du commun, vont se lancer dans cette nouvelle exploration qui les emmènera très loin.
Tyler, "l'effacé" sera le fil rouge de ce long roman. Devenu médecin, il restera le seul lien entre les membres d'une famille séparée, incapable de couper les ponts.

On suivra avec beaucoup d'intérêt 30 ans de Spin, les découvertes, décisions, événements terrestres ou extra-terrestres, ainsi que le cheminement privé des héros.
L'auteur alterne le déroulement chronologique avec les derniers jours de l’histoire. Racontant cette fuite comme un vrai roman policier, maintenant un suspense qui débouchera lui-même sur l'envie de lire le roman suivant. À noter aussi, l'intitulé des chapitres qui nous permet de toujours savoir à quelle période nous nous trouvons.
Un roman remarquable même si les inventions technologiques sont restées langues mortes pour moi ( incapable de comprendre le vocabulaire réel ou inventé).

Déçu

3 étoiles

Critique de Colt (, Inscrit le 26 août 2010, 47 ans) - 8 janvier 2014

Vraiment déçu par ce livre, pourtant récompensé par un prix assez prestigieux pour sa catégorie.
L'idée de base est pourtant alléchante et intéressante : la disparition des étoiles, pensez donc ! Pourquoi, par qui... ? Une foule de questions se soulève aussitôt, finalement à peine satisfaite par le récit.
La disparition des étoiles sert plutôt de toile de fond pour un méli mélo sentimentalo-amicalo-familial. On s'en lasse ! Les dialogues ne sont ni très vifs, ni souvent essentiels au scénario. Personnellement, j'ai sauté plusieurs pages, sans rien perdre d'important pour la suite (c'est dire !).
L'auteur ne s'est pas centré sur son idée pourtant intéressante. Par exemple, il ne traite qu'ne passant les conséquences socio-historiques de la privation des étoiles...
Au final, un livre loin d'être passionnant, et décevant si l'on s'attend à une SF pure et dure !

Chef, y'a du "Dallas" dans ma SF !

6 étoiles

Critique de Tortulut (, Inscrit le 29 avril 2011, 38 ans) - 1 novembre 2013

Je partage l'avis de ceux qui trouvent les digressions psychologiques un peu envahissantes, pour pas grand chose au final.
Je distingue les développements relationnels, du caractère philosophique ou introspectif que peuvent amener certaines réflexions, au sein d'une fiction.
Je ne suis pas déçu par Spin parce qu'il n'y a pas "que" de la SF, mais parce que l'histoire humaine reste assez superficielle, malgré quelques pistes intéressantes. Et surtout, elle représente 80% de la narration.

Les personnages sont parfois intéressants mais on ne peut s'empêcher d'y trouver quand même quelques caricatures comportementales, et les péripéties de leur intimité ne soulèvent pas de réflexions, au final, très profondes, ou qui justifient en tout cas un tel étalage.

L'intrigue principale est un fil rouge auquel on revient assez rarement.
Le versant SF est pourtant très intéressant même si grandiloquent (on y trouve un parfum Stephen Baxter, en mieux contrôlé).

Le narrateur est d'une grande platitude. J'aurai préféré un point de vue multiple, plutôt qu'un JE très impersonnel.
J'ai aussi trouvé certains personnages assez peu attachants, peut être parce que trop froidement intelligents... et à la destinée.. improbable.

En fait, on sent très rapidement ce que Wilson veut faire de son livre. Il y a un côté prévisible, non pas tant dans le déroulement du scénario, qui reste toujours convaincant, que dans "l'utilisation" quasi mythologique des personnages.

Au final, malgré un début flamboyant et un dénouement satisfaisant, pouvant répondre à certaines questions qu'on se posait, je n'ai pas été totalement convaincu par ce roman. Sans pour autant le trouver médiocre.
C'est pas mal, mais à mon sens le prix Hugo s'est enamouré de l'idée originale initiant l'intrigue, et qui donne son titre au livre, plutôt que du roman lui même dans sa globalité.

Je suis un peu dur mais faut être exigeant. Y'a d'incroyables livres de SF, trop méconnus et jamais primés.

On ne voit pas passer le temps

10 étoiles

Critique de Frankgth (, Inscrit le 18 juin 2010, 49 ans) - 18 août 2011

Lorsqu'une sorte de voile entoure la terre, ne lui accordant plus qu'une source lumineuse pour remplacer le soleil, l'humanité s'inquiète. Et pourtant au fur et à mesure des découvertes sur cet étrange phénomène l'inquiétude va se transformer en panique car la planète n'en a probablement plus que pour quelques dizaines d'années à vivre. Nous allons donc voir les efforts immenses et les trésors d'imagination que vont développer les hommes pour d'abord comprendre puis essayer de trouver une parade à l'inéluctable.

C'est à travers quelques personnages clés dans cette recherche que nous allons suivre cette course contre la montre. Car le narrateur, Tyler Dupree, est bien placé pour à la fois nous révéler les efforts des scientifiques et des politiciens, mais aussi pour nous aider à comprendre les affres de ceux qui restent dans l'ignorance.

Une écriture claire, une trame passionnante, vraiment un excellent roman dont la lecture vous fera perdre toute notion du temps.

au moins c'est intelligent !

8 étoiles

Critique de Pendragon (Liernu, Inscrit le 26 janvier 2001, 48 ans) - 7 août 2011

Ce roman est d’une clarté, ou plutôt d’une clairvoyance absolue ! Il détaille en long et en large le présent/futur de l’humanité, au départ d’un événement majeur extérieur qui n’est, somme toute, que le point de départ d’une réflexion profonde sur qui nous sommes, ce que nous faisons et surtout ce que nous allons devenir, nous, pauvres taches dans l’univers scintillant !

Et s’il est vrai que c’est bien plus de la psychologie que de la science-fiction, il n’en reste pas moins que c’est diablement bien conçu et d’une justesse absolue !

Les personnages sont bien campés, magnifiques et superbement intelligents (et rien que pour cela, ça vaut la peine de le lire tant c’est rare dans les romans actuels) et ce livre peut donc servir de base à quelques réflexions philosophiques sur notre présent ou notre futur… plus qu’aléatoire celui-là d’ailleurs !

De la Science-Fiction de qualité.

10 étoiles

Critique de Neovir (Lyon, Inscrit le 14 juin 2010, 41 ans) - 24 novembre 2010

Ma première rencontre avec l’œuvre de Robert Charles Wilson s’est faite un peu par hasard, avec la lecture de son roman « Les Chronolithes ». J’avais été totalement séduit par son style, et j’ai donc décidé de suivre mon parcours dans l’univers de cet auteur en lisant « Spin », uniquement guidé par la lecture des critiques que j’ai pu trouver sur des sites spécialisés dans la SF. Je n’aurais pas pu mieux faire.

Dès le premier chapitre, mon attention a été totalement happée par la qualité de l’écriture, la justesse des personnages, ainsi que par l’idée de départ, sans que le charme ne se dissipe jamais.
L’auteur, même traduit, possède en effet un style élégant parfaitement adapté à des personnages dotés d’une vie, d’une âme très humaine. Bien que loin d’être parfaits, ils sont tout à la fois dignes, intéressants, adultes dans leurs réactions, et ceci m’a fait un bien fou, car j’ai vraiment ressenti le respect de l’auteur qui ne prend pas son lecteur pour un benêt infantile.
La vie des personnages, conditionnée par l’arrivée du Spin, est loin d’être une promenade de santé. Cela permet d’aborder intelligemment plusieurs thématiques universelles dans des conditions originales : l’amitié, l’amour, la religion, etc. dans un monde où le nihilisme règne.
L’auteur ne cache pas sa source d’inspiration, et fait lui-même le rapprochement avec l’attitude de bon nombre de personnes aujourd’hui, certaines de vivre les derniers moments de l’humanité, bombardées de nouvelles catastrophiques qu’elles sont. Et j'ai aimé que ce roman soit en partie un reflet subtil de notre époque, bien réelle, où la dégradation de l’environnement ayant atteint un stade très inquiétant, couplée à une myriade d’autres problèmes gravissimes, imprime dans les têtes une sensation de fin du monde, et induit des comportements nihilistes.
Ceci dit, ce reflet n’est pas parfait, car la catastrophe écologique est floue et progressive, tandis que le Spin, lui, agit vite, et condamne l’humanité à très brève échéance. Il ne reste qu’une génération d’espérance de vie à l'espèce humaine.

Bien sûr, on voit très bien dans ce roman le goût de Robert Charles Wilson à créer des personnages attachants et complexes, mais pas seulement. L’intrigue suit une structure logique qui m’a également vraiment amusé.
En tant qu’amateur d’astronomie, je me suis plu à imaginer les conséquences et les problèmes cosmiques qu'engendre le Spin au fur et à mesure qu’avançait le roman, et à chaque fois, j’ai été ravi de voir que l’auteur les avait anticipés et résolus de façon originale. J’ai donc progressé dans l’histoire avec gourmandise, curieux et impatient de connaître la suite. Je n’ai pas été déçu une seule fois par ce jeu de spéculation qui fait tout le charme de la SF (car oui, c’est bien un roman de SF, il n'y a pas de doutes là-dessus).

Dans un sens, je comprends les critiques négatives de certains lecteurs, tant il est vrai que ce roman est atypique. Toujours est-il, j’ai pris beaucoup de plaisir à sa lecture.
Maintenant qu’il est disponible en livre de poche, il serait dommage de ne pas lui donner sa chance. C’est pour moi l’un des meilleurs romans de la décennie 2000-2010.

Un peu déçu.

6 étoiles

Critique de Senoufo (, Inscrit le 9 janvier 2009, 60 ans) - 5 août 2009

Ce livre a reçu le prestigieux prix HUGO, récompense recherchée par tous les auteurs de SF ( surtout les anglo-saxons). J'avais déjà lu Darwinia, mais la fin m'avait déplu ( même si sur le papier l'idée était intéressante). Malgré tout, ( et a cause du prix HUGO), je me suis décidé à l'acheter ( j'ai même une dédicace de l'auteur ...). Mais là aussi l'impression finale est une légère déception. Wilson s'attache beaucoup à décrire les personnages, leurs psychologies ainsi que leurs relations, un peu trop, pour en fin de compte une lecture trop froide et trop de distance par rapport aux personnages.
De même que pour Darwinia, l'idée de départ est bonne, mais la fin laisse vraiment à désirer. Enfin une remarque que j'ai entendue lors de la séance de dédicace. "Ce n'est pas de la science-fiction".

Pour en juger, le mieux est, je pense, de l'emprunter à quelqu'un ou à une bibliothèque.

Mitigé...

6 étoiles

Critique de Kopin (, Inscrit le 30 décembre 2008, 36 ans) - 30 décembre 2008

Je sais que ce livre a gagné plusieurs prix d'excellence, mais personnellement, je m'attendais à plus de ce livre... Ce n'est pas un livre de science fiction à la Perry Rhodan, mais c'est beaucoup plus nuancé puisque ce livre suit un développement qui est axé sur les personnages et non sur les évènements. J'ai été intrigué par le style et je dois même dire que j'étais motivé dès le début par le mystère du Spin, mais je trouve que le livre se dégonfle et perd de l'intérêt à mesure qu'on le lit. Je recommande seulement ce livre pour les adeptes inconditionnels de la science fiction et pour ceux qui aiment décortiquer la psychologie et les sentiments de personnages.

Pas d'accord avec la critique principale

4 étoiles

Critique de Marc Florian (, Inscrit le 9 mai 2007, 50 ans) - 20 mars 2008

Et c'est à cause de ce genre de critique que j'ai perdu 20 euros :'( Alors voici un autre avis.

Ce livre bénéficiait de très nombreuses critiques extrêmement favorables, ce qui fait que je me réjouissais de le lire. Profitant de mon congé, je suis passé dans une librairie où il se trouvait : je l'ai donc happé, payé et emporté pour le dévorer. J'avais été déçu par les Chronolithes du même auteur (à cause de sa fin en queue de poisson si je me souviens bien), mais je me disais que celui-ci devait être différent...

L'idée de départ est génialissime et comme je l'ai lu chez d'autres critiques, elle suscite d'énormes attentes ainsi qu'une abondante salivation... que va-t-il se passer pour la Terre ? Qui est derrière tout cela ? Ou quoi ? Le suspense monte... monte...

Mais hélas : en ce qui me concerne, j'ai trouvé que l'intrigue de ce livre de SF était trop axée sur les chassés-croisés amoureux de deux protagonistes. Si les rapports humains en général sont bien fouillés, j'ai trouvé les relations amoureuses trop peu attachantes. Je me suis ennuyé... Un peu comme si le temps tournait moins vite pour le lecteur que dans le livre... :)

L'auteur insiste en outre trop lourdement sur les nouvelles maladies transmises du bétail à l'homme. Il signale d'ailleurs à la fin du bouquin qu'il les a inventées... personnellement, je m'en serais très bien passé.

Quant au noeud de l'histoire... c'est là que réside le gros de ma frustration. Après un long développement, nous avons droit à un soliloque fastidieux d'un personnage qui nous explique l'origine du problème. J'aurais préféré que la révélation vienne au milieu du livre et que l'histoire se dénoue ensuite peu à peu. Au lieu de cela, 'Voilà, c'était pour ça, rideau !'. Et l'explication, je l'ai trouvée franchement alambiquée !!! Bref, déçu, le Marco. Ceci dit, le texte n'est pas désagréable à lire mais il m'a fait penser à une poêle Téfal : il n'attache pas... Il paraît qu'une suite est prévue, mais elle ne me tente guère. Après deux déceptions d'affilée, je préfère m'abstenir.

En conclusion, je dirais - personnellement - que Spin est un roman de SF pas mal écrit, qui part sur une bonne idée mais se trouve alourdi par une focalisation excessive sur une histoire d'amour peu attachante et se termine de façon à la fois précipitée, alambiquée et décevante par rapport aux attentes suscitées.

Forums: Spin

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Spin".