La peste de Albert Camus

La peste de Albert Camus

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Pétoman, le 13 octobre 2001 (Tournai, Inscrit le 12 mars 2001, 42 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 37 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (224ème position).
Discussion(s) : 4 (Voir »)
Visites : 28 892  (depuis Novembre 2007)

Système et systèmes

La peste chez Camus est symbolique du repli sur soi...c'est à dire ne pas pouvoir communiquer avec d'autres systèmes ( groupes ) que le sien. a la longue, on verra que s'ensuivra un genre de névrose collective...
La peste, pour moi, c'est un peu l'image des sacrifices que l'on fait par rapport aux fausses idoles, au "veau d'or": religion, argent et caetera. Ne pas voir plus loin que chez soi aboutit à cette névrose dont il est difficille d'échapper. Dès qu'on approche que ces veaux d'or, on est rapidement contaminé...alors ou on se contamine ou on vit dans une certaine forme de parano...dur à vivre, camus nous le montre bien. Tel est l'intérêt de ce livre. Encore une fois, camus se sert d'une histoire pour mieux nous métaphoriser le monde dans lequel nous vivons.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un jour peut-être

4 étoiles

Critique de Lilule (baalon, Inscrite le 24 février 2006, 44 ans) - 1 novembre 2017

Je suis désolée mais je n'arrive pas à m'attacher au personnage. Je ne sais pas pourquoi. Il décrit très bien Oran ou le comportement de la population. La lecture est plaisante et fluide Mais je n'arrive pas à m'attacher aux personnages principaux. Les seuls battements de coeur furent pour le fils du juge ou pour les chiens et les chats. Je ne suis pas peut-être en condition, mon âge ou j'ai sûrement mal choisi le premier livre de cet auteur. Je vais sûrement le garder pour lui donner une deuxième chance et à moi aussi.

Décevantes retrouvailles

4 étoiles

Critique de Saint Jean-Baptiste (Ottignies, Inscrit le 23 juillet 2003, 81 ans) - 24 octobre 2015

Autant la re-lecture de L'Etranger m'avait épaté, autant la re-lecture de La Peste m'a déçu. J'ai trouvé que le récit était lent et même un peu poussif par moment. J'ai trouvé aussi que l'écriture était assez sobre et convenait bien à la lenteur de l'action, mais à mon avis, elle manque quand même un peu d'éclat. Évidemment je me rend compte du sacrilège de cette constatation mais, j'ai trouvé que ce livre avait mal vieilli.

Dans toute la première partie du récit, l'auteur ne parle pratiquement que de la progression de la peste dans la ville ; et il apparaît au fil du livre, que le seul personnage vraiment bien décrit dans ce roman est la ville pestiférée. Il est vrai qu'autrefois il fallait y voir une allégorie de la peste brune, du nazisme, mais aujourd'hui...

Les personnages, à part peut-être le docteur Rieux, sont assez inconsistants, ils n'ont pas d'épaisseur, on ne les « voit » pas, on ne les « sent » pas. Certains sont carrément funambulesques et le prêtre est stupidement caricaturé ; quant aux rares femmes de l'histoire, elles ne font qu'une pâle figuration.

Évidemment, on sait que les personnages, surtout Rieux et Tarrou, sont là pour servir de porte-parole à Albert Camus ; alors que disent-ils ?

Rieux-Camus s'interroge sur le mal dans le monde – une question vieille comme les pierres à laquelle personne n'a jamais donné de réponse – ce n'est pas très original. Le prêtre du roman donne une réponse tout à fait inacceptable, ce qui permet à Camus de taper sur la religion à bon compte. Que n'a-t-il connu l'abbé Pierre ou le Père Damien !
Camus croit en Dieu, ça me paraît évident ; mais il ne l'accepte pas ; il refuse un Dieu qui laisse mourir un enfant ; comme si c'était Dieu qui lui envoyait la peste ! Je pense que c'est un peu plus compliqué quand même.

Quant à Tarrou, qui dialogue beaucoup avec Rieux, il apparaît comme son faire valoir. Mais il a fallu attendre la fin du livre pour réaliser qu'il est là, surtout, pour condamner la peine de mort. Cette condamnation, qui s'étale sur trois pages, ne vient rien faire dans le récit ; et, franchement, aujourd'hui qui donc se passionnerait encore pour ce sujet, tant cette condamnation fait partie des évidences chez les gens civilisés !

Finalement, le héros du livre, Rieux, porte parole de Camus, est un homme de bien ; il ne se prend pas pour un saint, nous dit-il, et fait son devoir par simple honnêteté professionnelle ; mais c'est peut-être aussi par goût de l'héroïsme, un héroïsme désespéré qui, m'a-t-il semblé, le conduit à la limite de l’orgueil.
A l'époque on a voulu en faire un modèle pour la jeunesse mais son comportement ne m'a pas paru si exemplaire que ça : il est beaucoup trop résigné, beaucoup trop déterministe et manque carrément d'idéal. A mon avis, il existe de plus beaux modèles à proposer aux jeunes.
Oui, décidément, je confirme et j'assume, selon moi, ce livre a mal vieilli.

Un livre magnifique

10 étoiles

Critique de Dirakkk (, Inscrit le 7 février 2011, 43 ans) - 10 juin 2015

Le passage où le prêtre compare la maladie qui frappe les maisons à un fléau qui s'abat sur les grains au hasard......
Il faut le lire et c'est tout !!

Dense et complet

9 étoiles

Critique de Ngc111 (, Inscrit le 9 mai 2008, 31 ans) - 7 mai 2015

Le récit se déroule au 20e siècle, dans les années 40, à Oran et nous raconte le déroulement d'une période où la peste va faire des ravages et isoler une ville et ses habitants, permettant à l'auteur de mettre en lumière divers personnages et de développer différentes considérations sur le genre humain. Cette option de placer sa loupe sur une population confinée et en proie à la souffrance est bien évidemment utile à Camus pour mettre en exergue les attitudes de l'Homme, ses réactions, ses pensées et sa vision de la vie, à travers les peurs, les attentes, les ambitions de ses personnages.

Le personnage principal est un médecin, Bernard Rieux, qui s'appliquera à soigner du mieux possible les gens durant l'épidémie mais il est entouré d'un cercle de proches tous plus intéressants les uns que les autres, qu'il s'agisse de Tarrou, le personnage le plus énigmatique jusqu'à un certain point de l'intrigue, qui recherche le statut de saint ; Rambert, journaliste étranger qui désire quitter la ville de manière clandestine afin de retrouver un amour naissant ; Grand, employé municipal consciencieux et discret qui écrit à ses heures perdues mais s'enferme dans une éternelle réécriture de la première phrase de son supposé roman ; Cottard, sorte de contrebandier toujours inquiet d'être rattrapé par la justice mais qui profite de l'épidémie pour poursuivre et développer ses affaires. Et l'on pourrait parler des autres tels que la maman de Rieux, Castel le docteur ayant mis au point un sérum dont on attend de savoir s'il sera efficace ou non ou Othon, ce juge froid dont le comportement sera affecté par l'arrivée de la peste.

Toutes ces personnes seront changées par la peste et évolueront au sein d'un récit dense mais complet où Camus étudie chaque petit détail sans jamais s'arrêter trop longtemps dessus. Il nous parle des loisirs qui ne sont plus vécus comme auparavant, des rapports sociaux qui s'humanisent un peu plus en temps de catastrophe, de ces amours que l'on essaie désespéramment de rejoindre au point de plus penser aux solutions qu'aux êtres aimés, des hésitations administratives et de l'emploi des chiffres pour rassurer la population... chaque page, chaque instant, chaque fait relaté nous fait un peu plus entrer dans le fonctionnement d'une ville sous étau, d'une communauté qui se révèle ou s'adapte à des conditions de vie finalement dictées par le danger.
Car c'est là la question principale que peut poser le roman d'Albert Camus : la catastrophe et toutes les conséquences qu'elle implique est-elle un révélateur de l'âme humaine, de ses qualités et ses défauts ? Ou n'est-elle qu'une mise en situation différente, qui change temporairement ou indéfiniment, le caractère et la vision humaine, sorte d'élément déclencheur d'une modification dont on ne sait au final si elle sera meilleure ou juste différente ? Pour grossièrement résumer : l'Homme est-il bon au départ puisqu'il finit par se révéler tel quel sous contrainte ? Ou est-il mauvais et finit-il par changer grâce à un élément déclencheur ? La réponse est comme souvent plus nuancée et complexe que cela mais il n'empêche que la force du roman de Camus est de nous interroger à ce sujet.

Tout cela nous ferait presque oublier le parallèle évident que fait l'auteur entre la peste et le nazisme, qu'il annonce dès le départ avec la citation de Daniel De Foe mais qu'il a l'intelligence de rendre discret par la suite. Les allusions sont rares et plutôt fines. On peut donc y voir une double lecture sans que cela n'écrase le récit de toute son empreinte.

D'une écriture un peu sèche mais magnifique malgré tout, Albert Camus signe un roman complet, simple dans son approche et ses développements, mais qui a le mérite de s'intéresser à ses personnages et à toutes les considérations (religieuses aussi avec le personnage du père Paneloux) possibles en temps de crise.

Un ennui aussi mortel que la peste

4 étoiles

Critique de Alvano (, Inscrit le 25 janvier 2015, 41 ans) - 25 janvier 2015

Je mets deux étoiles pour l'expression française. Pas le style, juste la grammaire. Le style est ampoulé, anachronique, lourd. Comparé à Henri Barbusse : L'enfer, écrit 40 ans auparavant, on a l'impression d'une régression de la langue française, vers un académisme de vieille momie, échappée d'une crypte poussiéreuse aux odeurs de camphre.

La lecture fut un supplice. L'auteur se plait à répéter les mêmes faits avec des mots différents, à détailler chaque absurdité de la vie de ces gens, pour lesquels on n'éprouve aucune empathie.

Le narrateur parle dans le vide ... parle aussi de lui-même, à la troisième personne … pour ainsi dire éternellement ! En résumé c'est élitiste et pédant. Il y avait mille moyens d'exprimer la pression vécue par ces hommes, sans tomber dans la logorrhée, ou du moins pas trop longtemps. Cependant c'est peut-être voulu, mais ces artifices ne me séduisent pas. J'ai préféré de loin l'étranger, et son style presque enfantin.

La troisième partie est la plus insupportable : un galimatias pseudo-philosophique, souffrant d'un manque de clarté.

Il nous explique une première fois que devant la lassitude due au fléau, chacun est en quelque sorte atone, pris d'ataraxie, que cela est visible en toute chose. Puis il va nous décrire comment se manifeste ce délabrement moral dans chaque moment de la journée. Au final, après qu'il ait ainsi inventorié tous les comportements, vous vous rendez-compte que vous venez de supporter une cinquantaine de pages soporifiques, pendant lesquelles il explique le sens des mots employés cinquante pages plus tôt ... merci papa mais j'avais compris en première lecture, j'ai assimilé ma langue maternelle !

J'en conviens, l'expression française est grammaticalement parfaite, mais l'intention est prétentieuse.

Du coup je me suis servi de ce livre, pour réviser toutes les amorces possibles à l’emploi du subjonctif, un mode que j’aime. Or justement, on dirait qu’il s’amusait dans ce roman - qui devait l'ennuyer autant que moi - à inventorier tous les cas possibles. Donc cette chose, est très utile comme pense-bête, c'est déjà ça. C'est aussi un puissant anesthésique. Michael Jackson aurait adoré : bien plus efficace que le Propofol.

On ne peut réduire et généraliser la peste sa dimension universelle voilà son génie

9 étoiles

Critique de Hortenselug (, Inscrite le 2 janvier 2014, 19 ans) - 2 janvier 2014

Beaucoup de personnes ont tendance à immédiatement rattacher la Peste à l'occupation de la France par les nazis. Mais la peste va bien plus loin que cette simple dimension. La Peste montre le mécanisme d'un fléau qui s'abat sur une population. Il n'y a qu'à relire l'épigramme. L'ambition de Camus est d'une part de faire revivre l'histoire mais aussi d'universaliser un processus de résignation d'une collectivité.
D'autre part toute l'ingéniosité de l'oeuvre se retrouve dans la diversité du public sensible à son message. En effet beaucoup de Japonais ont trouvé dans ce livre une source d'espoir.
Enfin, il ne faut pas réduire le message de la Peste à un simple exemple de révolte face à l'absurdité d'un mal qui s'abat sans prévenir et qui massacre une population. Non Camus n'était pas désireux de faire passer un symbole de solidarité à travers son livre. Il voulait représenter ( cela reste mon avis) la prise de conscience que peuvent avoir certaines personnes et le chemin de facilité et de conformisation que peuvent choisir d'autres.

"Le bacille de la peste ne meurt ni ne disparaît jamais"

8 étoiles

Critique de Benson01 (, Inscrit le 26 mai 2012, 21 ans) - 11 juillet 2013

Tel est l'affreux constat que fait Albert Camus dans sa grande allégorie de la seconde guerre mondiale où la peste représente l'idéologie nazie (et plus généralement, toutes les idéologies abominables et malveillantes au monde).

La peste est une œuvre lucide, qui apporte beaucoup au lecteur, un peu longue certes mais écrite somptueusement.

Il ne suffit pas de plus pour donner mon avis sur ce livre majestueux qui a déjà été critiqué 30 fois ! Je le recommande, et je lui met quatre belles étoiles significatives.

L'ennui

5 étoiles

Critique de Lejak (Metz, Inscrit le 24 septembre 2007, 43 ans) - 23 septembre 2012

Je suis venu à "La peste" par l'envie de relire "L'étranger". Mais je n'ai pas retrouvé le plaisir de ce dernier. L'absurdité dans laquelle se noie l'anti-héros de "L'étranger" n'est pas celle de "La peste", car celle-ci se veut critique de la grande Histoire.

Le dessein est honorable que de vouloir revenir sur la vie des Français pendant l'occupation, mais pour moi le résultat n'y est pas.

Je n'ai pas été saisi par l'insondable horreur d'une telle épidémie. La maladie elle-même, ses conséquences dramatiques sur les familles, le traitement des morts rendu terriblement cruel du fait du sur-nombre ... Et si l'on fait le rapprochement avec les années noires des crimes de la Gestapo, le décalage me semble encore plus frappant.

Les personnages choisis par Camus pour nous présenter la vie au quotidien de cette épidémie m'ont fatigué par leurs agissements insensés. (Grand et sa phrase ré-écrite mille fois ou Cottard et ses troubles de comportement)

Même le style ne m'a pas plu avec la narration aux mains d'un inconnu, se dévoilant à la fin du récit : mais pourquoi faire !? je trouve que ça n'apporte rien.

Bref, je n'ai pas été saisi. Le but étant de se retourner sur un passé monstrueux qu'était l'occupation allemande, je trouve que l'oeuvre manque de noirceur et de puissance.

La Peste

10 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 38 ans) - 28 mai 2012

J'ai été surpris de voir à quel point ce livre est bon. Ça devait faire près de 10 ans que je l'avais dans une boîte de livres et enfin je me suis décidé de le lire. À première vue, on une belle histoire sur la force de l'être humain à résister à un fléau comme la peste. Malgré tous les inconvénients qu'elle apporte, surtout la mort, plusieurs s'organisent et luttent pour s'en débarrasser.

Lorsqu'on regarde plus profondément, on peut y voir un lien entre la peste et l'occupation nazie. Les héros du roman représentent donc la résistance face à l'occupant. Juste pour ça, ça en fait pour moi un grand roman.

Un roman d'une richesse incroyable.

10 étoiles

Critique de Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 37 ans) - 20 novembre 2011

Oran, 194.

Le début du roman est marqué par une description de la ville peu séduisante : une ville sans oiseaux, banale, marquée par les habitudes des oranais qui semblent répéter les mêmes gestes et les mêmes activités indéfiniment. Pourtant, un épisode va rompre ce rythme morne : l'arrivée d'une épidémie de peste annoncée par des rats. A partir de cet instant, la ville sera fermée pendant 9 mois, temps de gestation de la peste et fera de cette population des "séparés" du monde ! Camus choisit de se concentrer sur quelques personnages qui permettront au lecteur de s'interroger sur lui-même. Il y a tout d'abord Rieux, le médecin et narrateur de cette oeuvre, séparé de son épouse partie se faire soigner en montagne. Il y a aussi Rambert le journaliste venu faire un reportage sur les oranais, désormais séparé de la femme qu'il aime à cause du repli de la ville. Cottard est un personnage recherché par les autorités. Pour quel crime ? On ne sait pas, mais l'on sait qu'il a tenté de se tuer au début de l'oeuvre afin d'échapper au jugement. Pour lui, être dans une ville fermée c'est être protégé car face à la peste, ses méfaits sont secondaires.Tarrou, quant à lui, est un idéaliste désabusé qui rédige des carnets qui lui permettent de voir clair. Il y a aussi Grand l'employé de mairie, Paneloux le prêtre qui estime que la peste est un châtiment divin à cause du manque de piété des oranais ... Tous les "séparés" bénéficient d'une regard bienveillant de l'écrivain qui lui-même était un "séparé" pendant le débarquement allié en Afrique du nord en 1942 qui le sépara de son épouse et de sa famille pendant 2 ans.

Evidemment, le roman est assez long et ce sont souvent les mêmes scènes qui réapparaissent. En même temps, si l'on parle d'épidémie, il est logique que certaines scènes se répètent : morts, scènes de découragement, scènes de soin ... Le roman remue le lecteur et certaines scènes sont véritablement frappantes : la mort de l'enfant, la bêtise du premier prêche de Paneloux, la lâcheté de certains hommes qui ne pensent qu'à fuir ... Camus invite donc l'homme à réfléchir sur lui-même et sur son implication dans le monde. Tous ces hommes qui s'entraident et qui tentent parfois vainement de sauver un malade ne sont pas des héros aux yeux de l'écrivain, ils ne font qu'exercer leur "métier d'homme" ! Tout homme, naturellement, instinctivement, se montre solidaire et courageux dans de tels instants. Camus pense qu'il y a plus de bonnes choses que de mauvaises en l'homme.

A la suite des critiques postées pour ce roman, dans les forums, certains lecteurs s'interrogeaient sur la symbolique de cette oeuvre. Camus l'a formulée clairement dans une lettre qu'il rédigea à Roland Barthes :" Le contenu évident de "La peste" est la lutte de la résistance européenne contre le nazisme."
Oui la peste est une épidémie, mais elle reflète aussi les régimes fascistes et leur propagation. D'une manière plus large et moins réductrice elle renvoie au Mal qui est en chaque homme, idée fortement suggérée à la fin du roman où la Libération de la ville n'est pas définitive. Rieux invite l'homme à être avisé et méfiant et à garder toujours à l'esprit que l'on côtoie quotidiennement la bacille de la peste, l'essence du mal.

"La Peste" est un roman qui met l'homme face à lui-même et qui invite à ne plus se résigner.

La peste d'Albert Camus

6 étoiles

Critique de Jwpack (, Inscrit le 1 novembre 2010, 37 ans) - 25 janvier 2011

Classique ou pas, je critique. Mes mots peuvent déranger, voire blesser, mais c'est contraire à mon intention. Que ce soit un auteur débutant ou l'un de ceux qui ont remporté des prix, si je déteste l'oeuvre alors je l'écris. Qu'en est-il de ce grand bouquin de la littérature française : « La peste » d'Albert Camus, qui lui permit en partie de gagner le prix Nobel en 1957? Vous le saurez dès maintenant.


Tout d'abord, voyons un résumé de l'histoire. Elle a lieu en 1940 dans la ville d'Oran en Algérie. Ce roman contient cinq actes, si vous préférez : cinq étapes. Elle débute par des rats qui sortent de leurs cachettes à travers la ville et meurent de façon inquiétante. La population en découvre tellement qu'ils décident d'envoyer tous les matins des employés de la dératisation les recueillir sur les places publiques et de les incinérer. Lorsque subitement, plus aucun rongeur ne perd la vie, c'est maintenant le tour des humains d'être infectés par cette terrible maladie mystérieuse qui s'avère être la peste. Les autorités tranchent : ils ferment la ville et l'isolent pour empêcher la propagation du fléau à l'extérieur.


Troisième acte, l'épidémie s'aggrave et les gens commencent à s'inquiéter lourdement. Le père Paneloux fait un sermon en accusant les habitants d'être leur propre bourreau. La colère de Dieu a frappé les pêcheurs. Quatrième acte, les médecins testent un remède créé à partir d'une souche de la maladie. Un enfant cobaye meurt après avoir tenté l'expérience du vaccin. Dernier acte, le mal régresse tranquillement, l'injection semble faire effet et subitement, le nombre de décès diminue jusqu'à atteindre un niveau respectable. Les gens font la fête dans les rues et célèbrent leurs retours à la vie normale. À la toute fin, un tueur fou décharge son arme dans la foule.


Voilà un résumé du bouquin. Qu'est-ce que j'en pense maintenant? C'est moyen. L'histoire est bonne, je n'ai rien à ajouter à ce sujet. Par contre, il faut être un tant soit peu focalisé pour l'apprécier à sa juste valeur. Je ne dirai pas que l'écriture est fluide, ni qu'elle est ardue. Les lecteurs doivent seulement être concentrés un peu plus que normalement, c'est tout. Les personnages complexifient la chose. Il y en existe neuf principaux et secondaires inclus. Ce qui rend la tâche difficile c'est qu'on se promène de l'un à l'autre au cours du récit sans vraiment totalement se rappeler qui ils étaient. « Était-ce Cottard qui avait tenté de se suicider? Il me semble que oui... » Voilà le genre de questionnement qui se produit après plusieurs pages.

J'ajoute deux points très positifs : J'ai aimé le fait d'apprendre qu'à la fin qui est réellement le narrateur et également que nous sentons graduellement la tension monter à mesure qu'on avance dans notre lecture.


Je le conseille à ceux qui désirent se plonger dans les classiques, car « La peste » est un bon roman tout de même et il s'inscrit dans la ligne des « Oeuvres à avoir lues » avant de mourir. Dans mon cas, une note de 6 sur 10 convient à ce livre.

Que dire?

10 étoiles

Critique de Corentin (, Inscrit le 24 janvier 2011, 22 ans) - 24 janvier 2011

Que pourrais-je ajouter à cette oeuvre d'une profondeur et d'une beauté saisissantes? A chaque page, une nouvelle incitation à la révolte contre l'absurdité de notre existence.
La Peste, ce fléau qui nous tombe dessus tout d'un coup, sans que l'on puisse faire quoi que ce soit. Déjà il faut choisir: se battre en connaissant notre inévitable défaite, ou bien être lâche et abandonner...
Un des livres à lire dans sa vie. Le style bouleversant, Camus réussit à nous couper le souffle à chaque page.

Une analyse lointaine de l'homme

7 étoiles

Critique de Maufrigneuse (Saulieu, Bourgogne, Inscrit le 1 novembre 2010, 28 ans) - 21 novembre 2010

Camus utilise la peste pour regrouper ses personnages dans un huis-clos où ils seront confrontés aux malheurs de l'épidémie et forcés de se dévoiler. A travers ses relations, ses peurs et ses désirs, il révèle alors la nature de l'homme, parfois splendide, parfois mauvais et souvent misérable.

On retrouve dans ce roman le détachement apparent de Camus. L'analyse est lointaine et le ton très froid et médical. Il faut attendre la fin du roman pour que le narrateur se libère un peu plus et pour que les personnages prennent réellement forme humaine. Difficile de s'atacher à des personnages qui ne ressentent rien ou presque.

C'est un livre riche en enseignement et que je gagnerais à relire. Il y a deux choses importantes que je n'ai pas compris. Pourquoi les femmes ne sont-elles présentes dans cette histoire d'hommes que par leur absence ? Pourquoi est-ce qu'il ne semble y avoir que des européens catholiques dans cette ville arabe ?

Un livre émouvant et éprouvant

8 étoiles

Critique de Ichampas (LAMBALLE, Inscrite le 4 mars 2005, 53 ans) - 29 septembre 2010

Après un début de lecture un peu laborieux, je n’ai plus laissé ce livre, il a, entre autres, le mérite d’inciter à s’interroger sur le sens de la vie. Malgré un rythme lent en raison du sujet, le roman n’est à aucun moment ennuyeux, dans la détresse, les individus se révèlent, le docteur Rieux est exemplaire, il suscite l’admiration. Un livre émouvant et éprouvant.

Exceptionnel

9 étoiles

Critique de Megamousse (, Inscrit le 17 juin 2009, 34 ans) - 6 septembre 2010

On m'avait dit grand bien, tant de l'œuvre que de l'homme Camus. Je ne fus déçu ni d'elle ni de lui, et mon émotion, au fil des pages, devint plus grande. Jusqu'à évoluer vers quelque chose qu'on pourrait rapprocher de l'admiration, de l'inspiration peut-être. De l'ébahissement! Oui car c'est bien de cela qu'il s'agit. La Peste m'a bluffé sous bien des aspects. Par sa concision élégante, par sa parabole ingénieuse (première référence biblique), par son humanisme finement distillé, essentiellement.

L'histoire peut-être la connaissez-vous, ou pas, mais la voici en quelques lignes.

Nous sommes à Oran, ville côtière d'Algérie alors sous empire français. Dépeinte sans charme particulier, la cité vit mécaniquement de son travail, de sa routine, de son désenchantement passif. L'argent y a fait son nid, et fait petitement prospérer la population, qui se complait dans une existence confortable et monotone, non pas immorale, mais amorale, déjà plus. Deuxième référence biblique - à Sodome et Gomorrhe. Non? Rieux, un médecin généraliste officiant sur place, est alors le témoin d'événements pour le moins déroutants. Des rats sortent en nombre, et viennent cracher leurs derniers râles dans les logis, sur les trottoirs. Ne recevant dans un premier temps pour sentence que l'incrédulité des badauds, ELLE finit par s’imposer à l’esprit, cette maladie, cette entité maline qu’encore on n’ose point nommer. Elle n'a pourtant pas lieu d’être ! Les épidémies de pestes, il y a bien longtemps qu'on n'en voit plus ! C’est un mal éculé !

Quelques jours plus tard, pourtant, ce sont les hommes qui commencent à y passer. Mais l'évidence ne perce toujours pas le voile opaque de terreur que les administrateurs ont placé devant leurs yeux. Car tout converge à reconnaître le fléau (qu'on a tendance à immédiatement associer à la sixième plaie d'Egypte - troisième référence biblique et *pouf*) dans ces bubons douloureux, noyés de liqueur putride, que le docteur désemparé fend à tire larigot. La peste est là, fumante, implacable. Et lorsqu'enfin son nom apparaît sur les lèvres, les victimes se comptent déjà par dizaines, puis par centaines. D'abord timorées, par peur d'affoler l'opinion publique, les mesures de prévention se multiplient, s'affermissent, jusqu'à décréter l'isolement complet de la ville.

Quel est ce Mal ? Triste hasard ou punition pour l’Exemple contre ces Hommes qui ont oublié de vivre pour être et croire, et non seulement pour avoir ?

Le récit se transforme alors subitement en une sorte de huis clos, surdimensionné, mais non moins étouffant. S’agissant de l’intrigue, je n’ai pas grand-chose à ajouter. La peste s’installe, s’incruste, envahit l’air, la terre et les corps et les englue de son atmosphère épaisse et tiède, malsaine. De nouveaux des personnages font leur entrée aux côtés de Rieux : Grand, Terrou, Rambert, Cottard, Paneloux, chacun harnaché de son ballot d’espoirs, de doutes, de désillusions, de peines, ou de secrets. Des liens se nouent entre ces hommes séparés de leurs repères, prisonniers dans un cube virtuel aux frontières irradiées de mal. On les voit lutter, aider, fuir, abdiquer, perdre, gagner, évoluer dans leur appréhension du fléau, et de leur existence en général.

La Peste est une magnifique parabole, qui soulève, avec le mérite d’y apporter quelques réponses – certes subjectives mais réponses tout de même – moult problématiques sur le sens de la vie et sur la nature humaine, ou sociale plutôt. Car ce n’est pas forcément l’Homme en tant qu’individu qui doit se sentir en premier lieu visé par cette sanction que Paneloux, homme d’Eglise, qualifie de divine au passage, mais l’Homme de collectivité : icelui-même qui avance, tête froncée comme un bœuf de labour, déchirant médiocrement les jours comme s’ils étaient faits de papier mouillé, avec l’indifférence ingrate d'un parvenu arrogant, qui oublie de penser et s’en remet à l’opinion du plus grand nombre, la plus immédiate.

Je parlais aussi de la réflexion sur le sens de la vie. Oui certes, mais c’est une autre interprétation du fléau qui nous y amène, non pas une interprétation fondée sur la foi, mais au contraire sur sa contingence. Quel crédit donner à la vie, à l’amour, au Bien, quand une maladie qu’on croyait morte se réveille du jour au lendemain et frappe de mort en aveugle, bonnes comme mauvaises gens ? La lutte, notamment celle qui n’a pas d’espoir, celle de principe, est-elle vaine ou au contraire donne-t-elle tout son sens à l’existence humaine ? Camus a sa petite idée, que vous découvrirez soit en lisant l’œuvre, soit en lisant entre ces lignes. Petit indice : ce n’est pas très difficile à comprendre, même si votre constat pourra mettre à mal une fausse idée assez répandue sur la personnalité de ce bon Albert.

Si le ressort philosophique évident qu’abrite ce bijou de littérature moderne ne vous a pas encore effrayé, j’espère que vous serez également séduits par le style d’écriture sobre et raffiné de l’auteur. Des descriptions saisissantes, des caractères si réels qu’on voudrait les toucher, une sélection verbale parfaite, le tout dans des phrases simples. Pour le lecteur, cela se traduit par du plaisir à l’état brut. Il est des livres dont on se rappelle, pour le stimulant de leur intrigue, la réflexion qu’ils sous-tendent, la finesse de leurs personnages, leur style enlevé. Mais il en est peu qui nous donnent tout à la fois. La Condition Humaine me l’avait donné. La Peste me l’a donné. Et l’album n°5 de Garfield aussi mais chut.

Bref. Mangez-en. Ce Camus est un livre d’intellos pour grand public, mais dans le bon sens de l'expression. Denrée rare s’il en est.

Maîtrise absolue de la littérature

8 étoiles

Critique de Feriial (, Inscrite le 18 février 2010, 26 ans) - 18 février 2010

A travers une écriture simple , classique et compréhensible par tous , Camus nous parle d'un sujet sérieux à travers une maladie ravageuse . Nous emportant donc dans Oran , ancienne ville française monotone où la routine guidait les habitants jour après jour , jusqu'à ce qu'un amas de rats décide de venir y faire un tour..

L'absurdité de la guerre

8 étoiles

Critique de Adrien34 (, Inscrit le 18 janvier 2009, 27 ans) - 23 décembre 2009

Camus décrit ici, comme dans ses nombreux romans, l'absurdité de la vie des hommes, leurs comportements face à l'inconnu, les valeurs qui ressortent, celles qu'on attend, celles qui font mal a l'humanité. Un roman qui en dit long sur la condition de vie des hommes

De la grande littérature et de la grande philosophie

10 étoiles

Critique de Matthias1992 (, Inscrit le 27 août 2007, 25 ans) - 17 mai 2009

Un livre d'une puissance et d'une intensité viscérales. Camus déploie une écriture fluide, limpide, d'une sobriété et d'une justesse imparables, fascine lors de ses descriptions inoubliables et de ses débats poignants autour de la moralité en cas de peste, du sens de la vie, de l'absurdité de la condition humaine, de la nécessité de l'engagement malgré tout (suivant la formule du baron d'Obermann: "L'homme est périssable. Mais périssons en résistant!"). De la grande littérature et de la grande philosophie.

Etat de siège

8 étoiles

Critique de Manumanu55 (Bruxelles, Inscrit le 17 février 2005, 38 ans) - 11 décembre 2008

Evidemment c'est lent, mais comment un roman sur ce thème ne le serait pas! C'est surtout une lecture très enrichissante de par cette peinture d'une société en "état de siège"!

Révolte limitée

4 étoiles

Critique de Gryphon (Mexico DF, Inscrit le 22 juillet 2004, 52 ans) - 12 octobre 2008

A la réflexion, quoi de plus radical qu'un livre comme "L'Étranger"? Sauf que c'est "La Peste" que j'ai dû lire, pour les besoins de mon atelier de philo, et j'ai assez peiné. Le style en est par moments étonnament lourdingue. Si en outre on est littéraire et tant soit peu formé aux gender studies, on s'aperçoit vite d'une chose: l'évacuation de tout élément féminin. L'épouse de Rieux est envoyé dès les premiers chapitres hors de la ville, ne restent plus que les mères-qui-ne-sont-que-cela. Comme si maintenant qu'on est entre hommes, on pouvait enfin parler de choses sérieuses. Après ça, on va encore dire que les philosophes, c'est une bande de gros sexistes (et du moins en partie, on aura raison de le dire).

On a dit que "La Peste" était une allégorie de l'époque nazie. Là encore, je ne pourrai pas suivre. C'est avoir une piètre idée du roman en tant que genre que d'en faire une version petit-nègre de l'essai philosophique. Toi y en a pas comprendre essai? Toi y en a lire jolie histoire avec plein de morts. C'est à bien y penser avoir également une piètre idée de la philosophie.

Le problème avec une certaine vision populaire de concepts tels que "révolte" ou "solidarité", c'est qu'on en fait de la métaphysique. En d'autres termes, on en fait une valeur absolue, transcendante à laquelle il suffit de se raccrocher pour donner sens à la vie. Très joli, mais rien à voir avec Camus, dont la pensée est à la fois plus fine et plus complexe.

Pour Camus, le monde est absurde, c'est à dire dénué de sens et sans horizon salvateur, qu'il soit religieux ou séculaire. D'où trois comportements possibles: soit on se suicide et on a donc paradoxalement l'espoir que ça ira mieux une fois quitté ce bas-monde. Soit on se résigne et on végète sa vie durant. Soit, enfin, on se révolte: c'est à dire on accepte le monde absurde en tant que tel, et ceci nous fournit un gros avantage: puisqu'il n'y a plus ni transcendance ni futur contraignant, ça nous laisse beaucoup plus de liberté d'agir au présent, ici et maintenant. Ces actes sont eux-mêmes sans espoir, puisque sinon nous quitterions le monde absurde pour un monde sensé et nous serions en contradiction avec nous-mêmes. Et surtout, ce ne serait plus une révolte. Vu comme ça, c'est une pensée assez radicale et ça reste assez actuel.

La solidarité, enfin, naît d'une complicité entre individus qui en sont arrivés au même constat. Elle est donc possible, mais ce n'est pas une nébuleuse préexistante, elle se crée entre individus révoltés. C'est là que j'ai quelques doutes; il me semble que dans "La Peste", la solidarité redevient malgré elle une valeur transcendante, comme si Camus faisait un pas un arrière...

Je vais sembler méchant, mais...

4 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 35 ans) - 28 mars 2008

...mais je n'ai pas vraiment apprécié ce livre. J'en avais entendu plus que du bien (il fait partie de ces romans qu'il faut lire et avoir chez soi), mais j'ai été vraiment déçu. J'en attendais sans doute trop. Lecture un peu longuette (pourtant, le livre n'est pas très épais), peu passionnante, vraiment ennuyeuse par endroits, même si le début (les 100 premières pages) sont exceptionnelles. Bref, je ne nie pas le talent d'écrivain de Camus (j'ai lu "L'étranger", qui m'a plus intéressé), mais je n'ai absolument pas accroché à "La Peste". J'en suis le premier navré.
Désolé pour ma note, basse, mais je ne me voie pas donner une note supérieure pour le simple fait que ce roman est considéré comme un 'mètre-étalon' de la littérature. Pour moi, cette note médiocre se justifie.

Quel livre!

10 étoiles

Critique de Bételgeuse (, Inscrite le 7 décembre 2007, 39 ans) - 7 décembre 2007

On ne peut qu'être marqué par ce récit. Géant!

ça donne à réfléchir

10 étoiles

Critique de Soleada (, Inscrite le 21 janvier 2007, 28 ans) - 23 septembre 2007

Je découvre Camus avec ce roman, son écriture est parfaitement claire et prenante. Dans ce livre on découvre l'homme dans les conditions les plus terribles, et finalement on en découvre quoi? une des dernières phrases dans le roman l'illustre "Il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser"

MON Roman !

10 étoiles

Critique de Libero (, Inscrit le 17 janvier 2007, 40 ans) - 17 janvier 2007

Découvert à l'école, j'ai longtemps laissé de côté ce roman, comme un peu tous les romans qu'on nous forçait à lire pendant notre scolarité. Et un beau jour, il a fallu que je le prête à un élève plus jeune que moi qui devait à son tour le lire. Lorsqu'il m'a été rendu, il était annoté de partout, et je me suis pris au jeu de le lire en parcourant les annotations. Très vite j'ai abandonné les annotations pour redécouvrir un roman majeur de notre littérature, sans doute le seul qui transmette une atmosphère aussi bien mise en scène.
Depuis je l'ai relu plusieurs fois, avec toujours le même plaisir. Le plaisir de retrouver Rieux, le plaisir de retrouver la plume de Camus qui excelle dans son art.
On est emporté par les lignes, les pages défilent, il est quasi impossible de s'arrêter sans rester pour quelques minutes à Oran, perdu dans cette atmosphère terrible. Le message du livre est évident, et on suit le combat du personnage avec entrain. Intense et puissant ....

Bien

8 étoiles

Critique de Dalania (Dijon, Inscrite le 25 octobre 2006, 31 ans) - 8 décembre 2006

Je n'avais pas du tout accroché avec L'Etranger, mais là, si, j'ai aimé. On s'attache aux personnages et on espère qu'ils vont s'en sortir.

Volupté

8 étoiles

Critique de Soili (, Inscrit le 28 mars 2005, 44 ans) - 16 octobre 2006

Voilà typiquement ce que j'appelle un style intelligent, la façon dont est retranscrite la pensée de l'auteur est recherchée , ce qui fait de ce livre sinon léger et facile au moins un livre qui se lit avec volupté.

Le rapport avec la guerre est bien sûr évident, et on s'amuse à y trouver les analogies avec un pays occupé, le marché noir, la résistance,le passage en zone libre, la séparation d'avec les proches et bien sûr la mort omniprésente qui touche tout le monde sans distinction.....

Pourquoi la peste ( ou la guerre selon la vision de chacun ) apparait, pourquoi elle disparait , voilà bien une question en suspens, tout en sachant une chose primordiale : la bête n'est pas morte et demeure tapie prête à bondir.

Petits destins et grands malheurs

10 étoiles

Critique de FightingIntellectual (Montréal, Inscrit le 12 mars 2004, 35 ans) - 20 juin 2006

Ah ce Camus! Quel doigté, quelle pédagogie. Comment a-t-il réussi à chaque fois, à prendre le langage des petites gens pour leur faire part de ses réflexions philosophiques? Je ne saurais le dire, mais pourtant, avec ses mots on sent le désir qu'il a de rejoindre les gens et de leur expliquer sa révolte.

Contrairement à ce qui a été dit plus haut, je ne crois pas que ce roman baigne dans l'absurdité de la souffrance. C'est le récit de Bernard Rieux, qui, selon moi, vient donner une autre teinte à ce récit de malheur et de souffrance. C'est cette indissociabilité de Rieux au récit (que l'on apprendra plus tard, qui est pour une excellente raison), qui m'a fait comprendre ce récit comme une façon d'étayer les thèses de Camus sur la révolte.

Mais qui dit révolté en Rieux ne dit pas nécessairement violent. C'est dans la galère de la peste d'Oran que Rieux viendra à tisser des liens d'amitié hors du commun avec des gens qui eux, n'ont rien, hors du commun, sinon leur individualité propre. Dans le malheur, on nage dans une zone grise, on tisse des liens, un peu comme dans le superbe film de Jean Renoir "La Grande Illusion".

Le passage qui m'a le plus marqué justement est cette affirmation d'une révolte non-violente de Rieux, son bain de mer nocturne avec Tarrou où, faisant un pied de nez à la peste, les deux hommes goûtent au bonheur d'un geste simple, qui était au quotidien d'une ville autrefois heureuse. Comme enchantée par le caractère divin du geste de Rieux et Tarrou, la ville vient à prendre du mieux jusqu'à faire disparaitre le syndrome de la peste, laissant Tarrou comme martyr au passage.

Camus, malgré les intentions qu'on lui prête , est un humaniste, et La Peste en est le plus vibrant de ses témoignages.

de l'homme et de son pauvre et terrible amour

9 étoiles

Critique de Valéry (, Inscrit le 7 janvier 2006, 31 ans) - 7 janvier 2006

« (...) il était juste que, de temps en temps au moins, la joie vînt récompenser ceux qui se suffisent de l'homme et de son pauvre et terrible amour. »

Je ne sais plus si cela ne soit qu'un aveu impuissant chargé de tout le mépris possible contre la dualité de l'amour mais en même temps je me sens si proche de cette claustration propre que l'idée même d'avoir raison m'ébranle.

La peste (brune)

8 étoiles

Critique de Oxymore (Nantes, Inscrit le 25 mars 2005, 45 ans) - 31 mars 2005

J'ai relu voilà peu ce livre qui m'avait paru pénible à lire (je devais avoir 20 ans à l'époque). Cette fois, il m'a beaucoup plu; d'abord parcequ'il raconte la difficulté de l'exil, ensuite parceque cette peste dont il est question nous renvoie à la seconde guerre mondiale avec l'agonie (très réaliste ici) des gens, l'enfermement, les mesures prophylactiques et par dessus tout la question du devenir de l'humanité. Camus est passé maître dans l'allégorie servant ses idées et LA PESTE est un chef d'oeuvre à lire dans l'urgence des pestes qui nous menacent.

intéressant

8 étoiles

Critique de Norway (Entre le Rhin, la Méditerranée et les Alpes !, Inscrite le 7 septembre 2004, 42 ans) - 30 mars 2005

je me souviens d'un livre très intéressant avec beaucoup de réflexions. Mais raconter l'absurdité de la souffrance est toujours délicat.

La peste, bain révélateur

9 étoiles

Critique de Saint-Germain-des-Prés (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 49 ans) - 20 juin 2004

Une chose me semble sûre : la peste a encore de beaux jours devant elle. En tant que livre, bien sûr ! Les multiples niveaux de lecture qu’il présente éblouissent, puits intarissable où s’abreuver… ou dans lequel se noyer…

Je reste d’abord frappée par les individus, comme le docteur Rieux, Tarrou, Rambert ou Cottard et par leur évolution. Bien sûr, la peste est aussi l’histoire globale de la réaction d’un groupe face au fléau. Mais au sein de cette machinerie qui finit par s’organiser, les personnalités se révèlent et se marquent : l’un ne pense qu’à franchir illégalement le cordon sanitaire pour s’en aller retrouver sa belle (mais le fera-t-il le moment venu ?), l’autre utilise la carence en aliments pour faire du marché noir, un troisième, médecin, s’immerge dans son travail (qui n’est plus de guérir mais d’évacuer les mourants) tout en tentant de garder la tête hors du marécage, et s’empêche de trop penser à sa femme, malade loin de lui…

La narration de la mort d’un enfant, entre autres, est particulièrement réussie dans la mesure où, sans jamais donner dans l’émotion facile, Camus, sobre, décrit néanmoins avec précision cette agonie : le résultat ne se fait pas attendre, nous sommes avec l’enfant, avec le docteur Rieux. Quand je disais qu’il y a moyen de s’y noyer, dans ce livre…

Camus ne se prive évidemment pas d’enraciner dans l’histoire toute une série de réflexions. En voici deux :

« (…) mais puisque l’ordre du monde est réglé par la mort, peut-être vaut-il mieux pour Dieu qu’on ne croie pas en lui et qu’on lutte de toutes ses forces contre la mort, sans lever les yeux vers le ciel où il se tait. »

« Le mal qui est dans le monde vient presque toujours de l’ignorance, et la bonne volonté peut faire autant de dégâts que la méchanceté, si elle n’est pas éclairée. Les hommes sont plutôt bons que mauvais, et en vérité ce n’est pas la question. Mais ils ignorent plus ou moins, et c’est ce qu’on appelle vertu ou vice, le vice le plus désespérant étant celui de l’ignorance qui croit tout savoir et qui s’autorise alors à tuer. L’âme du meurtrier est aveugle et il n’y a pas de vraie bonté ni de bel amour sans toute la clairvoyance possible. »

40 de fièvre

9 étoiles

Critique de Wakkafr (Paris, Inscrit le 12 juin 2004, 44 ans) - 13 juin 2004

J'étais à Londres depuis cinq mois, j'avais 20 ans ; la France me manquait, je suis entré dans une librairie française et j'ai acheté La Peste. Quel choc ! Quelle fièvre !

roman réputé difficile ?

9 étoiles

Critique de Rotko (Avrillé, Inscrit le 22 septembre 2002, 43 ans) - 14 septembre 2003

Pourquoi ce roman est-il réputé difficile d'accès pour les étrangers, voire les jeunes esprits français, alors qu'il a connu dès sa parution un succès immédiat ?
En 1947, la deuxième guerre mondiale était dans tous les esprits, et le quotidien des Français sous l'occupation se retrouve à peine masqué dans le roman. On sait que cette oeuvre se veut la chronique d'une épidémie fictive à Oran, dans les années 40. Or la mise en quarantaine de la ville offrait bien des similitudes avec ce qu'avaient vécu les contemporains : la séparation d'avec les proches, les privations, l'écoute des nouvelles à la radio, le désir de franchir des barrages, le recours aux passeurs et au marché clandestin, la correspondance codée, sont autant les propriétés d'une ville isolée que d'un pays coupé en deux et soumis à la surveillance de l'occupant. Les interrogations : combien de temps le mal va-t-il durer ? les alternances d'espoir et de découragement, de révolte et de résignation, tel était le pain quotidien, dénominateur commun entre la "peste brune" fasciste dévalant sur l'Europe et une réelle épidémie, réputée galopante.
Nul doute que ces circonstances ont su faire passer le message. D'un côté, ceux qui pactisent avec le mal, de l'autre ceux qui luttent pied à pied. Les personnages sont bien typés : le jésuite qui sait adapter ses thèses à l'état d'esprit du public, l'ancien engagé des brigades internationales qui voit les atrocités de l'adversaire mais aussi les erreurs de son camp, le militant dévoué qui ne se ménage pas, le journaliste hésitant sur la conduite à tenir et qui finit par franchir le pas.
Toutes ces conduites parlent de l'acceptation ou non de la souffrance, de la validité d'un idéal, d'une révolte foncière contre le mal, de la peine de mort et... de la durée des bonnes résolutions officielles. Même si des personnages comme Grand irritent d'autant plus que l'auteur leur décerne de provocants éloges, on reste accroché par le livre à cause de moments privilégiés : une discussion sous la lampe, une baignade en signe de l'amitié, l'attente de l'issue fatale pour un enfant qui souffre. On passe alors sur les gros traits de caricatures humaines, et on se demande comment serait lue cette oeuvre dans des pays qui attendent ou vivent le fléau.

Je me souviens

10 étoiles

Critique de Lucien (, Inscrit le 13 mars 2001, 62 ans) - 9 septembre 2003

Je me souviens avoir lu ce récit pour la première fois à quinze ans ; pour la deuxième fois à seize. Je sortais alors d'un chagrin d’amour et trouvais dans les pages de Camus un aliment à ma mélancolie. Sans doute l'ai-je relu une troisième fois voici une petite vingtaine d’années. Puis, j’ai cessé de fréquenter cette chronique austère et humaniste. Mais la précocité de mes premières lectures assure la permanence des traces qu’elle laisse sur la plaque sensible de ma mémoire.
Je me souviens de l'objet, cette édition « livre de poche » des années 50 que je tenais de mon père. Cette inquiétante et belle couverture où la bête noire de la peste envoie ses rats crever dans les rues d’une cité riante. Cette quatrième où un jeune homme en pull, l’air bougon, fume une cigarette. L’auteur. Et cette phrase entourée d'un trait rouge comme tracé au crayon : « L’un des plus grands romans de notre temps ». Je me souviens de ma sympathie pour Rieux, et surtout pour Tarrou. De cette bulle de bonheur dans la boue de l'absurde qu’est le bain de mer qu’ils s’offrent « pour l'amitié ». Je me souviens des premiers mots du prêche de Paneloux : « Mes frères, vous êtes dans le malheur. Mes frères, vous l’avez mérité. » Et du dialogue de Paneloux et Rieux au chevet de l’enfant mort : « Celui-là était innocent, vous le savez. » « & Je comprends maintenant ce que l'on appelle la Grâce. & C’est ce que je ne possède pas. » Ces phrases qui firent beaucoup pour m'éloigner de la foi de mon enfance. Je me souviens de l’absurde vieil asthmatique qui passe ses journées à faire passer des petits pois d’une marmite dans une autre : le Temps, l'absurde Temps, l’horrible et stupide ogre du temps personnifié. Je me souviens des efforts scolaires du brave petit Grand pour produire LE livre, celui face auquel les critiques unanimes s’exclameront : « Chapeau bas, messieurs. » Je me souviens du traître Cottard et de la porte où il a écrit à la craie : « N’entrez pas, je suis pendu », et de cette remarque de Rieux au journaliste Rambert : « Il peut y avoir de la honte à être heureux tout seul. » Je me souviens de ce terrible final où le docteur Rieux contemple de sa fenêtre la foule qui fête la fin de la peste : « Mais le docteur Rieux savait ce qu’ignorait cette foule, et qu’on trouve dans les livres. Que le bacille de la peste pouvait rester des années au fond d’une armoire ou dans une pile de draps, et qu'un jour viendrait où, pour le malheur et l’enseignement des hommes, la peste réveillerait ses rats pour les envoyer mourir dans une cité heureuse. » La peste, ou la peste brune…


Encore et toujours plus...

10 étoiles

Critique de Leura (--, Inscrit le 29 janvier 2001, 66 ans) - 16 octobre 2001

La peste, c'est aussi une métaphore de la peste brune, du nazisme. Face à ce mal absolu, chacun se dresse comme il le peut, avec les armes qu'il possède. Les personnages les plus intéressants sont pour moi le docteur Rieux et Tarrou, qui s'exténuent à la tâche, l'un parce qu'il est croyant et qu'il veut offrir son combat à Dieu, l'autre parce qu'il est athée, mais qu'il veut secourir les hommes abandonnés d'un Dieu pour lui n'existe pas. Pour moi, c'est un des plus grands livres du XXE siècle. J'ai eu le plaisir de le voir mis en scène par Francis Huster, qui seul en scène, en interprétait tous les personnages. Un grand moment!

Il y aurait beaucoup à dire...

9 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans) - 16 octobre 2001

"La Peste" est un des grands livres du XXeme siècle et il y a beaucoup à en dire. Rassurez-vous, je vais me limiter !... Alors que "L'Etranger" fait partie du cycle de l'absurde, "La Peste" fait partie de celui de la révolte. Pour Camus, si le monde était bien absurde, la révolte était le seul moyen de s'en sortir. Il y a révolte individuelle d'abord, mais surtout collective. Dans "L'homme révolté" il dit bien que l'homme qui se révolte, le fait aussi pour tous les hommes, pour la condition humaine tout entière. Dans "La Peste" l'histoire se passe en milieu fermé et tout ne peut donc qu'être collectif. Il n'en demeure pas moins qu'un des grands problème réside dans la communication et que c'est celle-ci qui fait défaut, qui engendre les malentendus et les drames, comme dans sa pièce "Le Malentendu". Le docteur Rieux, de son côté, se bat dans l'espoir de trouver la tendresse humaine et refuse aussi l'absurde de la vie, en se révoltant. Dans "La Peste" seule une révolte collective peut donner un sens à la vie. A l'avant dernier paragraphe du livre, Camus écrit de la chronique de Rieux: "Elle ne pouvait être que le témoignage de ce qu'il avait fallu accomplir et que, sans doute, devraient accomplir encore, contre la terreur et son arme inlassable, malgré leurs déchirements personnels, tous les hommes qui, ne pouvant être des saints et refusant d'admettre les fléaux, s'efforcent d'être des médecins." Il s'agit donc bien d'une révolte collective qui introduit la base du livre "L'Homme Révolté" qui ne sera publié qu'en 1951, alors que "La Peste" date de 1947. "L'Homme Révolté" consacrera d'ailleurs la rupture totale entre Camus et Sartre mais cela, surtout pour des raisons politiques.

Forums: La peste

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  A propos de "La Peste" 12 Jules 25 octobre 2015 @ 09:50
  Camus et Sartre 7 Bristlecone 11 mai 2007 @ 18:41
  Cottard 5 Luludu60 28 janvier 2005 @ 13:11
  Pourquoi lire encore La Peste aujourd\'hui? 7 Hambraine 22 mars 2004 @ 23:18

Autres discussion autour de La peste »