Les Justes de Albert Camus

Les Justes de Albert Camus

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Pétoman, le 13 octobre 2001 (Tournai, Inscrit le 12 mars 2001, 42 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 13 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (261ème position).
Visites : 10 147  (depuis Novembre 2007)

Actuel

La fois passée, dans le train, en parlant à un juif de la situation actuelle suite aux attentats et voyant que la discussion ne menait en définitive nulle part, je lui ai conseillé de lire "les justes" de Camus pour aider à la réflexion.
Je vous propose la même chose. Je pense que la lecture de ce livre ( cette pièce de théâtre ) est essentielle dans le contexte mondial actuel. C'est de la haute philosophie qui nous pose la question du sacrifice. Qui sacrifier, que sacrifier, et au nom de quoi, au nom de qui?? Ce livre ne nous apporte bien entendu pas de réponse mais il nous permet de réfléchir. Et je crois que c'est le mieux que peut nous apporter un livre. Alors faites comme mon copain juif, lisez le et vous verrez comme une certaine lumière ( avec sa part d'ombre, évidemment ) sera apportée aux nombreuses questions que suscitent les conflits actuels...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Les Justes [Texte imprimé], pièce en cinq actes Albert Camus [Paris, Théâtre Hébertot, 15 déc. 1949]
    de Camus, Albert
    Gallimard / Folio
    ISBN : 9782070364770 ; EUR 5,40 ; 08/11/1973 ; 160 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Les Justes, 1949

8 étoiles

Critique de Martin1 (Chavagnes-en-Paillers (Vendée), Inscrit le 2 mars 2011, - ans) - 20 août 2014

Questionnements d'un révolutionnaire convaincu, d'un martyr de la Russie, d'un condamné à mort. En tuant le grand-duc Serge, Yanek Kaliayev croit avoir tué le despotisme. C'est pour avoir tué le despotisme qu'il voulait mourir, c'est pour avoir tué l'homme qu'on va le pendre.
Est-ce que les idées valent qu'on tue pour elles ? Kaliayev a voulu préserver la vie des enfants ; c'est noble. Mais si les idées révolutionnaires sont un mauvais prétexte à la mort des enfants, en sont-elle un bon à celle des adultes ? Au fond, Kalieyev ne sait pas, et ses amis non plus. Ils ne savent qu'une chose : c'est pour un avenir meilleur où l'innocence aura sa place qu'ils se font coupables. Mais l'avenir est si incertain...

Camus soulève les vieux dilemmes des séditions antimonarchiques ; il présente cet instant fatal où l'homme sans Dieu doit se faire son propre jugement, doit prononcer un verdict sur lui-même. Si Kaliayev est un héros, est-il innocent pour autant ? S'il est innocent, sa vie n'a-t-elle pas du prix ?
La vie, la mort, l'héroïsme, l'innocence, la fierté, la grandeur d'âme, la certitude : les Justes ne peuvent pas tout avoir. Il faut faire des choix. La finesse des dialogues et la qualité littéraire du texte laisse admiratif : avec cette pièce, Camus s'élève déjà quasiment au rang d'Anouilh. J'ai d'ailleurs trouvé des similitudes de style chez ces deux auteurs.

Un texte extraordinaire

10 étoiles

Critique de Soldatdeplomb4 (Nancy, Inscrit le 28 février 2008, 28 ans) - 27 novembre 2010

Tout a été dit par les 11 autres critiques, je vais pas en rajouter une tartine ! C'est une pièce vraiment extraordinaire, qui pose des grandes questions, avec une profondeur de pensée abyssale et un talent littéraire fabuleux.

Poignant

9 étoiles

Critique de John (, Inscrit le 2 novembre 2010, 27 ans) - 2 novembre 2010

j'aime beaucoup Camus personnellement et ce livre est à la hauteur de son talent littéraire !
Très agréable à lire , bien ancré dans son époque avec un amour impossible qui ne domine pas tout le récit pour ne pas tout centrer autour de lui , cette pièce est excellente .
Passionné d'histoire dont de la Russie , ce livre est ainsi d'autant plus intéressant à lire pour mieux comprendre la pensée du peuple russe du début XXe . Bonne lecture

Une cause juste justifie-t-elle la mort d’innocents ?

8 étoiles

Critique de Ichampas (LAMBALLE, Inscrite le 4 mars 2005, 53 ans) - 6 avril 2010

Ce livre nous permet de s’interroger. Tout individu sur cette terre est persuadé de détenir une vérité, certains sont prêts à tuer pour défendre leurs idées qu’ils pensent justes. Est-ce défendable ? Cette pièce écrite en 1949 est d’une actualité saisissante. Je pense qu’après sa lecture, il est indispensable d’aller voir cette pièce pour encore mieux l’apprécier.

Aprés "les mains sales", "les justes"

8 étoiles

Critique de Adrien34 (, Inscrit le 18 janvier 2009, 27 ans) - 3 février 2010

Le titre des 2 romans est explicite pour comprendre quels sont les points de vue des deux auteurs. Pour Camus, la fin ne justifie pas les moyens, en aucun cas on ne peut justifier un meurtre d'un innocent pour des vie soi-disant prochainement sauvées. Camus n'a jamais supporté le meurtre d'innocents, notamment pendant la guerre d'Algérie où il répondit à un journaliste algérien "Si c'est ça votre idée de la Justice, alors je préfère ma mère à la Justice". Ou quelque chose comme ça :p
Camus croyait profondément à la Justice, et cela se ressent dans cette pièce de théâtre. Les attentats au hasard, tuant trop de gens pour un idéal n'ont pas lieu d'être, surtout quand cet idéal prône la paix et "l'amour".

la fin ne justifie pas les moyens

8 étoiles

Critique de Aliénor (, Inscrite le 14 avril 2005, 49 ans) - 22 janvier 2010

A la base de cette pièce en cinq actes, une histoire vraie. Celle d’un groupe de terroristes ayant fomenté à Moscou, en 1905, un attentat contre le grand-duc Serge. Mais après des mois de préparation, le jour prévu, les terroristes renoncèrent en découvrant que des enfants se trouvaient dans la calèche du grand-duc, lors de son passage sur l’itinéraire qui aurait dû lui être fatal.

A partir de ces faits réels, Camus a bâti une fiction, imaginant ce qui avait pu se passer entre les différents protagonistes de cet attentat manqué, cloîtrés dans un appartement qui est leur quartier général autant que leur refuge. Ces hommes et cette femme, unis par une cause qui leur semble juste et qui les dévore, ont toutefois un peu de mal à s’entendre sur la limite à ne pas franchir pour atteindre l’objectif qu’ils se sont fixés. La plupart – et sans doute est-ce là la voix de Camus – pensent que la fin ne justifie pas les moyens. Les innocents ne peuvent payer pour des actes dont ils ne sont en rien responsables.

Un couple émerge de ce quintette, Dora et Kaliayev. Magnifiques et flamboyants, ces deux héros au destin tragique, à l’amour impossible, illuminent cette pièce bouleversante, et on imagine sans peine que leur incarnation physique sur la scène du théâtre Hébertot (la pièce fut créée en 1949) par Maria Casarès et Serge Reggiani, a dû être un grand moment de théâtre. On sait que Maria Casarès et Albert Camus s’aimaient… et quelle plus belle preuve de cet amour l’auteur pouvait-il offrir à la comédienne que ce personnage féminin exceptionnel !

Je ne sais s’il existe un dictionnaire des citations de Camus, ce qui pourrait être le cas tant il a écrit de phrases belles et marquantes, souvent citées ces temps derniers qui l’ont vu revenir sous les feux de l’actualité. Voici celles que j’ai retenues dans ce texte :

«C'est facile, c'est tellement plus facile de mourir de ses contradictions que de les vivre.»

«Mourir pour l'idée, c'est la seule façon d'être à la hauteur de l'idée.»

«Tout le monde ment. Bien mentir voilà ce qu'il faut.»

«La liberté est un bagne aussi longtemps qu'un seul homme est asservi sur la terre.»

Excellente pièce !

9 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans) - 7 février 2009

En effet, comme la plupart des oeuvres de Camus, elle reste tout à fait d'actualité.

Un exemple de plus que ce serait une erreur que de se détourner des "classiques" et cela va jusqu'à Homère, Sophocle, Euripide, Eschyle et bien d'autres...

Grandiose

10 étoiles

Critique de AIP83 (, Inscrit le 2 février 2009, 23 ans) - 2 février 2009

C'est une très belle histoire!
J'ai beaucoup aimé!
Un livre qui parle de liberté, de terrorisme, de despotisme, de conscience! Ces mots sont toujours d'actualité!
En 1949, Camus écrit cette pièce pour lancer un débat!
Il est toujours important de savoir les racines du livre et pourquoi il a été écrit!
Un mot qui caractérise ce livre: Grandiose

Les mains propres

10 étoiles

Critique de Bételgeuse (, Inscrite le 7 décembre 2007, 39 ans) - 10 décembre 2007

La réponse de Camus aux "Mains sales" de Sartre. Mais peut-on concilier terrorisme et conscience?

Très fort et utile à la réflexion

9 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 40 ans) - 13 janvier 2006

Je trouve cet ouvrage essentiel pour étayer une réflexion en science politique ou en relation internationale. Il montre que la violence ne mène à rien, jamais, pas même en politique et que ceux qui s'y prêtent sont mus par une rage déconcertante, même si elle se trouve justifiée, car il s'agit alors de gens fragiles, à moins qu'il s'agisse de doctrinaires sadiques.

Les Mains sales ressemblent pas mal à cette pièce. Qui a influencé l'autre ?

« Je n’aime pas la vie, mais la justice qui est au-dessus de la vie »

10 étoiles

Critique de Saint-Germain-des-Prés (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 49 ans) - 19 juin 2004

Le premier acte de cette pièce de théâtre s’ouvre sur des révolutionnaires discutant avant un attentat : il s’agit de lancer une bombe sur la calèche du grand-duc, oppresseur du peuple russe. Les problèmes de conscience se précisent à partir du deuxième acte, lorsqu’on apprend que Yanek Kaliayev s’est révélé incapable de lancer la bombe : il a remarqué dans la calèche, aux côtés du grand-duc, deux enfants. Le thème « la fin justifie-t-elle tous les moyens » divise les frères de lutte, la difficulté étant de savoir où précisément tracer la frontière entre un justicier et un assassin…

Camus présente à peu près tous les cas de figure : l’irréductibilité jusqu’au-boutiste, l’abnégation d’une vie amoureuse pour la cause et même le compromis avec sa conscience. L’un de ceux qui n’ont pu jeter la bombe décide de se retirer de la ligne d’action ultime, tout en restant dans le mouvement révolutionnaire, et de travailler à la propagande, dans les comités. Il sait pourtant que son action permettra les meurtres qu’il ne peut, lui, perpétrer, il se sent lâche mais il s’agit pour lui de la seule issue. Un autre exemple, plus révoltant encore. Une bombe finit bien par être lancée. Arrêté, Yanek Kaliayev discute avec un co-détenu. Lorsqu’une pendaison doit avoir lieu, le bourreau, c’est lui. Il a accepté ce rôle car pour chaque exécution effectuée, on diminue sa peine d’un an. Et puis, « oh, ce ne sont pas des crimes, puisque c’est commandé ». (cf. Stanley Milgram)

Une des figures marquantes de la pièce est Dora, la seule femme. C’est elle qui fabrique les bombes et c’est elle aussi qui, depuis le début, oblige à réfléchir au sens de ces meurtres, de leur combat, à la fragilité, l’ambiguïté de l’idée de justice.

Ce livre est particulièrement éclairant sur tout ce qui peut traverser l’esprit d’un révolutionnaire. « Mourir pour l’idée, c’est la seule façon d’être à la hauteur de l’idée. C’est la justification » Voilà le thème de la pièce. Camus en parle superbement ; j’ai relevé un nombre impressionnant de passages dont voici un échantillonnage :

« Si je me suis trouvé à la hauteur de la protestation humaine contre la violence, que ma mort couronne mon œuvre par la pureté de l’idée. »

« Tout cela nous vieillit si vite. Plus jamais, nous ne serons des enfants, Boria. Au premier meurtre, l’enfance s’enfuit. Je lance la bombe et en une seconde, vois-tu, toute une vite s’écoule. Oui, nous pouvons mourir désormais. Nous avons fait le tour de l’homme. »

« Donne-moi seulement la bombe à lancer et tu verras. J’avancerai au milieu de la fournaise et mon pas sera pourtant égal. C’est facile, c’est tellement plus facile de mourir de se contradictions que de les vivre. »

le terrorisme en question.(2)

8 étoiles

Critique de Rotko (Avrillé, Inscrit le 22 septembre 2002, 43 ans) - 14 septembre 2003

Albert Camus, "Les Justes" , Folio.
De jeunes socialistes révolutionnaires préparent dans la Russie tsariste un attentat contre le grand-duc Serge. C'est l'occasion de débattre du terrorisme et de la mort des innocents, de s'interroger sur la justice et la légitimité des moyens employés au service d'une Idée. Seul Stepan, qui a connu la prison et le fouet, refuse tout état d'âme. C'est l'irréductible de la révolution. Dans cette pièce l'Ideal semble acquis pour tous. Place à l'action ! "C'est facile d'avoir des réunions, de discuter la situation et de transmettre l'ordre d'exécution. On risque sa vie, bien sûr, mais à tâtons, sans rien voir. Tandis que se tenir debout, quand le soir tombe sur la ville, au milieu de la foule de ceux qui pressent le pas pour trouver la soupe brûlante, des enfants, la chaleur d'une femme, se tenir debout et muet, avec le poids de la bombe au bout du bras, et savoir que dans trois minutes, dans deux minutes, dans quelques secondes, on s'élancera [...] voilà la terreur." . Mais on envisage les conséquences du terrorisme. (Dora) : [...]j'ai peur.D'autres viendront peut-être qui s'autoriseront de nous pour tuer et qui ne paieront pas de leur vie."
Les acteurs de ce drame s'interrogent sur le choix du bonheur ou du sacrifice, particulièrement Kaliayev et Dora, qui choisissent la fraternité du combat plutôt que le bonheur amoureux. Ont-ils tort ?
Une citation de Romeo et Juliette figure en exergue: "O love! O life! not life but love in death". Dans "Noces" Camus écrivait :"Il n'y a qu'un seul amour dans ce monde. Etreindre un corps de femme, c'est aussi retenir contre soi cette joie étrange qui descend du ciel vers la mer", et il prenait à témoin Romeo et Juliette : "Rien n'invite ici à chérir des amants malheureux. Rien n'est plus vain que de mourir pour un amour. C'est vivre qu'il faudrait. Et [un amant] vivant vaut mieux que Romeo dans la terre et malgré son rosier."
Peut-on, comme le voulaient Dora et Kaliayev, se mettre par un attentat au service de la justice, et de l'amour de l'humanité ?
Le terrorisme de cette pièce n'est pas celui que nous connaissons actuellement, mais Camus montre ici, réponse explicite, le triomphe de Stepan, aspiré par la spirale de la violence, et devenu le serviteur de la haine.

Forums: Les Justes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les Justes".