Sang d'encre de Poppy Z. Brite

Sang d'encre de Poppy Z. Brite
( Drawing blood)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Elric, le 11 octobre 2001 (Boussu, Inscrit le 15 mai 2001, 45 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (35 620ème position).
Visites : 2 569  (depuis Novembre 2007)

Shining : version hardgore et porno gay !

Poppy Z. Brite, la plus hardcore des jeunes écrivain américain revient après son excellent "Ames Perdues" consacré aux vampires.
Le thème de la maison hantée par un événement traumatisant a inspiré bien des romanciers mais Brite le revisite efficacement avec une histoire particulièrement gratinée. Violence et érotisme (exclusivement homosexuel-homme) sont en effet utilisé à l'excès mais jamais gratuitement au cours d'un récit qui va crescendo et aligne de nombreux personnages secondaires pittoresques et attachants. Au final on découvre une véritable puissance narrative qui culmine dans une dernière partie saisissante. Brite réussit le roman de terreur claustrophobe que n’a pas osé écrire le Stephen King de « Shining ». Impressionnant!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Quelle horreur!

4 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 50 ans) - 10 novembre 2004

Cette jeune auteure fait partie de la relève d’un genre en voie d’extinction et que j’affectionne particulièrement; l’horreur. Dans le cas présent, le résultat est inquiétant pour l’avenir. Car malgré quelques passages d’une grande intensité, ce roman contient malheureusement de nombreuses scènes inutiles ou carrément ennuyeuses. De plus, Z est tombée dans le piège de la provocation en nous offrant des caricatures au lieu de personnages; un « hacker » criminel homosexuel, une danseuse nue, des hippies. Il y’a aussi les artifices habituels des auteurs mineurs; de la pornographie, de la drogue et beaucoup d’effusions de liquides corporels, le tout raconté avec une écriture commune et sans âme.

Un roman qui fait peur, mais pas pour les bonnes raisons…

une petite précision

8 étoiles

Critique de Pendragon (Liernu, Inscrit le 26 janvier 2001, 48 ans) - 12 octobre 2001

Euh, Elric, qu'entends-tu pas ta dernière phrase ? Que King n'a pas été capable de le faire ou qu'il ne voulait pas le faire tout simplement parce que cela sortait de son genre ?

Forums: Sang d'encre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Sang d'encre".