Napoléon le Petit de Victor Hugo

Napoléon le Petit de Victor Hugo

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Sciences humaines et exactes => Histoire

Critiqué par Killeur.extreme, le 1 mars 2008 (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 36 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (780ème position).
Visites : 5 425 

Victore Hugo met K.O. Naboléon

Et pour longtemps.

Présentation de l'éditeur
Réfugié à Bruxelles au sortir de la résistance armée contre le coup d'Etat de décembre 1851, qui lui avait fait mettre ses jours en danger, Victor Hugo compose en quelques semaines le plus éclatant pamphlet politique de toute l'histoire. "Je n'ai pas l'intention de faire un livre", écrivait-il alors, "je pousse un cri." Aussi brillant que profond et clairvoyant, Napoléon le Petit n'empêcha certes pas son antihéros de se maintenir encore au pouvoir pendant dix-huit ans, mais finit néanmoins par le mettre K-O., vaincu aux yeux de la postérité. Flamboyante manifestation du pouvoir des mots sur l'histoire lorsqu'ils donnent forme et langage à la conscience, cette lutte homérique permit en même temps à son auteur, qui n'était encore que le premier des poètes romantiques, de devenir lui-même. Véritable catéchisme républicain, propre à reprendre du service n'importe où et n'importe quand, mais plus indispensable que jamais en période électorale, Napoléon le Petit est un petit Prince à l'usage du peuple - tout l'inverse de celui de Machiavel. Chose inouïe, en dehors des Œuvres complètes de Victor Hugo, cela faisait plus de quarante ans qu'il n'avait pas été réédité en France. Est-il donc si dangereux de le mettre à la portée de tous ?

Mon avis: Après ma critique de "Chronique du règne de Nicolas 1er", voici "Napoléon-le-petit, pamphlet anti-Napoléon III de Victor Hugo, le mot pamphlet est important car contrairement à un livre d'Histoire ou une biographie qui relate des faits avec objectivité, le livre de Victor Hugo est entièrement à charge.

Hugo raconte pendant plus de 600 pages comment Louis-Napoléon a pris le pouvoir et ce qu'il en a fait. Si Hugo raconte le coup d'état de 1851 de sa conception à son résultat, les pages les plus terribles du livre sont celles où Hugo décrit les "Meurtres" commis par l'armée qui a reçu l'ordre de tirer sur les civiles, Hommes, femmes, enfants, vieillards, bref personne n'est épargné, Hugo lui-même n'y a échappé que par miracle, ces pages sont fortes car on y ressent les sentiments de l'auteur, d'ailleurs sa haine pour Napoléon III transpire à chaque page.

Un essai qui a quelque longueurs, mais c'est nécessaire de les affronter car si l'objectivité de Hugo sur son jugement de Napoléon est douteuse, car ce pamphlet est vraiment un cri de haine du poète à l'empereur, l'analyse de Hugo sur la fragilité de la démocratie et le fait qu'un seul homme, organisé et déterminé, peut la faire disparaître en manipulant l'opinion public est bien vue et par son livre, il veut empêcher qu'à l'avenir il y ait d'autres dictateurs, l'Histoire avec Mussolini, Hitler et autres a prouvé que malheureusement l'Histoire se répète.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Napoléon le Petit [Texte imprimé] Victor Hugo préface et établissement du texte de Jean-Marc Hovasse notes de Guy Rosa
    de Hugo, Victor Hovasse, Jean-Marc (Editeur scientifique) Rosa, Guy (Editeur scientifique)
    Actes Sud / Un Endroit où aller
    ISBN : 9782742765065 ; EUR 23,40 ; 01/03/2007 ; 488 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Naboléon

10 étoiles

Critique de Chene (Tours, Inscrit le 8 juillet 2009, 47 ans) - 4 mai 2013

Quelle charge contre Napoléon III, le despote. Il fut élu au suffrage universel, Hugo conteste les élections. Des voix ont été achetées ! Des gens ont été menacés ! Les procédures n'ont pas été respectées. Le pire restait à venir. Napoléon III va confisquer la République ! Les libertés seront bafouées par ce triste personnage. Pire : il jettera en prison des députés, et des républicains. Le bagne de Cayenne marchera à plein... On sait aujourd'hui que Hugo avait raison. Napoléon III nous amènera à la guerre de 1870 et au désastre, puis à la commune, puis à la perte de l'Alsace et la Lorraine qui sera le prétexte de la la 1ère guerre mondiale jusqu'à la 2ème...
On peut nous dire que Napoléon III ce fut aussi le baron Haussmann, le nouveau Paris, la révolution industrielle et l’avènement du train... Oui mais qui vous dit que la République n'aurait pas réalisé tout cela aussi et même aurait fait mieux ?

Bis repetita...

10 étoiles

Critique de Radetsky (Massieu, Inscrit le 13 août 2009, 74 ans) - 30 septembre 2011

Ce brûlot superbe, écrit avec rage, panache, ferveur, fut (le seul dans son genre) remarqué et cité par Marx dans son "Dix-huit Brumaire de Louis-Bonaparte", analyse fouillée quant à elle des prémisses et des conditions socio-politiques ayant favorisé le coup d'Etat. On est tenté, à la lecture de Victor Hugo, d'établir de multiples parallèles avec des évènements et des personnages bien plus proches de nous dans le temps... Je ne résiste pas à extraire ce passage, souvent repris, cité, mis en avant par d'autres que moi, qui devrait nous rappeler quelque chose, à nous Français :
"...Que peut-il ? Tout. Qu'a-t-il fait ? Rien.
Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l'Europe peut-être.
Seulement voilà, il a pris la France et n'en sait rien faire.
Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; c'est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! cette roue tourne à vide.
L'homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère est un carriériste avantageux. Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l'argent, l'agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort.
Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse. Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit et qu'ensuite on mesure le succès et qu'on le trouve énorme, il est impossible que l'esprit n'éprouve pas quelque surprise. On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez, la brave, la nie, l'insulte et la bafoue ! Triste spectacle que celui du galop, à travers l'absurde, d'un homme médiocre..."

Hugo, Hovasse, Badinguet, le combat continue !

10 étoiles

Critique de Eric CHAMS (, Inscrit le 7 décembre 2009, 63 ans) - 7 décembre 2009

Prodigieux Victor Hugo ! la formule cingle, la logique foudroie, le style dynamite. On comprend que ce moderne Juvénal qui venait d'ajouter « à [sa] lyre une corde d'airain » ait si souvent regretté de n’avoir à se mettre sous la dent qu’un Napoléon le Petit quand Chateaubriand, lui, pouvait en son temps se nourrir du Grand. Hugo avait un appétit au moins égal à celui du modèle qu’il rêvait d’égaler étant enfant… Eh bien, qu’importe ? ce génie et cette voracité, il les mettrait dans sa formidable entreprise de démolition du petit scélérat !
Merci une fois encore à Jean-Marc Hovasse, l’hugolien capital, de nous offrir à nouveau ce livre magistral auxquels seuls les possesseurs des oeuvres complètes pouvaient accéder et qui demeure l'ouverture indispensable au triptyque qui se poursuivra avec « Châtiments » et « Histoire d'un Crime ».

Eric CHAMS.

Forums: Napoléon le Petit

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Napoléon le Petit".