Retour de l'URSS : Suivi de Retouches à mon Retour de l'URSS de André Gide

Retour de l'URSS : Suivi de Retouches à mon Retour de l'URSS de André Gide

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Jules, le 10 octobre 2001 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 755ème position).
Visites : 2 221  (depuis Novembre 2007)

La révolution d'octobre 20 ans plus tard...

Le 20 juin 1936, André Gide prononce un discours sur la place Rouge lors de l'enterrement de Gorki. Il profitera de sa venue en U.R.S.S. pour faire un voyage dans plusieurs régions et villes du pays. Il ne faut pas oublier que Gide était un solide soutien de la révolution soviétique en France.
Dans ce petit livre, Gide nous raconte ce qu’il a vu dans la patrie du « Peuple » et les impressions qu'il en a recueilli. Déjà dans la préface de son texte, il se dit ceci : « Si je me suis trompé d'abord, le mieux est de reconnaître au plus tôt mon erreur ; car je suis responsable, ici, de ceux que cette erreur entraîne. »
Gide est tout d'abord enthousiasmé par ce qu’il voit, tant dans les villes, que dans les usines, les écoles et les crèches. D'accord, il n’y a pas assez de marchandises à vendre dans les magasins et, celles qui le sont, sont d’une laideur terrifiante. Mais il lui semble logique que l’on privilégie d’abord la quantité à la qualité. Et les besoins sont gigantesques !. Les gens lui semblent de bonne humeur et heureux, bien plus heureux qu'en France. Il attribue cela au fait qu’il n'y a plus de classes et quasiment pas de différences entre les uns et les autres.
Il visitera des écoles extraordinaires, mais se verra obligé de reconnaître qu'elles ne sont pas accessibles à tous. Il verra des complexes hôteliers superbes, ouverts à la population, mais les ouvriers qui travaillent sur des constructions aux environs vivent à quatre dans une cabane de bois de quinze mètres carrés et sans confort… D'autres choses le choqueront aussi et il se posera quelques questions sur l’avenir de cette belle révolution.
Le plus grave est que, selon lui, en Union Soviétique, c’était la culture qui allait tout faire avancer. Or, que voit-il ? Un peuple totalement fermé aux autres et qui avale tout ce que le journal unique, la Pravda, lui donne. Et cela au point que le peuple est convaincu qu’il est le meilleur dans tout et le plus heureux de la terre !… Un étudiant lui dira qu'il ne voit pas l’intérêt d’étudier l’allemand ou l’anglais, car ces peuples n'ont rien à leur apporter… Un cadre va aller jusqu'à lui demander s’il existe des écoles en France et est sceptique quand il répond oui !
L’horreur réside aussi dans le conformisme. Il y a une ligne tracée par le parti et la question n’est jamais de savoir si quelque chose est bien ou non, le seul problème est : « Sommes- nous dans la ligne » et seul cela compte ! Quant à « la ligne », on ne la critique jamais et, le serait-elle, que la moindre protestation est passible des pires peines et étouffée dans l'œuf. Gide écrit : « Et je doute qu’en aucun autre pays aujourd’hui, fût-ce dans l'Allemagne de Hitler, l’esprit soit moins libre, plus courbé, plus craintif (terrorisé), plus vassalisé. »
Gide tirera également les conclusions de cet état de fait en matière d'art et de littérature.
Il rentrera donc très perturbé de son voyage et tentera, dans cet ouvrage, d'en donner le récit le plus objectif possible.
Un livre vraiment très intéressant à lire et très actuel au niveau de la réflexion politique ou culturelle.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Retour de l'URSS [Texte imprimé] André Gide
    de Gide, André
    Gallimard / Collection Folio
    ISBN : 9782070343218 ; EUR 5,70 ; 05/11/2009 ; 212 p. ; Broché
  • Retour de l'U.R.S.S. [Texte imprimé] André Gide
    de Gide, André
    Gallimard / Littérature
    ISBN : 9782070353965 ; EUR 3,89 ; 14/09/1978 ; 184 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Scandale de la vérité

10 étoiles

Critique de Radetsky (Massieu, Inscrit le 13 août 2009, 74 ans) - 19 novembre 2011

Le titre de cette critique emprunte à Bernanos son énoncé. Gide, une conscience tranquille, honnête, et qui s'exprime avec l'élégance et la précision qu'on lui connaît, fut l'objet des pires sarcasmes et calomnies lorsque ce livre parut. Le mouvement communiste était tombé dans l'hagiographie stalinienne, dans tous ses effets, dont les pires se manifestaient déjà tout au long des procès de Moscou.
On sait le peu de cas qu'André Gide faisait du conformisme, de quelque bord qu'il fût. Ce bouquin en est une preuve supplémentaire.

Un témoignage politique d'importance

9 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 39 ans) - 12 août 2010

Gide témoigne donc de ce qu'il voit et fait preuve d'un double courage, celui d'avouer sa ferveur pour une utopie, puis celui, dans une forme d'erratum, sur ses regrets et le constat de ses erreurs, face aux errance d'un régime à rectifier d'urgence.

Les descriptions de l'Union soviétique stalinienne constituent des données assez rares, surtout à l'époque. Il n'est donc pas étonnant, comme il le relate lui-même après coup, que ses écrits aient suscité maintes réactions.

Ce qui m'a frappé est la réaction des Soviétiques qui s'intéressaient surtout à la manière dont on les enviait et flattait à l'étranger, en sus de leur manque d'esprit critique face à la désinformation de la Pravda.

Gide et la désillusion face au communisme.

9 étoiles

Critique de Eniotna (Savenay, Inscrit le 27 juin 2004, 30 ans) - 31 octobre 2004

Gide, écrivain d'origine aisée, a d'abord "eu le courage de se ranger au côté de l'U.R.S.S. quand il était dangereux de le faire et celui, plus grand encore, de se déjuger publiquement quand il estima, à tort ou à raison, qu'il s'était trompé. C'est peut-être ce mélange de cautèle et d'audace qui le rend exemplaire [...]" écrivait Sartre à la mort de l'écrivain en 1951.
C'est en 1937, à l'âge de 68 ans, que l’auteur de Corydon et du Voyage au Congo remet une fois de plus toute sa notoriété en jeu et qu’il publie le Retour de l’U.R.S.S.. Je ne rajouterai pas de couche supplémentaire à la critique que Jules a faite de l’ouvrage mais voulais simplement insister sur la justification que ce livre a suscitée : les ventes importantes qu’il a provoquées ont entraîné un déchaînement des intellectuels favorables au système soviétique : après avoir été honni par la droite qui l’avait vu choisir le communisme, il allait être considéré comme un traître par la gauche. Ainsi, dans les Retouches à mon Retour de l’U.R.S.S., Gide justifie fortement sa position à l’aide de textes, de statistiques, de témoignages et même… d’extraits d’articles de la Pravda !
J’avais aimé le Retour de l’U.R.S.S. mais j’étais resté un peu sur ma faim : les « Retouches » au voyage apportent alors une pleine satisfaction. (Les éditions regroupent généralement les deux livres dans un même ouvrage)
Ces deux petits ouvrages sont d’abord admirables en tant que récits parfaitement engagés d’un homme qui pouvait perdre beaucoup mais a continué à poursuivre un idéal de vérité toute sa vie ; aussi en tant que témoignages précis et objectifs (pour la plupart) d’une réalité vécue au jour le jour par leur auteur.

Forums: Retour de l'URSS : Suivi de Retouches à mon Retour de l'URSS

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Retour de l'URSS : Suivi de Retouches à mon Retour de l'URSS".