Le vagabond solitaire de Jack Kerouac

Le vagabond solitaire de Jack Kerouac

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Maylany, le 30 janvier 2008 (Inscrite le 11 novembre 2007, 38 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (33 854ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 2 111 

Petits apartés de Kerouac

Comme indiqué en 4ème de couverture, ce livre est un recueil de nouvelles ; genre dont je ne suis pas spécialement adepte à la base mais ici, cela passe plutôt bien car les récits sont d'une longueur tout à fait correcte (pas trop courtes pour pouvoir s'imprégner des personnages et de l'intrigue et tout juste assez longues pour être heureux de changer d'histoire à la fin de chaque nouvelle).

Cependant, à la lecture de "Le vagabond solitaire", il est nécessaire d'être dans un entourage calme et suffisamment concentré car les phrases sont longues, un peu complexes dans leur construction parfois et en permanence ponctuées d'apartés sous forme de tirés et de sous-tirés voire de sous-sous-tirés !

Certaines histoires sont plus intéressantes que d'autres (surtout celles de la fin : La montagne, le bateau, ...).

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Génial, ou au choix héroique: tout sur la "beat-génération"...

9 étoiles

Critique de Antihuman (Paris, Inscrit le 5 octobre 2011, 35 ans) - 21 juin 2013

On ne contera pas à grand-monde la vie de Kerouac en particulier s'agissant des fins lettrés qui le connaissent, mais ceci est un petit chef d'oeuvre à découvrir absolument. Il narre ce qui a fait son existence et dépeint en détail les vraies difficultés de partir seul(e), sac au vent face à la route et à la montagne.

Mais le tout n'en est pas moins original pour autant, la preuve en est ce monument de la contre-culture qu'est ensuite devenu Kerouac. Non seulement il n' a pas dérogé à ses propres rêves et ambitions mais lui ne prend jamais de pincettes pour observer les choses telles qu'elles sont, et tertio n'use pas de ces ressorts mondains et précieux dont ont tant fait usage ses successeurs... L'auteur démontre bien comment le nanti (mais aussi le petit plouc de base) devient très vite suspicieux de par sa morgue, afin de profiter si possible de quelqu'un de plus juste que lui; et SURTOUT si cela n'est pas véhiculé en effet par quelque égoisme ou amour du fric, par essence, ou par le besoin moutonnier de faire comme tout le monde, ou par un banal cercle de relations mesquines. Sans concessions le vagabond solitaire est une oeuvre qui parle, à l'avenant, des influences du célèbre écrivain.

Un grand livre ainsi qu'une odyssée écolo (avant tout le monde SVP) en même temps. Et comme il le note lui-même très bien à la toute fin les bois sont remplis de geôliers.


Citation

"M. était un extrêmement beau garçon, blond, sinistre et plein d'assurance, affichant parfois une expression (morbide) de péché et de silence, le héros - du groupe, à l'époque - dont on entend toujours parler, confidentiellement, par tous les ivrognes et les non-ivrognes, dans tous les bars et les non-bars d'ici jusqu'au bord de tous les mondes..."


"Le bonheur consiste à s'apercevoir que tout est un grand rêve étrange."

Forums: Le vagabond solitaire

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Kerouac, le vagabond solitaire... 1 Math_h 24 octobre 2008 @ 21:06

Autres discussion autour de Le vagabond solitaire »