Lettre d'une inconnue
de Stefan Zweig

critiqué par Baader bonnot, le 21 janvier 2008
(Montpellier - 34 ans)


La note:  étoiles
Hymne à l'amour??
Zweig, dans son propre personnage, reçoit une lettre anonyme le jour de son anniversaire. La missive provient d'une femme qui affirme lui avoir voué sa vie... mais dont il ne connaît pas l'identité. Elle dit porter un enfant de lui qui est maintenant décédé. C'est alors que, petit à petit, on découvre l'histoire d'une jeune fille amoureuse qui, nuit et jour, épia les faits et gestes de l'auteur...
Encore une excellente nouvelle de Zweig, qui ravit le lecteur par son suspense et son originalité. Le récit présente différentes facettes tout en étant merveilleusement bien construit. D'un côté, on a l'amour obsessionnel d'une jeune femme, omniprésent et fort, et de l'autre, un auteur vivant de relations courtes et futiles. Mais l'auteur ne s'imagine pas que la jeune inconnue a pris part dans sa vie et en imprègne le quotidien. La fin est magnifique, tout comme les passages où les deux personnages sont confrontés l'un à l'autre. A lire absolument!!
Romantique et sentimental 8 étoiles

Ce livre est généralement considéré comme un des chefs d'oeuvre de l'auteur. Plutôt court, 105 pages en gros caractères, il se présente comme une grande nouvelle ou un petit roman. Ce récit, fait d'une seule lettre, des amours d'une adolescente pour un voisin, écrivain renommé et coureur de jupons, qu'elle poursuit à l'âge adulte au delà des quelques nuits passées avec cet homme qui ne la reconnaît à aucun moment, contient toutes les subtilités et nuances d'une brûlante passion. L'excellence du style emporte l'adhésion. Et pourtant je ne suis pas arrivé à marcher. Zweig, comme souvent, me paraît ici délicieusement suranné. Une dose de psychanalyse professionnelle serait plus à recommander à la rédactrice de la lettre qu'une admiration littéraire. Et c'est peut-être là que ce récit me gêne le plus: son ambition littéraire fait paraître artificiel le scénario sur lequel il est bâti.

Falgo - Lauris - 78 ans - 9 février 2017


Un bon moment 6 étoiles

Comme beaucoup j'ai été touché par la beauté de cette lettre qui me laisse néanmoins un peu mal à l'aise je dois dire, l'impression que Zweig met un peu trop de complaisance dans cette passion à la limite du masochisme, finalement lâche, on suffoque presque des hésitations de l'héroïne à avouer la vérité à son bien-aimé même dans les moments les plus propices.

Cela restera un bon moment de lecture mais je n'ai pas réellement "vibré" , je ne peux pas m'empêcher de voir une contradiction entre la passion de cette femme et sa retenue, cela me semble aller à l'encontre d'une certaine logique de sentiments.

Warrel62 - - 47 ans - 4 janvier 2017


Lettre d'amour testamentaire 8 étoiles

Les croisements de deux destins aux enjeux antipodiques : si ces rencontres ne sont que d'agréables et éphémères moments de voluptés pour l'un, ce sont les acmés d'un amour obsessionnel, total, mais inavoué pour l'autre.
Ici, ce fin observateur de la nature humaine qu'est Zweig nous confronte à un extrémisme inattendu, celui de l'amour. Celui qui bouleverse et consume une vie sans qu'aucunement l'autre n'en soit affecté.
Un sujet original où la victime est aussi son propre bourreau. Troublant.

Elko - Niort - 41 ans - 26 octobre 2014


Une lettre d'amour sublime 9 étoiles

Une magnifique lettre d’amour, qui s’impose comme le récit le plus émouvant après « La Confusion des sentiments ». Stefan Zweig reste définitivement l’un des meilleurs conteurs de la passion et des sentiments amoureux, avec toujours une coloration désespérée laissant deviner une issue tragique. L’auteur évite toujours l’écueil du mélo, il se contente de décrire, et le fait comme personne, comment les sentiments peuvent se révéler indomptables, et douloureux quand il n’y a pas réciprocité de la part de l’être aimé. La jeune femme à l’origine de la lettre a jeté son dévolu de façon obsessionnelle sur l’adulte dont elle tomba folle amoureuse à l’âge de 13 ans - sans que lui-même ne se doute jamais de rien - jusqu’à refuser de s’engager par la suite avec ses autres courtisans. Cette démarche la portera tout au long de sa vie autant qu’elle provoquera sa malédiction. Alors qu’elle s’apprête à rendre son dernier souffle, devenue enfin lucide, elle semble résignée par sa destinée qu’elle définit par cette phrase déclamée à l’homme qu’elle aime: « Jamais tu ne me reconnaîtras, jamais ! ». Elle-même ne voulut jamais déclarer sa flamme à son libertin de bien-aimé, de peur d’en altérer la pureté et d’en souffrir davantage. Zweig nous confirme avec cette nouvelle touchante que les plus belles amours sont toujours impossibles…

Blue Boy - Saint-Denis - - ans - 20 septembre 2014


Puissant... 10 étoiles

C'est le premier mot qui me vient à l'esprit pour me décrire cette très belle et très touchante nouvelle de S. ZWEIG.
Cette passion totale presque surréaliste est tellement finement décrite dans cette confession par lettre qu'elle est absolument psychologiquement convaincante et d'une beauté sidérante.
L'homme (un double de l'auteur ?) ne sort pas grandi de cette aventure... La fin est d'une puissance métaphysique incroyable avec ce dialogue entre vie et mort, entre amour désintéressé et libertinage égoïste, symbolisé par l'absence des fleurs répondant à la présence de la lettre...

JEANLEBLEU - Orange - 49 ans - 13 mai 2014


Bouleversant 10 étoiles

Ce livre est d'une très grande intensité. C'est extrêmement bien écrit, les excès de la passion amoureuse s'agglutinent par petites doses et l'on est happé par cette histoire ou plutôt par ce témoignage d'une inconnue qui sonne tellement vrai qu'on le croirait issu de la vraie vie et tellement intemporel.
Comme déjà dit ci-dessous, c'est effectivement incroyable qu'un homme écrive l'amour au féminin avec une telle force et une telle beauté. Merci monsieur Zweig pour cette œuvre que vous nous avez laissée, c'est tout simplement magnifique !

Eric07 - - 47 ans - 18 janvier 2014


Les lois de l'attraction amoureuse 10 étoiles

Vienne. Un célèbre romancier nommé R., reçoit un jour une lettre d'une parfaite inconnue, aux portes de la mort. C'est une femme qui l'a aimé à la folie sans qu'il en ait eu connaissance.

Il est difficile de ne pas se laisser émouvoir par le récit de cet amour à sens unique, bien que l'on soit quelque peu agacé par le côté fleur bleue de cette jeune femme qui reste toute seule à scruter le moindre regard de cet homme, et restant " toute cette longue soirée, douce et nuageuse, sous les fenêtres...." !

L'attente amoureuse tourne vite à l'obsession et à la folie dérangeante. L'on devine ainsi le futur drame inévitable : "Je suis tombée dans mon destin comme l'on tombe dans un abîme" (p.19).

La femme est donc la première victime de la confusion des sentiments, que la sexualité, troublée, n'apaisera pas. Elle renvoie même à une réalité cruelle, au delà de la façade et des convenances bourgeoises de l'époque parce qu'elle est tout à fait lucide sur sa condition sociale quand elle lui écrit qu'elle ne possède pas " l'aisance des terres". Son accouchement se déroulera dans un lieu impersonnel et froid.

Le récit prend la forme d'une confession. Elle a besoin de reconnaissance, d'un vrai statut pour exister dans la société mais elle ne formule ni exigence ni regret. L' aventure charnelle n'occupe qu'une place anecdotique ( trois petites nuits) et peu d'érotisme se dégage de cette évocation. Elle préfère s'en tenir à des souvenirs et revendique son " fanatisme", son amour inconditionnel pour ce mondain. Qu'aurait-il fait d'ailleurs ? C'est l'inconnu du récit. A la lecture de cette lettre, son regard ne s'attardera que sur un vase bleu, évidé de fleurs...quelle tristesse dans cette chute !

C'est l'occasion pour Zweig de scruter l'âme, dans un style que j'ai trouvé beau, épuré. Comme une idiote, je n'ai pas compris l'aveuglement dont a fait preuve cette jeune femme, à la poursuite d'un amour impossible, mais c'est une rencontre qui a déterminé sa vie et elle a tenté de reconstituer un lien, sans pouvoir se libérer de son obsession.

Caro des bois - - 7 ans - 25 octobre 2013


Une excellente nouvelle 10 étoiles

Le plus intéressant chez Stefan Zweig, c'est le style, précieux, précis, à la limite d'être maniéré. Mais contrairement à de nombreux auteurs, les mots sont toujours d'une incroyable justesse. Lettre à une inconnue, figure parmi les chefs d'oeuvres du grand maître. Le texte est court, il ne faut donc pas s'en priver !

Alex90 - - 27 ans - 10 octobre 2013


Superbe 9 étoiles

Je n'avais jamais lu du Zweig et je n'ai pas été déçue. Ce roman est tout simplement superbe. On est happé par l'histoire dès les premières pages et on a presque plus envie de connaître le contenu de cette lettre que le destinataire véritable. Extrêmement émouvant, l'amour sans limite de cette femme est narré avec une finesse sans pareil et surprenante pour un auteur homme. On comprend très vite l'émotion du personnage et sa psychologie.
A lire

Junos2005 - - 27 ans - 13 septembre 2013


Nouvelle purement sentimentale 7 étoiles

Zweig décrit les sentiments amoureux d'une femme pour son voisin d'en face, c'est un amour dans le secret qui débute dès son plus jeune âge. Cet amour est destructeur car il est impossible et sans issue. Ce livre est émouvant, un amour aussi puissant doit être assez rare. Il est incroyable que Zweig puisse se mettre dans la peau d'une femme aussi justement. Encore un bon livre de l'auteur autrichien.

Gregou - - 31 ans - 29 juillet 2013


Oui mais... 7 étoiles

C’est en effet là une très bonne histoire, merveilleusement contée par Zweig, mais je tempérerai légèrement les messages précédents.

Car je reproche à ce texte un trop plein d’embellissement, d’effet de langage certes de circonstance pour traduire des sentiments amoureux, une flamme, la passion et le désespoir de cette femme, mais je ne suis pas très à l’aise avec un style d’écriture parfois trop raffiné.

Et ce n’est pas à mon sens la meilleure nouvelle de Stefan Zweig. Je reste pour ma part davantage attaché au « Joueur d’échec » ; et j’ai également préféré « Amok » et la « Confusion des sentiments ». Alors pour rester logique avec mes précédentes notations, je ne mettrai qu’un 3.5 /5, en ayant conscience d’être sévère.

Salocin - - 36 ans - 23 mai 2013


Indispensable et incontournable 10 étoiles

Cette excellente nouvelle démontre qu'il n'est pas nécessaire d'écrire plusieurs centaines de pages pour créer une oeuvre majeure de la littérature mondiale.
La précision du langage, le rythme du texte, la description des sentiments de la narratrice sont d'une qualité rarement égalée.
Malgré l'introduction cyclique de chaque grande partie d'une noirceur absolue '' mon enfant est mort aujourd'hui...'', on ne tombe jamais dans le misérabilisme d'un destin mais au contraire cela ne donne que plus de forces aux sentiments de l'héroïne.
A lire ou relire absolument.

AE73 - - 50 ans - 13 mai 2013


Marquant ! 8 étoiles

Ce livre marque son passage dans l'histoire de la littérature et dans notre histoire.
C'est un roman que nous ne sommes pas prêt d'oublier. Un homme, Zweig, écrit l'amour au féminin d'une telle force et d'une telle beauté que ça en est incroyable !
Après, on peut se dire que heureusement, le roman est court car beaucoup de choses sont répétées.
Une œuvre à lire !

Florian Bouillon - - 25 ans - 22 avril 2013


Une subtile traversée du miroir 8 étoiles

J’ai été sidéré à la lecture de ce roman par cette capacité qu’a Zweig de décrire l’amour au féminin à la fois dans ses aspects fou et ravageur que tendre et discret, l’amour d’une vie entière vouée au culte du même homme en une quarantaine de pages …

Pour cela, il a fait le choix louable d’aller tout droit à l’essentiel et d’éviter la tentation de commettre d’interminables envolées lyriques, une tentation courante quand on parle d’amour.

Il a également réussi à nous faire oublier la dimension gaie et saine de l’amour au profit de sa part d’ombre destructrice et démoniaque. En effet, il dépeint une femme amoureuse qui semble possédée voire carrément ensorcelée par un amour qui l’habite et la mène inexorablement vers l’abîme.

L’exercice est donc une fois de plus réussi.

Jean119 - - 32 ans - 19 avril 2013


Inoubliable ! 10 étoiles

Jamais je n'oublierais cette histoire !
Je suis sidéré par la capacité de Zweig à raconter une histoire si forte en si peu de pages.
C'est un roman très vite lu, mais qui laisse un souvenir profond.

Ce livre est à lire absolument.

Vigneric - - 48 ans - 8 avril 2013


Emportée ! 10 étoiles

Littéralement emportée ! Je voulais y jeter un coup d’œil pour une future lecture et je suis partie avec « elle », l’amoureuse . Comment en si peu de pages peut-on exprimer à ce point des sentiments, d’une façon aussi élégante, sensible, passionnée, extrêmement féminine. ?! Pas d’arrêt possible, pas de pause, cette femme nous livre son cœur, son âme, sa vie dans une seule lettre car il y a urgence. Tout coule comme un ruisseau, parfois un torrent ; en très peu de phrases Zweig fait le tour des épisodes de sa vie ; on passe de l’un à l’autre sans aucune rupture, tout s’enchaîne admirablement et l'émotion est intense. Comme dans « Vingt-quatre heures de la vie d’une femme » l’homme est comme « en retrait » et pourtant il est l’essentiel car objet de la passion. Cette construction m’a époustouflée, je comprends pourquoi Gorki était si admiratif ! Quel écrivain !

Pieronnelle - un petit hameau quelque part - 69 ans - 4 mars 2013


Fabuleux 9 étoiles

" Lettre d'une inconnue " est une histoire d'amour qu'on découvre à travers une lettre qu'envoie une inconnue à l'inconnu ( l'écrivain ), une lettre pleine d'émotions admirablement écrite avec une force et une intensité incroyables.

Jaafar Romanista - Rabat - 29 ans - 19 février 2013


Sublime 10 étoiles

Merveilleusement écrit. La description des sentiments est impressionnante de justesse. Intense et profond et cela bien que le dénouement soit connu dès le début. A lire, et à relire, absolument.

Incognito - - 38 ans - 13 septembre 2012


je t'aime... à la folie 10 étoiles

Une des nouvelles les plus célèbres de Stefan Zweig. La confession d'un amour hors du commun, né dans la prime adolescence, et qui va marquer sa vie durant cette femme passionnément éprise d'un écrivain beau, riche et... si peu physionomiste! Personne n'a jamais trouvé des mots auusi justes pour décrire la frontière floue qui sépare l'amour de la folie.

Jfp - Yerres (Essonne) - 69 ans - 23 juin 2012


Quand Passion rime avec Obsession 10 étoiles

Difficile de résumer cette nouvelle, tant le contenu en est simple et riche à la fois. Lettre d'une inconnue à celui qu'elle a toujours aimé, et qui ne l'a jamais vraiment remarqué. C'est tout le processus amoureux qui est ici magnifiquement décrit, du coup de foudre à la jalousie, du pardon à l'abandon.
Pour moi, c'est Stefan Zweig dans toute sa splendeur. Plusieurs jours déjà et j'en suis encore tout retourné... Je ne vois rien d'autre à dire que: lisez-la !

Nb - Avion - 33 ans - 13 juin 2012


4 étoiles! 8 étoiles

Lettre d'une inconnue est une nouvelle écrite par Stefan Zweig. L'intrigue de cette nouvelle est simple, concise, originale puisque presque tout ce récit est écrit à travers la lettre d'une femme qui déclare et raconte l'amour qu'elle voue à un homme, un romancier à succès qui ne la reconnaît pas et qui reçoit cette lettre. Ce parti-pris est audacieux et aurait pu ne pas fonctionner puisque lire une lettre aurait pu être tout à fait ennuyeux. Ce n'est pas du tout le cas ici pour deux raisons: d'abord grâce au style limpide, élégant, fluide de Zweig qui allie encore une fois de manière assez brillante épure et sophistication et aussi grâce tout simplement au caractère poignant, parfois déchirant de cette lettre, un hymne à l'amour passionnel, dévorant. Nous avons encore ici le thème de l’obsession qui traverse toute l'oeuvre de l'auteur. Dans sa globalité le récit reste pratiquement toujours prenant et au fil de ma lecture j'ai été de plus en plus séduit et ému par cette nouvelle. Beaucoup de descriptions mais ces descriptions ne sont jamais pesantes, lourdes au contraire elles servent le récit à merveille montrant l'évolution psychologique de cette femme. Ce portrait psychologique de cette femme ne manque d'ailleurs pas de finesse. Pour finir on peut dire que Lettre d'une inconnue est une très bonne nouvelle (légèrement en-dessous du Joueur d'échec) émouvante, d'un raffinement certain, lyrique, Zweig est décidément un maître pour retranscrire la complexité des sentiments qui nous assaillent. Un classique à lire sans hésiter.

Js75 - - 34 ans - 23 mai 2012


« À toi qui ne m'as jamais connue. » 10 étoiles

Dans une lettre, une femme confie à l’homme qu’elle aime son amour fou, désespéré et absolu.

J’aurais pu facilement ne pas aimer cette femme un peu psychopathe sur les bords, mais c’est difficile de ne pas être émue à la lecture d’une telle lettre ! Je n’ai pas honte d’avoir versé quelques larmes tellement que c’était tragique !

Ça a été pour moi une lecture bouleversante et avec Stefan Zweig, mes attentes sont toujours hautes. Je recommande la nouvelle à tous, en particulier à ceux qui aime le romantisme.

J’ai vu par après l’adaptation de Max Ophüls (1948) avec Joan Fontaine. Un bon film, mais je préfère la nouvelle. Film fidèle en général, je trouve cependant qu’on a trop adouci les personnages, qu’on rend l’homme plus sympathique et la femme moins extrême.

Nance - - - ans - 14 août 2011


Quelle confession bouleversante ! 9 étoiles

Voilà une femme qui a sacrifié toute son existence, toute son énergie, tout son temps, à une seule chose : son amour éternel, passionnel, son bien aimé comme elle l’appelle.
Cette révélation est poignante. Du jour où elle tomba amoureuse, et ce depuis son plus jeune âge, cette femme n’a cessé de vivre, de survivre qu’à travers la vie de cet homme à qui elle a tout donné, sans que celui-ci ne connaisse « presque jamais » son existence et qui est resté dans l’inconnu total à ce qui pouvait se passer en parallèle de sa vie bien rangée.
Et pour cet homme, cette révélation, doit certainement à jamais troubler son existence.
Dès les premiers mots de cette « lettre », on est saisi par tant d’authenticité, de force, et de tristesse.
Il serait bien sûr dommage pour les passionnés de lecture de ne pas entrouvrir cette si belle prouesse que nous offre Stefan Zweig en ces quelques pages.

Romela - CESTAS - 37 ans - 28 juillet 2011


Merveilleux 10 étoiles

Une lettre à cœur ouvert, à cœur en sang, à cœur aimant malgré tout. Une véritable petite merveille, Poignante et sans espoir!

Je ne connaissais pas cet auteur, je vais vite remédier à cet affront.

LaCritiqueuse - - 29 ans - 16 avril 2011


Passion amoureuse 10 étoiles

Quel plaisir de retrouver Stefan Zweig, maître incontestable de la description de la passion humaine.
Les mots dansent avec brio dans notre esprit, le style est fluide et on ne peut plus agréable.
Je me suis surpris, à la fin du livre, à chercher dans mon esprit le visage de cette femme inconnue, symbole de la passion amoureuse. Comme R... je ne la vois pas, à mon grand regret.

Thibaut-l - - 28 ans - 16 décembre 2010


Une oeuvre puissante... Un hymne à l'Amour... 10 étoiles

Ce livre fut, pour moi, d'une rare intensité et terriblement poignant. Le rendu littéraire du sentiment amoureux est réellement fascinant. La construction de l'histoire faite de phrases modérément longues, donne l'impression d'une lente plainte émanant de l'Inconnue. Bien souvent, les passages décrivant l'auteur dans son quotidien sont plus courtes et dynamisent le rythme de manière à s'opposer à l'histoire magnifiquement tragique de la jeune femme.
Cette histoire d'amour obsessionnel est décrite de manière extrême, comme si l'auteur voulait montrer ce qu'il y a de plus excessif dans la passion. Mais cela sonne tellement réaliste et tellement vrai! C'est une vraie prise de conscience du véritable amour. Il est désintéressé, altruiste, total,exclusif, cruel et merveilleux.
J'ai découvert cet auteur par cette nouvelle et désire aller plus loin dans la connaissance de son oeuvre.
A lire absolument!!!!

Nina2010 - Bordeaux - 40 ans - 13 octobre 2010


Magnifique comme d'habitude 10 étoiles

Ce qui est bien avec Zweig, c'est qu'on n'est jamais déçu. L'écriture toujours au meilleur.

Et "Lettre d'une inconnue" est une fois de plus une magnifique nouvelle, à l'écriture ciselée sur le thème de la passion, de la folie amoureuse.

A lire d'une traite bien sûr pour être emporté dans ce tourbillon de passion et en sortir bouleversé.

Un texte court, qui se lit rapidement mais qui vous poursuit longtemps.

CptNemo - Paris - 43 ans - 10 novembre 2009


Intense 9 étoiles

Il n'est pas aisé de mettre des mots sur une lettre aussi poignante, douloureuse et magnifique.
Les textes de Stefan Zweig, j'en ai pris l'habitude, je les savoure, m'en délecte, je prends plaisir à laisser glisser les mots. Ce n'est pourtant pas à l'oreille qu'il parle mais directement au cœur ; de ces petits riens de l'existence qui font que nous sommes si humains.

Comme souvent chez Zweig, lorsqu'on ouvre le livre le drame est déjà joué.
Tout comme la personne qui reçoit cette lettre, ce brûlant secret, rien ne peut être dit ou fait, juste prendre conscience, savoir.
Juste lire et se laisser emporter par autant de douleur, d'amour et par une vision si fine des sentiments.

Cafeine - - 43 ans - 15 septembre 2009


Passion et déraison 9 étoiles

Dès la très belle préface écrite par Elsa Zylberstein dans cette édition (collection la Cosmopolite, chez Stock), on sait que l’on aura affaire à du très beau Zweig. Et cela se confirme dès les premières lignes de cette nouvelle déchirante et bouleversante. Cette lettre d’une inconnue, qui se lit d’une traite et dans un seul souffle, est le cri d’une femme qui traverse, au moment où elle la rédige, le plus grand drame qui puisse être. Le destinataire de cette missive est le seul homme qu’elle ait jamais aimé, qu’elle a croisé plusieurs fois dans sa vie mais pour qui elle n’a jamais été qu’une inconnue, une aventure de quelques nuits.

Je ne dirai rien des circonstances qui l’amènent à lui adresser ce cri du cœur qu’elle a retenu de trop longues années. Rien non plus de la manière qu’a eu Zweig de rédiger cette nouvelle, commençant chaque nouveau chapitre par la même phrase, insupportablement douloureuse. Car cette lettre est brève, brûlante et passionnée, et rien ne doit en être révélé afin de ne pas atténuer les sentiments forts que le lecteur éprouvera assurément lors de la découverte de ce texte magnifique.

Aliénor - - 49 ans - 1 septembre 2009


Emotion intense 10 étoiles

Ce livre est, de mémoire, le seul qui m'ait fait pleurer en pleine lecture... La profondeur de la passion, l'absolu dans le sentiment amoureux, le jusqu'au-boutisme tragique et résigné de cette femme sont absolument bouleversants. Un hymne à l'Amour infini, total, fatal aussi, qui pour moi est peut-être la plus belle nouvelle de Zweig.

A lire, et relire, et relire encore...

Araknyl - Fontenay sous Bois - 47 ans - 10 juillet 2009


Puissance 10 étoiles

Puissance du style, puissance de l’amour, cette nouvelle de S. Zweig ne peut se lire autrement que d’une seule traite.

C’est elle, c’est lui. On ne sait comment ils se nomment, tout juste sait-on que lui est un écrivain célèbre à succès, aimant et aimé des femmes.

Elle, une jeune fille d’un milieu modeste, qui grandit, vieillit et devient femme mue par un seul objectif : l’amour qu’elle lui porte.

Et pourtant. Il ne l’a jamais connue, jamais vraiment. Il ne l’a surtout jamais reconnue.

Elle, tout à son amour n’aura jamais vécu, sauf dans les moments où elle fut avec lui où elle put ensuite vivre par lui.

Mais quand débute cette nouvelle, tout est déjà terminé. Cette fin initiale est un compte à rebours. Inéluctablement, chaque page qui se lit nous conduit à cette fin qui débute l’ouvrage. Parce que c’était lui, parce que c’était elle.

Monito - - 45 ans - 5 juin 2009


Sublime 10 étoiles

Aimer, un don de soi total, sans borne, infaillible. Stefan Zweig nous offre ici un moment délicieux, une passion profonde et tellement intense... d'une émotion pure, un bijou à lire et à relire.

Ungrimette - - 40 ans - 9 janvier 2009


Une superbe description d'un don total de soi 10 étoiles

Vision d'un amour proprement passionné... Tel qu'on en croise rarement (si ce n'est jamais!)
Une obsession, une fixation, tout autant qu'un don total de soi...
Une histoire à redonner foi dans les sentiments (alors qu'on est aujourd'hui perdu dans un monde égoïste).
C'est poignant de profondeur et Stefan Zweig est encore une fois impressionnant dans sa peinture du psychisme humain (et féminin).

Le café de... - Perpignan - Bordeaux - 33 ans - 29 décembre 2008


Envoûtant 10 étoiles

Cette nouvelle est aussi courte qu'intense de densité, de force, qui vont crescendo, alors que le style est tendre, tout en retenue, et comme enrobé de pudeur, alors que le dénouement est des plus étonnants. Cette femme timide a beaucoup aimé autant que souffert.

Quelle beauté !

Veneziano - Paris - 40 ans - 27 juin 2008