Emerentia de Stéphanie Corinna Bille

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Mallollo, le 4 janvier 2008 (Cévennes, Inscrite le 16 janvier 2006, 37 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 7 779 

Emerentia - 7 ans - au bûcher?

"La petite fille a existé. Elle est sortie du livre Henri le Vert de Gottfried Keller qui avait entendu parler d'elle dans son enfance, avait vu son portrait à l'huile assombri et retrouvé le journal de l'ecclésiastique, repris ici."

Epoque: 1713
Lieu: une bourgade du Valais suisse
Personnages: un ecclésiastique - une marâtre - une fillette - des arbres, des fleurs et des animaux des bois.

Emerentia a 5 ans lorsque sa mère meurt et son père, riche bourgeois, se remarie avec Mme de M. Qui estime rapidement la petite ingérable. Celle-ci refuse de réciter les ave et les pater, et montre la plus grande violence à l'égard de la religion. Douleur d'avoir perdu celle qui l'aimait tant? Que nenni, Mme de M. n'excuse pas son comportement et envoie Emerentia en pénitence chez le doyen d'un petit village de la vallée.
Au fil des mois, de châtiment en maltraitance ("pénitence" - aurait-on dit à l'époque), Emerentia se replie sur elle-même et n'accepte d'autre contact que celui de la nature et des enfants du village. Elle parle aux arbres, aux oiseaux, aux poissons, ce qui la rend aux yeux du doyen et de certains villageois, coupable de sorcellerie.

"- Emerentia ne descend plus dans la cour dessiner des triangles et poser en cercle ses cailloux, remarquèrent les gens.
- C'est pourquoi les pigeons viennent moins nombreux sur le toit de la cure...
Emerentia ne pouvait plus leur lancer des miettes de son pain ni leur dire les jolis noms qu'elle inventait pour eux autrefois: "mon soyeux, mon opaline, mon Saint-Esprit tout blanc." Ces mots qu'elle avait sus, qu'elle avait chantés, elle commençait à ne plus s'en souvenir. Elle s'enfonçait lentement dans un marécage sans lumière où les algues l'étouffaient, s'agitant autour d'elle avec convoitise."

Voilà la vie que l'on réserve à cette époque à une petite fille différente, qui cache un chagrin jamais écouté dans une relation avec les seuls êtres qui ne la jugent pas.

Emerentia 1713 est un récit très court, qui mêle des passages du journal du doyen à une narration très épurée, presque indifférente. Le texte parle pour lui, ce qui donne des passages très forts.
Un récit très court, trop peut-être. J'aurais aimé m'attacher plus à vivre le quotidien d'Emerentia, ses errances dans les bois, sa relation avec les autres enfants. J'aurais voulu avoir une vision plus nuancée du doyen, et des villageois à qui cette fillette inspire autant de peur que de respect.

Mais un très beau récit tout de même...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Emerentia

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Emerentia".