La Mécanique du Coeur de Mathias Malzieu

La Mécanique du Coeur de Mathias Malzieu

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Bluewitch, le 19 décembre 2007 (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 38 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 30 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (374ème position).
Visites : 14 189 

Un conte pour grands enfants

La musique folk-rock déjantée et imaginative de Dyonisos se retrouve ici entre les lignes de Mathias Malzieu, chanteur-auteur-compositeur du groupe, qui réalise avec La Mécanique du Cœur un roman dont la «bande originale» se retrouve sur l’album éponyme (dans lequel on peut noter la participation d’Olivia Ruiz, Jean Rochefort, Alain Bashung ou Eric Cantona), sorti début Novembre.

On pourrait se croire dans une atmosphère tout à fait burtonienne: Jack naît le jour le plus froid du monde, tout en haut de la colline d’Arthur’s seat, à Edimbourg, en 1874. Si froid, ce jour, que son cœur en est gelé et qu’il ne doit sa survie qu’à Madeleine, une accoucheuse un peu docteur, un peu magicienne, un peu fragile mais si forte, qui lui greffe une horloge sur le cœur pour qu’il puisse fonctionner. Alors que les autres enfants, comme lui sortis du ventre de prostituées, trouvent souvent une famille d’adoption, Little Jack voit sa différence l’exclure inexorablement. Il grandit sous la protection de Madeleine, qui le met en garde contre le monde extérieur, lui dont le cœur est si fragile... C’est pourtant sans compter cette rencontre avec Miss Acacia, cette petite chanteuse qui refuse de porter ses lunettes par souci de coquetterie et se cogne à tout, cette petite chanteuse qui le captive dès l’instant où il la croise. Cette petite chanteuse d’Andalousie qui lui fait découvrir tout ce que l’amour peut causer comme bouleversements à l’intérieur du cœur.

A sa façon, avec ses mots, son monde fait de rêves, d’images, d’étincelles, de noirceur et de fantasme, Mathias Malzieu aborde le thème de la différence et du rejet, mais aussi ceux de la passion et de ses destructrices incompréhensions, de la douleur éprouvée par un cœur trituré par un amour trop fort pour lui. Il se dégage du roman, de ses personnages attachants, une atmosphère qui nous déconnecte de la réalité sans jamais oublier de nous la rappeler. Même si on peut lui reprocher d’avoir un (tout petit) peu abusé des bonnes ficelles du genre, La Mécanique du Cœur est un conte pour les grands enfants que nous sommes, toujours sensibles à ce genre de fiction allégorique foisonnante qui d’une certaine façon transcende les émotions.

Un livre touchant qui nous colle de l’engrais d’images dans la tête. Peut-être pas le bouquin de l’année mais un petit coup de cœur.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Très joli et poétique.

5 étoiles

Critique de Palmyre (, Inscrite le 15 avril 2004, 55 ans) - 11 septembre 2015

Une jolie histoire, des phrases bien tournées et originales et des personnages qui ne le sont pas moins.
Malgré tout cela je n'ai pas adoré le livre, et la seconde partie du roman (après l'arrivée à Grenade) m'a semblé un peu longue.
Je ne connaissais pas cet auteur, je devrais peut-être essayer un autre de ses romans.

Tais-toi mon coeur, "je ne te reconnais pas"

10 étoiles

Critique de Benson01 (, Inscrit le 26 mai 2012, 21 ans) - 12 juillet 2014

Maigre livre au premier abord, ample recueil d'image en vérité, la Mécanique du Cœur est infiniment agréable à parcourir. Je n'ai pas vu le film d'animation, j'ai écouté l'album éponyme dans sa grande partie (même si je n'ai jamais pu le trouver en entier dans les bacs) et je dois avouer que je réécoute souvent certaines chansons comme "la flamme à lunette", "tais-toi mon cœur", "le jour le plus froid du monde" et autres. Ca m'a bien sûr donné envie de lire ce fabuleux petit bouquin.
Je ne sais pas si c'est poétique ou surréaliste, mais je crois que c'est truculent (j'aime beaucoup ce mot là : truculent). Histoire d'amour simple qui pétille d'images amusantes et vivantes, c'est émouvant et très parlant.
En tous les cas c'est encore un livre qui ne vante pas les bienfaits de devenir adulte ! Succomber à l'amour pour en souffrir, ça peut encore donner envie mais devenir plus raisonnable après avoir souffert, moins.
Enfin, la Mécanique du Cœur est un petit morceau de rêve à emporter avec soi pendant les vacances, peut-être pendant les trajets moroses en RER, où vous voulez en fait tant que vous êtes un peu sensible aux images enchantées. C'est important de rêver dit-on. Ca entretient le moral et donc la santé ! Ne vous privez pas !

La Mécanique du Coeur, 2007

8 étoiles

Critique de Martin1 (Chavagnes-en-Paillers (Vendée), Inscrit le 2 mars 2011, - ans) - 14 septembre 2013

Little Jack est né le jour le plus froid du monde. Pour le sauver, il a fallu remplacer son coeur par une horloge à aiguilles, mais c'est très fragile. S'il est trop chargé émotionnellement, cela peut être dangereux.
Il tombe amoureux d'une petite fille dans son enfance ; il est prêt à tout pour la retrouver, il va même jusqu'à crever l'oeil de son rival.
Il y parvient lors d'un voyage en Andalousie, et parvint à séduire la petite chanteuse. Mais lorsque le rival refait surface, Little Jack se met à souffrir atrocement à l'endroit du coeur...

Plein d'images poétiques dans ce petit livre. Décidément j'ai bien aimé. Un retour à l'enfance agréable. L'innocence et la candeur du personnage central sont attendrissantes et la fin bien triste.

Un conte burtonien

8 étoiles

Critique de AmaranthMimo (, Inscrite le 25 mai 2013, 26 ans) - 8 juin 2013

Le style du livre m'a beaucoup fait penser à l'univers de Tim Burton. Un esprit humain mécanisé par de sombres engrenages, dont la nécessité est discutée.
De plus, on y voit le besoin humain de mécaniser et d'avoir un outil à sa disposition, d'avoir une solution et un recours à toute impasse amoureuse.
En bref, j'ai bien aimé ce livre pour le côté bon enfant et magique de l'histoire. Ce n'est pas un immense coup de cœur, mais j'ai passé un bon moment en compagnie de Little Jack.

Poésie

8 étoiles

Critique de Krys (Haute-Savoie, Inscrite le 15 mars 2010, 34 ans) - 16 décembre 2012

Quel beau petit conte que voici ! Magnifique écriture : tout en finesse et en poésie, belle histoire d'Amour avec tout ce que l'Amour comporte en douleurs. Histoire magique à dévorer !

Jolie mise en images

10 étoiles

Critique de Anthe (, Inscrit(e) le 7 novembre 2011, - ans) - 13 février 2012

Un homme nous parle! Il nous livre un récit courageux de ses soucis de coeur. Il n'a plus peur de dévoiler sa vérité, ni de passer pour un faible, ou pour quelqu'un de trop amoureux.

Mais voilà, jeune, il aime mal, l'ombre de sa mère ( de substitution ) est toujours derrière, il suit le parcours classique de tout ado amoureux : rencontre, pensées obsédantes, quête éperdue pour "la" retrouver, retrouvailles, petits arrangements avec la vérité et désir d'amour cosmique, rivalité, jalousie, perte de la bien-aimée...

Et en vieillissant, ça s'arrange? Rien n'est moins sûr! A l'âge adulte, il semblerait qu'il n'ait toujours pas confiance en lui, soit incapable de se prendre en charge émotionnellement, et n'ait appris aucune leçon d'un passé scabreux. Il change mais pas en profondeur, et .... toujours ce masque sur la vraie vérité, et perte définitive de la perle rare...

Je touve l'introspection de cet auteur très réussie, c'est écrit sous forme de conte bien-sûr, et cela n'en est pas moins la métaphore d'une certaine emprise maternelle qui traficote les ressentis d'un jeune garçon pour moins lui donner la possibilité de lui échapper en grandissant.

A bonne entendeuse.....

Une jolie incursion dans un monde de rêves et de féérie pour tous ceux qui ont gardé une âme et un cœur d’enfant

7 étoiles

Critique de Monde imaginaire (Bourg La Reine, Inscrite le 6 octobre 2011, 44 ans) - 22 novembre 2011

J'ai été touchée par la belle écriture de Mathias Melzieu et par toute la poésie de ce court roman très original, très proche de l'univers de Tim Burton.
Cependant, j'ai été un peu déçue par la deuxième partie et par la fin de l'histoire : la mécanique commence à gripper … et on ne retrouve plus la magie tellement présente dans les premières pages. Dommage …

Gentil comte onirico-poétique

6 étoiles

Critique de Isad (Saint-Germain-en-Laye, Inscrite le 3 avril 2011, 57 ans) - 19 novembre 2011

Les prévention de l’amour maternel n’évitent pas les peines de cœur de l’amour adolescent nourri d’absence, d’attente, d’espoir, de joie partagée, de déception et d’indifférence. Les divers autres sentiments comme la vengeance ou l’amitié parsèment aussi cette histoire qui se passe en 1874.
On y croise anecdotiquement Jack L’éventreur et l’inventeur Méliès plus longuement, d’Edimbourg en Espagne.

L’ensemble donne une jolie histoire qui peut s’avérer plus profonde qu’on ne le pense au premier abord.

« Vous n’étiez qu’un adolescent – pire, un adolescent avec des rêves d’enfants, et qui ne peut s’empêcher de mélanger les rêves et la réalité pour survivre » (p. 160).

IF-1111-3803

Cruel et merveilleux

10 étoiles

Critique de Yasem (Strasbourg, Inscrite le 30 juin 2008, 27 ans) - 10 octobre 2011

Quelle belle poésie! J'ai adoré cette jolie histoire qui m'a totalement convaincue.
J'ai pénétré malgré moi ce merveilleux monde de rêves qu'est l'histoire de Jack, un tic-tac à la place du coeur.
Un univers à découvrir, sombre, envoûtant et cruel.
J'ai passé un super bon moment!

Conte gris désenchanté.

6 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 61 ans) - 19 septembre 2011

La comparaison d’avec les mondes particuliers au cinéma de Jim Burton, ou Jean-Pierre Jeunet, s’impose naturellement. Ou alors avec un Carlos Ruiz Zafon, mais noir. Ou au moins gris.
Nous sommes dans le domaine du conte, un conte qui ferait des crochets dans le monde réel pour raccrocher le lecteur à des repères compréhensibles. Dans l’histoire, j’ai aussi pensé à Emile Ajar, l’ineffable Romain Gary, pour « La vie devant soi ». Sauf que « La vie devant soi » est tout sauf un conte …
Nous sommes en 1874, à Edimbourg en Ecosse. C’est l’hiver. Il fait très froid. C’est le moment que choisit ( ?) Jack pour sortir du ventre de sa mère. Il y en a qui naissent sous de bons auspices, la cuillère d’or dans la bouche. Ce n’est pas le cas de Jack. Mis au monde par Madeleine, une moitié de sorcière, accoucheuse de prostituées, le pauvre Jack nait le cœur gelé. Oui, il fait très froid, on l’a dit.

« Dehors, il neige de plus en plus fort. Le lierre argenté grimpe sous les toits. Les roses translucides s'inclinent aux fenêtres, enluminant les avenues. Les chats se changent en gargouilles, leurs griffes plantées dans la gouttière.”

Qu’à cela ne tienne, Madeleine a de la ressource et équipe le cœur gelé de Jack d’une … horloge. Une horloge à l’ancienne qui fait tic-tac et qu’il ne faut pas oublier de remonter quotidiennement.
Quoi « oh ! ». Nous sommes dans un conte, c’est déjà dit plus haut !
Nous allons suivre les premiers déboires du pauvre Jack, proposé à l’adoption. Mais allez vous faire adopter quand votre cœur est soumis à la dictature du tic-tac d’une horloge … Jack passe donc son enfance avec Madeleine et le tournant de sa vie aura lieu très jeune, à onze ans, lorsqu’au détour du chemin il tombera sur – et sous les charmes de – Miss Acacia, petite fille à la voix d’or qui chante dans la rue.
Oh, on est dans un conte. Déjà dit !!
Dès lors, il n’aura plus de cesse que de retrouver et de vivre avec cette Miss Acacia. Ce qui va l’entrainer très loin. Dans tous les sens du terme.
La preuve qu’un conte peut n’être pas gnan-gnan : ça ne finit pas forcément bien. Je l’ai dit plus haut, Mathias Malzieu fait des crochets vers la vie réelle pour raccrocher le lecteur. Et vous le savez bien, dans la vie réelle ça ne finit pas souvent bien … ?
Inutile de dire que la poésie est présente tout au long de ces pages. C’est écrit joliment, avec des mots et des images de conte, même si conte gris … Un peu inclassable.

« Je viens d'embrasser la fille à langue d'oiseau et rien ne sera plus jamais comme avant. Mon horlogerie palpite tel un volcan impétueux. Pourtant ça ne fait mal nulle part. Enfin si, quand même,j'ai un point de côté. Mais je me dis qu'après une telle ivresse de joie, ce n'est qu'un maigre prix à payer. Cette nuit, je vais grimper à la lune, m'installer dans le croissant comme dans un hamac et je n'aurai absolument pas besoin de dormir pour rêver.”


Le conte est bon

8 étoiles

Critique de El grillo (val d'oise, Inscrit le 4 mai 2008, 43 ans) - 17 février 2011

Jolie histoire, beau talent d'écriture.
Je me suis lancé dans ce roman un peu par hasard, et j'en suis revenu fort séduit. Non pas par l'histoire, après tout, le destin de ce pauvre Jack à la Edward aux mains d'argent m'importe peu, mais l'écriture, distillant quelques perles ça et là, m'a charmé tout du long.
Joli conte.

Magie, tendresse, espoir....

8 étoiles

Critique de Marie33 (Le Médoc, Inscrite le 1 octobre 2010, 51 ans) - 11 janvier 2011

Ce livre m'a été offert à Noël et j'ai adoré, un petit bonhomme si attachant que l'on a envi ede le protéger, poésie, magie, tendresse et l'espoir tout est là. A lire.

Laissez vous remonter l'horloge-coeur!

9 étoiles

Critique de Lalie2548 (, Inscrite le 7 avril 2010, 32 ans) - 19 novembre 2010

Superbe livre plein de magie. On a des étoiles plein les yeux quand on le lit.

J'ai beaucoup aimé cette histoire de petit garçon avec une horloge à la place du coeur. Il va vraiment vivre une épopée gaie et triste à la fin. Il va découvrir l'amour, l'amitié, l'espoir, la déception, les retournements de la vie, etc.

C'est très beau! A lire surtout en cette période de fin d'année!!! N'hésitez pas! Et petit plus, écoutez la musique de Dionysos liée à cette histoire!

Enfant n'est pas enfantin

3 étoiles

Critique de Antalarion (Thuillies, Inscrit le 20 août 2010, 26 ans) - 29 septembre 2010

L'idée est intéressante, le concept, la couverture du livre : tout pour accrocher le lecteur. Hélas Malzieu ne parvient pas à tenir les promesses de la quatrième de couverture : la magie est niaise, le style, assez fade et inintéressant. Dommage.

Mon dernier petit coup de coeur...

10 étoiles

Critique de Kilidetou (Angers, Inscrite le 25 juillet 2008, 37 ans) - 6 septembre 2010

C'est d'abord une accroche. La couverture du livre. C'est ensuite une plongée inattendue au coeur d'un univers cruel, joli et si humain. Ce conte parle de tout un chacun qui se débat avec son coeur, de l'équilibre difficile à trouver avec son enfant entre la peur de le voir souffrir et l'envie qu'il se cogne à sa vie. Pour ne pas qu'il passe à côté. Les pages se dévorent parce qu'on se sent bien dans ces images enfantines mais si adultes. Plongez-y !!

Bof.

6 étoiles

Critique de Cruz (Punaauia, Inscrite le 16 novembre 2008, 26 ans) - 19 mars 2010

L'histoire est gentille, mais le fond est fade. Une histoire qui m'a déçue. Mais Mathias Malzieu sait jouer avec les mots, il sait très bien y faire et nous offre de belles phrases! Un texte bien écrit bien qu'il y ait des passages qui ne soient pas politiquement corrects mais ils sont détournés et deviennent poétiquement corrects. A vous de voir!

Une parenthèse poétique

8 étoiles

Critique de Livredeculte (Bussy st georges, Inscrite le 12 novembre 2009, 38 ans) - 8 février 2010

Pour les fans de rocks français, la mécanique du coeur leur évoque sûrement le sixième album du groupe Dionysos qui s'inspire du troisième roman de l'auteur/chanteur Mathias Malzieu.
La mécanique du coeur parle d'amour et de poésie, d'une rencontre impossible entre deux êtres rabibochés.
Dans le roman, l'essentiel des personnages sont rafistolés, boiteux, mal voyants, borgnes, excentriques et pourtant tous savent parler d'amour. A la manière d'un conte pour enfant, l'auteur nous emmène dès les premières lignes dans un joyeux voyage entre Edimbourg et l'Andalousie où le fantasque prend toute la place.
Une petite pépite que l'on garde dans son coeur tellement l'histoire et les personnages sont attachants. Un roman pleins d'émotions qui nous transporte le temps de quelques heures dans un monde enfantin trop vite oublié ! Un roman à consommer sans modération ...

On attend l'adaptation cinématographique par Luc Besson très prochainement.

Un amour de tic-tac

7 étoiles

Critique de Miss teigne (, Inscrite le 6 mars 2008, 36 ans) - 16 décembre 2009

Little Jack est né, sorti du ventre d'une prostituée, le jour le plus froid du monde. Son cœur gelé peine à battre, ce pourquoi Madeleine, une accoucheuse soupçonnée de sorcellerie, lui greffe une horloge sur le palpitant pour qu'il puisse fonctionner. Elle adopte le petit garçon dont personne ne veut à cause de son bruyant attirail et lui fait aussi quelques recommandations d'usage pour entretenir ses rouages. Mais l'essentiel est d'éviter à tout prix de tomber amoureux car il en aura le cœur brisé, au propre comme au figuré. Little Jack n'écoute pas ce sage conseil et s'éprend de Miss Acacia, une jolie chanteuse qui aurait bien besoin de lunettes…

Voilà l'histoire plutôt poétique d'un amoureux transi qui se décrit comme un "handicapé du grand amour" ou encore "de la mécanique avec des émotions à l'intérieur". Mathias Malzieu présente une galerie de personnages excentriques et passionnés qu'il accompagne de jolies formules, parfois alambiquées. Une pointe de fantasmes relevés par une (très) forte dose de passion, elle-même renforcée par une foi inébranlable en ses rêves, interpellera le lecteur qui n'est pas réfractaire à l'univers de Tim Burton. Les autres, s'abstenir…

Une petite douceur

7 étoiles

Critique de MAGGUIL (, Inscrite le 22 février 2008, 37 ans) - 9 décembre 2009

Des jolis mots, des jolies phrases... Mathias Malzieu nous offre des petites merveilles par ci par là, c'est poétique, romantique, original.
Mais il manque une petite touche de " je ne sais quoi " qui fait qu'on est pas complétement happé par l'histoire.

plaisant

8 étoiles

Critique de Jiminy (Lyon (ou presque), Inscrite le 14 octobre 2009, 23 ans) - 8 novembre 2009

J'ai commencé par écouter le CD et le livre est tout aussi bien avec une atmosphère un peu plus sombre et fantastique, mais distrayant et poétique. Délicieux !

Superbe !

10 étoiles

Critique de Lilip (, Inscrite le 22 juillet 2009, 25 ans) - 8 novembre 2009

Ce livre contient une atmosphère particulière, rappelant l'univers de Tim Burton [dont je suis fan] tout comme dans son livre "Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi" .

Cependant, je le trouve bien mieux que ce dernier.

A choisir, je vous conseille de lire celui là.

Très joli conte

9 étoiles

Critique de Mu1109mu (, Inscrite le 23 septembre 2009, 46 ans) - 2 octobre 2009

J'ai reçu ce livre pour mon anniversaire et je dois dire que j'ai accroché!
une très belle surprise!!

Très poétique

8 étoiles

Critique de Lolo6666 (, Inscrit le 20 août 2009, 44 ans) - 20 août 2009

Pas mon style du tout à première vue mais, sur conseil, je m'y suis tenté. Eh bien bravo. C'est une superbe histoire qui bénéficie de toute la douceur d'un conte mais qui ne préserve pas de la dureté d'une vie. Se lit très facilement et ne suppose aucun effort pour le terminer tellement le personnage principal est attachant. Je suis également tombé amoureux de cette petite andalouse. Pour un très bon moment.

Un conte pour adulte comme on en voit peu

9 étoiles

Critique de Keil (, Inscrit le 12 novembre 2006, 39 ans) - 17 janvier 2009

Un monde atypique et une écriture volontairement fantasque tout droit sortie de l'esprit tortueux de Mathias Malzieu. Un conte pour adulte comme on en fait peu avec un monde dérivé des films de Tim Burton. Une lecture facile et c'est avec plaisir que l'on suit les tribulations de notre héros au cœur de fer. Un livre tantôt rempli d'espoir, tantôt bourré de tristesse. Et c'est là le fort, malgré l'appellation conte, on partage les périples et les sentiments de little Jack comme si on y était. Un vrai moment de plaisir à partager avec la b.o musicale qui est elle aussi excellente.

Dyonisos, dieu de la plume aussi?

8 étoiles

Critique de Manumanu55 (Bruxelles, Inscrit le 17 février 2005, 38 ans) - 11 décembre 2008

Monsieur Dionysos a du talent! Ce conte est exquis : le sens de la formule, des personnages attachants (même le méchant), des rebondissements, ... Et puis reconnaître les traits d'Olivia Ruiz en la petite andalouse est un vrai bonheur.
Petit conseil : écouter (ou réécouter) le cd de Dionysos du même nom juste après la lecture, c'est génial (et ça donne envie de le relire).

Un joli conte

8 étoiles

Critique de Naemia (, Inscrite le 9 juillet 2006, 33 ans) - 26 octobre 2008

Tout à fait d'accord avec les critiques de Bluewitch et Philduch... Même si les rouages de la mécanique sont parfois lourds, ce conte pour grands enfants change de la morosité ambiante. Ce fut une lecture très agréable et dépaysante.

Bol d'air

8 étoiles

Critique de Philduch (Aix en Provence, Inscrit le 17 février 2006, 50 ans) - 31 août 2008

Oui, je pense qu'on peut facilement s'agacer des ficelles mouillées et des pétards usés dont nous accable Mathias Malzieu. Gnangnan façon "Amélie Poulain", burlesque façon Tim Burton, des bons sentiments comme des cargaisons d'algues puantes qu'on déverserait sur les pieds du lecteur. Bref un filon déjà bien exploité. Et c'est vrai, en parlant de creuser, le scénario se résume à : deux mecs amoureux de la même nana, dont un handicapé. Et c'est vrai encore, la fin est un peu à la "va-comme-je-te-pousse" ou "le-cap des 170 pages-est-passé-il-faut-conclure". Pourtant, j'ai passé un bon moment et je n'ai pas honte de le dire. Il y a quelque chose d'accrocheur dans le style, des trouvailles verbales à la pelle et une galerie de personnages plutôt réussie. Et surtout -surtout- l'ensemble tranche agréablement avec le magma glauque de notre production littéraire nationale, la somme de ces romans nombrilistes mal écrits, ces plongées nauséeuses dans la misère quotidienne de monsieur Tout le Monde, ces exercices de préciosité que magazines spécialisés et médias nous prescrivent à chaque rentrée littéraire.
Bref, un bon bol d'air frais à consommer sans modération, histoire d'oublier pendant quelques heures la crise en Géorgie, le réchauffement climatique et les malheurs de PPDA.

Génial!

8 étoiles

Critique de AntoineBXL (Bruxelles, Inscrit le 9 août 2008, 38 ans) - 9 août 2008

Certes certains passages laissent ressentir que nous avons affaire à un jeune auteur mais Mathias Malzieu amène aussi beaucoup d'idées neuves. J'ai adoré! L'idée de créer une bande originale musicale pour un livre m'a soufflé!!!

Un conte envoutant

10 étoiles

Critique de Blutch62 (, Inscrit le 3 mars 2008, 37 ans) - 3 mars 2008

Un très beau périple : celui de little Jack qui va découvrir la cruauté mais aussi la beauté du monde qui l'entoure. Un conte naïf et très touchant que nous livre ici le leader du groupe Dyonisos. Une plongée dans un univers à la Tim Burton. A lire d'urgence !!!

Forums: La Mécanique du Coeur

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La Mécanique du Coeur".