Les vagabonds de la faim de Tom Kromer

Les vagabonds de la faim de Tom Kromer
( Waiting for nothing)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Darius, le 12 octobre 2001 (Bruxelles, Inscrite le 16 mars 2001, - ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 2 443  (depuis Novembre 2007)

Une vie sans espoir

Tom Kromer le rédigea sur du papier de toilette ou dans les marges de prospectus religieux, parfois dans les missions, ces endroits où les vagabonds logeaient, parfois dans les prisons ou sous les ponts de chemins de fer. Un chapitre entier est consacré à la prostitution homosexuelle que subit les vagabonds lorsqu'ils veulent obtenir quelque chose à se mettre sous la dent.. La première édition sera d'ailleurs expurgée de ce chapitre...
Thomas Kromer a vu toute sa famille se tuer à la tâche : son grand-père maternel mourra dans une mine de charbon, écrasé et enterré vif lors d'un coup de grisou, son père descendra à la mine dès l'âge de 8 ans pour plus tard devenir souffleur de verre, jusqu'à ce qu'un cancer l'emporte à 44 ans... Sa mère, veuve, mère de 5 enfants, le remplacera à la fabrique... Tom étant aîné, dut financer lui-même son éducation, travaillant à la fabrique de verre, jusqu’à ce que la Grande Dépression referme définitivement le couvercle sur ses espérances...
A 23 ans, il montera dans son premier train de marchandises et après, il ne les comptera plus : ces trains l’amèneront d’Ouest en Est ou d'Est en Ouest... Chez lui, il n'y avait pas de travail et il n’y eut bientôt plus de chez lui.. Il commença à prendre les trains jusqu’en Californie, puis retour jusqu'à New York et Washington, en temps que passager clandestin, bien entendu avec tous les risques que cela supposait : vol de son unique pièce, coups, jours de prison... Les gens rigolaient lorsqu'il demandait du travail, si bien qu'il n’en demandait même plus...
Ce livre exude le même dénuement, le même ennui désespéré que la vie sans but et sans espoir qu'il décrit. C’est l’épopée d'un homme désœuvré, privé de substance...
Il nous raconte son quotidien, sans discours, sans hystérie ni mise en scène, il ne se sent pas un artiste maudit à qui le monde entier doit de la reconnaissance. Non, il décrit simplement, sans rien revendiquer, son quotidien dans une Amérique où la fracture sociale est évidente...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les vagabonds de la faim

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les vagabonds de la faim".