Notes d'hiver sur impressions d'été de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski

Notes d'hiver sur impressions d'été de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski
( Zimnie zametki o letnih vpečatleniâh)

Catégorie(s) : Littérature => Russe

Critiqué par Dirlandaise, le 2 décembre 2007 (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 62 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (20 215ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 7 355 

Critique de la bourgeoisie française

Dans ce court récit écrit entre 1862 et 1863, Dostoïevski met en scène un Russe qui ayant atteint la quarantaine, décide de voyager à travers l’Europe occidentale. Bien entendu, par le biais de ce personnage, Dostoïevski nous livre ses propres impressions sur l’Europe et son influence néfaste selon lui sur la Russie et sa culture millénaire. En fait, comme nous dit la quatrième de couverture, c’est le récit d’un voyage que Dostoïevski effectua à l’étranger en 1862.

Le début ne m’a pas trop plu mais je me suis accrochée et peu à peu, la verve et l’humour sarcastique de Dostoïevski m’ont enchantée comme toujours. Il fait une critique plutôt acerbe des Français et en particulier du couple petit bourgeois bien établi dans son petit confort et ses petites idées bien arrêtées. Il est franchement drôle Dostoïevski quand il se mêle de critiquer les mœurs et je me suis bien amusée à cette lecture très courte mais franchement très révélatrice du caractère et des opinions de l’auteur. Le dernier chapitre intitulé « Le bribri et la mabiche » est tout simplement hilarant. Ce sont les surnoms que le bourgeois français et sa femme se donnent entre eux par affection. Dostoïevski fait d’eux une description tout à fait savoureuse et ma foi, assez méchante. On sent une grande amertume de sa part face à des comportements sociaux d’une flagrante imbécillité et de la plus haute hypocrisie et il dénonce la puissance de l’argent. Des thèmes éternels qui sont toujours d’actualité.

« Un homme qui n’a pas un million n’est pas un homme qui fait tout ce qui lui plaît, mais un homme dont vous faites tout ce qui vous plaît. »

« En général, le bourgeois est loin d’être un idiot, mais il a l’esprit comme un peu court, pour ainsi dire — par extraits. Il garde en réserve une quantité incroyable de conceptions toutes faites, comme autant de bûches pour l’hiver, et il a sérieusement l’intention de vivre avec pendant au moins mille ans. »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Dostoïevski en Occident

8 étoiles

Critique de Stavroguine (Paris, Inscrit le 4 avril 2008, 33 ans) - 3 août 2008

Il aura attendu 41 ans, Dostoïevski, avant de sortir de sa Sainte Mère la Russie pour honorer notre Occident de sa présence malade - il a mal au foie quand il entreprend ce voyage, ça nous rappelle le Sous-sol, le Sous-sol et son homme malade, son homme méchant, parce que quand même, il y va pas de main morte le Dostoïevski, il a la dent dure.
Quand il nous raconte ses souvenirs de vacances, on est loin de la complaisance du guide du routard. Non, les remarques architecturales, très peu pour lui, tout juste si les Allemands ont un beau pont - et ils en sont fiers ces Allemands tellement allemands ! - et Cologne une cathédrale en dentelle. Non, ce qui l'intéresse, Dostoïevski, c'est les gens, les sociétés. Et il nous les croque avec délice. Attention, c'est épicé ; chauvins, s'abstenir !
Après un bref passage en Allemagne, place aux généralités dans un chapitre "tout à fait inutile" qui nous parle des "progrès" de la "civilisation" et de l'attrait que l'Occident suscite chez le Russe. Puis, le voilà, qui rentre dans le vif du sujet. Et hop, d'emblée, "Le Français n'a point de jugement". Voilà qui est fait. On imagine qu'il l'écrit avec une jouissance au moins égale à celle de Fonvizine, l'auteur originel de cette phrase. Le Français n'a pas de jugement, et il cherche à se convaincre que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes: il cache ses pauvres on ne sait où, se roule dans l'herbe, se ballade au Palais Royal, écoute le clapotis des fontaines et va à la mer. Tout est beau et moral et poli.
Pas comme le Londonien. Avant de revenir à Paris, Dostoïevski nous ballade à Londres. A White Chappel, quartier rendu célèbre par Jack l'Eventreur. C'est un Londres à la Dickens, ou à la Burton, gothique, sombre, froid, glauque, où s'entassent prostituées juvéniles, mendiants et ouvriers alcooliques. Un Londres que Dostoïevski semble préférer au Paris aseptisé et hypocrite auquel il retourne.
Tout d'abord, moment grandiose, à mes yeux la meilleure partie du roman, Dostoïevski s'adonne à une critique des "gamineries" de 1789. Une critique... marxiste !! Oui, Dostoïevski marxiste. Le voilà qui pourfend notre Révolution bourgeoise. Liberté, égalité, fraternité? Chiqué ! La liberté, elle n'existe que quand on a un million, sans ça, on est juste libre de faire ce que le bourgeois veut nous faire faire. L'égalité devant la loi? Une insulte. Et d'ailleurs, les lois, elles sont faites par les bourgeois pour se protéger (marxiste on vous dit !). Fraternité? L'Occidental en est incapable, il est profondément individualiste, il faudrait une révolution pour changer ça (Karl ?), ça prendrait des millénaires. Critique grandiose, étonnamment moderne et avant-gardiste. Il fait même un parallèle entre socialisme et religion. Vraiment surprenant de modernité. Le point d'orgue de ce carnet de voyage.
Après ça, c'est plus léger, mais non moins savoureux et sarcastique. Dostoïevski s'amuse de notre éloquence, de nos moeurs, du bribri, de la mabiche et du Gustave. Un régal. Et quand il parle du Parisien qui aime se rouler dans l'herbe et voir la mer, on lève les yeux dans le RER et on voit tous ces jeunes cadres dynamiques qui attendent leurs vacances en ce mois d'août, et on ne peut s'empêcher de sourire.
Oui, dès lors qu'on accepte l'autodérision, ce livre est une petite merveille. Devant le sarcasme et la mauvaise foi affichés par Dostïevski, on est pince-sans-rire, parfois on se reconnaît soi-même, ou des amis, ou cette fille, là, qu'on vient de croiser, ce couple. Oui, il a la dent dure, Dostoïevski, mais avec cette verve, ce style (bravo à Markowicz pour la traduction), c'est un vrai bonheur !

Forums: Notes d'hiver sur impressions d'été

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Dostoïevski et la notation 9 Stavroguine 31 juillet 2008 @ 23:18

Autres discussion autour de Notes d'hiver sur impressions d'été »