René de Christophe Bois, François-René de Chateaubriand

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Platonov, le 8 septembre 2001 (Vernon, Inscrit le 7 septembre 2001, 35 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 603ème position).
Visites : 3 307  (depuis Novembre 2007)

L'éternel tourmenté

Accueilli dans la tribu des Chactas, René lui raconte à son tour sa douloureuse histoire et toutes les turpidtudes de sa vie. Dans le château de sa jeunesse, l'influence d'une soeur mélancolique, les spectacles de l'automne ont plongé son âme dans la rêverie. Bouleversé par la mort de son père, il songe à s'enfermer dans un couvent puis, brusquement, il décide de voyager. L'Italie, la Grèce, l'Angleterre, les ruines du passé, les "monuments de la nature", rien ne parvient à calmer son inquiétude.
"L'étude du monde ne m'avait rien appris, et pourtant je n'avais plus la douceur de l'ignorance. Mon âme, qu'aucune passion n'avait encore usée, cherchait un objet qui put l'attacher".
En vain, il se retire dans un faubourg de Paris: il n'y trouve que l'ennui et le sentiment plus aigu de sa solitude; puis il se réfugie à la campagne; la nature exalte en lui la tendance au rêve et la mal de l'infini.
Entre les "Fleurs du Mal" et "Les Souffrances du Jeune Werther", "René" est tout d'abord un récit qui figure le mal du siècle; le romantisme. Onirisme, mélancolie, oisiveté, ennui, neurasthénie - caractéristiques de ce nouveau mouvement littéraire- font de René un personnage émouvant, attachant, et l'on a pitié de lui en constatant son tourment,son errance dans la vie, sans but et sans espoir. Son mal de vivre lui ne lui donne ni amour, ni ataraxie, ni patrie.
Ce livre m'a fortement rappelé donc "Les Fleurs du Mal" de Baudelaire, puisque les mêmes thèmes sont présents dans les deux oeuvres; infini, spleen, solitude, incompréhension.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Exil romantique

8 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 48 ans) - 4 avril 2010

Dans la droite ligne de " Atala ", d'ailleurs certains éditeurs proposent les deux ouvrages réunis. René ou l'impossibilité de l'être face à ses amours, son destin. Toujours l'emprise de la société, de ses règles et la nature salvatrice et rédemptrice. Les hommes aussi par l'expression de leur foi. Superbe.

Prouesse

10 étoiles

Critique de Joachim (, Inscrit le 24 mars 2006, 39 ans) - 29 mars 2006

Grande prouesse, livre intelligent d'un bout à l'autre, d'une violence et d'un emportement impressionnants. Rousseau, Wordsworth, Goethe et Nerval en quarante pages.

C'est ça que ça raconte!

8 étoiles

Critique de Maya (Eghezée, Inscrite le 18 octobre 2001, 44 ans) - 17 décembre 2001

Voilà un livre pour lequel je peux dire "je l'ai lu!". Et pourtant, même trente secondes après l'avoir refermé, j'aurais été bien incapable de vous dire de quoi ça parle. Quand je dis que je l'ai lu, je devrais même dire que j'ai bien dû le lire une fois et trois quart, avec le nombre de fois où j'ai dû relire la page que je venais juste de tourner car je me rendais compte que je n'avais absolument pas fait attention à ce que j'avais lu. Ca a été comme ça pendant tout le livre, mes yeux lisaient les mots sur la page mais mon cerveau était complètement déconnecté. J'ai vaguement compris qu'il était amoureux de sa soeur (mais je me trompe peut-être complètement) et qu'il fuyait son chagrin en voyageant (y en a qui ont de la chance et qui sont pas foutus d'en profiter) au point de finir chez les indiens. Bref mon verdict final était d'envoyer ce pauvre garçon chez le psy avec un bonne dose d'antidépresseur. Je tiens donc à féliciter et à remercier Platonov pour sa très belle critique car il a élucidé ce qui, pour moi, était un grand mystère: "René", ça parle de quoi? Les étoiles sont donc pour lui et pas pour Chateaubriand

Forums: René

Il n'y a pas encore de discussion autour de "René".