Une ténébreuse affaire de Honoré de Balzac

Une ténébreuse affaire de Honoré de Balzac

Catégorie(s) : Littérature => Romans historiques , Littérature => Francophone

Critiqué par Montgomery, le 18 octobre 2007 (Auxerre, Inscrit le 16 novembre 2005, 45 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 914ème position).
Visites : 4 516  (depuis Novembre 2007)

Hommage aux grands hommes mais pas à leur justice

Après avoir échoué à mettre la main sur les Simeuse et les Hauteserre, nobles émigrés au service de l'armée de Condé protégés par leur intrépide cousine, Laurence de Cinq-Cygne, le policier Corentin veut sa revanche. Il y parviendra, trois ans plus tard, en procédant à l'enlèvement de l'ancien conventionnel Malin. Il fera porter le chapeau aux anciens fugitifs, radiés depuis de la liste des émigrés par Napoléon, ainsi qu'à Michu qui fut le garde du château de Gondreville (désormais propriété de Malin).

Ce faisant, Corentin se conforme à l'adage balzacien selon laquelle « la Police et les jésuites ont la vertu de ne jamais abandonner ni leurs ennemis ni leurs amis.». Est alors dressé le portrait d'un appareil judiciaire incapable de rendre la justice une fois qu'il a été manipulé par la Police. Balzac insiste sur le rôle de l'opinion publique, ici très défavorable aux accusés, dans le déroulement du procès. Ainsi il écrit que « dans une cour de justice, les idées de la foule pèsent sur les juges, sur les jurés, et réciproquement.».

Ces constatations amènent l'écrivain à s'interroger sur les garanties offertes aux justiciables et sur leur caractère opportun. A propos de l'admission du public à l'audience, il considère qu'elle «n'emporte pas la publicité » et que «la publicité donnée aux débats constitue une peine tellement exorbitante, que si le législateur avait pu la soupçonner il ne l'aurait pas infligée». Sur la présence d'un jury populaire Balzac émet des réserves en ces termes: « Aussi peut-être les juges offrent-ils aux accusés plus de garanties que les jurés. Les magistrats ne se fient qu'aux lois de la raison, tandis que le juré se laisse entraîner par les ondes du sentiment». On le voit, ce volet de la Comédie humaine est l'occasion pour Balzac de livrer une partie de ses sentiments sur une justice dont, manifestement, il se méfie.

Cette «Ténébreuse affaire» est également un hommage aux esprits supérieurs et aux tempéraments d'exception: Michu, laurence de Cinq-Cygne se manifestent par leur courage et leur dévouement. Corentin par sa ténacité et son sens politique. Et que dire de l'opinion qu'a Balzac de Fouché et Talleyrand. Ils sont au premier rang de ces «hommes habiles, legs précieux de la Révolution, avec lesquels [Napoléon] auraient pu se composer un cabinet dépositaire de sa pensée» s'il n'avait eu un amour-propre excessif.

Je termine avec une réflexion pénétrante sur Napoléon, que Balzac met dans la bouche de Talleyrand: «c'est un grand soldat qui sait changer les lois de l'espace et du temps; mais il ne saurait changer les hommes, et il voudrait les fondre à son usage ».

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Du Balzac avec un air de Dumas

9 étoiles

Critique de Echo (Aquitaine, Inscrite le 25 avril 2013, 39 ans) - 24 mai 2013

C'est ce que j'ai pensé à la fin de ma lecture. Je me replonge régulièrement dans Balzac et celui-ci a été une très plaisante lecture: remarquable intrigue aux allures d'un Dumas avec rebondissements et personnages charismatiques, récit foisonnant, quelques lenteurs (caractéristiques du XIXème) mais qui n'entachent pas l'agréable ressenti du livre.

Police, justice, politique...

6 étoiles

Critique de Chene (Tours, Inscrit le 8 juillet 2009, 47 ans) - 21 octobre 2010

On est à l'aube de l'empire, et pendant que Napoléon est à Marengo, Fouché, Tayllerand, Seyes et Carnot complotent à Paris pour prendre le pouvoir en cas de défaite des armées françaises. Au retour de Napoléon victorieux, il faudra faire disparaître les preuves du complot. L'enlèvement d'un sénateur, un procès, un lampiste condamné à mort, des nobles compromis envoyés aux armées et des preuves compromettantes détruites. Un roman policier mais aussi un roman politique et historique profond enveloppé dans le style Balzacien si remarquable et unique. Balzac peind ici admirablement bien son époque et la police politique et son horrible action.
Pour reprendre ses mots : "Le malheur de certaines personnes qui, pour s'être trouvées sur le passage de la police, ont perdu leur fortune et le repos..".

Un petit conseil avant de commencer ce livre, se faire une fiche de lecture en se replongeant dans l'histoire politique de l'époque pour bien comprendre les situations, l'intrigue et les personnages.

Forums: Une ténébreuse affaire

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Une ténébreuse affaire".