La vie intérieure de Martin Frost de Paul Auster

La vie intérieure de Martin Frost de Paul Auster
( The inner life of Martin Frost)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Jules, le 17 octobre 2007 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (32 669ème position).
Visites : 2 824  (depuis Novembre 2007)

Un vrai mystère...

Ce tout nouveau Paul Auster est constitué par les dialogues du film réalisé par lui et portant le nom de « La vie intérieure de Martin Frost »

La première partie n’a que peu d’intérêt pour le lecteur courant. En effet, il s’agit simplement d’une interview donnée par lui quant aux difficultés qu’il a rencontrées pour le tournage de ce film.

Par contre il n’en va pas de même pour la seconde partie qui se lit très vite et est agréable.

Dès le départ l’histoire est assez prenante et, surtout, mystérieuse. En effet, Martin Frost est écrivain et reçoit à prêter la résidence secondaire d’un couple d’amis de façon à bien se reposer après l’achèvement de son dernier livre. Mais voilà, à peine est-il installé qu’il lui vient l’idée d’en écrire un nouveau.

Au lendemain de sa première nuit, il se réveille en ayant une très jolie femme à côté de lui dans son lit. Il commence par se fâcher, n’y comprenant rien et revendiquant sa volonté de se reposer et donc de rester seul.

Claire, se présente comme la nièce des propriétaires et a la même clef que la sienne pour entrer dans la maison…

Ils conviennent de ne surtout pas se déranger mutuellement et de n’occuper chacun qu’une partie de la maison. Le portable de Martin sonne, c’est son ami le propriétaire. Martin apprend que ni celui-ci, ni sa femme, n’ont une nièce !... Qui est donc cette femme ?... Mais les choses s’arrangent car Martin trouve vraiment cette jeune femme très à son goût. Ils restent donc tous les deux et Martin poursuit la rédaction de son livre.

A vous de découvrir la suite…

Je pense que, comme moi, à un certain moment du récit, certains vont faire un rapprochement avec quelque chose de connu. Mais je ne peux pas vous dire quoi sous peine de vous dévoiler trop de l’histoire.

Personnellement j’ai éprouvé du plaisir à lire ce livre, mais ce n’est certainement pas ce que je conseillerais de lire à quelqu’un qui voudrait se faire une idée sur Paul Auster.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La vie intérieure de Martin Frost [Texte imprimé], scénario Paul Auster traduit de l'américain par Christine Le Boeuf
    de Auster, Paul Le Boeuf, Christine (Traducteur)
    Actes Sud / Lettres anglo-américaines (Arles)
    ISBN : 9782742766802 ; EUR 17,80 ; 27/09/2007 ; 122 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le film présenté par Auster à Bruxelles

7 étoiles

Critique de Darius (Bruxelles, Inscrite le 16 mars 2001, - ans) - 19 juin 2008

Mercredi 18 juin 2008, j’ai vu Paul Auster, aux Beaux-Arts à Bruxelles. Après une interview d’une bonne heure,on a projeté le film qu’il avait écrit et réalisé. Accompagné de sa femme, il a dédicacé son livre à la foule qui se pressait à la sortie. Ils avaient tout deux fière allure.

Claire, une jeune femme que Martin, un écrivain en vacances, découvre un beau matin dans son lit et dont il tombera follement amoureux représente sa muse. Lorsqu’il terminera son roman, sa muse mourra. Alors pour la garder, il détruit le livre qu’il vient de rédiger. Mais Claire, sa muse, ne lui réapparaitra qu’en rêve. Ou alors derrière une porte. Ou lorsqu’il a les yeux bandés. Ou alors, dans un miroir..
Le suspense est gardé jusqu’au bout au gré des disparitions et des réapparitions de la belle.

Toute cette histoire est allégorique. Mais si l’on va au-delà et qu’on la transporte dans la réalité, j’émets quelques remarques sur la consistance des personnages.
Le héros, Martin est un grand romantique. Il éprouve un coup de foudre "classique" pour une jeune femme sortie de nulle part qui débarque sans prévenir dans sa vie. Après une semaine de relation, plus rien d’autre n’existe pour lui. Il est même prêt à ralentir l’écriture de son roman pour la sauver. Et ira jusqu’à le brûler pour la ranimer.

D’autre part, Claire est un personnage qui n’est pas libre de son destin. Quelqu’un lui dicte sa conduite, la rappelle à l’ordre, l’enjoint à se cacher aux yeux de Martin. Mais elle se rappelle insidieusement à lui pour qu’il ne l’oublie pas, pour que sa passion ne s’éteigne pas. Elle joue l’aguicheuse, la coquette. Et Martin, en preux chevalier, veut la délivrer, s’ériger en sauveur de la belle. Pour la garder à lui seul.

Enfin tout cela, c’est mon interprétation de l’histoire, de la manipulation, un jeu de séduction, une victime qui attend son sauveur. Et puis tout s’arrête au bon moment pour que le sauveur ne devienne pas (encore ?) persécuteur et pour que le spectateur reste dans sa bulle romantique.

Il faut y ajouter le passage de la jolie Anna, alias Sophie Auster, dotée d’une magnifique voix qui fera surgir quelques applaudissements dans le public. Et puis, il y a le personnage du chauffagiste-écrivain, absurde et décalé, le meilleur selon moi.

Forums: La vie intérieure de Martin Frost

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La vie intérieure de Martin Frost".