Le sauvage indigné
de Maurice Bellet

critiqué par Saint Jean-Baptiste, le 24 juillet 2007
(Ottignies - 84 ans)


La note:  étoiles
La philosophie du sauvage
L'observation du monde indigne le philosophe, mais c'est une indignation de sauvage.

Le livre commence par un constat : le système Capitaliste fonctionne bien ! Il fonctionne même de mieux en mieux. Au fond, la révolution de 1789, renforcée par Mai 68, a réussi : la liberté, sans interdit ni contrainte, a permis à l'économie de libres échanges de triompher.
La Révolution a tué Dieu, l'Expert a pris sa place et le monde ne reconnaît plus qu'un maître : l'Argent ! L'Argent c'est le pouvoir absolu, le langage universel, la mesure de tout ! C'est une question de foi pour le possédant, d'espérance pour celui qui le veut. Sa puissance est incroyable. Jamais le monde n'a moins douté de son Dieu !

Constat effroyable, mais juste, oh combien !

Les seuls opposants du système nous disent de continuer tant ça marche et de protester quand il y a abus ; après tout, tant que le système prévoit des allocations de plus en plus grandes pour que chacun reçoive sa part, c'est le vieux rêve de liberté absolue qui réussit.

Mais en fait, nous dit l'auteur, le Capitalisme est une vraie tyrannie : il a défini ce qu'était l'Homme, ce qu'il devait savoir, ce qu'il devait désirer, ce qui sera son bien : c'est l'essence même du totalitarisme !

Et puis voilà ! Plus le système triomphe et plus il y a des ombres. Et nous les connaissons : loi du plus fort, exclusion, exploitation du Thiers-Monde, dégradation de la planète, etc. Mais quand l'auteur les énumère en les détaillant, et en nous montrant comment elles sont conséquentes au système, nous finissons par dire stop ! ça ne peut plus durer ! il est plus que temps d'arrêter ça ! nous sommes en train d'organiser le suicide de notre civilisation, et finalement, nous organisons la destruction de notre monde.
Alors que faire ? Les assistances de toutes sortes, les œuvres de paix, les mouvements humanitaires sont, comme les religions pour Marx, des protections qui ne servent qu'au bon fonctionnement du système en étouffant les révoltes. Elles l'aident à tourner en paix, elles sont les complices de sa réussite !

Encore une fois, constat effroyable ! mais juste, oh combien !

Alors que faire, se demande le philosophe ? Il serait urgent de faire une révolution !
Mais la révolution détruit tout et elle ne sait pas où elle va. Elle ne peut se passer d'une énergie féroce et meurtrière ! Pour passer de l'Ancien régime à la Démocratie il a fallu les guillotines et la Terreur, Napoléon et la Commune... Et pour passer du régime des Tsars aux essais de Démocratie actuels il a fallu un siècle de Communisme. Et puis aujourd'hui, avec les engins destructeurs actuels aux mains des Révoltés, on risquerait l'anéantissement de l'Humanité tout entière.

Alors que faire ? Faut-il courir le risque tellement vaniteux de vouloir changer l'Homme ?
Ou faut-il se confiner dans un malheur certain ...et attendre ? Non ! Il faut faire quelque chose de plus grand ! L'Occident doit être capable de sortir d'un Totalitarisme par les deux infinis de sa pensée : la spiritualité religieuse et la philosophie des Lumières. La volonté de changement doit passer par la Foi et par la Raison !
C'est le rêve un peu fou d'un philosophe mais c'est le rêve auquel nous devons croire, en croisant les doigts, ou en invoquant tous les saints du paradis, selon nos convictions.

Ce livre soulève les vraies questions. Il les analyse d'une manière fouillée, intelligente et précise. Il propose la seule solution qui peut sauver l'Humanité d'une catastrophe annoncée ! Il mériterait largement ses cinq étoiles et même beaucoup plus !
Seulement, voilà ! il est écrit par un philosophe ! Et, c'est bien connu, un philosophe ne peut pas parler comme tout le monde, il doit faire du compliqué quand c'est simple. Un philosophe croirait déchoir si le commun des mortels le comprenait du premier coup !
Alors, après mûres réflexions, j'ai retiré une étoile ; ça apprendra au philosophe à parler comme tout le monde !