Sept, tome 1 : Sept psychopathes de Fabien Vehlmann (Scénario), Sean Phillips (Dessin)

Sept, tome 1 : Sept psychopathes de Fabien Vehlmann (Scénario), Sean Phillips (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers

Critiqué par Daffodil, le 12 juin 2007 (Inscrite le 3 août 2005, 47 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (42 521ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 3 312  (depuis Novembre 2007)

Déroutant..

et excellent. Cette histoire retrace donc la 2ème guerre mondiale, où un patient d'un asile psychiatrique propose à un petit colonel renié par son armée d'engager sept patients d'hôpitaux psychiatriques pour tuer Hitler. Pourquoi 7? Chiffre magique de la Kabbale, et des malades mentaux pour qu'ils soient imprévisibles dans leur réaction. Excellente BD, où la fin est heureusement inattendue, dessins bons mais parfois trop violents -ou suis-je trop sensible-, scénario solide.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Sept psychopathes [Texte imprimé], sept fous furieux sont chargés d'assassiner Hitler scénario, Fabien Vehlmann dessin, Sean Phillips...
    de Phillips, Sean (Illustrateur) Vehlmann, Fabien (Scénariste)
    Delcourt / 7 (Paris)
    ISBN : 9782756002934 ; EUR 13,95 ; 15/05/2007 ; 63 p. ; Album
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Seven Psychos.

7 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 48 ans) - 6 janvier 2013

Une uchronie qui tient bien la route, le début est captivant et augure un bon album.
Les couleurs et le dessin épousent à merveille l'ambiance et génère le climat nécessaire à cette histoire d’assassinat du Führer.
7 hommes et femmes réunis pour mettre un terme au nazisme.
Les portraits sont tous intéressant jusqu'à l'entrée en scène du " Chien de guerre ", et c'est à ce moment que la bédé part en vrille.
Déjà les traits de ce personnage sont de très mauvaise qualité, il ne s'inscrit pas dans le groupe, on dirait l'homme de pierre des comics, rendant plus du tout crédible l'histoire et brisant le plan général qui était bien parti.
La fin est comme souvent un peu ratée.
J'en tire le bilan d'une bédé intéressante pour qui apprécie les uchronies, un dessin singulier qui rend compte d'un climat tendu, et enfin d'un scénario qui aurait mérité sur la fin plus de finesse.
Un bon moment de bédé.

ET POURTANT L'IDEE DE DEPART ETAIT BONNE!..

2 étoiles

Critique de Septularisen (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 51 ans) - 26 février 2009

Une idée de scénario franchement très originale, à savoir : un colonel de l’armée Anglaise, membre des «Special Operations Executive», reçoit une proposition hors du commun d’un détenu en hôpital psychiatrique, réunir, recruter et entrainer un commando de sept «détraqués», des fous, des psychopathes, des "déviants" avec pour objectif de tueur... Adolf HITLER...
Un commando d'individus qui de par leur spécificité seront indétectables car les Nazis seront incapables de prévoir ou même de deviner leurs agissements...

S’il est un fait historique qu’à plusieurs reprises durant la Deuxième Guerre Mondiale les services secrets Anglais ont étudié la possibilité d’assassiner le tyran Allemand Adolf HITLER, on ne peut, bien sûr, pas croire une seule seconde, que le Premier ministre Britannique de l’époque M. Winston CHURCHILL aurait pu donner son accord pour une opération telle que présentée dans cette BD…

Et oui, le sujet de base de M. Fabien WEHLMANN est bon et très original… bien que ressemblant un peu trop à certains films de guerre américains avec exactement le même synopsis…
Mais bon, cet album est la preuve (s'il en faut encore une!..) qu’un bon scénario ne suffit pas à faire une bonne histoire… en effet le "semblant" de probabilité de possible vérité qui restait encore à l’histoire, et qui sauvait l’album du ridicule, s’écroule par pans entier, et très vite et tout tourne au franchement très ridicule et au franchement très très mauvais…

La fin de l’album (non n’insistez pas, je ne vous la raconterai pas!..), tourne elle franchement à la stupidité, avec des retournements de situations, des événements franchement invraisemblables, des «révélations» qu’on ne peut franchement pas croire et des services secrets Allemand qui ressemblent plus à un club de «joyeux lurons», de médiums mystiques et à un grand rassemblement de vainqueurs de concours pour sosies… je n’en dirai pas plus !..

Enfin, si je peux me permettre une remarque personnelle à M. Sean PHILLIPS : tous les lecteurs de BD ne sont pas des idiots et des incultes... S'il nous montre le château de Neuschwanstein (à Füssen dans l’Allgäu, Bavière en Allemagne) et sa silhouette que l'on ne peut que reconnaître... ce n’est pas la peine de l’appeler le «Greifswald»… sinon, autant l’appeler le château de Disney…

Je donne quand même une étoile, mais juste pour la beauté des dessins et les couleurs très belles, quoi que très changeantes, de HUBERT…
Après cette «douche froide», et vu la nullité de ce premier volume, je me demande d’ailleurs si je vais perdre mon temps à lire les six autres albums de cette série…

Forums: Sept, tome 1 : Sept psychopathes

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Inglourious basterds 15 Stavroguine 1 mars 2009 @ 00:04

Autres discussion autour de Sept, tome 1 : Sept psychopathes »