J'ai saigné de Blaise Cendrars

J'ai saigné de Blaise Cendrars

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Sahkti, le 19 avril 2007 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 45 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 312ème position).
Visites : 6 205  (depuis Novembre 2007)

Récit d'un combat

Blaise Cendrars a vécu la Grande Guerre dans sa tête et dans sa chair.
Le 28 septembre 1915, une balle atteint Cendrars à la main droite, il se trouve alors en Champagne (à Navarin plus exactement). Envoyé à Châlons-sur-Marne, on l'y ampute du bras droit, il n'a que vingt-huit ans. Assistant, impuissant, aux souffrances et aux cris de ses camarades de combat, agonisant dans les hôpitaux ou enterrés dans des cimetières de fortune, Blaise Cendrars sera profondément marqué par cet épisode et traduira cette émotion par l'écriture, le récit de la mort, du sang, de la boue, de la guerre...
Dans ce court texte (une soixantaine de pages), Cendrars rend hommage à ses compagnons d'infortune, nous raconte leur histoire et nous parle d'eux avec beaucoup de respect et de l’existence d’un lien, si fort, entre tous ceux qui ont vécu la guerre ensemble et de près. L'occasion aussi pour l'auteur franco-suisse de remercier Madame Adrienne, l'infirmière en chef de l'Hôpital de Sainte-Croix, une femme formidable au caractère entier et au coeur débordant de douceur pour tous ses malades.
C'est un récit émouvant, poignant par moments, dans lequel un homme laisse tomber toutes les barrières de la pudeur pour parler de lui, de sa souffrance, de la guerre, toujours bête à n'importe quelle époque.


"- Avez-vous remarqué ses yeux, Cendrars, quand une étincelle s'y allume ? me disait Mme Adrienne après chaque séance. Il fait de grands progrès depuis que vous êtes là, vous savez. Je suis sûre qu'il comprend parfaitement tout ce qu'on lui dit. Bientôt, il parlera. (...)
Ses yeux étaient des plus vifs, des plus mobiles, des plus parlants et, en effet, ils exprimaient bien des choses.
C'était extraordinaire et c'était pour moi un plaisir sans cesse renouvelé et souvent une jouissance quand j'y réussissais, que de me pencher sur ses yeux expressifs, de les déchiffrer, de deviner, de comprendre dans un éclair ce que son regard voulait dire.
Comment peut-on exprimer tant de choses par les yeux ? J'entends non pas des choses morales ou abstraites (...)" (pages 46-47)

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • J'ai saigné [Texte imprimé] Blaise Cendrars postface de Christine Le Quellec Cottier
    de Cendrars, Blaise
    Éd. Zoé / Minizoé
    ISBN : 9782881825040 ; EUR 3,50 ; 26/03/2004 ; 63 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un prolongement de la Main coupée

9 étoiles

Critique de Popaul (, Inscrit le 13 octobre 2008, 48 ans) - 30 septembre 2009

Comme pour la "Main coupée", "J'ai saigné" a pour thème la première guerre mondiale, et dans ce cas, plus précisément la période de convalescence de l'auteur après sa blessure. Dans ce livre, se mêlent (comme dans tous les romans autobiographiques de Cendrars) véracité et romance. Et c'est précisément ce point qui fait, à mon sens, toute la force de l'auteur.
Au delà de la simple autobiographie, Cendrars s'attache à montrer l'horreur de la guerre, la souffrance, qu'elle soit physique ou morale.

"J'ai saigné" est un récit d'une puissance rare allié à une parfaite maitrise de l'écriture.

On note que la version présentée par Sahkti ne contient que le recueil "J'ai saigné". Ce récit se retrouve également associé à d'autres épisodes de la vie de Cendrars dans "La vie dangereuse".

Forums: J'ai saigné

Il n'y a pas encore de discussion autour de "J'ai saigné".