Spirou et Fantasio, tome 43 : Vito La Déveine
de Tome (Scénario), Janry (Dessin)

critiqué par Dirlandaise, le 16 avril 2007
(Québec - 65 ans)


La note:  étoiles
Consternant !
Je suis consternée ! Cet album est totalement raté ! Je résume l’histoire : Vito La Déveine survole l’océan Pacifique à bord d’un hydravion. Il transporte une cargaison qui lui est très précieuse et qui selon lui, l’aidera à reconquérir sa gloire perdue. Après une dispute avec le pilote, celui-ci exige dix mille dollars de plus sinon il largue tout le fourbi dans l’océan. Vito fâche et une bagarre éclate. Le pilote tombe en bas de l’avion laissant Vito seul, sans personne pour piloter. Évidemment, l’appareil s’abîme en mer et coule avec toute sa cargaison. Vito échappe miraculeusement au désastre et se retrouve sur une île déserte. Il survit en mangeant du crabe pendant deux long mois jusqu’à ce qu’un voilier arrive en vue de l’île. Devinez qui se trouve à bord ? Je vous le donne en mille ! C’est Spirou et Fantasio en personne! Tout un hasard n’est-ce pas. Très subtil ! Nos deux amis ne reconnaissent pas le mafioso qu’ils ont déjà rencontré dans une autre histoire « Spirou à New York ». Ils abordent dans l’île et viennent au secours du naufragé qu’ils recueillent à bord de leur voilier pour leur plus grand malheur…

Voilà pour l’histoire. Je suis bien triste d’avoir lu cet album. Il est à mon avis complètement vide. Aucune subtilité, aucun gag hilarant, le personnage de Vito n’est pas drôle, même Spip est ennuyeux lui qui habituellement me charme avec ses réflexions grognonnes. Je me suis ennuyée ferme et je me suis forcée à le lire jusqu’au bout tellement j’ai trouvé l’histoire insignifiante. Je n’ai pas aimé les dessins non plus. Plus rien en commun avec les Spirou plus anciens. Rien que du vide. Consternant !

Je ne sais pas si je vais continuer à lire les Spirou récents. Je crois que je vais me concentrer sur ceux qui datent de quelques années.
Spirou ET Fantasio à égalité de traitement 10 étoiles

Suite de Spirou à New York, Don Vito Cortizone toujours poursuivi par une réelle malchance est échoué sur une île, paradisiaque, bien sûr, mais surtout isolée, abandonnée de tous et à l'écart de tout. Avec comme seule nourriture du crabe au barbecue... et des projets d'évasion à base de détroussage de celui qui aura la malchance de le secourir.

Un jour, arrivent ses deux sauveteurs : Spirou et Fantasio qui ne reconnaissent pas leur ancien ennemi métamorphosé par ses longues semaines de régime à base de crustacé...

Cet album est réussi : pour une fois Fantasio a un vrai rôle, à la hauteur de son ami, il est même celui qui sauve Spirou du piège de Vito Cortizone.
Ses état d'âme sont de 2 ordres : sentimentaux et de faire-valoir du héros, conscient de son rôle secondaire sont attendrissants et sonnent de réalité. Les scènes et dialogues qui en résultent montrent l'amitié qui les lie avec pudeur et modernité.

Le comique de la malchance de Don Vito est un comique de répétition, reprenant des vieilles recettes du muet qui peut paraître lourd, mais, il faut le prendre comme tel... Spirou n'a pas le côté moralisateur qui lui est coutumier, Spip est effacé et a peu d'intervention.

Au total, un bon Spirou ET Fantasio même si il ne rentre pas dans le moule habituel.n

Geparijo2 - - 56 ans - 9 mai 2009


Raté 1 étoiles

Même avis que la critique principale, à savoir, ce 43ème tome de Spirou & Fantasio est vraiment mauvais, un des plus mauvais même. Il ne s'y passe rien de potable, hormis le fait que l'on retrouve un personnage qui deviendra récurrent dans les albums faits par Tome & Janry, Vito Cortizone. Franchement, pas bon du tout !

Bookivore - MENUCOURT - 38 ans - 6 mai 2009


Un réel chef d'oeuvre qui met le "héros" et son "faire-valoir" sur le même pied d'égalité. 10 étoiles

Un très bon album de Tome & Janry dans lequel le côté "aventure" est, il faut bien le reconnaître, moins développé que dans les tomes précédents. Mais cela n'enlève en rien le charme de cet album qui recèle d'humour.

Le personnage de Fantasio est particulièrement bien approfondi. Le Fantasio de cet album n'a pas grand chose à voir avec ce grand dadais drôle et maladroit que l'on connaît bien. On le retrouve ici complètement déprimé, lassé de toujours être dans l'ombre du héros.

"Je suis un clown... On ne me prend jamais au sérieux... [...] J'ai l'impression d'être un extra-terrestre..."

Comme dans "La vallée des bannis", Tome pose ici la question du rôle de Fantasio, souvent cantonné à un rôle de clown. D'ailleurs, il faut bien remarquer que Tome & Janry sont jusqu'à présent les deux seuls auteurs de cette série à avoir présenté Fantasio en "vrai" personnage avec ses doutes et ses craintes.

Pour le coup, il devient même le véritable héros de cette aventure.

"Fantasio... Pourquoi les gens drôles sont-ils ceux qui font les pires déprimés?"

Encore une fois, Tome et Janry signent une belle aventure de nos deux héros!

Yanne - - 31 ans - 5 mai 2009