Je m'attache très facilement de Hervé Le Tellier

Je m'attache très facilement de Hervé Le Tellier

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Laure256, le 31 mars 2007 (Inscrite le 23 mai 2004, 48 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (22 840ème position).
Visites : 2 478  (depuis Novembre 2007)

Détachement amoureux

Au croisement de la A32 et de la S70, dans la lande verdoyante écossaise, c’est la fin de l’histoire. La fin de l’amour au grand jour, si tant est qu’il ait jamais existé.

Un homme de 50 ans (« notre héros » dans le texte) quitte Paris pour 3 jours en Ecosse, où il rejoint sa jeune maîtresse (30 ans, « notre héroïne »), il sait pourtant que sa venue n’est pas désirée, mais il s’y rend quand même. Il passe son temps sur les routes, dans sa Nissan Almera de location, à discuter avec la demoiselle dont le vélo ne rentre pas dans le coffre ! Un tout petit récit (100 pages à peine) léger et original sur l’amour non partagé, qui se joue avec dérision de la déconfiture amoureuse. Un narrateur extérieur interpelle sans cesse le lecteur, chaque chapitre est résumé en 2 lignes au début des pages en question, bref, on a l’impression que l’auteur s’amuse beaucoup, ce qui donne au lecteur une lecture plaisante, rapide et enjouée.

Pourtant sur ce sujet j’aurais aimé plus de profondeur, plus de détails et d’analyses, je reste un peu sur ma faim.

Extrait p.64 : « Notre héros veut partir, désormais. Son désir pour elle est intact, sa tendresse aussi, il veut rentrer avant de se sentir boueux. Il ne veut pas lutter. Il n’a ni l’envie d’être tyrannique, ni l’énergie d’être colérique. S’il a appris une chose, une seule, c’est que les sentiments, la tendresse, le désir doivent aller ou se défaire d’eux-mêmes. Et aussi que l’amour – donnons-lui ce nom par convention – que l’amour, donc, n’est pas un caillou au bord de la route, immobile, venu de nulle part et né de rien. L’amour disparaît, revient, il change, il bouge, il tombe et se redresse alors qu’on le croit mort.
Mais pour l’heure, il lui faut partir.
Il veut l’aider, elle, à se débarrasser de lui. Et il veut faire vite. »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

On s'attache aussi facilement à ce roman...

9 étoiles

Critique de Lascavia (, Inscrite le 2 avril 2010, - ans) - 13 avril 2010

JE M’ATTACHE TRES FACILEMENT
Hervé LE TELLIER

Il a cinquante ans, elle en a trente. Elle a été sa maitresse l’espace de quelques mois alors qu’elle vit avec un « régulier » qui lui assure la sécurité. Il est encore amoureux ou veut le croire ; elle ne l’est plus, l’a-t-elle d’ailleurs jamais été ?

L’aventure touche à sa fin, il s’en doute. Pourtant, il s’accroche et c’est sur un coup de tête qu’il part rejoindre la jeune femme, alors même qu’elle ne souhaite pas sa venue. L’escapade est truffée de contretemps, de plans miteux. Et de déconvenues autant que d’illusions imperméables aux évidences.

Un tout petit roman d’une centaine de pages, drôle et touchant, dans lequel l’auteur navigue avec aisance entre la narration, l’interpellation du lecteur, et des commentaires « off » qui ne manquent pas de sel.

Ce livre se lit rapidement, avec plaisir. Le personnage du cinquantenaire, entre deux âges, entre deux eaux, ses états d’âmes, sa fragilité émotionnelle, ses accès de fébrilité et ses efforts dérisoires pour masquer les effets du temps sont particulièrement bien restitués. Sans concession, mais avec douceur et beaucoup d’humour.

L’aveuglement dont le héros fait preuve pour nier qu’il est effectivement en train de « se prendre un râteau » devrait le rendre ridicule et pitoyable aux yeux du lecteur. Pourtant, l’effet est inverse : il est sympathique, émouvant et c’est avec une vraie tendresse qu’on l’accompagne dans l’inévitable déconfiture.

Josy Malet-Praud – 04/2010

Forums: Je m'attache très facilement

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Je m'attache très facilement".