La Voleuse de livres
de Markus Zusak

critiqué par Chou60, le 15 mars 2007
( - 29 ans)


La note:  étoiles
Extraordinaire
Voilà une histoire magnifique qui se déroule en Allemagne durant la seconde guerre mondiale. Liesel, une petite fille, est recueillie par Hans et Rosa car sa mère ne peut pas s'occuper d'elle. Elle va apprendre à lire et va vivre sa passion des livres en se mettant à les voler. Dans le même temps, elle va connaître une relation très émouvante avec Max, un juif que ses parents adoptifs cachent dans leur cave. L'histoire est racontée par la Mort, ce qui donne à la fois un côté sombre et cynique. Dès le début on entre dans un monde duquel il est difficile de sortir. On évolue au rythme des sentiments des personnages, très présents. Pour Liesel, les livres sont un vrai moyen de s'épanouir. Ils deviennent des compagnons qui l'aident dans la construction d'elle-même. Très jeune, elle est confrontée à des problèmes difficiles pour lesquels il lui faut une grande maturité. Un livre très original, une couverture vraiment travaillée, bref une vraie découverte.
Mort, où est ta victoire ? 8 étoiles

Vivement recommandé par les lecteurs de Critiques Libres, je me suis fié à leurs avis et j’ai commandé le livre dont je ne connaissais pas l’auteur. Je dois dire que je ne suis pas déçu et que l’œuvre est un petit bijou de poésie et d’humanité. Les personnages sont poignants, tous apportent un accent de sincérité, de vérité et d’humanité (excepté le sieur Hitler, bien entendu). Mais celui qui marque vraiment l’esprit du lecteur, qui charme par sa gentillesse et sa compréhension, c’est le narrateur, c’est-à-dire la Mort elle-même. Quel dur combat doit combattre cet être pour emmener toutes les âmes, pour tenter de comprendre les agissements des humains, les aider à « passer » sans trop de souffrance ou d’injustice !
Ce procédé -ainsi que de nombreux autres, comme le recours aux dessins ou aux commentaires off issus de dictionnaires ou de livres- apporte un réel soulagement face aux atrocités bien connues des nazis, du sieur Hitler, du genre humain en général et fait de ce livre un message d’espoir comme chacun des livres volés par la petite Liesel. Je recommande AUSSI !

Ardeo - Flémalle - 69 ans - 24 janvier 2017


Bouleversant 10 étoiles

L'histoire de Liesel est tout simplement bouleversante et nous entraîne dans une période très sombre de la seconde guerre mondiale, puisque même la mort, la narratrice, est débordée... On découvre avec elle les différents personnages du roman, vivants d'abord, puis quand elle vient prendre leurs âmes. Un sujet fort, la guerre est vue du côté allemand et on sympathise très vite avec les protagonistes. Préparez vos mouchoirs! La fin est d'une tristesse!
Par contre, je ne comprends toujours pas pourquoi ce livre est dans le rayon jeunesse de ma bibliothèque...

Flo29 - - 45 ans - 5 juillet 2016


Souffle coupé! 10 étoiles

Le contexte est original. Pour une fois, cela se passe dans une rue allemande, au coeur même de l’Allemagne nazie, pendant la seconde guerre mondiale. Pour une fois, les allemands ne sont pas diabolisés! Cependant leur image prend un bon coup! Dans cette Allemagne égratignée par le règne du Führer, vit Liesel, fille confiée par sa mère à une famille quelconque. Rosa lave et repasse du linge pour les riches du coin, lui, Hans, est artisan peintre et accordéoniste le soir venu.

Liesel va devoir combattre ses démons, apprendre à lire, apprendre à aimer la lecture, voler des livres, jouer au foot et donner des raclées quand ce sera le moment.

Tous ces moments du roman sont "beaux", sont "parfois tristes", mais surtout nous oppressent. Car la mort, narratrice du roman, fait monter le suspense comme dans un de ces films au cinéma. On imagine aisément un fond sonore nous happer avec passion dans l'histoire, nous angoisser.

La fin du livre m'a mis les larmes aux yeux.

Ce roman est un des meilleurs que j'ai jamais lu!

Mcchipie - - 40 ans - 27 novembre 2014


superbe 9 étoiles

Voilà un livre magnifique que j'ai lu après avoir consulté les critiques. Comme pour d'autres livres qui m'ont beaucoup touchée, je ne suis pas prête à voir l'adaptation au cinéma tout de suite après la lecture, un temps de détachement paraît nécessaire avant.
Je n'ai pas d'autre chose à ajouter aux critiques précédentes, très intéressantes pour un livre magnifique !
Je conseille vivement sa lecture à tous.

Ournina - - 35 ans - 2 juin 2014


Original mais des longueurs 8 étoiles

« Quand la Mort vous raconte une histoire, vous avez intérêt à l'écouter » certes le procédé est original car la narratrice de cette histoire est la Mort elle-même. Cependant, même s'il faut saluer l'originalité, je dois reconnaître que ce procédé a plus desservi l'histoire, à mon sens.

Déjà la Mort, ici, s'approprie des sentiments, très voir trop humains. La Mort qui fait de la poésie, qui fait de l'humour et gna gna : j'ai trouvé tout ça un peu puéril et stérile. Et puis, la Mort nous spoile à de trop nombreuses reprises l'histoire. Et là, elle est vraiment pas sympa la Mort !!!

L'histoire se perd parfois dans des digressions qui m'ont irritée alors que je la trouvais attachante avec des personnages tout en nuances et particulièrement réussis, comme Liesel, la petite voleuse de livres, comme Hans si bon et si doux, comme Rosa si bourrue en apparence et toujours un juron à la bouche, comme Rudy avec ses cheveux couleur citron, comme Max ce Juif si doux caché dans la cave des Hubermann.

Ce que j'ai aimé également dans cette histoire c'est qu'on nous montre que non : tous les Allemands n'étaient pas des Nazis prêts à tout pour gagner la guerre. C'est très touchant de voir que beaucoup d'Allemands ne comprenaient pas pourquoi il leur fallait tout à coup haïr des personnes qu'ils avaient toujours côtoyées et appréciées sous prétexte qu'ils étaient Juifs. Et que beaucoup ne voulaient également prendre la carte du parti sous peine de très sévères représailles.

Il y a de nombreux moments très marquants et très cinématographiques dans ce livre et cela ne m'étonne guère qu'il soit désormais sorti au cinéma. Cependant je pense qu'il doit être plus direct dans l'émotion car même si à de nombreux moments j'ai été touchée je n'ai pas pleuré une seule fois, je pense que c'est très certainement dû aux digressions trop présentes.

Même si j'ai aimé ce livre je ne partage pas l'engouement général au point d'en faire un coup de cœur. Le style parfois un peu lourdaud y est très certainement aussi pour quelque chose. Mais ce qui est sûr c'est que je ne suis pas prête d'oublier les personnages de ce roman.

Monde imaginaire - Bourg La Reine - 44 ans - 20 avril 2014


Poignant.Inoubliable. 10 étoiles

Poignant est bien le terme qui convient le mieux pour évoquer mes émotions: ce livre vous étreint le coeur à chaque instant et l'on est souvent au bord des larmes.

Un livre où la Mort, personnifiée, dont la "compagnie" , tout au long du récit, se révèle objective, sage, émouvante jusqu'aux larmes, face à ces humains qui, pour elle, peuvent être, inexplicablement, tout à la fois "magnifiques" et "abominables", d'une bonté, d'une générosité infinies et terrifiants de cruauté.

Tout a été dit précédemment sur ce livre et que pourrais-je ajouter sinon: lisez-le!!!!!!

Oui, vous en sortirez bouleversé(e)s mais, paradoxalement, c'est une lecture qui nous "grandit", nous apaise.

Car, la Mort le dit fort justement: "Je m’étonnerai toujours de ce dont les humains sont capables, même quand les larmes les aveuglent et qu'en titubant et en toussant ils continuent à avancer, à chercher, à trouver.".

INOUBLIABLE.

Provisette1 - - 5 ans - 1 janvier 2014


Les mots et la mort 9 étoiles

La mort racontant une histoire est un angle de vue très original, d’autant qu’elle est poétique et presque sympathique dans sa façon de voir les choses.
On suit grâce à elle la vie de Liesel étonnamment candide et fraîche compte tenu du contexte (la guerre 39/45, sujet plus qu’éculé), mais cette fois du côté civil, dans un quartier pauvre en Allemagne. L’écriture est souple, agréable et le cadeau de Max, le Juif que ses parents cachent chez elle, qui pourrait être un « Le Nazisme expliqué à ma fille » de façon très douce et imagée est magnifique.
La fin m’a fait pleurer, je suis toujours étonnée d’avoir tant d’émotion avec un bouquin.

Lindy - Toulouse - 39 ans - 19 juin 2013


Très belle lecture ! 9 étoiles

C’est une lecture très prenante et qui tirera facilement quelques larmes aux plus durs, car on ne peut qu’aimer Liesel, Rudy, Rosa, Hans et Max, et désirer qu’ils s’en sortent tous intacts. Mais, la guerre est rarement clémente. Les thèmes abordés: l’amitié, l’amour, la mort, le pouvoir des mots et la dualité des êtres humains (capables du meilleur, comme du pire) en font un livre essentiel dans la bibliothèque d’un ado, par exemple.

Seul problème, la mise en page un peu lourdingue avec ses incises en police grasse qui n’apportent pas grand-chose au récit.

Mithrowen - La Chaux-de-Fonds - 28 ans - 2 juin 2013


Pas mal sans plus 7 étoiles

Après avoir lu toutes les critiques positives, j'ai acheté ce livre en espérant être transportée..

Je suis un peu déçue, je dois le reconnaitre.

Je ne trouve pas que le livre soit spécialement bien écrit... Peut-être est-ce un problème de traduction..

A aucun moment, je n'ai été transporté par la narration de la mort.. ni même trouvé qu'elle était crédible.

Je reconnais même que je me suis surprise à plusieurs reprises à oublier qui était le narrateur.

Certes, le livre se lit sans difficulté mais dans une écriture un peu pauvre et qui ne retransmet pas l'intensité des émotions...

Quant à l'histoire, elle n'est pas très originale pour une lectrice assidue de l'époque du nazisme.

Le personnage de Liesel est tout de même attachant et la force de l'ouvrage reste dans la relation forte de Liesel, avec Max et Hans .

Jaimeoupas - Saint gratien - 45 ans - 18 mars 2013


Les mots et Liesel 10 étoiles

Les mots. Les mots et leur force... C'est la première chose qui me vient à l'esprit après avoir lu ce livre. C'est une histoire très poétique et ébranlante! Une histoire sur la vie, la mort, la survie, les mots, l'art d'utiliser les mots, l'art de voler des livres, savoir s'accrocher à ce qui nous tient à cœur et affronter sa vie, les événements... Une histoire où l'on comprend la signification des choses, la peur et combien le moment présent peut être précieux. Savoir regarder la mort en pleine face! C'est l'histoire d'une "secoueuse de mots", Liesel Meminger. Une fille qui nous secoue de sa propre histoire, riche en émotions! Une description impeccable comme vous n'en aurez jamais lu «Aujourd'hui, Max, le ciel est bleu, avec un gros nuage allongé qui ressemble à une corde, et, au bout de cette corde, le soleil fait un trou jaune...». Une histoire de joie de tristesse, de dure vérité dans l'Allemagne Nazie remplie de désespoir et d'espoir. C'est un livre à apprécier et à savourer comme la mort savoure le ciel noir chocolat ou rouge sang pour ce distraire de son travail pénible et sans répit, surtout dans cette période de l'histoire, car la mort est hantée par les humains. Ce que "la voleuse de livre" conclut: «J'ai détesté les mots et je les ai aimés, et j'espère en avoir fait bon usage.» Un livre pour réfléchir, un livre avec de l'histoire, un livre de vérité humaine et d'époque. Un livre à narration originale et unique pour ce livre unique. Cette histoire touchante est définitivement à lire. «Tant d'êtres humains. Tant de couleurs.» «Ils étaient français, ils étaient juifs et ils étaient vous» «Peur: Émotion pénible et souvent forte causée par l'anticipation ou la prise de conscience d'un danger.» «L'une était une voleuse de livres L'autre vola le ciel» «Deux semaines pour changer le monde et quatorze jours pour le détruire.» «1,55m X Instrument X Silence» «Les humains ont au moins l'intelligence de mourir.»
«Je vais vous montrer quelque chose.»
Les mots.

Lolnyny - - 19 ans - 17 mars 2013


Recommencer sa vie, encore et toujours 6 étoiles

La mort nous raconte 4 ans de la vie de Liesel de sa 10e à sa 14e année, soit de 1939 à 1944 dans une petite ville d’Allemagne en guerre. Par petites touches, la chasse aux communistes puis aux juifs est racontée. La guerre avec son cortège de privations dues à l’absence de travail puis aux bombardements forment d’autres éléments de sa vie mais restent en toile de fond. Car la préoccupation de cette fillette qui n’a pas peur de se battre et a de la répartie, tourne principalement autour du foot avec ses copains et de la lecture grâce aux livres qu’elle vole.

Le ton sonne toujours juste, léger et profond à la fois. On visualise très bien les situations présentées car l’auteur sait nous les faire imaginer grâce aux détails dont il parsème les pages.

La lecture est agrémentée d’incises avec une typographie différente qui éclairent le caractère des personnages. Une autre touche d’originalité est apportée par quelques illustrations et un conte, avec encore un autre type de police.

A mettre entre toutes les mains.

IF-0512-3891

Isad - Saint-Germain-en-Laye - 57 ans - 3 juin 2012


Le pouvoir des mots 9 étoiles

Une fable racontée par la Mort elle-même, qui a été interpellée par l'histoire d'une petite fille...

L'histoire de Liesel Meminger, 9 ans, qui arrive dans une famille d'accueil, peu de temps après avoir quitté sa mère, persécutée par le régime, et vu son frère mourir. Elle fait des cauchemars toutes les nuits ; heureusement que son père Hans est là pour la veiller et lui faire « la classe de minuit ». Elle va trouver dans la lecture une passion et surtout un moyen de s'évader.

S'évader, c'est essentiel lorsque que l'on a vécu autant d'événements traumatisants qu'elle, lorsque l'on se trouve sous l'Allemagne nazie, sous les bombes et de surcroît dans une famille pauvre. On se contente alors de peu, et on profite des petites choses que la vie nous offre: des parents loufoques mais attachants, un petit air d'accordéon, une soupe quotidienne, un meilleur ami avec qui faire les 400 coups, des jurons à tout-va, un ami juif qui sait dessiner, des livres qu'on lit et relit en boucle...

On assiste au défilé des juifs pour les camps de concentration, à la formation des jeunesses hitlériennes, aux coups des bombes pendant la seconde guerre mondiale... pour une fois, on a une idée de la façon dont cette guerre a été perçue par les Allemands lambda, et si on en doutait encore, du travail considérable de la Mort à cette époque.

La Mort a une curieuse façon de raconter ces événements, elle le fait tantôt avec humour, tantôt avec tristesse ; avec en outre une volonté didactique -des synonymes, définitions et traductions par ci, des dessins par là-sous forme de courts chapitres, qui rendent la lecture très agréable. Sa manière originale de nous faire découvrir cette histoire rend le roman inclassable en terme de cible : à mi-chemin entre le roman pour enfant et pour adulte, ce roman est fait pour tous ; il nous montre la puissance des mots sous bien des aspects.

Psychééé - - 29 ans - 30 mai 2012


La plus belle histoire que j'ai lue depuis longtemps. 10 étoiles

Tout dans ce livre m'a plu:
-Le narrateur qui n'est autre que la mort.
-Liesel ses parents et son copain qui sont des personnages entiers et attachants.
-L'histoire en elle même très touchante.

On voit pour une fois le quotidien des allemands civils pendant cette guerre, et la difficulté de la vie outre Rhin à cette époque. Ça change du point de vue habituel de la seconde guerre mondiale.

Je n'ai qu'une chose à dire en fait : il faut le lire.

Âmes sensibles s'abstenir...j'ai pleuré à la fin.

Kitie 67 - - 29 ans - 24 mars 2012


Les Allemands n'était pas tous des nazis ! 10 étoiles

Ce livre est bouleversant car il est poignant jusqu'aux dernières lignes. A travers l'histoire de cette petite fille qui vole des livres, on découvre un autre visage de l'Allemagne nazie. L'auteur a fait le choix de nous faire sa narration à travers les paroles de la Mort, ce qui donne un côté léger à cette ambiance lourde.
Un roman plein d'émotions qui nous prennent à la gorge, tant l'auteur a su nous faire partager tous ses sentiments. On rit, pleure, s'indigne, s'énerve devant les aventures de Liesel Meminger. On ne peut pas rester indifférent en lisant ce livre, c'est un grand roman qui donne toutes ses lettres de noblesse à la littérature.

Laurent63 - AMBERT - 43 ans - 13 décembre 2011


Un livre poignant... 10 étoiles

Avant de commencer le livre, je ne m'attendais pas vraiment à cela je dois l'avouer. Je ne sais pourquoi mais j'avais décidé que ce livre comporterait une part de fantastique..
Et il n'en est rien, bien au contraire...
Si l'on omet le (tout) petit détail original de la Mort comme Narratrice (pour ma part j'ai vite oublié que c'était la Mort qui me parlait, happée par l'histoire de Liesel.) ce livre est un véritable témoignage de l'Histoire qui m'a touché...
Le point de vue d'une enfant allemande est très intéressant. pas de pathos larmoyant dans le livre.. La guerre est décrite comme elle est vécue à l'instant... On ne cautionne pas toujours tout, mais on apprend à se taire...
Qu'aurions nous fait nous à leur place? Bien prétentieux qui pourrait y répondre catégoriquement...
On réalise que derrière l'atrocité des guerres, le monde continue de tourner, les gens continuent de vivre... Chacun essaye à sa façon de se préserver, chacun vit avec la culpabilité de l'égoiste geste de vouloir se préserver...

Ce livre a quelque chose de magique, l'atmosphère dépeinte est fascinante... Je l'ai refermé avec un goût de regret dans la bouche... J'aurais voulu continuer avec Liesel, Rudy, Max, et ce personnage qui m'a tant bouleversée, Hans Hubermann...

Un très beau livre...

Akhessa - - 31 ans - 30 août 2011


Liesel Meminger 8 étoiles

Découvert là encore par l'intermédiaire de CL et poussé par les critiques élogieuses des autres lecteurs, "la Voleuse de Livres" est un bien beau roman, vraiment touchant, la fin m'ayant tiré des larmes je dois l'avouer.
L'histoire de Liesel, de sa vie, de ses parents adoptifs, de son ami Rudy, personnage particulièrement poignant, est vraiment prenante. Le contexte historique (Allemagne nazie) est bien exploité, le tout sans tomber dans le jugement de ce peuple, ce qui à mon avis aurait été un piège.
De plus l'originalité de la narratrice, la Mort en personne apporte un certain plus au roman. Bref l'histoire de LA voleuse de livres est vraiment à découvrir dans les quelques 600 pages que compte le livre.

Sundernono - Nice - 34 ans - 16 mai 2011


Une référence 10 étoiles

Ce livre restera gravé dans ma mémoire et fait partie des dix livres que j'amènerais avec moi sur une île déserte!
Tout est bien ficelé. L'histoire est riche, la construction originale, le style est poignant d'émotion, le suspense est moteur d'une chronique de la vie quotidienne en temps de guerre...
Un tout petit bémol sur les quarante premières pages.

Paquerette01 - Chambly - 46 ans - 22 avril 2011


Les mots qui sauvent la vie 8 étoiles

Si j’ai lu La voleuse de livres, c’est bien parce que le roman figurait au palmarès de Critiques Libres pour 2010 !!

La couverture et la 4e de couverture du livre m’avaient donné l’impression qu’il s’agissait d’un ouvrage ayant quelque chose à voir avec le paranormal ou le gothique, qui n’avait donc, à priori, rien pour me séduire …….

J’ai découvert une parabole sur le pouvoir de la lecture qui, même si elle est, comme toute fable, démonstrative, reste bouleversante tant par sa gamme de personnages attachants que par la fonction apaisante, presque maternelle de la Mort, l’employée d’un dieu qui sait à la fois s’indigner de ses conditions de travail pendant les bombardements et au camp d’extermination et tout faire, telle une Pietà, pour rendre le moment du passage le plus doux possible . « J’ai recueilli leur âme comme si elle venait de naître . J’ai même embrassé les joues lasses et empoisonnées de quelques uns … j’ai contemplé leurs visions d’amour et je les ai libérés de leur peur »

Une petite réserve, cependant,….. J’ai été agacée par la présence récurrente des termes Papa et Maman pour désigner les parents adoptifs de Liesel . L’emploi de ces mots , par la narratrice qu’est la Mort , qui bascule alors de son point de vue sur celui de l’enfant, paraît puéril, quelque peu incongru et semble fait pour forcer la sensibilité du lecteur, susciter un attendrissement qui tire alors le roman vers le pathos .

Une histoire qui laisse des traces , qu’on ne peut oublier une fois le livre terminé et qui montre que , contrairement à ce qu’affirmait en son temps André Gide, on peut faire aussi de la bonne littérature avec de bons sentiments

Alma - - - ans - 28 décembre 2010


Un vrai coup de coeur 10 étoiles

Il y a les bons livres, les très bons livres et les livres inoubliables... Et celui là je ne suis pas près de l'oublier!
Un livre bouleversant, des tranches de vie poignantes, on s'attache très vite à tous ces personnages et on ne peut que maudire l'horreur de la guerre!
Je m'arrête à 5 étoiles car la notation ne permet pas d'aller au-delà et c'est bien dommage!

Florian1981 - - 35 ans - 27 décembre 2010


De la tendresse dans une période aussi sombre... 10 étoiles

Dans cette période aussi lugubre et dramatique que le fut le nazisme, l'auteur montre ici les côtés humains de chacun: accueillir une petite fille inconnue, la cacher, la nourrir alors que l'on risque sa vie et celle des siens; puis la découverte du plaisir de lire, au delà des interdits...Tout m'a plu dans cette histoire magnifique !

MichèleK - - 64 ans - 20 octobre 2010


Les mots peuvent parfois changer les choses 8 étoiles

L'idée de prendre la mort comme narratrice est non seulement originale mais également intéressante car elle offre au lecteur un recul et une position qui lui permettent de saisir toute l'atrocité, la stupidité de la guerre et de ce qu'elle peut engendrer.
Au départ, je me suis dit: encore un récit sur la guerre, un thème consacré aux nazis, à une amitié impossible... sujet souvent vu et auquel il m'arrive régulièrement de reprocher une certaine facilité car face à cela, qui pourrait rester insensible et ne pas verser une larme ?
Markus Zusak n'évite pas totalement cet écueil et la fibre du pathos me semble par moments un peu trop titillée, mais il compense largement cela par l'humanité des personnages et la beauté de son histoire.
J'ai par exemple apprécié cette narration qui offre au lecteur la possibilité de se placer dans la peau d'un autre (justement par ce recul dû à la Mort qui parle). Histoire de mieux comprendre pourquoi telle ou telle personne agissait de la sorte, pourquoi tel Allemand pensait ceci et faisait cela... il n'est pas toujours simple de replacer les éléments dans leur contexte car il n'y a ni justice ni vérité dans de telles barbaries.
A l'image du magnifique "Seul dans Berlin" de Hans Fallada, Markus Zusak nous ouvre les portes vers un univers de tolérance et de compréhension, afin que nous ne condamnions pas sans savoir et afin que nous "sachions" le passé pour mieux préparer l'avenir.

Sahkti - Genève - 43 ans - 30 septembre 2010


Original et bouleversant 9 étoiles

Un roman bouleversant sur les atrocités de la guerre. Une narration très originale (c’est la mort qui raconte l’histoire !). A conseiller incontestablement à ceux qui veulent sortir des sentiers battus !

Nb23 - Bruxelles - 50 ans - 26 août 2010


Saloperie de guerre... 8 étoiles

Vraiment une très belle histoire, je l'ai fini avec une boule dans la gorge ! De prendre la Mort comme narratrice, c'est une idée originale qui va très bien avec le contexte dur et déchirant de la Seconde guerre mondiale.

A chaque fois que je lis un livre sur cette guerre, je me dis quelle saloperie, quelle connerie cette guerre. Heureusement ce n'est pas vraiment une histoire triste puisqu'il y a de l'amour de ses parents "adoptifs", l'amitié avec ses amis. On s'attache à Liesel, à ses parents, à ses amis...

C'est un livre qu'on peut découvrir très jeune parce que l'écriture est simple. J'ai quand même été agacée par quelques tournures, quelques moments qui faisaient moins naturels, ça m'a même fait poser le livre plusieurs fois...

Vraiment un livre que je conseille à tous !

(Je fais ma chipoteuse mais le texte des pages peintes en blanc du Mein Kampf est bien en anglais ? (Curieux si ça se passe en Allemagne. Peut-être n'est-ce que l'édition Pocket ?))

Shan_Ze - Lyon - 34 ans - 24 août 2010


La mort lui va si bien 9 étoiles

Un point de vue intéressant sous une belle histoire dans l'Histoire comme la seconde guerre mondiale en a inspiré des milliers.
Liesel, ado allemande vivant rue Himmel à Molching lors de la seconde guerre mondiale. Son quotidien, ses rencontres, ses larcins et autres péripéties... et ses interrogations, ses doutes, sa culpabilité ainsi que celle de ses proches. Ce n'était pas simple de l'autre côté de la frontière, la souffrance est bien là, les Nazis s'en chargent.

C'est un très beau texte, joliment écrit. Avec beaucoup de subtilité, l'auteur parvient à nous laisser à distance et ne pas tomber dans le pathos tout en nous gardant pas loin afin d'être suffisamment impliqué par le sort de ces gens, tous attachants (chapeau bas pour ça).

El grillo - val d'oise - 43 ans - 25 juin 2010


très sympathique lecture! 8 étoiles

La Voleuse de livres de Markus Zusak a obtenu le prix Millepages Jeunesse décerné par les librairies Millepages.C'est effectivement un de ces livres qui convient parfaitement, à mon sens, à des lecteurs à partir de l'âge de 12 ans. Ce qui ne veut pas dire que des adultes ne puissent pas éprouver du plaisir à le lire, bien au contraire. Je partais un peu suspicieuse, et n'ai pas pu m'arrêter.Bien sûr, c'est "fabriqué", mais tout l'est. L'essentiel sont les émotions suscitées, et vraiment, je serais contente que beaucoup d'ados lisent ce roman.

Cette histoire se déroule dans l'Allemagne nazie -, le lecteur est transporté à Molching, non loin de Dachau. La Mort est la principale narratrice. L'auteur l'a voulue pince-sans-rire - « Je n'ai pas de faux, ni de faucille », précise-t-elle - et omniprésente.Et , ce n'est pas une mauvaise idée, annonçant à l'avance les noms de ceux qu'elle va emporter..En cette époque troublée, la Mort est un peu débordée, il lui faut s'organiser..

L'héroïne est une petite fille, Liesel, confiée à une famille peu avant la guerre, famille d'adoption, les Hubermann. Car le père de Liesel, un communiste, a disparu ; sa mère est trop pauvre pour s'occuper d'elle. D'un ton laconique, la Mort raconte comment elle a fauché le petit frère de Liesel. Il avait à peine 6 ans. « Un train roulait à toute allure. Bondé d'être humains. Un enfant de 6 ans mourut dans le troisième wagon. » L'unique réaction de la petite Liesel, face à cette tragédie, est de saisir un livre tombé dans la neige. Le Manuel du fossoyeur - puisqu'il est dit que la Mort a le sens de l'humour - sera sa première lecture.
La voleuse de livres en "volera" 14, et tous seront détournés de leur fonction initiale ( Mein Kampf servira à sauver un Juif..). Et ayant appris à lire avec ce Manuel du fossoyeur, Liesel, pendant les bombardements sur l'Allemagne, lira tous les ouvrages qu'elle possède dans les abris . . Lire, c'est conjurer le sort et rester vivant.
Déclaration d'amour à la lecture,aux liens familiaux,à la solidarité humaine. Jamais trouble, quelquefois très dur, et souvent plein d'humour.

Paofaia - Moorea - - ans - 22 mai 2010


La mort n’a jamais été aussi humaine 10 étoiles

Il est étrange qu’un roman qui vise à raconter l’Allemagne nazie avec détachement et pudeur puisse en arriver au résultat totalement inverse. Les personnages sont attachants. Chaque petit moment anodin de leur vie est fascinant. Les thèmes – amitié, culpabilité, société, violence – sont abordés avec une grande finesse.

Une histoire triste mais si belle. Pour moi, un roman exceptionnel. Et je suis heureux de constater le succès qu’il a rencontré auprès des jeunes.


(Prix Boeke, M.L. Printz, Daniel Elliott, Book sense)

Aaro-Benjamin G. - Montréal - 48 ans - 21 mai 2010


Sobre 6 étoiles

Tout d'abord, je dois préciser que j'ai lu ce livre car il était sélectionné pour le concours CL des livres étrangers. Sinon, je ne l'aurais je pense jamais ouvert, le résumé et la couverture ne m'attirant absolument pas.

L'idée que le narrateur soit la mort m'a laissée au début perplexe. Cependant ce guide totalement omniscient nous permet de ne jamais être perdu dans l'histoire, et de suivre très facilement tous les propos et toutes les péripéties de l'ensemble des protagonistes.
Le thème est bien sûr du déjà vu et revu, mais on ne s'en lasse pas tellement cette période est lourde d'histoire.

Je n'ai pas grand chose à dire sur ce livre. Je l'ai parcouru très vite sans m'y attacher. Quelques passages me semblent un peu inutiles. L'écrivain mène parfaitement bien son récit et ses intrigues, mais l'écriture reste sobre, trop sobre.
J'aurais préféré ce livre beaucoup plus jeune, au début de mon adolescence, où le personnage de Liesel aurait sans doute suscité plus d'empathie chez moi.

Elya - - 27 ans - 13 mai 2010


La Mort sous un autre angle 10 étoiles

L'histoire se passe, pendant la guerre, dans une Allemagne nazie.
La petite Liesel arrive dans une famille nourricière.
Elle va faire connaissance avec sa nouvelle famille et ses nouveaux amis.
Elle devra aussi affronter bien des malheurs...
Tous ces personnages sont touchants.
Et la narratrice est surprenante : la Mort.
D'ailleurs bien différente de ce que l'on imagine.
Elle a du cœur!

"Il me touche, ce gamin. A chaque fois. C'est son seul défaut. Il me fend le cœur. Il me fait pleurer."

Un livre qui marque et que l'on conseille.

Koudoux - SART - 53 ans - 8 mai 2010


Bof 4 étoiles

Je n'ai pas accroché. Il y a des situations inintéressantes qui n'apportent rien à l'histoire. La fin est bâclée.

Sosa263 - - 38 ans - 2 mai 2010


Super 10 étoiles

Que ce soit la mort qui raconte l'histoire change un peu de l'éternel : un juif et un allemand deviennent amis en pleine seconde guerre mondiale ! J'ai adoré ce roman et je le recommande à tous !!

Ryfia84 - - 22 ans - 27 mars 2010


La mort en narratrice … 7 étoiles

La mort, personnifiée, est présentée dans ce roman comme une personne somme toute banale, bien élevée, qui nous raconte son travail ; celui de venir récupérer les âmes des mourants. Evidemment elle est à la peine durant cette seconde guerre mondiale, années 40. Pour tout dire, elle n’arrête pas. Et elle croisera à trois reprises le chemin de Liesel, une fillette allemande pas vraiment née avec une cuillère dorée dans la bouche ! La troisième sera la bonne mais voilà du coup la mort tentée de nous raconter l’histoire de Liesel, qui va très vite être qualifiée de « voleuse de livres ». Un coup un peu à « L’ombre du vent ». Une héroïne et les livres en vedette.
La technique narratrice est originale, un peu genre « Chroniques de San Francisco » d’Armistead Maupin ; de très courts chapitres comme autant de chroniques. C’est écrit simplement et le style ne laisse pas de souvenirs marquants. Ca « coule » facile. Très « politiquement correct », sans trop de surprises et avec presque une Happy End, pour autant que la mort puisse nous conter une Happy End !
Liesel entame au plus mal sa vie sur terre puisque, un peu avant le déclenchement de la guerre, on commence par la trouver dans un train, emmenée par sa mère, et théoriquement son petit frère, dans une ville lointaine pour être confiée à Hans et Rosa Hubermann, parents adoptifs. On comprend que la mère n’est pas en odeur de sainteté avec le pouvoir nazi et qu’il s’agit là de sauver ses enfants. Théoriquement pour le petit frère puisqu’il s’agit de la première rencontre entre la mort et Liesel ; le petit frère meurt pendant ce voyage. Dans son malheur, Liesel a une première chance puisque Rosa, la mère adoptive, qui apparait de suite comme une marâtre, se révèlera une femme de bien qui tente, parmi d’autres, de survivre dans une Allemagne nazifiée où il ne fait pas bon ne pas appartenir au Parti. Et si Rosa peut passer d’un premier abord pour une marâtre, Hans, le père adoptif, se révèle très vite atypique, sympathique et une bouée pour la très jeune Liesel, même s’il n’est pas, lui non plus, en odeur de sainteté côté parti Nazi.
Markus Zusak va ensuite dérouler l’histoire de l’Allemagne jusqu’à arriver à la guerre. C’est une œuvre historique en quelque sorte sous couvert de l’histoire de Liesel racontée par la mort.

Tistou - - 61 ans - 26 mars 2010


La Mort, narratrice !! 10 étoiles

cette histoire qui nous inspire sur le courage de la petite fille qui devait garder l'existence de max un secret ce qui n'a pas du être toujours facile. J'ai lu ce livre d'un bout à l'autre en une journée et aller manger était une épreuve car je ne voulais pas laisser aller Liesel qui est si attachante.

A-Julie - Québec - 24 ans - 15 mars 2010


Merveilleux, Magnifique, Superbe. 10 étoiles

Cette histoire est belle et touchante. J'ai adoré ce livre qui est je pense mon préféré, j'aime les moments de tendresse entre Liesel et son père dans le sous-sol où il lui apprend à lire. Quand elle reste des heures avec Max à lui parler du temps qu'il fait dehors et les mots croisés des journaux trouvés dans les poubelles... un mot : SUBLIME.

Lucie_567 - - 30 ans - 28 février 2010


Extraordinaire 10 étoiles

Tout abord merci aux lecteurs et aux prix des lecteurs de m'avoir fait découvrir ce roman.
Un beau et bon livre plein d'humanité, au travers d'une petite fille Liesel, personnage central, laissé par sa mère à une famille nourricière, la famille Hubermann ( Rosa et Hans) dans l'Allemagne nazie. Elle vole son premier livre pendant le trajet, c'est celui du fossoyeur (lors de l'enterrement de son petit frère), alors qu'elle ne sait pas encore lire, c'est Hans qui lui apprendra . C'est aussi - l'amitié entre Liesel et Rudy (voisin et obsédé par Jesse Owens athlète noir américain) - sans oublier la femme du Maire qui jouera un rôle important avec les livres - Max l'ami juif caché pendant des mois - c'est aussi la mort qui accompagne tout le livre. Tous les personnages sont attachants.
De plus l'auteur a su nous donner un aperçu de la vie des gens pendant cette période tragique de l'Histoire.
Un livre remarquable, à ne pas rater.

Dudule - Orléans - - ans - 16 février 2010


L'Allemagne nazie pendant la guerre 9 étoiles

Ce livre est un des plus beaux récits sur la guerre et l'Allemagne nazie que j'ai pu lire : l'histoire se passe dans une petite ville proche de Munich, plus précisément dans une rue, dans un quartier pauvre, où les gens vivent proches des autres. A travers ces quelques familles, l'auteur dépeint de manière superbe toute la misère humaine, mais aussi la bonté et la courage.

Ce qui est original ici, c'est que la narratrice du roman est la Mort. Et le récit est raconté à-postériori, ce qui fait que les morts sont en général annoncés en avant dans l'histoire, afin de nous aider à nous y préparer ! Et c'est bien nécessaire, tellement les personnages sont attachants. Pour réagir aux autres critiques, je trouvais au contraire réussies les considérations (qui prennent peu de place de toute façon) de la mort.

Ce livre, c'est une petite merveille d'humanité et une histoire superbement racontée. Merci CL et le prix des lecteurs de m'avoir fait découvrir cette merveille !

Saule - Bruxelles - 52 ans - 10 janvier 2010


« Peut-on voler le bonheur ? » 9 étoiles

« On était en janvier 1939. Elle avait neuf ans, presque dix. Son frère était mort. » Liesel arrive dans une famille d’accueil en Bavière, près de Munich, sous les fumées de Dachau, où elle est accueillie par un couple à la tendresse un peu rude même si le nouveau papa éprouve une réelle tendresse pour cette pauvre gamine égarée loin des siens qui n’avaient pas la chance de penser comme il le fallait à cette époque. Le voyage avait été sévère, dans un train glacial où le petit frère ne résista pas et fut emporté par la mort qui fit ainsi connaissance avec Liesel et la retrouvera deux fois encore pour réunir les trois couleurs du drapeau maudit : le blanc dans la neige où fut enterré le petit frère, le noir de la carlingue d’un avion écrasé au sol et le rouge du ciel Munich en feu. Et ce dernier jour la mort trouvera le cahier que la fille avait écrit pour raconter son étrange histoire.

Cette petite Saumensch comme l’appelait sa maman de remplacement, mène en Bavière la vie de n’importe quelle gamine de dix ans vive, dégourdie et même un peu têtue. Elle ne sait pas lire et son nouveau papa qui vient la consoler la nuit quand le cauchemar récurrent de la mort du petit frère vient mouiller ses draps, déploie des trésors de patience et d’imagination pour lui faire apprendre les mots qu’elle sait mettre sur les choses mais qu’elle ne comprend pas forcément, elle sait bien, par exemple, que « kommunist » est un mot lourd qui peut faire mal et qui a peut-être fait souffrir son père. Les mots deviennent ainsi progressivement images, outils, remèdes, armes, ils prennent une certaine matérialité, une concrétude qui les rend actifs, utiles et même dangereux mais aussi indispensables pour dire, raconter, apprendre et surtout transmettre pour ne pas oublier. La fillette devient vite amoureuse des mots qu’elle trouve dans les livres, elle a déjà ramassé un livre lors de l’inhumation de son petit frère, elle en subtilise un autre lors d’un autodafé mais il lui en faut d’autres encore qu’elle trouvera en catimini dans une bibliothèque privée.

Liesel traverse ainsi son adolescence en compagnie de son ami Rudy, ce Saukerl, avec lequel elle accomplit toutes les aventures initiatiques qui les conduisent vers l’âge adulte sans jamais dévoiler qu’un jour un boxeur juif est venu frapper à la porte de sa nouvelle maison. Ce boxeur changera sensiblement la vie de cette Saumensch en lui ouvrant une autre fenêtre sur le monde qui les entoure au son de l’accordéon de papa que le boxeur connaissait car cet accordéon avait déjà vécu une autre guerre.

Cette histoire pourrait ressembler à de multiples histoires racontées par ceux qui ont vécu la montée du nazisme dans les petites villes, comme Martin Walser sur le Bodensee, mais Zusak a mis en œuvre un processus littéraire très adroit en faisant raconter cette histoire par la mort, pas celle qui se promène comme un squelette recouvert d’un manteau noir et armé d’une faux, non, celle qui vient délicatement ramasser les âmes quand les hommes les font sortir des corps. « J’ai parcouru la planète comme d’habitude et déposé des âmes sur le tapis roulant de l’éternité. » Elle raconte la vie de ces deux adolescents en dix parties portant chacune le titre d’un des livres que Liesel a trouvés, volés ou reçus. C’est un moyen de mettre en scène la montée du nazisme dans ces contrées éloignées du pouvoir avec tous les poncifs que nous connaissons désormais parfaitement. Mais, c’est surtout un moyen de confronter l’humanité avec toutes ses tares, sa vanité, sa veulerie, son ambition mesquine, son immense bêtise, sa cruauté bestiale, … « Parfois ça me tue la façon dont les gens meurent. » peut dire la mort. Soixante ans après Fallada, Zusak nous fait comme une piqure de rappel pour que nous n’oubliions pas que tous les Allemands n’étaient pas des nazis, qu’il y avait parmi eux des justes et que tous les peintres en bâtiment ne sont pas forcément des monstres sanguinaires.

Ce livre, bourré de tendresse, d’amour de son prochain et d’humanité, a manifestement été écrit pour des adolescents mais il faut absolument le mettre dans les mains des adultes pour qu’ils puissent, comme les plus jeunes lecteurs, mettre des images sur les mots qui ont été colportés depuis plus d’un demi-siècle maintenant. Pour qu’ils puissent mesurer l’immense désespoir qui s’est emparé des jeunes qui ont vécu ces événements sinistres et dramatiques, même sans jamais pénétrer au cœur de l’horreur. « Désormais, je ne peux plus espérer. Je ne peux plus prier pour que Max soit sain et sauf. Ni Alex Steiner. Parce que le monde ne les mérite pas. » Pour qu’ils puissent aussi ouvrir une petite lucarne sur un avenir possible pour passer au-delà de la douleur qui semble être la seule récompense possible pour expier la faute de tout un peuple ou presque. Pour qu’ils puissent enfin penser que cette histoire, racontée par la mort, « fait partie de celles, aussi extraordinaires qu’innombrables que je transporte. Chacune est une tentative, un effort gigantesque, pour me prouver que vous et votre existence humaine valez encore le coup. » Pour que certains de ceux qui habitaient la rue Himmel, qui n’était pas le Paradis, puissent accéder au Ciel ! Ceux dont on peut dire il était « «tout juste un homme » … un homme juste !

« Même la mort a du cœur ! »

Débézed - Besançon - 70 ans - 8 janvier 2010


la voleuse de livres 8 étoiles

Un beau livre qui nous rappelle les spectres de la deuxième guerre mondiale et la destruction massive des livres par les nazis. Les sentiments des divers personnages sont décrits de manière admirable et on entre facilement dans l'histoire. Outre les quelques figures principales, il y a également la mort, présente tout au long du roman. Elle se joue de nous et nous rappelle sans arrêt sa présence. L'écriture est pure et touche. Un léger manque de profondeur est peut-être à relever, mais sinon rien à dire.

Alexis92 - - 25 ans - 20 juillet 2009


Très réussi ... 9 étoiles

... bien que je n'aie pas bien saisi l'intérêt des monologues de "la mort" que j'ai trouvé au mieux un peu puérils, au pire assez lourds.
Pour le reste l'histoire est très prenante et le contexte, l'atmosphère très très bien restitués.
Difficile de laisser tomber le livre très longtemps et de ne pas s'attacher aux personnages, même quelques uns des moins sympathiques (Saukerl !!).
Lisez le plutôt qu'une des grosses daubes à la mode du jour ... vous aurez tout l'été pour vous abrutir avec les romans de vampires ou les nouvelles japonisantes.

Nanardstef - - 40 ans - 28 juin 2009


merveilleux 9 étoiles

Un petit bijou sur une petite fille qu'on voit grandir à travers les yeux de la Mort en personne!!
D'une originalité époustouflante!

Matata59 - - 34 ans - 25 mai 2009


Quand la mort vous tient en haleine 9 étoiles

Et oui c'est elle qui vous raconte l'histoire.

L'apprentissage des mots dans un univers douloureux qu'est la guerre à travers les yeux d'une petite fille.

Un seul mot : magique...

Nanoulee - - 42 ans - 7 mai 2009


Un autre regard sur l’Allemagne nazie 9 étoiles

Voilà un livre qui me fait de l’œil depuis sa sortie, que ce soit par son titre et par son sujet.

L’histoire est celle de Liesel, qui, à la veille de la seconde guerre mondiale, est placée dans une famille nourricière, les Huberman, dans la ville de Mochling. On suivra son parcours pendant les années suivantes, auprès de Hans, son « papa », un peintre adorable, qui ne partagera jamais l’idéologie nazie, et sa mère, Rosa, qui sous des airs irascibles, cache un cœur d’or. Elle deviendra aussi l’amie de Rudy Steiner, obsédé par Jesse Owens, et toute sa famille.
Dès le début, elle vole un livre, alors qu’elle ne sait pas lire. Hans lui apprendra à lire et Liesel vouera une passion pour les mots, tout en découvrant leur pouvoir.

De nombreux avis négatifs ont notamment pointé le style d’écriture. Il faut savoir que la narratrice est la mort en personne. Non seulement, ce style ne m’a pas dérangé mais en plus, j’ai trouvé le mode de narration très original et plaisant. Certains détails, tels que les états d’âme de la mort ou le fait qu’elle pourrait avoir une apparence, m’ont semblé un peu de trop, mais n’ont en rien gâché ma lecture.

En plus d’être une magnifique histoire d’amour, d’amitié et d’entraide, ce roman a le mérite de se dérouler dans l’Allemagne nazie et de montrer ses habitants sous un jour que la littérature n’a pas l’habitude d’évoquer. Il est éclairant notamment en ce qui concerne la position des allemands par rapport au parti nazi. Mr Steiner, le papa de Rudy, le meilleur ami de Liesel, en est un bon exemple : il est membre du parti. Il ne déteste pas les juifs mais n’est pas mécontent qu’on ferme leurs commerces. En effet, d’après le parti, il n’aurait pas fallu longtemps pour que son magasin de tailleur soit menacé par les juifs. Mais de là à les chasser complètement, Mr Steiner trouve ça exagéré. Mais, il est conseillé d’être membre du parti, alors … Même si au fond de lui, quelque chose le chiffonne, Mr Steiner préfère ne pas y penser. Il finira bien évidemment par changer d’avis.
Hans Huberman, lui, n’adhèrera jamais à l’idéologie au pouvoir et se fera remarquer par les autorités à de nombreuses reprises et de la plus fâcheuse manière. Mais cela n’empêche pas sa famille d’essayer de vivre selon les règles du régime : Liesel est obligée d’aller aux Jeunesses Hitlériennes, ils doivent faire le salut hitlérien et Hans essayera de devenir membre du parti, même si cela va à l’encontre de ses convictions. Même si c’est romancé, le livre de Zusak donne un bon aperçu de la réalité vécue par les Allemands sous le régime nazi.

Les personnages sont terriblement attachants, à quelques exceptions près. Le romancier a pris le temps d’esquisser leurs caractères, les dévoilant au fur et à mesure, nous montrant des facettes cachées, qui révèlent parfois une nature douce sous un aspect revêche ou un cœur en or derrière une façade aigrie et ronchonne.

L’auteur, à travers cette histoire, montre aussi que les mots peuvent avoir beaucoup de pouvoir. Parfois en bien, mais aussi en mal. Liesel dira d’ailleurs à moment qu’elle ne sait pas si elle les aime ou les déteste

Un très beau livre, coup de cœur, qui devrait être lu aussi bien par les plus jeunes que par leurs ainés.

Féline - Binche - 39 ans - 13 septembre 2008


Bouleversant. 10 étoiles

J'ai pris ce livre au hasard car le titre et la couverture m'ont attiré. Une histoire racontée par la mort ? Pourquoi pas...
Mais ce livre est bien plus que ça. C'est l'histoire du petit monde paisible d'une petite fille au milieu de l'Allemagne nazie. C'est l'histoire de Liesel, une jeune fille amoureuse des mots et qui va peu à peu apprendre leur pouvoir. C'est l'histoire de l'amitié entre une jeune allemande et un Juif.
Une histoire remplie de sentiments, émouvante au possible. L'écriture est fluide, poétique sans jamais nous agacer. Les personnages sont tout sauf parfaits. Chacun d'entre eux a ses qualités, ses défauts, ses moments de faiblesse et c'est ce qui les rend si attachants.
C'est l'un des rares livres qui m'a fait verser des larmes.

Felicity11 - Bruxelles - 25 ans - 23 juin 2008


GENIAL 10 étoiles

Que dire de ce livre ?
Je ne sais pas par où commencer. L'idée est originale et tellement jolie... L'histoire est racontée avec poésie, mélancolie, le style est magnifique (et là encore plutôt original), la forme du livre aussi, très intéressante.

il n'y a aucun point noir. Je l'ai dévoré, incapable de le quitter des yeux. Et quand j'ai enfin fini de le lire, j'ai voulu immédiatement le reprendre du début, pour ne pas m'échapper de cet univers triste et pourtant si merveilleux.

Ce livre m'aura marquée.

Nouillade - - 25 ans - 13 mars 2008


quel thème original !! 10 étoiles

Une histoire de mort et de guerre.... racontée par la Mort elle-même qui nous narre l'histoire de Liesel, fillette adoptée qui grandit en volant des livres pour s'évader dans un monde "rien qu'a elle" et qui se lie d'amitié avec un juif.
Une histoire émouvante au possible et incroyablement bien écrite.Magnifique.

Béa - livry-gargan - 23 ans - 28 septembre 2007


très bon livre 9 étoiles

Un roman pris un peu par hasard et qui s'est finalement révélé extraordinaire. L'histoire de cette jeune fille qui se construit au beau milieu de la seconde guerre mondiale grâce aux livres est très émouvante. Bref, lu (presque) d'une traite, j'ai adoré !

Naemia - - 32 ans - 29 avril 2007