On n'empêche pas un petit coeur d'aimer de Claire Castillon

On n'empêche pas un petit coeur d'aimer de Claire Castillon

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Laure256, le 27 février 2007 (Inscrite le 23 mai 2004, 48 ans)
La note : 4 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 8 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (36 827ème position).
Visites : 3 149  (depuis Novembre 2007)

Grosse déception pour ce dernier recueil

Grosse déception que ce nouveau recueil de Claire Castillon qui m’avait enchantée avec Insecte. Ici, une thématique : le couple et l’amour. Des nouvelles toujours aussi mordantes, courtes, incisives, sadiques, flirtant avec la folie, sans tabous, mais hélas, tout est si vite… répétitif ! Un recueil qui aurait dû s’appeler infect, nous dit-on, car c’est vrai qu’ils le sont, infects, ses personnages.
Je n’ai aimé que les deux premières nouvelles du recueil : la première, qui porte le titre du livre, et la seconde « gratin ». Tout le reste n’est que déclinaison plus ou moins réussie du grain de folie sur un même thème de cette jeune auteure. Mon enthousiasme admiratif du précédent volume s’est envolé. Dommage, le titre était joli.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Claire Castillon ou le refus du talent

1 étoiles

Critique de Lectgreg (toulouse, Inscrit le 27 mai 2009, 34 ans) - 27 mai 2009

D'entrée, disons les choses. Ce livre cumule tout ce qui déplait, tout ce qui dénie le talent et la littérature. un des plus mauvais livres de ma bibliothèque.
Le titre. Est utilisé l'adjectif petit. Cette précision se révèle complètement inutile mais nous retrouvons là cette mode d'aujourd'hui qui consiste à développer une pensée ou une phrase en multipliant les adjectifs.
Les nouvelles sont un reniement de la moindre originalité. Nous avons l'impression de les avoir lus des dizaines de fois.;
Le style est horrible. Il vous vient en lisant ces lignes un sentiment d'angoisse, des bouffées de chaleur, de la migraine... Le style est lourd, pesant. C'est illisible ou alors il faut le lire en luttant contre ce sentiment d'écoeurement.
en clair, lire ce roman revient à lire Insecte avec ce style repoussant en plus, ce style qui manquait à Insecte pour le qualifier de nul.

Le meilleur !!!

8 étoiles

Critique de Lepenseurfou (, Inscrit le 11 mars 2009, 32 ans) - 28 mars 2009

C'est le meilleur livre de Castillon que j'ai lu pour le moment!!!
De superbes histoires tendres, belles, parfois cruelles mais toujours avec cette sensibilité qui fait plaisir!!!
A lire!!!

Un joli petit titre pour des nouvelles bien cruelles

10 étoiles

Critique de Lolita (Bormes les mimosas, Inscrite le 11 décembre 2001, 35 ans) - 6 février 2008

C'est le premier livre que je lis de Claire Castillon et je dois avouer qu'il m'a assez surprise. Je l'avais choisi pour son titre et sa couverture sans savoir à quoi m'attendre : "de jolis petites historiettes sans doute..."

Finalement, j'ai beaucoup aimé le style de l'auteur, si particulier, ces histoires certes dérangeantes et troublantes mais tellement frappantes, caustiques, incisives.
Voilà un livre que l'on n'oublie pas et qui nous change des histoires d'amour à la Levy. Ici, pas de romantisme ni de conte de fées, on est dans la cruauté, la dureté mais parfois bien réelles de la vie.

Pas de quartier !

4 étoiles

Critique de Mmerliere (, Inscrit le 15 décembre 2007, 59 ans) - 17 décembre 2007

Pas de quartier !

Qu'est-ce qui pousse un auteur à écrire ?
Dans le cas de Claire Castillon c'est à coup sûr l'envie de nous faire découvrir un versant ténébreux de la nature humaine.
De ce point de vue, c'est réussi. Pour autant, il manque à cet ouvrage les discernements et les nuances qui pourraient nous faire adhérer pleinement à la démarche de l'auteur.

D'emblée, celle-ci nous met sous perfusion. Difficile d' échapper à l'atmosphère torturée qui envahit les vingt-trois nouvelles de ce livre. Chacune d'entre elles est une goutte amère et concentrée.
Ici, pas de description pour installer l'histoire. Dès les premières lignes, on est au coeur de duels, d'affrontements qui souvent virent au barbare: Une mère possessive attache son fils au lit de peur qu'il ne s'échappe... Un mari enferme sa femme dans la salle de bain pour la punir d'être fatiguée...

Ces démonstrations implacables sur le côté noir des êtres humains évoquent des équations mathématiques où une seule issue est possible. Aucun espoir n'est permis et on devine le destin sordide des personnages.
En cela, ce livre est dérangeant. Récit après récit, l'ouvrage perd en crédibilité, nous baignant dans un sentiment de vacuité.

Si les situations choisies sont parfois intéressantes, elles pourraient être traitées avec davantage d'empathie offrant une part d'imagination au lecteur, pour lui permettre de prendre le récit à son compte; or, tout est imposé, rien n'est suggéré.

L'auteur choisit de détester ses personnages et ne leur laisse aucune chance :
«Tu n'as pas le droit de m'attacher»
«Tu es ma bête. Je fais ce que je veux. Dors ou je vais m'énerver. Vilain garçon. Bisou à ta maman»
Pas de réhabilitation possible: ces «monstres» sont incurables.
On frôle la nausée dans ces histoires où la psychologie des personnages n'est qu'effleurée.
Ces derniers pourraient être mieux dépeints, avec leurs ambivalences et leurs contradictions, avec tout ce qui peut rendre un être attachant.

Titre doux pour un livre cru

10 étoiles

Critique de Choubaka (Jemeppe, Inscrite le 21 septembre 2007, 36 ans) - 23 septembre 2007

J'ai découvert Claire grâce à une émission de Laurent Ruquier il y a quelques mois où elle faisait la promotion de ce livre. Le personnage m'a plu et je n'ai pas hésité de l'acheter dès le lendemain. Et je n'ai pas été déçue. J'en avais marre des histoires à l'eau de rose, des amours éternels,.... je voulais que ça "clashe', que ça fasse mal! Et j'ai été servie. Un style cru, violent, beaucoup d'humour. Depuis j'ai aussi lu "Insecte" qui est dans le même style. Je pense que je ne m'arrêterai pas là.

je ne suis pas d'accord...

10 étoiles

Critique de Pollette (, Inscrite le 25 mars 2007, 45 ans) - 27 mars 2007

Alors je ne suis pas du tout d'accord avec votre avis, même si je comprends le désarroi que peut susciter cette lecture, cette photographie juste et lucide. Je reconnais la dureté, bien sûr, mais quelle beauté, quelle grâce de savoir la dire avec ces mots là. Pour cela, il faut être écrivain, car le talent ne suffit pas. J'ai trouvé les nouvelles frappantes, percutantes. Elles tambourinent encore dans ma tête, à tout instant. Ce livre m'obsède, et c'est exactement ce que je demande à la littérature. "

"dérangeant, désopilant, effrayant, troublant" : vous le dites vous même! que demandez-vous de plus? On n'empêche pas un petit coeur d'aimer a les qualités d'une personne dont on ne pourrait pas se détacher. Il vibre, il terrasse. Il est comme son auteur, c'est un vase en cristal rempli de cyanure. Et moi, j'adore.

une horreur

1 étoiles

Critique de Dudule (Orléans, Inscrite le 11 mars 2005, - ans) - 2 mars 2007

J’ai trouvé ce livre dérangeant, désopilant, effrayant, troublant.. Beaucoup de cruauté , de monstruosité et si peu d’amour. Deux ou trois nouvelles m’ont interpellée ! Seul point positif le titre est beau.

Forums: On n'empêche pas un petit coeur d'aimer

Il n'y a pas encore de discussion autour de "On n'empêche pas un petit coeur d'aimer".