Le poney rouge
de John Steinbeck

critiqué par Ichampas, le 25 janvier 2007
(LAMBALLE - 56 ans)


La note:  étoiles
Premier chagrin d'un jeune garçon
Quatrième de couverture
Jody, petit garçon rêveur et solitaire, vit dans un ranch de Californie, avec ses parents et Bily Buch, le garçon d’écurie, son ami. Sa vie est paisible, entre l’école et les travaux de la ferme. Un matin, Jody découvre dans la grange un poney rouge, un cadeau de son père. Aidé par Billy Buch, Jody entreprend de dresser Galiban, le poney. Et peu à peu arrive le moment où, pour la première fois, Jody va pouvoir monter Galiban ! Mais le poney tombe malade …

Mon avis
Un roman pour les juniors très sympa mais un peu trop triste. On souhaite jusqu’au bout que le poney guérisse ! J’ai pleuré, comme d’habitude.
Je ne sais pas si je dois encourager les ados à le lire, bien sur, la vie n’est pas faite que de situations heureuses mais tout de même la lecture n’est-elle pas un moment de détente et d’évasion ? Doit-elle nous faire pleurer ? Je préfère la première suggestion.
Quelle horreur ! 5 étoiles

Dieu merci, j'ai lu le livre avant ma fille, de 8 ans et demi. Elle est une bonne lectrice, je n'avais jamais lu ce livre de Steinbeck, la jaquette était très attractive ... mais absolument pas représentative du livre !
Bien entendu Steinbeck est excellent, son style nous emporte ... mais quelle dureté, quelle cruauté, omniprésente à toutes les étapes. Tout est atroce de bout en bout, la fin atteignant un sommet.
Qui a bien pu avoir l'idée saugrenue de le classer dans la littérature jeunesse ?

Vima - - 53 ans - 2 avril 2017


Avec le recul... 5 étoiles

Avec le recul, ce livre aborde un thème omniprésent dans la vie d'un fermier ou d'un éleveur de chevaux: la mort d'une bête. Les mots crus, les descriptions poussées, sont l'apanage de Steinbeck - Il ne fallait pas s'attendre à un texte voilé, pudique.
Ce qui est choquant, c'est que ce livre soit destiné aux enfants alors que les thèmes chers à l'enfance - Le succès, les obstacles franchis, la fierté, la possession et l'amour d'un animal- sont détruits les uns après les autres. Je ne m'attendais pas à ce que le poney meure, ni à ce que la chute finale soit aussi rude - Elle donne l'impression que Jody n'aimera jamais son poulain, ce qui est angoissant.
Avec le recul, un adulte ou un jeune homme comme moi peut apprécier l'histoire en elle-même, son aspect concret mâtiné de fantaisie enfantine ; mais un enfant ne le peut pas. Si j'avais lu ce livre plus jeune, j'aurais détesté Steinbeck et j'aurais eu peur pour mon propre poney et son atroce fourbure dont il a survécu - L'espoir récompensé, voilà ce qui manque à cette histoire.

Il faut du recul pour aimer ce texte, et un enfant ne peut l'avoir.

Le Fils de Flicka (et les suivants) sont plus longs, plus agréables à lire, plus bouleversants malgré les déceptions infligées au garçon. Le Poney Rouge ressemble à cette trilogie sans l'égaler.

Nathan - - 27 ans - 28 juillet 2011


morbide 4 étoiles

Je trouve ce roman un peu trop morbide pour des enfants de CM2, (se trouvant dans la bibliothèque de la classe de ma petite fille) livre choquant, avec des détails qui font froid dans le dos: le busard arrachant l'oeil du poney, détail inutile, le vacher qui tue la jument avec une masse, le père qui trouve qu'une vieille jument ou un vieil homme sont inutiles et devraient être supprimés. J'aime pourtant beaucoup cet auteur, mais là il m'a énormément déçue. Trop de détails inutiles et des phrases bien trop longues.

Nicolen - - 73 ans - 24 mars 2011