Nory au pays des Anglais
de Nicholson Baker

critiqué par Jurassic, le 14 janvier 2007
(Fraisans (Jura) - 64 ans)


La note:  étoiles
A elle les petites Anglaises...
L’idée d’écrire un livre à hauteur d’enfant est séduisante.
C’est un exercice auquel Nicholson Baker se plie avec tout son talent.

Nory est une petite américaine contemporaine qui vient avec ses parents vivre en Angleterre. Son univers mental est immédiatement bien posé. Ses affabulations permanentes qu’on qualifierait de mythomanes chez un adulte sont drôles et rafraîchissantes. La petite Nory, confrontée au pays des Anglais et à ses Anglaises, jongle devant nous avec la vie, la mort, le bien, le mal, les monstres, etc. aussi vite qu’elle refait les couettes de sa barbie.

Il est plus difficile en revanche de trouver de l'intérêt à la confrontation culturelle anglo-américaine qui sert d'argument à l'histoire. Nous, latins, avons le sentiment d’être soudain martiens : l’argument d’une américaine qui « tombe » dans la
« brousse » anglaise, ça doit sûrement chatouiller quelque chose dans la mémoire mayflowerienne des Etats-Uniens. Mais à nous, mangeurs de rosbifs depuis le Moyen-Age, ça nous laisse pensifs.

Du coup, on finit par la trouver un peu fade la petite Nory. Quant à faire dans l’Anglais rustique, on l’aurait préférée tendance Shakespeare : du bon qui saigne, ou qui fricote dans l’immoral et l’inceste… Rien de tout ça, on reste dans l’imaginaire correct jusqu’au bout. Avec un peu de déception..