Extinction de Thomas Bernhard

Extinction de Thomas Bernhard
( Auslöschung : ein Zerfall)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par DomPerro, le 22 décembre 2006 (Inscrit le 4 juillet 2006, 120 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (35 679ème position).
Visites : 3 019  (depuis Novembre 2007)

Impitoyable

Une voix morne, infatigable, qui dit et se redit sans cesse, qui zigouille ses phrases, qui sombre en un flot verbal, dense, sans paragraphe, qui s'éteindra avant de vous faire pleurer de rire.

Il sera alors trop tard.

Il mal sera fait.

Impitoyable, mais dans le bon sens du terme.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Extinction [Texte imprimé], un effondrement Thomas Bernhard trad. de l'allemand par Gilberte Lambrichs
    de Bernhard, Thomas Lambrichs, Gilberte (Traducteur)
    Gallimard / Du monde entier (Paris).
    ISBN : 9782070720507 ; EUR 27,50 ; 26/09/1990 ; 409 p. ; Grand
  • Extinction [Texte imprimé], un effondrement Thomas Bernhard traduit de l'allemand par Gilberte Lambrichs
    de Bernhard, Thomas Lambrichs, Gilberte (Traducteur)
    Gallimard / Collection L'Imaginaire
    ISBN : 9782070125241 ; EUR 9,00 ; 15/05/2009 ; 508 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

One man show

10 étoiles

Critique de Lorem Ipsum (Paris, Inscrit le 14 février 2012, 42 ans) - 14 février 2012

Certains misanthropes sont des êtres altruistes, romanesques, humanistes refusant de se compromettre dans une société qu'ils jugent indigne. Thomas bernhard fut de tout son être et durant toute sa vie, l'un des meilleurs exemples de cette misanthropie là. Exultant d'une haine viscérale envers ses compatriotes qu'il jugeait hypocrites, amoraux, étroits d'esprit, incultes et criminels, comme s'ils n'avaient jamais expié et ne serait-ce qu'essayé de rattraper les horreurs commises lors de la seconde guerre mondiale, mais au contraire avaient aggravé leur cas à grand renfort de bêtises variées. C'est bien sûr tout à fait universel et on ne pense pas forcément aux autrichiens en lisant ce livre qui leur semble dédié, traduit en français ...

On parle souvent de prose jubilatoire concernant Thomas Bernhard. C'est vrai, si vous êtes réceptif, vous exploserez de rire et ne pourrez lâcher le livre qu'à la six-centième page avec l'impression d'avoir été emporté dans un maelström d'insultes, de jugements et de contradictions hilarantes, d'une construction rigoureuse (aucun saut de ligne, aucun délire impressionniste à la James Joyce auquel on pourrait opposer le génie exactement inverse) et d'une musicalité constituée de ressassements et de ponctuations hypnotiques.

Parmi ses autres livres, outre les excellents "des arbres et à abattre" et "maîtres anciens" - "Béton" et "Mes prix littéraires" sont de sympathiques introductions au joyau de noirceur et d'humour que représente Extinction, d'autant plus qu'il y est question, dans une certaine mesure, d'écriture.

Abandonné en cours de route …

3 étoiles

Critique de Monito (, Inscrit le 22 juin 2004, 48 ans) - 6 août 2009

J’ai abandonné après 130 pages. Non que l’écriture ne soit belle, encore que le style répétitif ait quelque aspect désarçonnant, mais la vision pessimiste à l’extrême de T. Bernhard, de ses parents, de ses frères et sœurs mais aussi de l’Autriche ou de l’Allemagne, ne correspondait sans doute pas à mon état d’esprit.

Evidemment que l’attachement viscéral du narrateur à l’Italie, au Sud en général et à Rome en particulier, avait de quoi me séduire mais 130 pages plus tard nous tournions en rond… toujours…

Nonobstant quelques belles analyses sur l’art photographique comme abject car figurant sur pellicule des mensonges, ou l’abrutissement par la religion des masses mais aussi des prétendues élites… il m’a manqué la force de poursuivre.

Une autre fois ?

Forums: Extinction

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Extinction".