Bruit du givre (Le)
de Jorge Zentner (Scénario), Lorenzo Mattotti (Dessin)

critiqué par Bluewitch, le 3 décembre 2006
(Charleroi - 40 ans)


La note:  étoiles
Ce qu’on cherche n’est pas toujours ce qu’on trouve
Ne plus simplement lire une BD mais parcourir un beau livre, assister à une œuvre, se mélanger d’émotions contraires, être ébahi, par la beauté des mots, par la poésie des images, par le surréalisme rêveur, par le symbolisme complètement détaché du commun.
Etre touché, presque bouleversé.
Reprendre sa respiration, ensuite.

Samuel Darko s’est laissé envahir par le bruit le jour où Alice lui a dit qu’elle voulait un enfant de lui. Puis Alice est partie, ses mots d’adieu couverts par le bruit, ce bruit intense et sombre qui gangrène Samuel comme autant de plaies, comme autant de questionnements non résolus.
Pour faire taire le bruit, Samuel tente de retrouver Alice, et sur son chemin, il y aura bien des facettes de lui-même à dépasser. Cette quête de la sérénité, elle passera par du noir, du blanc, des couleurs intenses, violentes ou douces, elle se nouera de souvenirs, se cherchera dans le regard des autres, se lovera dans la nostalgie de l’amour…

Mattotti et Zentner sont vraiment deux poètes qui, dans l’économie, atteignent l’essentiel de l’émotion et du vrai. J’ai vraiment été séduite et "désordonnée" par « Le bruit du givre ».
Je crois que rester indifférent, on ne peut pas…