Urbangames, tome 1 : Les rues de Monplaisir
de Luc Brunschwig (Scénario), Jean-Christophe Raufflet (Dessin)

critiqué par Adebran, le 27 juillet 2001
(Namur - 48 ans)


La note:  étoiles
On s'amuse comme on peut
Monplaisir est l’endroit le plus fou de la Galaxie, on y pratique tous les jeux et tous les loisirs pour toutes les bourses.
Les 18 millions de touristes venant chaque jour des villes-dortoirs, des mines galactiques, de Mars, de Pluton ou d'ailleurs trouvent dans ses milliers d'hectares de quoi satisfaire tous leurs souhaits. Les plus riches peuvent même accéder à Nirvana, le second niveau des Loisirs.
Parmi tous les loisirs, le jeu « Urban Interceptor » fait fureur. Dès qu’un meurtre est commis dans Monplaisir, un « flic » pourchasse le criminel. Le tout est retransmis en direct sur les écrans géants des cités ludiques. Et, bien entendu, les paris sont ouverts. Dans les rues couvertes de néon, M. Olif tente de gagner quelques pièces en faisant le magicien. Dans le même quartier un jeune humain, Overtime et un droïde Zippo se battent à coup de laser. Olif intervient, débranche le droïde et se lie d'amitié avec le garçon. C’est l’anniversaire du garçon et dans sa poche, il a une carte de crédit inépuisable. Assez pour rejoindre le niveau Nirvana...
L’intrigue s'annonce passionnante. Il ne fait aucun doute que les incohérences, ou plutôt les imprécisions du scénario sont autant de points de départ pour les tomes suivants. Reste que, même en n'essayant pas de comprendre le sujet réel de la série, à peine décelable à ce stade, l'album se laisse lire avec plaisir. L’univers d’une justice expéditive et commercialisée dans un monde purement basé sur la finance est développé avec beaucoup d’humour. Un futur pas si lointain.