Meurtres à Pékin
de Peter May

critiqué par Aliénor, le 15 octobre 2006
( - 52 ans)


La note:  étoiles
Halte aux OGM !
Margaret CAMPBELL, médecin légiste américaine, vient à Pékin pour quelques semaines, afin de donner des conférences à l’université et de s’éloigner de sa vie douloureuse.
Mais elle débarque au moment où une sombre affaire de meurtre secoue la ville, et la police chinoise va lui demander son concours pour essayer de l’élucider.
Elle va devoir aider Li Yan, jeune homme fraîchement promu commissaire, qui commence par regarder de haut cette étrangère qui se situe aux antipodes de sa vie, de sa culture, de ses traditions.
Tout les sépare, et pourtant cette enquête difficile va peu à peu les rapprocher.

Et c’est bien ce qui fait la faiblesse de ce roman policier. Tout tourne autour de cet amour naissant, de ce désir inavoué qui grandit au fil des pages, et qui ne s’exprime que dans les dernières. Et à la longue, cela devient lassant. On a l’impression d’être en train de lire un livre de type « romantique », et non un policier. On en oublie même parfois l’intrigue, qui se veut un avertissement contre la consommation de produits génétiquement modifiés.
Certes, le lecteur découvre la Chine à travers certains détails des us et coutumes chinoises, mais ce n’est pas suffisant.
Dommage.
Un polar made in China 8 étoiles

J'avais beaucoup entendu parler de cet auteur, et je voulais découvrir ses oeuvres. Ce premier opus des aventures du docteur Campbell et du commissaire Li Yan m'a donné un sentiment mitigé. Mais il me faut avancer avec prudence, car après tout c'est son premier roman, je pense qu'il veut planter le décor. Il n'empêche que j'ai trouvé ce roman un peu lent, je m'attendais à un polar très rythmé, et finalement je me suis retrouvé avec un roman d'intrigue et d'amour interdit. Car ce roman m'a permis de découvrir la culture chinoise, avec sa richesse et ses traditions, et l'auteur a su retranscrire avec beaucoup de talent cette magnifique culture. Mais pour les inconditionnels du polar ils risquent d'être un peu sur leur faim. Peter May nous sert une histoire de meurtres qui cachent un complot gouvernemental sur les OGM, mais cela manque de vivacité. mais dans l'ensemble le roman fait passer un bon moment et offre un regard nouveau sur la culture chinoise. Donc je vous invite à venir découvrir ce premier roman, si vous aimez les polars noir, il ne faut pas vous attendre à une grande surprise, et si vous êtes intrigué par la culture chinoise, vous serez comblé.

Laurent63 - AMBERT - 45 ans - 12 avril 2010


Un roman policier découverte 6 étoiles

Peter May fait preuve de certaines maladresses avec 'Meurtres à Pékin'. La romance Margaret / Li Yan est peut-être de trop, et trop précipitée. Elle est toutefois le biais par lequel l'auteur éclaire la Chine moderne trop souvent catalogues de clichés et de préjugés pour un esprit occidental. Une grande part de l'intérêt du roman est là, un regard sur la Chine qui emporte le lecteur au travers des dialogues des deux personnages principaux. Autre intérêt du livre, bien qu'il soit sous-jacent et sous-traité, est la manipulation génétique appliquée aux aliments, les fameux ogm. Il est trop noyé dans les autres développements pour vraiment être le thème du roman, bien qu'une fois celui-ci reposé, on ne puisse penser à tous ces repas évoqués, décrits, qui le parsèment.
La fin façon thriller-grande-action est décevante tout en ne ternissant pas le plaisir de la lecture. Un policier honorable.

Vda - - 45 ans - 25 septembre 2008


Roman à la mode pour un TGV 3 étoiles

Prenez deux ou trois sujets branchés (la Chine, les OGM, ...) brassez, agitez et servez vite et frais ... au bar du TGV.
Car ce pavé ne mérite guère mieux.
Si vous aimez les polars et si vous voulez découvrir la Chine (la vraie, pas celle vue par les yeux des occidentaux), précipitez-vous sur les excellents et fins romans de Qiu Xiaolong, par exemple.

BMR & MAM - Paris - 60 ans - 16 novembre 2007


Pas d'accord 7 étoiles

Oui, c'est vrai, l'intrigue est passe un peu à la trappe sauf dans le dernier tiers. Mais je ne dirais pas que l'histoire d'amour gâche tout. Elle pose le fondement des tomes suivants.
Quant à moi, ce qui m'a vraiment accroché dans ce roman, c'est la découverte de la culture chinoise (à travers les yeux de Margareth qui s'en fout complètement, d'accord). Mais le protocole compliqué, la société où chacun note les faits et gestes de ses voisins, les différences de la police chinoise constituent une toile de fond passionante. L'auteur y parle aussi de la Révolution culturelle ou de la loi de l'enfant unique en prenant le point de vue de ceux qui la subissent (ou qui ont subi la Révolution culturelle). C'est ça qui m'a fait apprécier ce roman.

Mademoiselle - - 32 ans - 15 novembre 2007