Gil St André, tome 7 : Prisonnières de Jean-Charles Kraehn (Scénario), Sylvain Vallée (Dessin)

Gil St André, tome 7 : Prisonnières de Jean-Charles Kraehn (Scénario), Sylvain Vallée (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers

Critiqué par Shelton, le 30 septembre 2006 (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 62 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 2 516  (depuis Novembre 2007)

Dans une Algérie troublée...

Nous prolongeons, avec ce volume 7 de la série Gil St André, la double histoire des épouses et belle sœur de Gil, d’une part, et de Djida et Drissia, d’autre part. Les deux premières doivent se battre contre un réseau de prostitution installé en Belgique, tandis que les autres doivent arriver à s’échapper d’Algérie en triomphant d’une famille passée progressivement aux mains des fondamentalistes les plus sectaires…
L’album Prisonnières se déroule essentiellement en Algérie et il va donner une image assez dure des islamistes. Je crois qu’il pose bien le problème en montrant comment on peut être Musulman ou Islamiste, comment la vie peut basculer du normal à l’enfer, comment le passage dans l’illégalité ouvre les appétits individuels, aiguise les jalousies et les trahisons de toute nature…
Mais n’oublions pas qu’il s’agit avant tout d’une bande dessinée policière et que nous allons nous retrouver avec Djida, lieutenant de police française, qui tente de sortir de pays sa sœur promise à un mariage forcé… Mais Djida, elle aussi est célibataire… Et si on la mariait de force à une de ces petites pestes qui oppriment au quotidien les femmes au nom d’un Allah qui n’avait jamais voulu ça ?
Alors, que tout le monde se rassure, Gil va tout mettre en œuvre pour sauver son amie et sa sœur. Mais lui-même va rencontrer de grosses difficultés, dans un premier temps, pour quitter Lyon en avion, dans un deuxième temps, pour retrouver Djida… Mais vous découvrirez tout cela en lisant l’album.
Le scénario est toujours aussi solide même si je trouve que la partie se déroulant à Lyon est aux limites du réalisme. En effet, un policier, le supérieur de Djida, se met légèrement dans l’illégalité et nous savons tous qu’un policier ne ferait jamais cela…
La narration graphique est toujours aussi claire, aussi agréable à lire, aussi efficace… on dirait que Sylvain vallée prends de plus en plus de plaisir à nous raconter le destin perturbé de Gil St André. Il arrive à rendre vivantes les scènes violentes (ce n’est pas le plus difficile) mais aussi les nombreuses rencontres humaines et récits de vie qui émaillent cet épisode.
Le tout confirme donc que cette série est devenue une des grandes du genre policier. On est véritablement pris par ces vies qui se croisent, par ces personnes qui souffrent, par ces illuminés qui causent tant de mal autour d’eux et on reste pantois devant ces faibles qui laissent faire…
Certains voulaient savoir qui pouvait lire cette série. Oui, c’est un élément que je n’avais pas encore précisé. Disons que c’est pour adultes et adolescents confirmés aimant le genre policier. Comme il y a deux enquêtes parallèles, certains jeunes lecteurs risqueraient de se perdre, plus que d’être choqués par des images qui restent très acceptables par un très large public.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Forums: Gil St André, tome 7 : Prisonnières

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Gil St André, tome 7 : Prisonnières".