Mrs McGinty est morte de Agatha Christie

Mrs McGinty est morte de Agatha Christie
( Mrs McGinty's dead)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Panty, le 7 juillet 2006 (Gaume, Inscrit le 17 avril 2005, 25 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (37 988ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 3 876  (depuis Novembre 2007)

Un livre suivant les schémas classiques d'Agatha Christie

Mrs McGinty, vieille dame de 60 ans, est morte. Un acte de barbarie atroce: elle a été tuée avec un lourd instrument coupant, peut-être un hachoir de boucher. Comble du morbide: on lui a volé ses 30 malheureux livres sterling. Si, à l'époque d'Agatha Christie, ce genre de meurtre n'était peut-être pas habituel, à notre ère, il est courant de voir dans les faits divers une vieille personne se faire tuer pour son argent, ce qui fait que ce livre est vraiment d'actualité. Un homme, James Bentley, va être conduit à la potence pour ce meurtre. Car oui, il n'y a pas de doute, c'est lui: c'est son colocataire, et puis il n'est pas très aimable, et puis il a besoin d'argent, et puis... Malgré cela, le superintendant Spence n'est pas tout à fait d'accord. Après tout, est-ce normal de juger quelqu'un pour son "délit de sale gueule"? Mais il patauge, le pauvre anglais. Et il a bien besoin d'un esprit éclairé, d'un esprit supérieur, un belge, quoi! Et c'est donc notre cher compatriote, Hercule Poirot qui va reprendre l'enquête à sa façon. Le détective prodige va devoir faire bien des sacrifices: lui qui est habitué aux meurtres "classes", aux meurtres proprets, le voilà propulsé en pleine campagne, dans une auberge où il y a même de la poussière (si si, je vous assure). Une bonne partie de l'intérêt du livre réside dans l'humour d'Agatha Christie: c'est hilarant de voir Hercule Poirot, le grand Poirot, qui doit manger la cuisine infecte de Mrs Summerhayes, ou de le voir outré que son nom, connu dans les hautes sphères de Londres, ne produise aucun effet sur les gens qu'il va devoir interroger. Mrs Oliver, l'écrivain de succès, qui d'ailleurs évoque Agatha Christie elle-même, est elle aussi assez drôle. A part ces quelques pointes d'humour, le livre est assez classique: une bonne kyrielle de personnages et beaucoup, mais alors beaucoup de secrets de famille. Car, oui, et si l'affaire Mrs McGinty n'était pas un fait divers? Et si ce n'était que la partie immergée d'un iceberg? Tous les personnages sont suspects: tous ont un semblant de raison de vouloir la tuer. Tous peuvent faire le parfait criminel... Hercule Poirot nous conduit donc, de pistes en pistes, et on se laisse faire, on examine son raisonnement, même si, finalement, ce sera lui qui fera tout le boulot! Car oui, le problème avec les Agatha Christie, c'est qu'on peut très vite se sentir largué par tous les évènements...

Un livre assez classique, malheureusement, mais bourré d'humour.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Oui, elle est morte et de quelle manière !!!

6 étoiles

Critique de Shelton (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 61 ans) - 16 avril 2011

Le roman du crime atroce, celui qui fait peur dans les chaumières et voter à droite… Non, je rigole – enfin presque – mais c’est vrai que cette histoire commence par un crime horrible. On peut en parler sans avoir peur de vous détruire l’effet suspense car l’histoire n’est pas sur le crime, plutôt sur le « qui » et le « comment » au moment où on s’apprête à conduire le supposé coupable vers la potence…

Heureusement pour lui, le superintendant Spence a un doute et il va en parler à son ami Hercule Poirot. Poirot, l’ultime recours, l’homme qui a su dompter ses petites cellules grises, le super héros des enquêtes impossibles, le génie qui comprend tout. Rien ne peut lui résister !

Plusieurs enjeux malgré tout dans cette histoire dont le scénario semble, au premier abord cousu de fil blanc. Poirot arrivera-t-il à trouver la solution de l’énigme avant l’exécution de James Bentley, brute épaisse qui semble indifférent à son sort et qui ne fait rien pour aider le Belge d’Agatha Christie. Mais, rapidement, on se demande aussi si le coupable n’est pas effectivement James mais pour des raisons cachées, avec des explications complexes, ce qui pourrait en surprendre plus d’un, voir en gêner quelques-uns. Enfin, l’angoisse monte et on s’interroge sur le fait que certains personnages qui paraissent sympathiques au début du roman pourraient bien être impliqués dans ce crime horrible… Le crâne fendu par un hachoir de boucher qui prenait la poussière en jouant la décoration…

C’est aussi l’occasion de revoir, pour ceux qui la connaissent déjà, Mrs Oliver, une amie d’Hercule Poirot, une romancière qui maîtrise les énigmes de policiers depuis des années et ne dédaigne pas de jouer à l’enquêtrice avec le grand Hercule. Elle vient probablement chercher des idées pour son prochain succès en librairie… tout en citant Agatha Christie. Je me suis toujours demandé le lien réel entre Mrs Oliver et Agatha Christie… Je n’ai aucune certitude mais il m’arrive de croire que la célèbre reine du crime faisait parfois preuve d’un peu d’autodérision et que, dans ce cadre-là, Ariane ne serait que l’éclat de rire d’Agatha… Mais vous n’êtes pas obligés de me croire !

Un roman policier avec Hercule Poirot, solide sans génie mais qui se laisse bien lire !

Fouillis

7 étoiles

Critique de Incertitudes (, Inscrit le 4 décembre 2008, 33 ans) - 1 février 2010

Mrs McGinty est morte met en scène Hercule Poirot dans un nouveau roman de Agatha Christie sorti en 1952. Cette fois, c'est le commissaire Spence qui l'appelle à la rescousse.
Dans un petit village, une vieille femme de ménage a été sauvagement assassinée par ce qui semble être un coup de hachoir derrière la tête. Le type qu'elle logeait, au demeurant peu sympathique, est le suspect tout trouvé d'autant qu'il ne fait pas grand chose pour se défendre. Mais tout ceci ne plait pas à Spence qui fait donc appel à son vieil ami Hercule Poirot.

Ce qui m'a dérouté dans ce livre, c'est la grande multiplicité des personnages. Comme l'a très bien expliqué Panty dans sa critique, tous les habitants de cette bourgade avaient intérêt à tuer la vieille dame et entre la révélation de tous ces secrets familiaux, on s'y perd un peu.

Reste l'humour de la romancière, via l'apparition d'Ariadne Oliver, auto-caricature d'Agatha, et les conditions de logement de ce pauvre Hercule Poirot, habitué au luxe et au confort, qui se retrouve mal nourri et mal installé. Et en plus personne ne le connait, lui le plus grand détective de tous les temps. Un comble !

Forums: Mrs McGinty est morte

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Que la jeunesse est dure ! 7 Aria 11 juillet 2006 @ 21:54

Autres discussion autour de Mrs McGinty est morte »