Un Américain peu tranquille de Philippe Labro

Un Américain peu tranquille de Philippe Labro

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Septularisen, le 4 avril 2006 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 50 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (44 875ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 3 536  (depuis Novembre 2007)

UN AMÉRICAIN PAS TRANQUILLE DU TOUT!

Voici donc le tout premier livre écrit par Philippe LABRO en 1960, et qui n'est rien de moins qu'une biographie romancée du fameux criminel Alfonso Caponi (1899-1947) dit Al Capone et surnommé Scarface, le Balafré!.

L'auteur nous raconte donc ici son enfance misérable dans l'East-Brooklyn, son départ pour Chicago, son ascension irréfrénable qui va faire de lui en moins de douze ans le véritable "patron" de la ville. Sa mainmise sur le trafic d'alcool (on est alors aux Etats-Unis en pleine période de prohibition) de drogue, de prostitution.

Philippe LABRO nous présente aussi un CAPONE plus intime, on découvre ainsi sa vie, (p. ex. comment il s'est fait lui même la fameuse balafre qui devait le rendre si célèbre) sa mère, sa femme, son fils.

Mais les moments les plus "intéressants" du livre sont bien ceux des guerres des gangs que se livrent les grandes familles siciliennes pour le contrôle du territoire, des quartiers, des villes…
S'ensuivent bien sûr les fameuses scènes de meurtres à la mitraillette Submachine-gun plus connue sous le sobriquet de Thompson (du nom de son inventeur Lucius J. Thompson), et en fait beaucoup plus connue pour son bruit caractéristique que pour sa précision et son efficacité.
Scènes d'ailleurs vues et revues dans tous les films du genre "gangsters" américains, et on n'échappe pas à quelques autres clichés du genre tel que assassinats chez le coiffeur pendant le rasage de la barbe, ou au restaurant pendant le dîner . On voit ainsi CAPONE éliminer physiquement un à un tous ses adversaires, alors que lui-même échappe de justesse à plusieurs attentats.

On suit enfin sa chute, sa condamnation à 11 ans de bagne à Alcatraz pour fraude fiscale (et non pas pour les 4.500 meurtres directs ou indirects qu'on a pu lui imputer). Il en sort après seulement huit ans, pour bonne conduite, car il s'est comporté comme un détenu modèle. Mais le balafré est malade, usé vieilli, il passe les sept dernières années de sa vie, reclus dans sa maison de Miami, et meurt rongé par la syphilis. Comble de l'ironie, il meurt le même jour que le sénateur VOLSTEAD qui avait vingt ans auparavant fait voter le 18ème amendement à la Constitution des Etats-Unis d'Amérique instituant la prohibition et provoquant par là même l'essor et la réussite de CAPONE.

Ce qui surprend le plus dans ce livre c'est sans aucun doute le style d'écriture : direct, sans fioritures, sans excès, d'un langage très commun, presque de l'argot. Les phrases sont rapides courtes, sèches. Les dialogues directs, l'histoire racontée à la première personne. L'auteur s'en explique dans la préface, en fait c'est un style adopté volontairement pour une collection qui devait paraître en 1960 et qui s'inspirait du style des BD en vogue à l'époque.

En définitive mon avis est qu'il s'agit d'un bon livre de jeunesse quoi que sans grande ambition, et qui se veut comme tel. Un livre à lire si on aime les romans noirs, les biographies romancées, et une bonne introduction pour qui voudrait en savoir plus sur l'un des plus grands "personnages" de la première moitié du XXéme Siècle.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Un Américain peu tranquille [Texte imprimé] Philippe Labro préf. inédite de Philippe Labro
    de Labro, Philippe
    Gallimard / Collection Folio
    ISBN : 9782070316779 ; EUR 6,20 ; 24/03/2005 ; 238 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

A cause d'un seul...

5 étoiles

Critique de Monde Vrai (Long Beach, Inscrit le 6 décembre 2011, 115 ans) - 13 décembre 2011

Ou l'on apprend que Capone était considéré dans son quartier et même un peu plus loin, ainsi qu'une sorte de héros et pas du tout comme un ganster; Que la prohibition nourrissait énormément de gens et pas que les bandits; Que les autorités américaines ont usé de mille et un statagèmes afin de le coincer (en fait à cause d'un détail d'un vice de procèdure banquaire); Que beaucoup de pauvres lui étaient reconnaissants du fait de la soupe populaire qu'il a longtemps distribué; et enfin que le comble du luxe dans la haute-bourgeoisie était, à une certaine époque, de se faire construire son propre bar clandestin à alcools pour pouvoir y inviter ses amis !...

Pas de la grande littérature ni un bouquin tout à fait complet, mais on ne s'y ennuie pas forcément en le lisant et c'est l'essentiel, non ?

Al Capone démystifié

5 étoiles

Critique de Saint-Germain-des-Prés (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 50 ans) - 1 février 2007

Démystifié, certes, mais faisant quand même forte impression. Parti de rien, on sait où il est arrivé. Labro tente d’expliquer comment il y est arrivé, mais le roman n’est pas assez fouillé pour donner satisfaction au lecteur curieux. Al Capone perd de sa superbe au fil des pages, mais Labro n’en gagne pas pour autant. Dans une courte préface, Labro s’explique sur les raisons pour lesquelles il a entrepris la rédaction de ce livre dans ses jeunes années. Mais on ne peut s’empêcher de se dire que comme écrit de jeunesse, on peut faire mieux. Le style, loin d’être mauvais, est parfois agaçant. Un petit exemple qui m’a exaspérée régulièrement : les personnages s’expriment maintes fois en anglais et à chaque fois, ça ne rate pas, on a la traduction qui suit. Pourquoi passer par l’anglais dans ce cas ? Juste pour étaler son bilinguisme ? Cela donne ceci :
-Joe sent me ! C’est Joe qui m’envoie.

Roman à éviter, il me semble : il doit exister de bien meilleures biographies d’Al Capone. Un dernier détail : attention à l’erreur dans le titre repris ci-dessus. Le titre correct est « Un américain PEU tranquille »…

Forums: Un Américain peu tranquille

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Correctif apprécié. 1 Tistou 2 février 2007 @ 09:50

Autres discussion autour de Un Américain peu tranquille »