Scalps
de Éric Chevillard

critiqué par Feint, le 23 mars 2006
( - 56 ans)


La note:  étoiles
Gare à Chevillard !
Pour ceux qui ne s'en seraient pas rendus compte, Eric Chevillard est un homme violent. Dans ce court recueil, publié sous la couverture sobre et racée des prestigieuses éditions Fata-Morgana, Chevillard s'énerve. Il a de bonnes raisons, qui sont aussi les miennes et, pourquoi pas, les vôtres. Une collection de petites manies, de petites attitudes agaçantes offre sa matière à ce livre où l'auteur, sabre au clair, donne libre cours à sa vengeance. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Chevillard, il faut préciser que l'arme de Chevillard consiste en un humour incongru, d'une inventivité inouïe. Ce petit livre peut aussi être une bonne entrée en matière dans l'univers de Chevillard : la forme brève lui convient aussi bien que celle, apparemment romanesque, des livres publiés chez Minuit. Personnellement, le court récit intitulé "Les Taupes" mérite à mes yeux une mention spéciale, d'autant plus que la victime (victime d'un déluge de talpidés aux moeurs naturellement souterraines), vengée par la plume de Chevillard, n'est autre que notre auteur préféré à tous deux : Samuel Beckett.