Adieu à la chair de Gemma O'Connor

Adieu à la chair de Gemma O'Connor
( Farewell to the flesh)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Eireann 32, le 21 mars 2006 (Lorient, Inscrit le 7 novembre 2004, 73 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 2 581  (depuis Novembre 2007)

On déménage le cimetière.

Très bon roman policier, un peu à l’ancienne, pas trop de morts, une énigme bien ficelée, un régal. Une atmosphère étrange, un couvent de sœurs en plein Dublin, des bouts de terre en friche, quasiment en centre ville. Et une jeune femme qui pense que pas mal de monde lui cache la vérité.
Tess Callaway, avocate, jeune veuve avec une petite fille de 4 mois, quitte Oxford où elle réside car trop de souvenirs ravive son chagrin. Elle rentre chez elle à Dublin, un des anciens maris de sa mère qui dirige un cabinet lui offre un travail temporaire. Il s’agit de remplacer un des associés souffrant, pour la mise au point et la signature d’un contrat de vente, concernant un couvent qui céderait un terrain pour améliorer ces bâtiments vétustes. Ce terrain sert de cimetière pour les sœurs décédées, une inhumation collective est prévue. Les investigations de Tess dérangent pas mal de monde, sa fillette est victime d’un faux enlèvement, un homme lâche sur elle un chien féroce. Qu’est réellement devenu Jeddi Stebton-Hillyard, descendante de la fondatrice du couvent, et que cachait sa passion pour la bibliothèque des sœurs. Elle se prétendait écrivain pour se gagner les bonnes grâces des sœurs, mais à son travail, des paquets venant d’Irlande s’empilent. Le silence de Murphy-Dunne, l’ associé du cabinet, est total, pourquoi faire croire à un départ en vacances ? Les entretiens avec les religieuses sont irréels, Tess ne les voit jamais, une tenture les cache à sa vue.
Elle soupçonne qu’une magouille immobilière se trame sous cette vente anodine, mais les preuves manquent ? Un courrier anonyme lui apporte des éléments de réponse, mais laquelle des religieuses l’aide de manière cachée ?
La fin est pleine de rebondissements et vraiment j’ai éprouvé beaucoup de plaisir à cette relecture, malgré un rythme plutôt lent, et des descriptions minutieuses.
Extraits :
-Le vieux truc de l’émigré ; on ne peut pas rester, mais on ne peut pas rompre complètement les amarres.
-Tess eut soudain le besoin désespéré de voir cette femme, de la juger à son visage et non à cette parole étranglée et artificielle.
-Les Carmélites ont presque le monopole (des hosties). Nous n’en faisons que 20000 alors qu’elles approchent les 200000.
Quoi 1/4 de million ?
Oh, oui beaucoup de gens vont encore à la messe.
-Elle avait dû penser qu’il était plus amusant que malfaisant. Une erreur que les Anglais commettent souvent avec les Irlandais.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Adieu à la chair

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Adieu à la chair".