Magasin général, tome 1 : Marie de Régis Loisel (Scénario et dessin), Jean-Louis Tripp (Scénario et dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Légende, contes et histoire

Critiqué par Le rat des champs, le 21 mars 2006 (Inscrit le 12 juillet 2005, 67 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 14 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 062ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 4 360  (depuis Novembre 2007)

Chronique villageoise au Québec

Quand deux grands auteurs de bédé se mettent à scénariser et dessiner ensemble, ça ne peut donner qu'un chef d'oeuvre. Félix était commerçant dans un petit village du Québec dans les années 20, et la mort le prend un jour, après une longue et pénible maladie. Sa femme, Marie est devenue indispensable à tous, c'est elle qui va à la ville avec le "char" qu'elle sait à peine "chauffer" pour s'approvisionner en marchandises. Elle a un coeur grand comme ça, Marie, mais qui parmi ces gens frustes prend le temps de l'écouter? Il y a des gens comme ça, qui n'intéressent les autres que tant qu'ils donnent, et d'ailleurs, Marie ne sait faire que ça, donner sans même attendre un merci.

Il ne se passe quasi rien dans cet album, sauf l'écoulement du temps, les passages des saisons, la vie, les naissances et la mort, l'ambiance du village, les mauvais coups des garnements, les beuveries, les bagarres suivies de réconciliations fracassantes.

Le dessin est une merveille de précision et de coloris, expressif et poétique à la fois. Les auteurs ont gardé dans les dialogues juste ce qu'il fallait de dialecte québecquois pour être compréhensibles des deux côtés de l'Atlantique, et cette histoire d'un temps que les moins de quatre-vingts ans ne peuvent pas connaître est reconstituée avec efficacité.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Marie [Texte imprimé] sur un thème de Régis Loisel scénario et dialogues, Régis Loisel & Jean-Louis Tripp dessin, Régis Loisel & Jean-Louis Tripp adaptation des dialogues en québecois, Jimmy Beaulieu...
    de Loisel, Régis (Scénariste) Tripp, Jean-Louis (Scénariste)
    Casterman / LOISEL
    ISBN : 9782203370111 ; EUR 14,95 ; 14/03/2006 ; 80 p. ; Album
  • Magasin général [Texte imprimé] sur un thème de Régis Loisel scénario et dialogues, Régis Loisel & Jean-Louis Tripp dessin, Régis Loisel & Jean-Louis Tripp adaptation des dialogues en québecois, Jimmy Beaulieu couleurs, François Lapierre
    de Loisel, Régis Tripp, Jean-Louis
    Éd. France loisirs
    ISBN : 9782298021837 ; 25 EUR ; 01/01/2010 ; 240 p. ; Relié
  • Magasin général [Texte imprimé] Loisel, Tripp
    de Loisel, Régis Tripp, Jean-Louis
    Casterman
    ISBN : 9782203020061 ; EUR 49,85 ; 19/11/2008 ; 240 p. ; Cartonné
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Un Québec court-circuité

4 étoiles

Critique de Libris québécis (Montréal, Inscrit(e) le 22 novembre 2002, 75 ans) - 22 juin 2012

Cette BD est très bien dessinée. Les images aux tons chauds confèrent à l'œuvre un cachet évocateur d'une époque que d'aucuns idéalisent. Les auteurs ont voulu justement reproduire l'antan comme dirait Fred Pellerin, un auteur de contes fort apprécié au Québec. Cette BD pourrait être la version imagée des œuvres du jeune conteur.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/10079
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/21757

Magasin général baigne dans une atmosphère qui rappelle les films de Luc Picard, lequel a porté à l'écran deux œuvres de Fred Pellerin, plus riches que le scénario de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp. Mais tout de même, le curé et Marie, la propriétaire du magasin général sont des personnages assez étoffés. Marie est une femme généreuse autant que le curé qui délaisse le bréviaire pour le marteau afin d'aider le mouton noir de sa paroisse à se construire un bateau. L'esprit d'entraide caractérise le scénario.

Ce tissage serré est au centre de la BD comme il en est des contes de Fred Pellerin. L'amour d'un prochain que l'on aime tapocher (en venir aux coups), mais avec lequel on se réconcilie à la première heure. En somme, on s'accorde comme larrons en foire parce que c'est si beau l'accordéon. Ce n'est pas sans rappeler les Irlandais du Titanic qui dansent des sets callés sur des reels endiablés (quadrille dansé sur un air de rigodon). La BD reproduit habilement la version de cette scène, qui rappelle l'amour des Québécois pour cette musique.

La BD plonge dans « le bon vieux temps », expression qui soulevait la fureur de ma grand'mère. Le bon temps de faire le lavage à la rivière ? Un bon vieux temps que les auteurs idéalisent et modernisent. À la campagne, on n'allait pas chez le médecin pour un os fracturé. On recourait à l'expérience du rebouteux (guérisseur), lequel avait l'art de remettre les os en place. Et qu'une femme chauffe (conduise) un camion relève de l'incongruité. Et au Québec, rares sont ceux qui disent camion. C'est un truck. Et le chauffeur de truck ne peut être une chaufferette, une femme au volant. Ma mère refusait de chauffer le char (auto) de mon « pére » pour ne pas passer pour une dévergondée. C'est sans compter le bécycle (vélo) du curé. Un autre incongruité. Il se déplaçait en voiture à cheval pour porter le sacrement des malades aux moribonds.

Et que dire des jurons ? Cette habitude de jurer remonte aux films québécois des années 1960. Les humoristes l’ont propagé chez les branchouillards, des mangeux de marde (gens peu appréciés) qui en ont fait une mode. J'ai passé mon enfance et mon adolescence sans entendre un seul juron, devenu notre marque de commerce. J'en calicerais une tabarnaque (administrer une raclée) aux hosties (mal famés) qui nourrissent le phénomène.

La Bd est réductrice de nos us et coutumes. On a oublié, par exemple, les bécosses (déformation de back house) qui apparaissent pourtant sur les images. Ce terme désigne les v.c. extérieurs. On n’a pas non plus laissé une place importante à la forge, où l’on ferrait les chevaux, qui formaient le principal moyen de locomotion. En parcourant cette œuvre de 80 pages, on a l’impression de visiter une reconstitution des villages d’autrefois. Tout est concentré sur un terrain étroit. Quand j’examine les dessins, je ne peux croire qu’il me fallait vingt minutes de marche pour fréquenter l’école ou quinze pour me rendre à l’église. Cette dernière apparaît sur les dessins, mais on a oublié de préciser que c’était un lieu de rassemblement indispensable. Le parvis servait de plate-forme pour discuter de politique, surtout en temps d’élection.

C’est une œuvre intéressante, mais peu révélatrice de nos beaux villages composés de jolies maisons. C'était beau chez nous, et ce l'était jusqu'au bout du rang (route de campagne). Et ce l'est toujours. Rien n'a changé dans mon village natal. Certes le magasin général occupait une place importante, mais pas plus que la forge et moins que l’église, qui tenait le rôle du journal d’aujourd’hui. Ça, on ne le sent pas. On dirait un épisode de La Petite Maison dans la prairie dans lequel le rôle de Michael Landon serait tenu par la Marie de la BD. Bref, voici comment se pratique la désinformation.

Une balade dans le Québec des années 20

8 étoiles

Critique de Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 37 ans) - 15 février 2012

Cette bande dessinée est foisonnante. Le lecteur suit le quotidien de nombreux personnages dans la campagne québécoise des années 20.

Félix Ducharme est mort et laisse à sa pauvre épouse Marie la responsabilité du Magasin général. Autour de ce magasin, gravitent enfants, adultes et vieilles femmes aigries et Marie semble être le lien entre ces diverses humanités. Le lecteur suit avec plaisir ces petits événements du quotidien à la fois banals et intimistes qui font la richesse de cette BD : une jambe cassée pour un ado, l'arrivée du nouveau curé, un vieux bonhomme qui construit un navire ... Lorsque j'ai commencé la BD, je n'ai pu m'empêcher au célèbre feuilleton "La Petite maison dans la prairie", mais très vite la singularité et la richesse de cette oeuvre ont émergé ...Ouf ! Etant donné la multitude d'individus et le cadre décrit, on sent tout le potentiel de cette bande dessinée. Plus qu'une photographie d'une réalité, c'est la vie dans sa simplicté qui est peinte.

Les dessins sont beaux et les personnages expressifs. De plus, les vignettes sont riches et regorgent de détails comme tous ces animaux qui parcourent la BD. Le lecteur a le sentiment de bien connaître ces individus auxquels on s'attache, ce qui est plutôt rare dans les BD de ce format.

Une bande dessinée dont la qualité repose sur sa capacité à reconstruire un microcosme pittoresque et touchant.

Une caricature navrante du Québec rural des années 20

1 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 62 ans) - 17 janvier 2012

J'ai lu le premier tome mais je ne poursuivrai pas cette série car je suis dégoutée. Que des Français se mêlent de raconter une histoire avec comme toile de fond le Québec des années 20 auquel ils ne connaissent rien, c'est un désastre. J'ai envie de leur dire de laisser notre passé dormir en paix au lieu de le ressortir en le caricaturant de cette façon. Jamais je n'ai eu l'impression de voir des Québécois dans les personnages. Je voyais des Français essayant de se faire passer pour des gens de chez nous. Rien dans leur physionomie et leur mentalité ne m'a touchée au contraire, plus ma lecture avançait et plus j'étais découragée. Un affreux désastre, voilà ce que j'en pense.

Et la soirée de la Saint-Jean qui se termine en bataille. Franchement, j'avais l'impression de me retrouver dans Astérix ! Non, vraiment, que ces deux auteurs français laissent donc le Québec traditionnel en dehors de leur oeuvre car ils ne font que le ridiculiser. Ce n'est pas en émaillant les dialogues de jurons comme "hostie" et "tabarnac" qu'on arrive à rendre le parler québécois et surtout pas sa saveur unique.

L'âme du Québec est étonnamment absente de cette bande dessinée. Ce n'est qu'une grossière caricature à donner la nausée.

La jeune veuve aux beaux yeux tristes

8 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 10 janvier 2012

Ce premier épisode présente tous les habitants du village, notamment Gaétan, le simplet du village, le nouveau curé Réjean, pas sûr d’avoir vraiment trouvé sa voie, qui se lie d’amitié avec Noël, le vieil anar bougon et amateur d’eau de vie qui vit à l’écart des villageois et construit en cachette un rafiot, les trois vieilles Gladu, aussi promptes à faire des prières qu’à espionner leurs voisins… Le personnage principal étant, comme indiqué dans le titre, Marie, une jeune femme à fleur de peau résignée à s’oublier pour pouvoir continuer à vivre. Le dessin est vraiment réussi et certaines cases sont de véritables petits tableaux, les scènes champêtres y sont dépeintes avec subtilité et poésie. Le parler québecois ajoute un côté truculent aux situations souvent drôles.

Mon seul bémol, tout au long des six tomes, est la présence de ces phylactères (de Loisel sans aucun doute) quelque peu envahissants qui parasitent parfois le plaisir qu’on a à admirer les dessins. Il me semble que dans une BD, une bulle doit être élégante et savoir se faire oublier. Celles-ci sont trop stylées, trop pointues, trop nerveuses, et ne vont pas avec le style du dessin. Si cela fonctionnait dans Peter Pan et La Quête de l’Oiseau du temps, c’est devenu presque gênant ici, un peu comme un gravier dans une chaussure.

Cela étant, le démarrage est plutôt réussi pour cette fresque champêtre très attachante, qui laisse bien augurer de la suite. C’est vivant, vibrant, chatoyant, chaleureux, cocasse, sensible, émouvant… une BD qui se lira volontiers en dégustant une « queue de castor ». Moi qui ai toujours trippé sur le Québec depuis les chansons de Beau Dommage et Robert Charlebois, cette histoire correspond assez bien aux fantasmes que je peux avoir sur ce pays.

plaisant

8 étoiles

Critique de Magda (, Inscrite le 23 juillet 2011, 52 ans) - 23 juillet 2011

jolie atmosphère dans ce village québecois, les habitants sont solidaires, on sent une vraie cohésion entre les personnages. Marie est attachante, quoiqu'un peu triste peut-être, mais elle a aussi une belle force de caractère. La vie l'a malmenée et la malmènera sans doute encore... mais on sent un personnage attachant, qu'on a envie de suivre au fil des tomes. les dessins sont magnifiques, les couleurs également, peut-on parler d'esthétisme ? si oui, j'ai fort apprécié celui-ci. On est un peu perturbé au départ par les phrases mi-françaises mi-québécoises mais on s'y fait vite et cela donne une note dépaysante qui est agréable.

Une bonne découverte

8 étoiles

Critique de Anou (, Inscrite le 25 octobre 2010, 30 ans) - 25 octobre 2010

J'ai découvert cette BD par hasard, simplement parce qu'on me l'avait offerte.

J'ai tout de suite accroché à l'univers du village de Marie (j'aime particulièrement revenir au plan du village dessiné sur la 1ère page à chaque fois qu'un personnage est mentionné), à leur façon de parler, et puis j'aime aussi beaucoup cette époque alors j'ai trouvé ça très facile et agréable à lire.

J'ai aimé la plupart des personnages. Ils sont tous un peu nigauds, mais ça ne les rend que plus attachants.

Je suis partagée sur le fait qu'il ne s'y passe pas grand chose. Je pense que c'est ça qui fait le charme de la BD, mais en même temps j'aurais peut-être aimé être un peu plus emportée dans une réelle intrigue.

Mais globalement, je suis très satisfaite, c'est vraiment une BD à découvrir!

Grosse claque

10 étoiles

Critique de MEISATSUKI (, Inscrite le 2 octobre 2009, 41 ans) - 2 octobre 2009

Jamais je n'aurais cru qu'une BD puisse me scotcher à ce point là.
Il faut dire que la jolie couverture de Marie me faisait de l'œil depuis un bon moment. Un jour de passage à la bibliothèque municipale, la voilà qui me rattrape ! Qu'à cela ne tienne, l'histoire n'a pas l'air trop folichonne mais pour le plaisir des yeux, je l'emprunte.
Et là... quelle merveille !!! Les dessins sont non seulement magnifiques de par leurs traits et leurs couleurs mais aussi de par ce qu'ils nous racontent. Car chez Loisel et Tripp, l'émotion n'est pas que dans les dialogues des personnages, mais, pour la plus grande partie dans cette succession de magnifique dessins, bien souvent "silencieux", les angles et les sujets choisis nous émeuvent. Avec Magasin Général, on se trouve un village, des voisins, on s'y attache, on rit, on pleure, on vit... nous voici transporté au Québec dans les années 20.
Tout simplement splendide !!!

A suivre !

8 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 43 ans) - 28 juillet 2009

Le personnage de Marie m'a paru très attachant, tout comme ce village, cette ambiance et même ces gens malgré leur distance et leurs occupations qui les empêchent de s'intéresser à autrui. Il y a dans tout cela un formidable potentiel humain que les auteurs prennent le temps d'exploiter, avec justesse et sensibilité.
Le graphisme apporte beaucoup à cet album, car il en fait ressortir la torpeur, l'impression que le temps s'écoule lentement (impression étrange et palpable qui s'empare du lecteur!). Les tons sombres donnent un côté intime au récit, ils le colorent d'une autre époque, celle du passé. Un passé prometteur et ce premier album laisse présager de suites agréables à découvrir.

Bonne découverte

7 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 1 juillet 2009

Étant québécoise, ce n’est pas le parler qui m’a happé. Les auteurs rendent avec réalisme l’atmosphère de l’époque du quotidien des habitants d’un petit village rural québécois du début de vingtième siècle. J’ai aussi apprécié les détails dans les dessins et les dialogues tombent juste et sonnent vrais.

Québec, mon amour

8 étoiles

Critique de Miss teigne (, Inscrite le 6 mars 2008, 36 ans) - 5 mars 2009

Il ne se passe pas grand chose à Notre-Dame-des-Lacs. La vie s’écoule paisiblement. Les jours passent et se ressemblent dans cette communauté rurale où tout le monde se connaît. On y vit et on y meurt, on y rit et on y pleure, on y travaille dur et on y médit souvent. Et pendant que chacun vaque à ses tâches quotidiennes, Marie, veuve depuis peu, n’a d’autre choix que de reprendre à son compte le commerce de son époux décédé. Marie… Seule face à son chagrin, avec son chat pour seule compagnie. Elle a vécu vingt ans avec Félix. Mais qui s’en soucie ? Fut-elle une bonne épouse ? Fut-il un bon mari ? On l’ignore. Là, n’est pas le propos. Les albums suivants nous le diront peut-être.

Ce qu’on sait, c’est que Marie est aussi seule pour gérer les affaires, qu’elle s’échine à satisfaire toutes les demandes et que les villageois profitent outrageusement de sa générosité. Marie s’épuise à la tâche et récolte trop souvent les réclamations d’éternels insatisfaits. Bien sûr et heureusement, il y aussi les personnes aimantes, amicales ou simplement solidaires qui l’assistent comme elles peuvent mais elles-aussi ont leurs préoccupations.

Il flotte tout de même comme un parfum de changement dans cette petite communauté. Un nouveau curé a débarqué au village. Cet original qui ne se montre pas assez rigide avec ses ouailles au goût de certains, et qui va même jusqu’à sympathiser avec une brebis égarée paraît suspect aux médisants. Et cet homme que Marie prend en stop aura-t-il un rôle dans les prochains tomes ? Et si oui, sera-t-il un élément perturbateur ou amène-t-il un peu de bonheur sur son porte-bagages ?

Les auteurs plantent tranquillement le décor d’un Québec rural des années 20. Outre la graphisme, j’ai beaucoup aimé le calme qui règne dans cette BD et la finesse de la narration en images de la vie quotidienne des villageois. Marie est attachante et on plongerait bien dans cet univers graphique à l’esthétisme indiscutable pour lui donner un petit coup de main, ne serait-ce que pour chauffer son char et l’emmener en ville se réapprovisionner. Ce premier volume me semble être la longue mais plaisante amorce d'une histoire passionnante. A suivre.

Richesse du parler québécois

5 étoiles

Critique de Norway (Entre le Rhin, la Méditerranée et les Alpes !, Inscrite le 7 septembre 2004, 42 ans) - 13 janvier 2009

Face à l'enthousiasme des Cliens, je ne peux qu'abonder dans ce sens aussi. Le dessin est très intimiste et tout en rondeur, mais un peu trop tirant sur le noir et le marron à mon goût, même si je reconnais que le thème veut cela.

Cependant le scénario m'a guère enthousiasmée. Je reste un peu sur ma faim quant à la description du personnage de Marie. De plus, l'histoire me paraît assez banale et sans grand intérêt. Disons que je ne me suis pas sentie émue par la situation de ces gens des campagnes.

Toutefois j'ai été touchée par le langage québécois rural. Je dirais que pour moi cette bande dessinée vaut surtout le détour pour la raison linguistique.

Terre humaine

9 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 48 ans) - 14 décembre 2008

Le décor sied parfaitement à la bande dessinée. Dans un roman, l’évocation d’un village avec sa multitude de personnages aurait requis des centaines de pages. Ici, en quelques cases, on plonge au cœur de cette population rurale. Malgré cette constatation, le personnage de Marie est fort attachant et j’aurai aimé que l’on se concentre sur elle.

La grande force de cette bédé est évidemment la qualité du trait et les images vivantes. Mais également, un souci pour le détail historique qui meuble les menus recoins avec des clins d’œil. Vraiment, une belle réussite !

simple et beau !

7 étoiles

Critique de Laure256 (, Inscrite le 23 mai 2004, 45 ans) - 2 février 2007

Ce magasin général québécois conjugué par les plumes de Loisel et Tripp attire l'oeil inévitablement, de par sa couverture somptueuse, déjà. Puis l'on entre vite dans l'histoire de Marie Ducharme, jeune veuve qui reprend le magasin de son époux Félix. L'entraide, la solidarité, les traditions des coupeurs de bois, le parler québécois coloré font de cet album un bel ensemble, de fraternité et d'histoire (la campagne québécoise dans les années 20). Si j'ai été enchantée par le dessin et les couleurs que je trouve vraiment magnifiques, j'ai été hélas un peu déçue par le scénario, que je trouve un peu creux. Mais cela ne va pas m'empêcher de lire le tome 2 !

Forums: Magasin général, tome 1 : Marie

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Magasin général... des réserves. 140 Dirlandaise 24 juin 2012 @ 17:47

Autres discussion autour de Magasin général, tome 1 : Marie »