Les brouillards de la Butte
de Patrick Pécherot

critiqué par Sinon, le 21 mars 2006
(Paris - 45 ans)


La note:  étoiles
Brouillard
Le roman s'ouvre sur la découverte d'un cadavre dans le coffre-fort d'une villa que Pipette, un jeune poête raté fraichement débarqué dans la capitale, et ses 3 complices viennent de cambrioler. La stratégie à adopter face au type qui s'est fait dessouder ne fait pas l'unanimité au sein de nos 4 larrons. Aussi pipette décide-t-il de mener son enquête avec son ami LeBoeuf, et de se faire passer pour un détective privé. Comme souvent dans ces cas là, un premier meutre en entraine bientôt un second, puis un troisième. Pipette se retrouve alors embarqué dans une machination industrielle de l'après guerre.

L'intérêt de ce (petit) roman - qui rappelle les aventures de Nestor Burma - réside peut-être plus dans la forme que dans le fond. Le style est percutant avec des dialogues (80% du récit) à la "Michel Audiard". C'est trop concentré à mon sens, ce qui finalement nuit à la surprise comme à la spontanéité des tirades. La description du Montmartre des années 20 comporte nombre de clichés connus. L'histoire est donc un prétexte à la mise en scène de personnages célèbres tels que André Breton, Mistinguett, la Goulue du Moulin-Rouge, la bande à Bonnot, Sacco et Vanzetti, etc. etc.
Mouais... sans conviction.