Le vilain petit canard
de Martha Grimes

critiqué par Sahkti, le 27 février 2006
(Genève - 44 ans)


La note:  étoiles
Meurtre chez Shakespeare
Stratford-on-Avon, ville natale de Shakespeare, lieu de tourisme pour pas mal d'Anglais et d'Américains venus à la source du dramaturge. Une ville qui grouille de monde, surtout l'été. Profitant d'un voyage grand luxe organisé pour des Américains friqués, un tueur n'hésite pas à en égorger quelques-uns avant de les dépecer. Le commissaire Richard Jury, héros récurrent de Martha Grimes, démêle les fils de l'écheveau, patauge pas mal, avant de finalement profiter d'un déclic pour tout comprendre et arrêter le meurtrier.

Mis à part le plaisir de lire quelques bons passages sur Shakespeare ou Christopher Marlowe, je n'ai pas été subjuguée plus que ça par ce polar. Bien ficelé, certes, pas trop mal écrit, mais un peu simpliste à mon goût, presque trop facile, devinable dans la dernière partie, pas de gros rebondissements. Si je compare par exemple avec un autre héros récurrent du polar, l'inspecteur Wallander de Mankell, je retrouve chez les deux une certaine maladresse et puis un côté débonnaire assez touchant. Mais les points communs s'arrêtent là et ce qui fait la banalité de l'un constitue la force de l'autre.
Pas vraiment déçue au final, mais pas transportée non plus. Lecture de détente périssable.